Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 août 2016 3 17 /08 /août /2016 18:30

Je suis Anarchiste… précisément parce que j’estime que ni la petite propriété, ni la propriété privée, ne sont à supprimer. Et ce, notamment pas en faveur de l’instauration d’une propriété collective des moyens de production, au service de l’Etat, généralisant ainsi le fonctionnariat par le salariat à vie, comme le recherchent les communistes, à l’encontre de la liberté et de l’initiative de chacune et de chacun et ainsi en faveur de l’étouffement du marché économique…

Je suis Anarchiste… aussi précisément parce que j’estime la disparition, en perspective, de l’Etat, requise. Et ce, au moyen de l’instauration et de la généralisation d’un revenu de base, la généralisation d’un revenu universel individuel et inconditionnel, ouvrant, à chacune comme à chacun, d’être propriétaire d’un bien, au moins, mobilier, permettant ainsi que le marché économique s’auto-régule et fonctionne par la généralisation de la socialisation de la propriété privée, qui est base à l’égalité, par l’initiative de chacune et de chacun… Et ce, à l’encontre des monopoles capitaliste qui l’atrophie et l’asphyxie en permanence…

Un marché économique qui ainsi, en perspective, fonctionne pour la liberté comme pour le bonheur, matériel et spirituel, de chacun et de chacune au moyen d’une socialisation généralisée de la propriété privée et ainsi de l’initiative individuelle comme collective.

L’on peut adhérer ou pas à ce concept… mais l’on ne peut s’y opposer qu’en soutenant ainsi, même involontairement, que la généralisation des inégalités comme l’approfondissement de la misère et des guerres.

Ni Dieu, ni Maitre!

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans Les bouillaques de Beziers
commenter cet article
17 octobre 2015 6 17 /10 /octobre /2015 13:17

SAMEDI 24/10 : GEORGES IBRAHIM ABDALLAH COMMENCE SA 32e ANNÉE DE PRISON !
MANIFESTATION A LANNEMEZAN (HAUTES-PYRÉNÉES)!

Georges Ibrahim Abdallah, militant communiste libanais âgé de 64 ans,
arrêté à Lyon le 24 octobre 1984, a été condamné à la réclusion à
perpétuité pour des actions revendiquées par les Fractions Armées
Révolutionnaires Libanaises (FARL).

En 1978, il résista à l'invasion du Liban par Israël, il combattit aux
côtés du Front Populaire de Libération de la Palestine.

Il est libérable depuis 1999. Son maintien en captivité est un choix
politique de l’État français, appuyé par Israël et les États-Unis. Sa
dernière demande de libération conditionnelle en 2014 a de nouveau été
jugée irrecevable. Mais, de notre côté, cette décision ne nous décourage
pas, au contraire ! Cette décision ne nous fait pas taire, au contraire !
C'est un militant anti-impérialiste et pro-palestinien que l’État français
garde dans ses geôles.

Alors que des centaines de prisonniers palestiniens se mobilisent contre
leur régime d'incarcération et contre l'occupation de la Palestine, il est
de notre devoir, militants et militantes anti-impérialistes en France, de
nous mobiliser, toujours plus, pour qu'enfin Georges Abdallah retrouve la
liberté et son pays, le Liban.

Le 24 octobre 2015, il entrera dans sa 32e année de détention.

A cette occasion, nous appelons à une large mobilisation en France et
partout ailleurs :

Manifestation à Lannemezan (Hautes Pyrénées), devant sa prison,
le samedi 24 octobre 2015 à 14h.
Actions, rassemblements et manifestations dans toutes les villes du monde
autour du 24 octobre 2015

Départs en car :
de Paris : giabdallah2015@gmail.com, de Toulouse :
couppourcoup31@gmail.com, de Bordeaux : liberte.pour.georges@gmail.com

Appel soutenu par :
Action Antifasciste Marseille, Action Antifasciste NP2C, Action
Antifasciste de Périgueux (24), Association Solidarité avec le Peuple
Marocain (44), Bboykonsian, Breizhistance (Bretagne),
CAPJPO-EuroPalestine, Collectif "Bassin minier" pour la libération de
Georges Ibrahim Abdallah (62), Collectif Coup Pour Coup 31, Collectif
Fredom For Palestine (Belfort), Collectif Libérons Georges Abdallah 33,
Collectif Libérons Georges Abdallah PACA, Collectif pour la Libération de
Georges Ibrahim Abdallah (Paris), Collectif Intifada (76), Collectif
Nosotros (Marseille), Collectif Palestine 65 - AFPS, Collectif Palestine
Libre (Toulouse), Collectif Palois pour la Libération de Georges Ibrahim
Abdallah (64), Collectif de soutien à Georges Ibrahim Abdallah 34,
Collectif de soutien à la résistance palestinienne (CSRP 59), Collectif
Urgence Notre Police Assassine, Collectivo Palestina Rossa (Italie),
Comité BDS France 42, Comité BDS France 66, Comité Georges Abdallah
Lyon/Sud Est, Comité "Libérez-les !" (59-62) de soutien aux prisonniers et
réfugiés politiques, Comité Solidarité Georges Abdallah Lille, Comité de
Solidarité Tunisien pour la Libération de Georges Abdallah, Confédération
Nationale du Travail-f, Coordination contre le Racisme et l'Islamophobie,
CSAO Harraga (Lyon), Fronte Palestina (Italie), Front Uni des Immigrations
et des Quartiers populaires (FUIQP), Génération Palestine, Gers-Palestine,
GUPS Aix-Marseille, International League of People's Struggle (ILPS), NPA,
PCF Grenay, Quartiers Libres, OCML Voie Prolétarienne, Parti des Indigènes
de la République, Popular Front for the Liberation of Palestine
(Palestine), Première Ligne (93), Réseau "Noi Saremo Tutto" (Italie),
Samidoun, Secours rouge Arabe, Secours Rouge International, Rouge Vif 13,
Solidaires Etudiant-e-s 31, Sortir du Colonialisme, UJFP-Lille, Union
antifasciste Toulousaine, Unión do Povo Galego (Galice)

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans Les bouillaques de Beziers
commenter cet article
10 décembre 2014 3 10 /12 /décembre /2014 13:24

 7 December, 2014 by 

Loin des feux de l’actualité le drame grec continue à se dérouler : austérité extrême, naufrage social, impasse politique. La grève de la faim de Nikos Romanos, anarchiste de 21 ans emprisonné symbolise la descente aux enfers du pays.

Le contexte économique

Comme le mauvais élève qui gâche l’image de la classe idéale, l’échec flagrant grec rappelle à l’Europe que la recette de l’austérité extrême qu’elle impose à son Sud est une voie sans issue. Alors que l’Espagne, le Portugal et surtout l’Irlande sont officiellement sortis du régime de la Troïka, prouvant ainsi aux yeux des convaincus que le remède était bon, la Grèce est à la peine.

La tentative du gouvernement de Samaras de mettre la Troïka devant le fait accompli, en empruntant sur les marchés financiers, pour se débarrasser de la sa tutelle étouffante, a échoué lamentablement. Avec une naïveté et un amateurisme de notable de province, le Premier ministre s’est mis à dos ses propres alliés : le gouvernement allemand, la Commission européen, le FMI.

Désormais les créanciers ne lui feront plus de cadeaux. C’est ainsi que leurs exigences se sont encore durcies et les humiliations se sont multipliées en ce mois de décembre. Plutôt qu’une sortie du « Mémorandum », la tutelle directe du pays par la Troïka, les créanciers proposent une prolongation de celui-ci au-delà de sa fin officielle, fin 2014.

Mais pour ce faire, et pour débourser les milliards du prêt promis qui empêchent la banqueroute, ils demandent toujours plus et plus vite : augmentations nouvelles de la TVA, relèvement supplémentaire de l’âge du départ à la retraite, gel de pensions jusqu’en 2017, diminution des salaires de fonctionnaires, coupes additionnelles dans le budget de l’Etat…De quoi détruire un peu plus le tissu social et économique du pays déjà en décomposition.

Le contexte politique

Ces mauvaises nouvelles pour le gouvernement en place arrivent dans un contexte politique tendu. En mars 2015 le Parlement doit élire un nouveau Président de la République, fonction honorifique mais dont l’élection demande une majorité de 180 députés sur 300. Or la coalition gouvernementale, composée de la droite et du Pasok, n’en dispose que 155.

Si le gouvernement ne réussit pas à réunir le nombre de voix exigé, il sera obligé de convoquer des élections anticipées qui verraient à coup sûr la victoire de Syriza, en avance dans tous les sondages.

C’est exactement cette éventualité que Samaras et ses alliés tentent d’éviter à tout prix : intimidation des députés indépendants, tentatives de rachat de leurs voix, pressions diverses, chantage à la fuite des capitaux et la sortie de l’euro, pêche aux électeurs d’Aube dorée, provocations policières dans le but de déclencher des violences dans la rue. Tous les moyens sont bons pour perpétuer l’existence de ce gouvernement et de ce Parlement, en contradiction flagrante avec la volonté populaire, en usant de la peur.

Hero des Hunger Games réels

C’est dans ce contexte tendu qu’intervient la grève de la faim de Nikos Romanos qui refuse de s’alimenter depuis 25 jours et dont la vie est en danger selon les médecins. L’histoire de Romanos est celle d’une descente aux enfers, parallèle à celle du pays.

Elle commence le soir du 6 décembre 2008 au centre ville d’Athènes quand, lors d’une altercation verbale, un officier de police exécute froidement le meilleur ami de Romanos, Alexis Grigoropoulos, 15 ans, devant ses yeux. Ce meurtre a déclenché un raz de marée de frustration et de colère refoulée : des milliers de jeunes Grecs sans avenir, déjà, ont bloqué les routes et se sont affrontés à la police pendant des semaines. C’était le prélude à la catastrophe qui allait suivre.

Romanos a refait surface quatre ans plus tard sur les écrans de télévision, le visage tuméfié par les coups de policiers qui l’ont arrêté avec trois de ses camarades anarchistes pour vol à main armée et prise d’otage. En ce moment-là, en 2012, la crise battait son plein. En prison en attente de jugement, il a épousé sa petite amie et a passé l’examen lui permettant de s’inscrire à la fac, comme la loi le permet.

Sauf que la loi en Grèce est relative. Elle s’applique selon les cas et celui-ci est particulier. L’Etat autoritaire et le gouvernement aux penchants d’extrême droite veulent leur revanche. C’est ainsi que le permis de sortie pour suivre des cours à la fac est refusée à Romanos. Après 25 jours de grève de la faim, sa vie est désormais suspendue à un fil.

Entre temps, son combat est devenu une parabole de la crise, une métaphore de la perdition sociale et personnelle que tant de Grecs vivent au quotidien. Pour ses partisans, c’est désormais une figure presque mythique, le héros des Hunger Games réels comme l’a écrit avec justesse Maria Margaronis dans The Nation.

Mouvement de solidarité et provocations

C’est ce qui pousse de nombreux Grecs à montrer leur solidarité : dans les rues les manifestants crient leur colère ; dans l’hôpital où Romanos est gardé les personnels de santé offrent leur soutien ; dans les prisons les détenus refusent de rentrer dans leurs cellules ; dans des nombreuses occupations, comme celles des centrales syndicales d’Athènes et Thessalonique ; devant les micros des journalistes où universitaires, intellectuels et artistes demandent que la loi soit appliquée.

Ce weekend les milliers de manifestants dans de nombreuses villes ont à la fois commémoré le sixième anniversaire du meurtre d’Alexis, exprimé leur solidarité avec son ami et leur opposition aux nouvelles mesures de casse sociale. Ils se sont trouvés face à une mobilisation policière monstre : 8 000 policiers dans Athènes, des canons à eau, des centaines de grenades offensives – comme celle qui a tué Remi Fraisse -, et des lacrymogènes.

Aussi pour la première fois tant des policiers en civil, déguisés en émeutiers, ont fait leur apparition en masse.Protégés par les CRS, ils ont été vus mettre le feu, casser des vitrines et agir en imitant les anars. Sauf que, contrairement à ces derniers, à la fin de chaque action ils se rangeaient sagement derrière les cordons de police, comme dans cette vidéo, tournée samedi soir par un journaliste radio. Il faut croire que le gouvernement est vraiment désespéré et prêt à toute provocation pour rester eu pouvoir. Ce qui le rend dangereux…

 

http://ephemeron.eu/1392

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans Les bouillaques de Beziers
commenter cet article
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 10:17
Publié le 7 novembre 2014 | Maj le 8 novembre

Quelques conseils juridiques en vue des manifestations, interdites ou non.

Quelques conseils juridiques en vue de la manifestation interdite de demain

Le guide juridique complet :

Un pense-bête rapide :

CONSEILS JURIDIQUES ET PRATIQUES EN MANIFESTATION
A LIRE ATTENTIVEMENT !

En cas d’interpellation et violences policières

TEMOIN
 Si vous êtes témoin ou proche d’une personne interpellée, rapprochez-vous des organisateurs de la manif ou de l’équipe légale (si présente) pour signaler l’arrestation en décrivant la personne arrêtée, l’heure et le lieu de son arrestation. 
 Si vous êtes témoin de violences policières, prenez des images et notez les lieux et heures des événements puis transmettez-les aux organisateurs : ils peuvent alimenter les procédures juridiques à l’initiative des manifestants ou les plaintes émanant de la police.

VICTIME
 Si vous êtes victime d’une arrestation, vous risquez une plainte policière pour « rébellion » en vous débattant et un « outrage » en vous énervant.
 Lorsque vous êtes interpellés, vous pouvez faire l’objet d’un contrôle d’identité, d’une vérification d’identité qui durera au maximum 4h (délai légal), au-delà on doit vous notifier une garde à vue. Celle-ci commence dès l’heure de votre interpellation et dure 24h, renouvelables à 48h.
 Lorsqu’on vous interroge, ne dites rien ou répondez par « je n’ai rien à déclarer », c’est votre droit et on ne peut pas vous pénaliser pour ça : c’est au juge qu’il appartient d’établir votre culpabilité, tout ce que vous direz aux policiers pourra être utilisé contre vous.
 Vous pouvez refuser le prélèvement de votre ADN mais vous risquez alors une condamnation.
 Lorsque la garde à vue est prolongée à 48h, il s’ensuivra :
> une convocation remise par la police pour un procès ultérieur
> une comparution devant le procureur de la République en vue d’une convocation ultérieure à un procès (vous pouvez être retenus jusqu’à 20h au dépôt en attente de comparution)
> une comparution immédiate devant le juge, suivie d’une condamnation dans la foulée.
NOTE : il est conseillé de refuser la comparution immédiate qui fait souvent office de justice expéditive, avec des condamnation lourdes. En cas de refus de comparution, il est possible pour le juge (s’il estime que vous êtes susceptible de ne pas vous représenter) de vous placer en détention préventive. Si vous pouvez justifier d’un domicile et emploi fixes, il y a peu de chances que cela se produise. Vous aurez, si vous refusez la comparution immédiate, plusieurs semaines/mois pour préparer votre défense.

 En garde à vue vous avez le droit à un avocat (commis d’office si vous n’en connaissez pas)
NOTE : un certain nombre d’avocats commis d’office seront de mauvais conseils et vous conseilleront d’accepter la comparution ou d’avouer, ne les écoutez pas aveuglément, ils sont souvent inexpérimentés en matière de pénal ou non sympathisants de votre cause.

Dans la manifestation

GAZ
 Les gaz agissent plus facilement avec l’effort et la panique : restez calmes et ne courrez que s’il y a charge policière à moins de 50m de vous.
 Pour vous protéger des gaz, couvrez vous la bouche avec un foulard imbibé d’eau citronnée et respirez calmement et prévoyez du liquide physiologique pour laver les yeux.
 Ne ramassez pas les palets de gaz à mains nues, ils peuvent occasionner des brûlures sévères.
 Ne ramassez jamais le corps d’une grenade : il peut s’agir d’une grenade à effet explosif.
 Lavez vous au savon en rentrant et mettez vos vêtements au lavage : les gazs ont une persistance de 45 jours et sont résistants à l’eau seule.

TIRS
 En cas d’usage des flashballs, se tenir hors des lignes de vue, les portées sont de 30 à 150m. 
IMAGES & CAMERAS
 De nombreuses caméras de vidéosurveillance ont été déployées dans l’espace public, prenez garde à ne rien commettre de répréhensible qui puisse être établi par la vidéosurveillance. L’implantation des caméras dans plusieurs villes françaises a été cartographiée sur le site https://sous-surveillance.net .
 Ne prenez pas d’images qui pourraient servir à établir votre participation à des actes répréhensibles en cas d’arrestation (les téléphones et cartes sim sont facilement analysés par la police).
 Ne publiez pas d’images qui puissent permettre l’identification des auteurs d’actes répréhensibles, quand bien même vous les désapprouveriez, les peines encourues peuvent se révéler lourdes.
 Pensez à effacer les métadonnées (EXIF) inclues dans vos photos avant de les publier en ligne, elles contiennent beaucoup d’informations sur le lieu, l’heure, le type d’appareil employés.

COMMUNICATIONS
 Ne communiquez pas d’informations susceptibles d’être retenues contre vous par téléphone (appel, sms)
 Éteignez votre téléphone si vous pensez risquer une interpellation et retirez la carte sim pour éviter sa saisie.
 Ne publiez rien sur internet sans utilisez TOR ou un VPN, si vous souhaitez rester anonyme.
 Ne dites rien en manifestation qui puisse nuire à un tiers ou à vous-mêmes : un certain nombre de policiers en civil sont susceptibles d’être présents.
 Ne colportez pas des informations non vérifiées, les rumeurs peuvent occasionner des mouvements de panique et des conséquences graves.

VÊTEMENTS & PROTECTIONS
 La dissimulation du visage est condamnable par la loi, débarrassez vous de tout ce qui peut vous incriminer (cagoule, masque, etc.) si vous pensez risquer une fouille ou une interpellation
 Le port de protections spécifiques (gilet pare-balle, masque de ski, bouclier, etc.) peut vous valoir d’être incriminé d’attroupement en vue d’un mouvement armé : attention à ne pas les conserver et à vous en débarrasser dans une bouche d’égout ou autre endroit inaccessible.

FUMIGÈNES
 L’utilisation/le port de feux de bengale et fumigènes peut vous valoir d’être incriminés pour port d’explosifs, attention à ne pas les conserver sur vous en cas de barrage et fouilles policières. 
 Faites usage de gants quand vous utilisez des feux de bengale et fumigènes, ils peuvent conserver vos empreintes et ADN et conduire à des condamnation ultérieures.

En cas de poursuites

ASSISTANCE JURIDIQUE
 Si vous souhaitez un accompagnement juridique, dénoncer des violences policières, signaler des arrestations, contactez l’équipe juridique sur legal-paris[chez]riseup.net

L’équipe juridique « Legal team Paris » est un groupe d’individu-e-s constitué en réaction à la répression sur les mouvements sociaux. Elle vise à éviter les condamnations arbitraires, à prévenir et dénoncer la criminalisation accrue des militants et à fournir bénévolement les contacts juridiques et outils nécessaires à une défense équitable et bâtie avec et pour les inculpés.

http://paris-luttes.info/conseils-juridiques-pour-les

 

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans Les bouillaques de Beziers
commenter cet article
30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 11:55
Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans Les bouillaques de Beziers
commenter cet article
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 06:37
Déjà sous le coup de la commission des conflits nationale via Jean Pierre Moure, Hussein Bourgi ne doit plus savoir ou donner de la tête.
En effet, c'est officiel ! Des militants de Béziers ont saisi la commission des conflits nationale pour demander l'exclusion de la liste de Jean Michel Duplaa !
Les militants qui ne se sentent pas écoutés et qui sont  en colère suite à la réunion sur le "rôle des militants" tenu par Hub. tout le monde se souvient des primaires où il avait été annoncé que les militants n'étaient pas là pour choisir leur représentant.... en clair, tractes et fermes la !
La messe est dite concernant la vision du premier fédéral sur le rôle des militants de l'hérault. Normal qu'ils se rebellent donc.
Quand on sait que Jean Michel Duplaa dont la veste se fait plus large d'une élection à l'autre, voit ses responsabilités au PS augmenter d'une maniere inversement proportionnelle ainsi que ses mandats et ses responsabilités au sein de l'agglo notamment !
Copie du courrier :
"Cher camarade,
Conformément au chapitre 4 des statuts de notre parti, en tant que militante, je t'informe par la présente que je saisis la commission nationale des conflits.
Lors des dernières municipales, les prises de position de la tête de liste et de ses colistiers socialistes ont permis de donner la victoire à l'extrême droite à Béziers.
Ceci au plus grand mépris de la directive nationale du Parti qui appelait au retrait des listes socialistes en cas de danger de l'extrême droite.
De plus, les liens étroits qui unissent Jean Michel Duplaa et le candidat du FN Robert Ménard ont été pointés par les médias locaux et nationaux et placent notre parti dans une situation ambigüe.
Aujourd'hui, je demande, via la commission nationale des conflits, l'application de nos statuts et l'exclusion de tous les socialistes qui , par leur maintien volontaire au second tour , dans la triangulaire , n'ont pas respecté les consignes nationales de retrait.
A savoir : Jean Michel Duplaa, Dolorés Roqué Pierre Callamand,Nicolas Anotto , François Salbego , Françoise Leclerc – Melon, Noël Guillotin Alphone , Laurence Boubeker,Bernanrd Marty , Zolika Brafman, Sylvette Romano , Yohan Guichet , Christian Catusse ,Eric Laloma , Laurent Sideris.
D'autre part, j'interpelle aussi la commission des conflits sur le cas de Laurent Vassallo , adhérent de la section Béziers 1.Alors qu'il vient d'entrer comme chargé de mission au cabinet de Robert Ménard , je constate qu'aucun communiqué n'a été fait par notre fédération pour condamner cette démarche et l'exclure. Cela est d'autant plus préjudiciable que tu as dû remarquer qu'au cours de sa prestation au Grand Journal de Canal Plus, Robert Ménard se targue d 'avoir un socialiste dans son équipe , au côté du Bloc Identitaire et de Troisième Voie !
Je me tiens à ta disposition pour un rendez vous afin de t'éclairer sur la situation. Je te prie d'agréer, cher camarade l'expression de mes amitiés socialistes les plus sincères."

      bientot sur le blog la demande adressée au bureau fédéral de l'herault ainsi qu'a Hub.

C'est ajouté la demande d'un  nouveau vote pour une liste sénatoriale sans Dolores Roque....logique.

ALors PS soutien du bloc identitaire ou pas ?

Après la violence méprisante, condescendante du "notre amie c'est la finance". Le PS va t-il officialiser ses accords avec le FN ?

Le resultat officiel bientot sur le blog ! 

Bouillaquette

 

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans Les bouillaques de Beziers
commenter cet article
30 mai 2014 5 30 /05 /mai /2014 12:34


Polop, une commune de la province d’Alicante qui n’avait jusqu’à ce jour pas beaucoup fait parler d’elle, s’apprête à ériger dans son cimetière une stèle honorant l’OAS, formation responsable de la mort de plus de 2 700 personnes, créée… en Espagne le 11 février 1961 avec l’aide de  Ramón Serrano Súñer, organisateur de la rencontre entre Hitler et Franco le 23 octobre 1940 à Hendaye, puis entre Franco et Mussolini le 12 février 1941 à Bordighera.

 

L’inauguration de la stèle est prévue pour le 7 juin. Seront ainsi « gravés dans le bronze », comme l’annonce un document interne de l’Adimad, Association amicale pour la défense des intérêts moraux et matériels des anciens détenus et exilés politiques de l’Algérie française, bien connue pour ses liens étroits avec l’extrême droite, les noms de :

–  Jean Bastien-Thiry, ingénieur militaire, lieutenant-colonel de l’armée de l’air, organisateur de plusieurs attentats contre le général de Gaulle, dont celui du Petit-Clamart le 22 août 1962 ;

– Roger Degueldre, lieutenant du 1er régiment de parachutistes de la Légion étrangère, déserteur en décembre 1960, cofondateur avec Jean-Claude Perez des commandos Delta de l’OAS, responsables d’une centaine d’attentats à l’explosif et de nombreux assassinats, dont celui de six inspecteurs des Centres sociaux créés en Algérie par Germaine Tillion, parmi lesquels l’écrivain Mouloud Feraoun ;

– Albert Dovecar, sergent au 1er régiment de parachutistes de la Légion étrangère ayant participé au putsch  d’avril 1961 puis déserté pour rejoindre Degueldre, et devenu chef du commando Delta 1, responsable en particulier de la mort le 31 mai 1961 du commissaire Roger Gavoury, poignardé à son domicile algérois alors qu’il venait d’être nommé commissaire central à la suite du putsch ;

– Claude Piegts, ancien légionnaire au 1er régiment de parachutistes, membre du commando Delta 1, également responsable de l’assassinat du commissaire Gavoury, première action d’éclat avec laquelle se manifeste l’OAS.

 

Quatre hommes qui ont été jugés, condamnés à mort et fusillés le 7 juin 1962 (Dovecar et Piegts), le 6 juillet 1962 (Degueldre) et le 13 mars 1963 (Bastien-Thiry). Où l’on voit que le choix de la date du 7 juin pour l’inauguration de la stèle de Polop ne doit rien au hasard… Il faut dire que, pour  les membres de l’Adimad tout autant que pour Louis Aliot, compagnon de Marine Le Pen et nouvel élu du Parlement européen, les membres de l’OAS « sont des héros », des « résistants de l’Algérie française » comparables à ceux qui combattirent pendant l’Occupation. Que dire alors des 4 condamnés à mort et fusillés ? Des martyrs !

 

Selon El Periódico qui, après El Watan – « L’OAS passe les Pyrénées pour glorifier ses tueurs » édition du 20 mai – , vient de consacrer un article à cette affaire, l’érection de la stèle serait due à une initiative privée. Le maire (socialiste !) de Potop annonce très tranquillement qu’il assistera à l’inauguration. Dans cette ville qui compte autant d'habitants que l'OAS a fait de victimes, ont trouvé refuge une centaine de jusqu’au-boutistes de l’Algérie française (sur un total de quatre cents pour la province d’Alicante) qui sont « bien intégrés », il a justement épousé une de leurs descendants.  Pour lui : « Ce n'est pas une question de gauche ou de droite, il s'agit tout simplement de placer une pierre tombale en l'honneur des disparus en Algérie, afin que les gens aient un endroit où aller pour se recueillir. » Phrase emblématique où se retrouvent le « ni gauche ni droite » brillamment analysé par Zev Sternhell (1) et la rhétorique caractéristique d'une idéologie qui s’emploie à investir les consciences en distordant le langage et en inversant les valeurs (2). Dans le même registre, sur le document de l’Adimad évoqué ci-dessus, qui n’est autre qu’une invitation signée de son président Jean-François Collin – ancien conseiller municipal FN de la ville de Hyères, nommé en 2011 chevalier de la Légion d'honneur, nomination annulée en 2013 – et envoyée à tous ses membres pour qu’ils assistent à l’inauguration (non sans leur recommander la plus grande discrétion en raison des medias et des « ennemis »), il est précisé que « ce mémorial aura aussi pour vocation de remercier le peuple espagnol de l’accueil réservé aux combattants de l’Algérie française en 1962 ».

 

Rappelons que semblables monuments ont été installés dans plusieurs villes françaises, à la suite du  premier d’entre eux, le mémorial de Théoule-sur-Mer, dans les Alpes-Maritimes, inauguré le 1er novembre 2002. En plus de l’inscription « À tous nos camarades tombés pour la défense de l’Algérie française », on trouve une mise en regard des quatre fusillés avec la date de leur mort, sans que soient évoquées les circonstances de celle-ci, avec ceux des sept manifestants morts le 24 janvier 1960 lors de la fusillade du Plateau des Glières à Alger au début de la « semaine des barricades » (3).

 Sa jumelle est installée en 2005 dans le cimetière de Marignanesur une parcelle généreusement donné par le maire Daniel Simonpiéri

Peu après, une stèle érigée dans un cimetière de Perpignan estinaugurée le 5 juillet 2003. Avec, supportée par un bloc de granit, une sculpture monumentale en bronze représentant un homme en train de s’effondrer, les mains liées à un poteau d’exécution, accompagnée de l’inscription en lettres capitales : « Aux fusillés, aux combattants tombés pour que vive l’Algérie française ». Des plaques portant plusieurs noms (144 en tout) sont apposées sur le socle. Avec au centre et tout à l’avant, sous l'inscription « Terre d'Algérie » en lettres d'or et mis en valeur par la symétrie de l’ensemble et la sculpture qui  les domine dont ils semblent constituer la légende, ceux superposées de Bastien-Thiry, Degueldre, Dovecar et Piegts.

Démantelée en 2008 après le jugement du tribunal administratif de Marseille, (voir ici et ),   elle a été réinstallée trois ans plus tard après de légères modifications des inscriptionsflanquant la sculpture en bronze.

Enfin, un troisième bronze identique a été plus récemment apposé sur un mur dans l’enceinte d’un lieu privé,  la Maison Maréchal Juin ou Maison des  rapatriés d’Aix-en-Provence et inauguré le 7 juin 2013 par la maire Maryse Joissains-Masini. Jean-François Picheral, membre du parti socialiste, qui était maire d'Aix-en-Provence avant Mme Joissains-Masini et avait soutenu le projet de cette Maison, était présent lors de cette cérémonie. 

On trouve d'autres monuments à la gloire de ces assassins. Par exemple, dans le cimetière de Béziers, où figurent les quatre noms.
Ou à Nice, square Alsace-Lorraine, avec une stèle dédiée à Roger Degueldre « symbole de l’Algérie française ». 

Et il semble qu'il y ait aujourd'hui le projet d'une nouvelle stèle à Saint-Raphaël, « en hommage à ceux qui sont tombés pour que vive la France en Algérie ».

 

Cependant, il ressort de l'arrêt du Conseil d'État du 14 novembre 2011 – suite à la demande de l’Adimad que soit annulé l’arrêt du 23 avril 2010 par lequel la cour administrative d’appel de  Marseille avait rejeté sa requête en annulation du jugement du tribunal administratif de Marseille du 7 juillet 2008 – que : « Est illégale la délivrance par un maire d'une autorisation d'occuper pendant quinze ans un emplacement dans un cimetière en vue d'y installer une stèle ne constituant pas un simple monument commémoratif à la mémoire de personnes défuntes mais manifestant une prise de position politique et procédant à l'apologie de faits criminels, dès lors qu'elle permet l'occupation du domaine public communal pour un usage qui, d'une part, n'est pas compatible avec la destination normale d'un cimetière et, d'autre part, est de nature à entraîner des troubles à l'ordre public. »

 C'est sans doute l'une des raisons qui ont poussé l’Adimad à s'aventurer de l’autre côté des Pyrénées. Plusieurs indices laissent à penser qu'une sculpture identique à celles de Perpignan, Marignane et Aix-en-Provence ornera la stèle de Polop. Le porte-parole de l’ambassade de France à Madrid confirme qu'il s’agit d’une initiative privée et précise que les autorités françaises n’y sont aucunement associées. Faut-il se contenter de mots qui ne rassureront que ceux qui refusent de voir ce qui est en train d’advenir dans cette Europe de l’Ouest qui pensait en avoir fini avec ses fantômes ? Ne peut-on espérer une intervention ferme du gouvernement  français avant la date du 7 juin ?

 

Selon Jean-François Gavoury, président de l’Association nationale pour la protection de la mémoire des victimes de l’OAS (Anpromevo) et fils du commissaire assassiné en mai 1961 : « le contexte des élections européennes invite à réfléchir sur le sens et la portée d’un projet hispanique de stèle à la gloire de l’OAS, dont la conception même ne doit rien au hasard. Au cours de ces quarante dernières années, le monumentalisme antirépublicain a frappé la partie française du littoral méditerranéen depuis Nice jusqu’à Perpignan. S’il vise aujourd’hui l’Espagne, ce n’est pas dans une perspective de réhabilitation supranationale de quelques assassins que la justice et l’histoire ont définitivement proscrits. Ce n’est pas non plus dans un esprit de retour aux sources de l’OAS, née au cœur de l’Espagne franquiste en février 1961. C’est en réalité pour établir précisément en face de l’Algérie plus qu’une continuité revancharde, un véritable front de la renaissance du fascisme ».

 30 MAI 2014 |  PAR ANNE GUÉRIN-CASTELL

http://blogs.mediapart.fr/blog/anne-guerin-castell/300514/cinquante-trois-ans-apres-l-oas-l-honneur-en-espagne


Lien :http://www.elperiodico.com/es/noticias/internacional/espana-acoge-monumento-homenaje-terroristas-franceses-3284990

 

 

(1) Zev Sternhell, Ni droite, ni gauche. L’idéologie fasciste en France, réédité avec une nouvelle préface en 2013. Voir  l’article de Jacques Dubois dans l’édition Bookclub.

(2) Cf. la citation d’Amos Oz faite par Taky Varsö en commentaire d’un billet récent de Daniel Salvatore Schiffer : « C'est la distorsion du langage qui a pavé la voie “de l'extermination des juifs”. Des générations avant la naissance de Hitler, les auteurs de massacres savaient déjà qu'il faut corrompre les mots avant de corrompre ceux qui les emploient, afin de rendre les gens capables d'assassiner en guise  de purification, de nettoyage, de guérison » Amos Oz, Les Deux Morts de ma grand-mère.

(3) Voir sur le site d’Henri Pouillot, infatigable traqueur des hommages aux assassins et tortionnaires de l’OAS.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans Les bouillaques de Beziers
commenter cet article
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 07:24

Et VOILA !!!! 

Si le nouveau président de l'agglo n'a pas rajouté de vice présidence, il a quand même rajouté deux sièges pour des délégués communautaires "de l'opposition". Et même si l'enveloppe indemnitaire devrait se diviser, il n'en reste pas moins que l'idée de donner encore à deux parasites  une petite indemnité et surtout un siège à l'agglo nous reste en travers de la gorge.

Sur ces deux personnes, les citoyens de gauche noteront qu'il y a  celui qui a volontairement fait passer le front national sur Béziers et donné délibérement les clés de la ville à un énergumène volubile sans contenu et sans conscience.

Comment le PS peut donner un siège, même secondaire à un tel personnage ?

Pourquoi  n'est -il pas exclu du parti ?

Personne n'a-t-il saisi la commission nationale des conflits pour demander une enquête et une exclusion de lui et de ses colistiers ?

Non seulement François Hollande a renié toute conception socialiste et a abusé ceux qui l'ont élu mais pire, il affiche aujourd'hui clairement sa position en récompensant  ceux qui ont passé un accord avec le FN. 

Si ça continue, on va assiter, aprés l'agression et la poursuite de militants, à des "roumainades" ou des "ratonnades" par certains "socialistes" de concert avec le FN.  Lors du couvre-feu sans doute....

Déchéance politique 

 

Bouillaquette

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans Les bouillaques de Beziers
commenter cet article
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 17:50

Et oui, on sait tous que le maintien de la liste de Jean Michel Duplaa a donné la mairie au FN. 

Mais, outre les arguments du style "on est la vrai gauche", "il faut une opposition de gauche à la mairie" etc...

Quand est -il exactement ?

Est-ce bien vrai toute cette soupe que l'on sert aux biterrois ?

Ce qui est certain, c'est que depuis dimanche dernier, si on analyse les commentaires des uns et surtout des militants FN en réponse à certains articles et bien on constate que miraculeusement la conversation tourne autour de l'agglo !!

"Duplaa aura l'agglo..." "il en est hors de question..."

c'est plutôt marrant, mais comment diable Jean Michel Duplaa pourrait-il avoir l'agglo ? aurait -il passé un accord avec son ami Robert ?

Faisons les comptes : 

Robert Menard sera minoritaire au premier et second tour, Jean Michel Duplaa (que l'on  nous sert déjà comme un homme consensuel, intelligent et patati et patata...preparerait-on  psychologiquement les masses stupides à la traduction d'un accord contre nature ?) plus que minoritaire, Elie Aboud sur le fil. 

Si malencontreusement les voix de Menard se désistent au troisième tour en faveur de ....Jean Michel Duplaa, miracle ! les deux additionnés pourraient avoir l'avantage.  

Les militants du FN ne diront rien puisque l'agglo était impossible à gagner et il les enfumera bien au second tour...il  n'ont rien dans la tête. D'ailleurs n'était ce pas la première qualité requise  pour faire partie de la gestapo ?

Afin, des tractations qui vont bon train et espérons que dans un sursaut républicain les élus voteront de manière honorable et non pas dans un esprit de collabo comme certains. Dans tous les cas nous auront les moyens d'analyser les résultats et de savoir qui a voté quoi....nous ne manquerons pas de vous en informer.

En conclusion on peut dire qu'avec cet accord FN/exPS/PC BEZIERS EST DEJA UN LABORATOIRE !

Marine lepen n'a pa besoin d'avoir d'autres idées, celle là valait bien tout ce que l'on peut imaginer de plus ubuesque.

 

Bouillaquette

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans Les bouillaques de Beziers
commenter cet article
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 19:35

 

 

On connaissait depuis longtemps l'amitié qui unie Aimé Couquet et Jean Michel Duplaa mais on a découvert plus tardivement (avec son arrivée sur Béziers) l'amitié qui existe entre Robert Ménard et Jean Michel Duplaa. 

Peu de commentaires à faire sur les derniers résultats si ce n'est qu'ils lui sont propres et sont à l'image de la campagne qu'il a effectuée ou plutôt qu'il n'a pas effectuée.

Campagne centrée sur la culture alors que Béziers crève de faim et s'enorgueillit d'un des plus fort taux de déscolarisation de l'académie...ça laisse songeur sur les intentions. 

Intentions qu'on "suppute" à travers  ses déclarations dans libération.

Ce sera donc sans surprise qu'on a appris qu'il ne se retirera pas au second tour préférant donner la victoire au FN plutôt qu'à Elie Aboud.

Quelle image déplorable pour le PS. le PC s'en moque, il est déjà au fond du trou...

Ce soutien ouvert au FN, puisqu'il s'agit de ça, a quand même obligé Solférino à lui retirer l'investiture pour le second tour. 

Attention ! cela ne veut pas dire qu'ils sont exclus....gage que le PS nous les resserve en députés européens, sénateurs (se serait le pompon, n'en déplaise au "capo") ou autre...!!

De même, se pose la question des élus du PRG  et d'EELV qui ne pipent mots...ils pensent peut être qu'en soutenant le FN derrière Duplaa personne ne les verra ?

Electeurs de gauche sur Béziers, bien sur le choix entre FN et UMP n'est pas réjouissant mais laisser Ménard venir s'intaller avec Lepen dans la cité sera notre plus grande erreur si nous votons encore cette liste de C.... au second tour.

Bouillaquette

Libération

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans Les bouillaques de Beziers
commenter cet article