Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 novembre 2015 7 22 /11 /novembre /2015 14:12

Mettons à bas le régime et construisons la République Ecosocialiste !


Changeons le système, pas le climat !


La politique du gouvernement est incompatible avec la préservation du climat, Et il y a urgence : le réchauffement climatique met en danger la seule planète où la vie humaine est possible. La course au profit et l'accroissement sans fin de la production en sont responsables, Les pays et les populations les plus pauvres sont les premières victimes,,, Construisons l'alternative et aux élections régionales de décembre, votons pour la liste Front de Gauche / EELV.

d'après un tract du Parti de Gauche


Le saviez-vous ?


1 Avec le temps, va, tout s'en va,,,
Orange, la multinationale cupide, aura d'ici 2 ans, retiré toutes les cabines téléphoniques de nos
rues. Mais où nos camarades du POI pourront-ils faire leurs réunions à cette époque ? Misère ! Misère !

2 On ne dit pas tout au Préfet !
Celui-ci aurait soufflé, à notre bon Kléber (Midi Libre du 20 octobre 2015) que pour faire des économies, notre brillantissime Mesquida devrait se prendre une piaule à Montpellier (une de plus?)
1- Pourquoi n'y a-t-il pas pensé lui-même ?
2- Et son appartement à Béziers (rue Thomières), à quoi sert-il ? Là, il est à 35 minutes de Montpellier et de réelles économies auraient été réalisées. Et à ce jour, lorsqu'il ne rentre pas à St-Pons pour passer la nuit, ce qui est assez fréquent, où crèche-t-il ? Sous l'écluse ?
Son problème, d'ailleurs, ne se pose que neuf mois de l 'année : en automne, il gîte dans toutes les caves coop de l'Hérault, au chaud et à l'abri de la soif.


3 C'est l'espoir qui fait vivre !
D'aucuns, Mesquidiens frivoles, parlent déjà des prochaines municipales. En manque, ils veulent
(caressent le désir de) reprendre la mairie. Leur caïd et tête de liste serait... Josian Cabrol. A piori, la première tôle ne leur a pas suffi et ils doivent aimer les sensations fortes... Lorsque ces comiques auront compris que Josian, à tort ou à raison, n'est pas chéri (doux euphémisme) par les Saint-Ponais, les poules auront des dents. Et s'il est président de la Com'com actuellement (élection au suffrage indirect où l'électeur n'a pas son mot à dire) c'est uniquement par le fait du prince, en l'occurence notre Kléber unique et préféré, Ce dernier tient les autres maires de la Com'com,, moutons écervelés et bêlants, par les.., la barbichette...*
Mais pas de bol pour Josian, les municipales sont le produit du suffrage direct (et le seul démocratique).
Donc les Mesquidiens devraient mettre un bémol à leur enthousiasme, Déjà, ils avaient juré
qu'ils déménageraient, que Saint-Pons serait un désert si leur liste ne passait pas, ce qui, bien sûr, n'est pas arrivé, Alors, nous leur conseillons de se ressaisir (retour de leur tract éhonté d'entre les deux tours). P.B.
* Pour mémoire, la pantalonnade de la dernière élection de la Com'com à Courniou les Grottes,,, et le magnifique numéro de théâtre d'Alain Mouly, maire de Rieussec, qui, des trémolos dans la voix, a imploré Josian de se (re)présenter à la présidence... et lui se sacrifiant (pour le bon peuple?), du bout des lèvres, a dit oui. Plus faux derche tu meurs !


4 Ils appellent cela la démocratie !
Phénoménal :! Le découpage de la grande Com'com (Olonzac, Saint-Pons, Olargues) a été arrêté arbitrairement par le préfet le 5 octobre 2015 (M.L. du 23 oct. Page 15). Les élus de ce nouveau territoire ont été convoqués pour information et pour la forme le 23 octobre, à Riols, en catimini, par Kléber Mesquida, farouche partisan de cet équarissage (Pour quelle raison? plaire au préfet ? pour faire moderne à la Macron ?) Le gonze leur a expliqué que, comme lui était pour, tous devaient adhérer avec joie et bonne humeur à cette idée flamboyante, Quant au peuple souverain, il n'aura même pas eu le droit à la moindre parole (la réunion étant à huis clos) sur ce sujet qui engage son avenir local pour une cinquantaine d'années, Merci les socialos ! On s'en souviendra lors des prochaines élections,


5 Bruit et chuchotement
Lors d'une dernière « La Commune », nous avions chiffré l'installation de la Com'com du Pays
Saint-Ponais, place du Foirail, à 200 000 € (110 000 pour l'achat de la maison et 90 000 pour la restaurer).
Baraque qui, d'ailleurs, n'a aucun cachet, Il serait intéressant de savoir qui a sélectionné cette maison et pour quelle raison exacte ce choix a été fait,
Or nous étions loin du compte et nous jouions petit bras : acculé par ses collègues, lors du dernier conseil municipal, Josian Cabrol a dû avouer que sa triste farce s'élèverait à 500 000 €, Bravo ! Quelle belle maneuvre, faite avec l'argent du contribuable ! Dans ce cas de figure, pourquoi ne pas avoir fait construire à Riols ou à Courniou ? Riols étant, paraît-il, l'épicentre de la nouvelle grande Com'com. Cette bande Mesquidienne aura vraiment tout fait pour son propre intérêt (clanique) et ce, contre l'intérêt du citoyen, P.B.


6 Où sont passés les frondeurs ? (du P.S.)
Ce mouvement, dont Mesquida a fait partie, était bien de l'intox. Hâbleurs, fabulateurs, ils devaient casser trois pattes à un canard, Mais, après avoir brassé beaucoup de vent, ils ne se sont jamais vraiment opposés au gouvernement du banquier Macron, Et surtout pas lors de la dernière loi de finances concoctée par les socio-libéraux (en fait une politique de droite réactionnaire),
Aujourd'hui, ces frondeurs se sont couchés, Opprobre à ces Pinocchio qui se sont joués des masses populaires en laissant croire qu'une partie des socialos étaient encore de gauche. Terrible mystification ! Mais aujourd'hui, les masques sont tombés...


7 Le journal du PNRHL, automne 2015
« Et les paysages et le patrimoine sont donc ce qui constitue la valeur intrinsèque de notre patrimoine régional », Ils (nos formidables élus à la botte de Mesquida) s'aperçoivent enfin qu'il faut préserver et valoriser notre territoire et vont prendre une nouvelle charte architecturale et paysagère qui sera signée au cours de l'année 2016. Faut-il les croire, lorsqu'un des référents de cette action est André Bacou, maire de Fraïsse sur Agout, et responsable, ès-qualités, du massacre du balcon héraultais du col de Fontfroide par la cupide multinationale EDF-EN ? De toutes façons, avant d'élaborer une nième charte, nos élus feraient mieux de faire respecter celle qui existe, signée par toutes les mairies, les deux conseils départementaux, les deux régions et le ministère de l'Ecologie, soit 300 mâts d'éoliennes maximum au sein du
Parc. Seuil dépassé à ce jour, alors est-ce notre bon Vialelle, et néanmoins toujours président de notre Parc qui, rongé par son « péché mortel », veut se racheter sur ses vieux jours, ou est-ce encore une de ses entourloupettes dont il a le secret ? S'il est de bonne foi (?), il a intérêt à faire fissa, car la situation paysagère se dégrade à la vitesse grand V au sein du PNRHL. Car on ne peut concevoir de crée, un grand site remarquable et en même temps dire oui à tous les projets éoliens à la con du coin, A moins que Vialelle soit bipolaire ?
Et nous aurons les deux yeux ouverts en grand pour vérifier que cette belle propagande soit suivie d'effet.


8 Iniquité et sédition
Pas de loi, pas de débat, une simple ordonnance : L'adoption de la directive européenne sur « le redressement des banques et la résolution de leurs défaillances » est passée inaperçue dans le creux de l'été.
Si votre banque fait faillite, elle pourra se renflouer en aspirant vos comptes sans plus de façons. Donc ce gouvernement à la politique scandaleuse, dit socialiste, a légiféré de la plus scandaleuse des façons : par ordonnance.
A la prochaine crise, que nos gouvernants ont anticipée (certains économistes la prédisent pour
demain), les épargnants pourront être acculés à la faillite, mais plus les banques ! C'est le mécanisme unique de la résolution qui institutionnalise la ponction des comptes bancaires, sans limite, en fonction des besoins des banques (Source : Médias-Presse Infos),
Mais cette ruse éhontée, si elle est appliquée, sera porteuse de l'insurrection des peuples, L'injustice est la mère de toutes les tourmentes... P.B.


« La Révolution n'est pas un mythe, c'est une histoire vécue ! »

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
7 novembre 2015 6 07 /11 /novembre /2015 16:34
On ne peut réformer le capitalisme, il faut le renverser !

L'injustice jusqu'au bout du quinquennat !

Il faut que les travailleurs sachent que la bourgeoisie et les dirigeants européens sont impitoyables, Ils ne feront aucune concession, ils n'admettront une remise en cause de l'austérité que contraints et forcés par une révolte sociale, La solution est dans le camp des exploités eux-mêmes, dans leur capacité de se battre et à agir d'en bas en usant de toute leur force sociale, Dans le passé, c'est cette lutte de classe qui a réussi à repousser le mur de l'argent, Ce sera la même chose à l'avenir. LO n° 2460

Le saviez-vous ?

1 La lettre du Pays Haut Languedoc et Vignobles

Francis Boutes, un autre satrape PS de l'Ouest Hérault est le président réélu de ce Pays, Entité né- buleuse à la botte du conseil départemental. Arcas a retrouvé un strapontin dans cette structure, Un huit pages cartonné qui en vante le mérite a été ventilé massivement à la population. Baratin stérile d'élus jouant la proximité et la dynamique verte en vue de la campagne électorale régionale. Tout cela pour masquer leur impudence et leur nullité, Pas un mot des éoliennes industrielles qui gangrènent le païs, Pas une parole de la charte du Parc « Naturel » régional violée par tous les conseils municipaux, qui donnent leur accord aujourd'hui et ce, contre l'avis des populations, pour des projets à la con, à EDF EN (pour mémoire, le seuil maximum de 300 mâts est dépassé), Au final, cette fameuse lettre en papier non recyclé a dû valoir bien cher pour ce qu'elle est réellement : une propagande éhontée pour la liste socialo qui se présente en décembre. Pierre Blondeau

2 Dieu (et éventuellement quelques initiés) reconnaîtra les siens !

Un nouvel album BD est en programmation dans le village. Le scénario est excitant : « Les Dalton », pour une fois, sont sans reproche. Quant à Lucky Lucke, il semble décontenancé devant cette contenance. Il s'aperçoit qu'il a enfourché la réplique de Jolly Jumper et, du coup, Rantanplan en a perdu son os. Cet animal n'arrête pas d'â boyer à la lune A.B. C'était la triste histoire de Lucky Lucke et des carnets de battue St-Ponais, et, comme l'indique la métaphore Sétoise, « Qui pisse contre le vent, se rince les dents »,

3 Opération « voisins vigilants » ou notre contribution à la COP 21

Une opération vérifiant si le tri sélectif de nos poubelles est effectif a été mené par quelques militants le 5 octobre dès potron-minet, Et ce sur 3 villages de la communauté de communes, Et nous demandons à cette dernière de prendre les mesures adéquates afin que la loi, au moins pour ce problème, soit respectée,,, Pour mémoire, dans les poubelles grises sont interdits : le verre, le carton, le plastique, les gravats, les cendres et les viscères, D'autres opérations du même type sont programmées,,, Quant au slogan déclamé du Pays SaintPonais « Terre d'émotion et de passion », il devrait plutôt se décliner en « Terre d'incurie et de boniments » (concernant au moins nos élus de la Com'com),

4 Fusion des communautés de communes

En définitive, sous la pression éhontée*du député cumulard, président du conseil départemental, les 3 Com'com (saint-Pons, Olonzac, Olargues) devraient dans un an ou deux s'associer, Mais si cela se fait (rien n'est joué à ce jour), ce ne sera pas un mariage d'amour. Les trois Com'com ont des pratiques différentes pour la distribution de l'eau, la gestion des déchets (,,,) Et les finances d'Olargues sont dans le rouge (Merci Jeannot!), On notera que comme toujours, le peuple souverain a été tenu à l'écart de ces tractations qui engagent son avenir pour plusieurs décennies, Belle leçon de démocratie ! * Olonzac a renoncé à son référendum (cf, la dernière La Commune)

5 Plus gonflé que lui tu meurs !

Josian Cabrol, président (élu uniquement par ses pairs) de la Com'com du Pays Saint-Ponais, a l'ego qui suinte : Dernièrement, lors du trentième anniversaire du musée de la préhistoire, il s'est fait poinçonner pour les dysfonctionnements importants du musée, dont il est, ès-qualités, personnellement responsable. Vexé jusqu'au croupion, il a dégainé l'arme fatale en dénon- çant immédiatement la convention qui lie le groupe archéologique à la Com'com. Autrefois, on aurait parlé de putsch, Il veut débarquer le président (élu démocratiquement) du groupe archéo, qui lui a mal parlé dans le tube. Une lettre de Cabrol adressée aux membres du GASP est révélatrice : « ,,, Une nouvelle commission paritaire sera mise en place à l'initiative de la Com'com, à laquelle seront intégrés ceux d'entre vous qui s'inscrivent dans une démarche constructive, » C'est lui, Josian, aux petits bras musclés, qui décide qui est constructif ou ne l'est pas, Phénoménal comme aveu ! Et ça se dit socialo,,, Diantre, il faudra vraiment consoler Jaurès ! Et éventuellement Delga (chef de file des socialos dans le coin, pour le régionales). La pauvrette a encore perdu des voix sur ce coup-là. Et notre bon Kléber dans tout cela ? Il fait profil bas, en agitant en sous-main Josian et en s'étant exfiltré piteusement lors de la dite altercation. C'était pourtant l'heure et le moment de parler de ce qui ne va pas dans notre beau groupe archéo, contrairement à ce qui a été dit dans l'argumentaire fumeux développé par les sbires mesquidiens depuis lors. Leur souhait étant, faut-il le rappeler ? de déménager le musée à Courniou et de récupérer le bâtiment pour lui donner une autre activité. Et, comme le proclame l'autre voix de son maître, le docile Michel Coroir, correspondant du Midi Libre, complice de ce coup de force, ses deux articles sont diffus, grossiers et partisans. A suivre,,, P.B.

6 C'est la fête de Frédo

Un chef d'équipe chassant le sanglier sur le territoire de Combeliaubert et le Plô de Mailhac, en ce début de saison 2015-2016, va chez le Président armurier pour payer les cartes du syndicat et récupérer le fameux carnet de battue. Jusque là, tout va bien, Le chèque correspond au nombre de cartes de son équipe. Plusieurs tarifs sont pratiqués : un pour les résidents St-Ponais, deux pour les chasseurs de l'exté- rieur et trois pour les bénévoles piégeurs. Jusque là, tout va encore bien ! Quelques jours après être passé payer, il reçoit une lettre du syndicat lui demandant de régler un solde, car les cartes auraient augmenté depuis la dernière AG. Il refuse donc de payer par principe. En date du 29 septembre 2015, le président et son syndicat refusent toujours de lui donner les cartes, dont il a réglé la très grande partie. Nous ne pouvons que nous interroger sur de telles pratiques.

Après réflexion, deux hypothèses sont proposées :

1° le président du syndicat de chasse du Saint-Ponais ne savait pas, à quelques jours de son AG, que les cartes allaient augmenter,

2° Il le savait et n'a pas osé le dire lors de la venue du président de l'équipe de chasse. Rien ne va plus, A suivre… J.L.G.

7 Hommage au spéléo de Cavenac

Un homme creuse, Loin du tumulte de la ville, il creuse, Il n'est pas devant son poste de télé le dimanche, à regarder Drucker. Absent de toutes les querelles locales, il creuse, mais que cherche-t-il avec son marteau et son petit seau ? Ici, il n'y a ni or, ni pétrole, mais il creuse et a l'air content, Il lui reste deux mètres de gravats avant d'ouvrir la porte de son paradis, soit une (sa) grotte, Parfois il ne faut pas grand chose pour être heureux, Pour obtenir la félicité, il suffit, bien souvent, de le vouloir.

Soutien aux syndicalistes d'Air France ! 2900 familles sur la paille valent plus cher que deux chemises de bourges…

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
7 novembre 2015 6 07 /11 /novembre /2015 16:25

« Prends garde, foule moutonnière, acclameuse de sabres, de drapeaux, de politiciens !... Ayant vécu en esclave, tu crèveras en esclave ! »

Germinal, Editorial, avril 1905

Construisons ensemble l’avenir de notre région *

Le chef de file de la liste Front de gauche/Verts, le bon Onesta, envisage déjà (ML du 11 septembre 2015) de se désister au second tour des prochaines élections en faveur de la candidate du Parti socialiste. Au cas où le score du PS serait inférieur, nous n’avons point entendu la réciproque… Mais cette « camarade » Delga cumule trois handicaps sérieux pour que les masses populaires du Piémont Héraultais prolétarien, qui honnissent globalement le parti de la rose fanée, suivent les consignes de vote de leur lider maximo urbain :

• Le gouvernement actuel a trahi toutes ses promesses de 2012 et s’est comporté dans l’affaire de Sivens de forte méchante manière.

• Alary, président actuel de la région L.R., ne pense qu’à sauver sa gamelle.

• Les satrapes locaux comme les Mesquida, Arcas, Cros, Vidal, Falip, Tropéano…, qui se comportent depuis 20 ans comme des colons faisant suer le burnous aux indigènes traités comme des sujets et non comme des citoyens, sont de son parti, et même, pour certains, sur sa présente liste.

Donc, le sempiternel épouvantail de la droite brune ne suffira (peut-être) pas à nous décider de voter PS-PRG au second tour. Il faudra l’acceptation de beaucoup de nos exigences pour nous convaincre de passer encore une fois sous les fourches caudines.

Vive la sociale ! Pierre Blondeau

* slogan de Carole Delga, candidate PS à la présidence de la région Languedoc-Roussillon/Midi Pyrénées aux élections ré- gionales des 6 et 13 décembre 2015. 

Il aurait été bienvenu que cette sympathique candidate fasse respecter la charte du PS sur le cumul des mandats et n’embarque pas avec elle des récidivistes en la matière. Et comme le proclame Onesta, le PS est un canard sans tête. Coin, coin !

Le saviez vous ?

1 Quelques brèves de comptoir

▪ A la mairie de Courniou, hier, il y avait J.P.R. (J’y peux rien). Aujourd’hui, à la mairie de Saint-Pons, nous avons J.P.P. (J’en peux plus). Pauvres malheureux…

▪ Kléber Mesquida (ML du 12 septembre 2015) : « J’ai souffert de la situation de la viticulture. » Nous, à voir la photo jointe, nous penserions plutôt qu’il souffre du bas du dos…

▪ Article du correspondant du ML de Saint-Pons : Une envie générale de bien vieillir… L’objectif est de prévenir les effets du vieillissement chez les personnes de plus de 55 ans. Y a du boulot ! Des inscriptions pour y remédier peuvent être prises d’ores et déjà. Il paraîtrait que Boudet (directeur de l’hôpital rural), les frères Soulignac sont en tête de liste ( ?), Christian Auzias, notre ancien maire, certainement aussi …

▪ Josian Cabrol, président de la Com’com, lors d’une remise de médaille (une légion d’honneur, excusez du peu) a déclaré qu’il était là parce qu’obligé et que les médailles, en gros, n’étaient pas trop son truc. Etonnant, nous ne le percevions pas trop comme libertaire. Etait-ce la vraie raison de sa phobie ?

2 Ce qui devait arriver, arriva

Le syndicat des forestiers privés de l’Hérault vient d’envoyer une lettre recommandée au maire de SaintPons afin que celui-ci :

▪ remédie au mauvais état des chemins communaux qui sont parcelles communales et qui desservent les propriétés privées,

▪ ne mette pas à disposition ce bien public à une seule association, qui peut, dès lors, en interdire les accès…

Ce que le président de ce syndicat (le trublion Alain Baret) ne précise pas dans son courrier, c’est que si la mairie se décharge sur un ou plusieurs propriétaires, ceux-ci pourront déduire la somme déboursée –pour la remise en état des chemins- sur les impôts impactant les parcelles desservies. C’est une loi séculaire ! Mais à quoi sert Alain Daumur, secrétaire général de la mairie ? N’est-ce pas à lui de connaître toutes ces ficelles, et de déjouer les pièges administratifs dans lesquels les conseillers municipaux peuvent tomber lorsqu’ils votent en conseil ? …

3 Droit de réponse (de J.L.G. Combeliaubert) à l’article n° 6 de la Commune n° 275 :

« Ils rament à contre-courant » « Ramer à contre-courant, c’est parfois nécessaire, voire obligatoire lorsqu’on n’est pas d’accord avec la pensée commune et, pourquoi pas aussi ?, parfois révolutionnaire. Les avancées de notre société sont le résultat de l’action de celles et ceux qui ont su dire Non. Je suis donc un ardent défenseur de la chasse du dimanche. On ne saurait accepter le fait que seuls les randonneurs et les champignonneurs seraient bénéficiaires de cette journée (1). La nature est à tout le monde et personne ne doit en être exclu, et il n’y a jamais eu de problème de partage. Bien sûr, certains ont peur parce qu’ils voient des hommes, et parfois des femmes, vêtus d’orange, chasser en battue. Et pourtant il y a de la place pour tous. Faisons confiance (2). Soyons positif et ouvert. Oui, chasseurs, randonneurs, vététistes et autres quadistes peuvent cohabiter, et chez nous, ils le font déjà…. Lors d’une rave-party, j’ai vu des chasseurs (j’y étais) indiquer aux jeunes la piste par laquelle ils échapperaient aux contrôles de la gendarmerie ! Des vététistes venant du Jura, perdus, ont partagé le repas avec notre diane. Les exemples de solidarité sont nombreux, mais bien sûr, on n’en parle pas. Il est plus facile de vilipender les chasseurs et notamment les chasseurs de sangliers qui seraient le mal incarné face à de gentils randonneurs, les rustres face à la finesse (Stop ! N’en jetons plus…) La mairie de Saint-Pons, et je l’en félicite (3), ne donne pas un droit à une catégorie, mais n’en exclut aucune. Et quant au coup de bâton (4), on pourra compter sur nous. » J.L.G. Combeliaubert, ami. Suite à cette ode à la chasse, quelques humbles annotations du plumitif de service : (1) depuis plus de deux siècles, ce privilège était réservé aux chasseurs. La roue tourne. (2) sauf ceux qui ont pris une prune au détour d’un fourré. Et lorsque tu as une balle Blondeau dans le ventre, c’est plus difficile pour courir. (3) C’est mal poli de parler la bouche pleine… (4) Est-ce le plus gros fusil qui gagne ? Vision dépassée de la ruralité. Bientôt, avec la réintroduction forcenée du loup dans nos contrées, les chasseurs n’auront plus de sangliers à tuer et retrouveront le plaisir de cueillir des champignons. Mais ils pourront, bien sûr, garder en souvenir leurs casquettes fluos. Que voilà une vision bucolique de la ruralité des prochaines années !

4 Complément à l’article n° 7 de la Commune n° 275

Suite à notre lettre adressée au sous-préfet (qui est intervenu dans ce sac de nœuds), la Com’com a enfin présenté et fait voter l’achat d’une maison, Place du Foirail, pour son nouveau siège. Cela se justifierait par le fait que la Com’com d’Olonzac et la nôtre doivent fusionner. Dans l’esprit de notre formidable président, Josian Cabrol, Olonzac serait avalée et lui deviendrait le caïd des deux territoires. C’est encore le coup de la grenouille qui se voulait plus grosse que le bœuf. Rien n’est fait : le président de cette Com’com, et maire d’Olonzac, s’est engagé avec ses électeurs à faire un référendum sur ce sujet : pour une alliance soit avec le Pays Saint-Ponais, soit avec la Com’com limitrophe audoise. Et ce principe de vote a été accepté par le Préfet. A suivre…

Gloire à Rémi Fraïsse ! Le PS nous expulse de Sivens, de NDDL ( ?). Expulsons le PS !

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 18:38

« L’Etat garantit toujours ce qu’il trouve : aux uns leur richesse, aux autres leur pauvreté, aux uns la liberté fondée sur la propriété, aux autres l’esclavage, conséquence fatale de leur misère. » Bakounine


Les libertés ne se donnent pas, elles se prennent !


Les migrants de Calais ne sont pas nos ennemis, ils sont nos frères. Non seulement parce que nous faisons partie d’une même humanité, mais parce qu’ils sont les victimes de la même société d’injustice ! Beaucoup diront qu’il n’y a rien de commun entre l’exploitation que subissent les travailleurs en France et la situation désespérée où plonge la population de pays entiers en Afrique et en Asie, mais c’est faux : les travailleurs qu’on licencie ici ou même les agriculteurs qui se plaignent de ne plus pouvoir vivre de leur travail, sont victimes d’un même système capitaliste qui, en obéissant à la seule logique du profit, rend la planète de plus en plus invivable pour la majorité de ses habitants. Un système économique et politique absurde, injuste, violent, inhumain, qu’il est de plus en plus urgent de renverser. »
Lutte ouvrière du 7 août 2015


Note : Comme le préconisent le Ministère de l’Intérieur et le Pape, chaque commune et chaque paroisse du Saint-Ponais doit accueillir des migrants.


Non (ni ici, ni ailleurs) au transformateur de Saint-Victor (12) !
Contre la volonté des habitants, les autorités veulent :
· exproprier et bétonner 74 ha de terres agricoles,
· construire un transformateur géant pour raccorder des milliers d’éoliennes industrielles promises en Aveyron, dans le Tarn et dans l’Hérault,
· quadriller notre territoire de lignes à haute et très haute tension,
· ajouter au nucléaire les énergies dites vertes pour étendre toujours plus le marché de l’électricité audelà des frontières et des besoins. Entrons en résistance !

Rendez-vous tous les samedis à 14 H à l’Amassada à Saint-Victor et Melvieu www/douze.noblogs.org


Le saviez-vous ?
1 Complément à l’article n° 2 de la Commune n° 274
Non, en définitive, Josian Cabrol n’a pas quitté les bonhétaïres, comme on pouvait le croire. Il a dû seulement avoir honte et/ou peur de venir avec ses autres compères faire de l’intimidation à la Cigale et de signer leur torchon n° 1. Quant au n° 2, voire 2 ou 3… paroles, paroles et paroles…


2 Bravissimo aux artificiers en herbe !
Dans une benne, lors de la première semaine d’août, un obus (en charge ?) a été trouvé par les employés de la déchetterie d’Anglès, déchetterie de la Com’com du coin. Pierre Escande, maire de Lamontélarié, est délégué à cette fonction et Francis Cros est responsable de l’ensemble.
Mais lorsque les bleus sont venus constater le fait du dit obus, il avait disparu. Des gonzes seraient venus dans la nuit piquer la ferraille. Peu rassurant ! Au moins, là, ils en auront pour leur poids. A quand le grand boum ?


3 Corrida du 13 août 2015, féria de Béziers.
Tous les réactionnaires y étaient présents, cautionnant ainsi la politique biterroise obscurantiste de Ménard : deux curés en aube (Bonjour Vatican II !), Alary (de la Région*), Mesquida (…), D’Ettore (maire d’Agde)… Que du beau linge ! de la France moisie !
* celui qui se rêve en président délégué de la région Sud A.S.


4 (Fausse) alerte à la bombe du 12 août 2015 à l’Hôpital de Saint-Pons
Diantre ! L’affaire a été prise au sérieux et c’est réconfortant. Etaient présentes trois équipes de pompiers, une escorte de gendarmes, le maire et moult employés de notre hôpital local. D’aucuns ont même vu le Boudet (pour les petites mémoires, directeur de cet établissement) courir dans tous les sens (comme le furet du bois, mesdames, le furet du bois joli…) Une première !


5 Halte aux cadences infernales !
Un employé de la commune de S-Pons vit un drame. Il est au bord du burn-out. Pour la fête du cochon, il avait réussi à laisser faire tout le travail de logistique au personnel de l’organisation compétente, mais pour la fête du 15 août, il a dû tout se coltiner seul : montage et démontage d la scène et tutti quanti. Aujourd’hui, il est épuisé et perdues sont les clefs des compteurs d’eau de la route de Castres, les clefs des barrières du marché. Quand ce pauvre malheureux sortira-t-il de ce cauchemar ?


6 Ils rament à contre-courant !
Au niveau national, on se dirige vers une interdiction de la chasse le dimanche afin que les autres associations, marcheurs, champignonneurs, quadistes… puissent user leurs semelles et leurs pneus sans se faire plomber.
Au même moment, la mairie de Saint-Pons, ne prenant pas en compte l’article 542 du code civil (et sa jurisprudence) donne le droit de chasse à titre gracieux, sur les terrains communaux, à une seule catégorie de quidams. Ce qui constitue, en conséquence, une rupture de l’égalité des citoyens. N’importe quelle association qui estera en justice fera tomber cet avantage éhonté. Cela s’appelle tendre le bâton pour se faire battre…
U.C.S.C.


7 La com’com déménage, ce qui va nous coûter un bras
Pas assez de place dans la mairie ou cohabitation trop difficile ? S’il fallait vraiment que cette institution se casse de son emplacement actuel, nous aurions souhaité qu’elle aille, autant que faire se peut, dans un beau bâtiment du patrimoine local, genre celui de la Miséricorde (1). Eh non, ce sera, a priori, dans une maison double, sans cachet particulier, place du Foirail. Cette gâterie coûtera 200 000 € minimum (140 000 pour l’achat et 60 000 environ pour l’aménagement adéquat de la turne). La crise ne touche pas tout le monde. Surtout pas ceux qui disposent de l’argent du contribuable. Ils (les quatre survivants de la liste blackboulée aux municipales) s’étaient pourtant déjà fait aménager deux bureaux dans le bâtiment de l’office du tourisme et un autre à l’intérieur de la maison des loisirs (ancien hôpital).
Et pour mémoire, leur guide suprême, le bon K.M., a aussi fait refaire à grands frais son boucarou (2), en maijuin 2014. Et c’est quand même phénoménal que le projet n’ait jamais été voté.
P.B.
(1) ou celui à vendre, 11 rue du Foiralet. De la terrasse de la Cigale, nous aurions pu suivre les événements…
(2) paillotte (d’un petit chef coutumier en Afrique Centrale)


Ils n’ont pas honte. Il faudra consoler Jaurès !
Le 23 juillet, l’ONU et son Comité des droits de l’homme ont déchu la France de son titre de « patrie des droits de l’homme ». L’ONU a fustigé « le sort réservé aux migrants et aux Roms, les violences policières et la surpopulation carcérale ». Ainsi que la logique administrative et répressive qui règne, sans garanties légales et transparentes suffisantes » dans la « doulce » France.
Et Fabius, premier ministre en 1985, qui disait : « Les trois grand principes de la gauche sont : égalité des chances, solidarité, exigence morale. »
Il peut aller se rhabiller le Fafa.


Affaire des porte-hélicoptères russes
La facture sera d’au moins 2 milliards d’euros (Canard Enchaîné du 12 août 2015) et non de 1,2 milliard comme annoncé par le ministre de la Défense (le dimanche 2 août).
Mensonge d’Etat. Que fait-il encore à son poste ?
Le Drian ment,
Le Drian ment, Le Drian est Korrigan* !

*Petit lutin malfaisant, dans les légendes bretonnes

La lutte continue…


1 Parc Naturel Régional du Haut Languedoc
Zoom sur les insectes remarquables (Midi Libre du 24 août 2015)
Un cahier vient d’être consacré à ces petites bêtes. Données très intéressantes, mais l’article ne dit pas si l’Azuré du serpolet, le Dectique des brandes ou le grand capricorne apprécient les autoroutes qu’il faut ouvrir dans la garrigue pour la mise en place des éoliennes et de leurs socles en béton (pour mémoire, minimum de 1700 tonnes par pied) ? En bref, avec ce chapitre, le PNRHL nous prend encore pour des jambons de Lacaune…


2 Billet d’humeur
A Frescatis, entre l’ASEI et l’hôpital, se trouve un parc où d’habitude nous pouvions garer notre véhicule, le temps d’aller au marché le mercredi matin : en période estivale, il est très difficile de trouver une place au centre ville. Or un mercredi matin, un homme a interdit l’entrée du dit parc en expliquant qu’il était chez lui, en vacances et qu’il ne voulait voir quiconque. Il a donc passé sa matinée à jouer aux faux douaniers. Super vacances ! Loin de moi l’idée de prendre le quidam sur le capot de mon véhicule, ni de lui contester son plaisir de vouloir « emmerder » gratuitement une cinquantaine de citoyens. J’ai donc fait demi-tour. Mais tout de même, un peu de sympathie et de sens collectif m’aurait fait bien plaisir. Après renseignement, le triste vigile serait un notaire à la retraite. Ceci explique peut-être cela.
J-L. G.


3 Drôle de paroissiens !
La paroisse de St-Pons, après s’être fait voler le calvaire du Banel, le sabre de Nazefigue, le confessionnal, la croix de Caunette (…), dernièrement, a subi un autre outrage : le tronc où les dévotsdéposaient leurs dons pour le départ des deux prêtres s’est volatilisé. D’aucuns, un tantinet xénophobes, prétendent que cet acte vil n’a pu être perpétré que par des estrangiers. Pourtant, on connaît dans la vallée des cleptomanes (ou cleptowomen) notoires. Mais il vaut mieux chercher loin pour ne pas faire de vagues. De surcroît, il est plus facile de cracher sur le prolétariat cosmopolite que sur la petite bourgeoisie locale. Au cas où ? Sait-on jamais, ma brave dame…


4 Le talon d’Achille de Georges Cèbe, notre bon maire, est purulent
La grosse épine de la station de pompage de Saint-Pons est toujours entière. Pour mémoire, le commissaire enquêteur a spécifié que le propriétaire du terrain privé devait percevoir un loyer de la mairie, et à l’issue de cette décision, le préfet de l’Hérault a notifié que, de surcroît, le loyer était rétroactif (cf. la connerie de Mesquida, dans les anciennes La Commune). En bref, la situation pourrit et lorsque l’amputation* va être pratiquée, cela va faire très mal aux contribuables locaux. Comme quoi l’attitude de l’autruche n’est jamais la bonne. Et à la fin de l’histoire, la bouche en coeur, nous pourrons chanter : merci, Kléber…
P.B.
*Du pied, ou de la grosse somme d’argent à laquelle la mairie va être condamnée…. Et Daumur va pouvoir encore augmenter le prix de l’eau.


5 Hôpital rural St-Pons
Dans quelles conditions sont transportées les analyses de sang entre Frescatis et Castres, siège du nouveau laboratoire avec lequel l’hôpital travaille ? A suivre


Hauts les coeurs et bienvenue dans l’Ouest de l’Ouest !
Le brillantissime et regretté ( ?) par la troupe) Rudy Ropital, ex-commandant de la compagnie de
gendarmerie de Béziers, a un successeur : le chef d’escadron Doose, qui serait issu d’une famille de magiciens.
Un enchanteur, cela nous manquait localement. Il a annoncé, lors d’une réunion avec les maires du canton, qu’il était très intéressé par le Piémont Héraultais et qu’il voudrait mieux connaître notre païs très joli. Modestement, on se propose de lui faire découvrir la contrée en lui servant de « guide »
Cellule Jacques Roux


… HASTA LA VICTORIA SIEMPRE !

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 18:25

Ils ont abattu la forêt (de Sivens), enracinons la résistance.

Ceux de la ZAD


On n’éteint pas le soleil en tirant dessus (1)


Au lendemain de la mort de Thierry Fraïsse à Sivens, Thierry Carcenac (2) a eu cette phrase stupéfiante : « Mourir pour des idées, c’est une chose, mais c’est quand même relativement stupide et bête. » A cette fripouille, nous rétorquons : « Tuer pour ses intérêts et pour la croissance, c’est abject, même si c’est relativement banal à l’échelle de la planète… » Le même jour, Carcenac a aussi poussé ce cri du coeur : « Si tous les chantiers qui déplaisent doivent être protégés ainsi, où va-t-on ? ». Effectivement, où va-t-on si les gens se mêlent de leurs affaires et que leurs représentants ne peuvent plus s’en occuper à leur place en s’en mettant plein les poches avec leurs petits copains entrepreneurs ? C’est la crainte qui se répand dans l’oligarchie française : qu’il ne soit plus possible d’engager des travaux d’infrastructure industrielle dans le pays, sans que surgissent des opposants informés, déterminés et librement organisés. C’est pour cela qu’il est important pour l’Etat qu’un mouvement de jeunesse n’émerge pas qui mettrait à la fois en question les moyens (policiers) et les finalités (capitalistes) de son action. Où irait-on si lycéens et étudiants réclamaient le désarmement de la police, en dénonçant de concert les crimes racistes commis ordinairement dans les banlieues et la répression sauvage des manifestations anticapitalistes ? Où irait-on si les différentes zones à défendre contre les projets industriels et commerciaux scélérats continuaient de se relier, de se coordonner, de se fédérer, en paroles et en actes ?
Difficile, pour sûr, de savoir où cela nous mènera, mais s’engager sur ce chemin est la plus belle chose qui puisse nous arriver…
MARCUSE (Mouvement autonome de réflexion critique à l’usage des survivants de l’économie) dans « Sivens sans retenue », Ed. la Lenteur

(1) Pancarte brandie lors de la marche d’hommage à Rémi Fraïsse à Sivens le premier novembre 2014 (tué par une grenade de la gendarmerie nationale le 24 octobre)
(2) Sinistre président du conseil départemental du Tarn (dont Daniel Vialelle, conseiller départemental et président du PRNHL est un second couteau) et frère jumeau du nôtre, de l’Hérault


Le saviez-vous ?
1 A bas la calotte !
Au mois de juin de cette année, me promenant à Angers, (ville des pays de Loire), je suis tombé sur une procession/troupeau d’intégristes catholiques défilant sur la voie publique en chantant « Dieu et le Roy », et ce après une messe en plein air. Choqué de cet outrage à la laïcité et aux lois de la République, je fis part de ma condamnation au maire de cette cité, un certain Christophe Béchu, sénateur maire UMP, et surtout très réac (1). Le sieur Béchu répondit (sic) : « Notre société a besoin d’apaisement actuellement et non d’opposition entre les religions, comme certains souhaitent le faire au nom d’une laïcité qui n’est pas la mienne. » En clair, pour ce gonze, ce sont les laïcs qui fomentent les guerres de religion et non ces églises qui se bouffent entre elles et qui tuent des innocents depuis la nuit des temps. Il faut être gonflé comme un tétard pour prétendre cela, et en vouloir à la gueuse (2). Mais c’est quand même celle-ci qui le rémunère grassement comme parlementaire à la fin de chaque mois. Il pourrait au moins avoir la reconnaissance du ventre. La laïcité a été conçue pour assurer une juste neutralité des opinions religieuses dans l’espace public.
Autrement le clergé le plus fort, le mieux implanté dans le pays fait sa loi (de Dieu) ! Comme chez
nous avant 1906, et presque partout malheureusement, sur notre planète.. Opprobre à cet affligeant sénateur ! Et une dernière question à cet impénitent dévot d’avant Vatican II : Aura-t-il autant de mansuétude envers les musulmans qui voudraient prier, à mille, dans les rues de la bonne ville d’Angers ?
Pierre Blondeau
(1) D’après son profil internet, il serait aussi franc-maçon. Qui lui expliquera que les pères de la laïcité (le petit père Combes par exemple) étaient frangins et luttaient âprement contre l’hégémonie de l’église catholique ? A dû rater un épisode de l’Histoire, le Béchu, ou il roupille dans sa loge et oublie de plancher. A blackbouler.
(2) la république pour les cons de monarchistes. Quant au préfet du département, interrogé sur cet acte, il n’a point, à ce jour, répondu. Blanc bonnet et bonnet blanc, les satrapes Angevins ??


2 L’enquête se poursuit…
Dans l’article n° 2 de la Commune n° 273, nous nous demandions qui était le chauffeur de Mesquida, lors du 14 juillet, à St-Pons. Un lecteur attentif nous a donné la réponse : c’était Josian Cabrol, chef de zone… ( ???), et néanmoins président de la Com-Com. Boudu! depuis les municipales, il a bien changé ! Et il aurait aussi quitté les Bonhétaïres. Ça, on le comprend aisément… Et, parole de St-Ponais, « on est content pour lui : de porteur de sacoche, il est passé chauffeur. »


3 Raisons pour lesquelles la réunion du groupe cynégétique du St-Ponais est nulle et non avenue
On ne lit jamais suffisamment les statuts de notre association avant d’organiser une assemblée
(générale ou extraordinaire). Un exemple : celui du 25 juillet 2015 du groupe cynégétique du Saint-Ponais, syndicat des propriétaires.
- est considéré comme propriétaire ou détenteur toute personne résidant en dehors de l’agglomération qui possède un terrain de chasse d’au moins un hectare d’un seul tenant…
- le conseil d’administration est composé de 6 membres… Un tiers des membres sera composé de propriétaires
- Seuls les membres de droit ont droit de vote et voix délibérative, les autres membres extérieurs ont voie consultative…
En clair, ces clauses n’ayant pas été respectées, la copie est à revoir, sur la forme, et on subodore qu’au tribunal, cette assemblée extraordinaire ne tiendra pas la route. Tout ce travail pour rien !
Et de surcroît, il est bon de rappeler à tous la législation en vigueur : « Si une municipalité réserve le droit de chasse à ses habitants, elle devra notamment prendre en compte l’article 542 du code civil. La jurisprudence a reconnu que le fait de réserver le droit de chasse à titre gratuit sur les terrains communaux constitue un avantage à une catégorie de citoyens qui n’apparaît justifié ni par l’intérêt du service, ni par une contrepartie mise à la charge des bénéficiants. Il constitue en conséquence une rupture de l’égalité des citoyens. »
Quant aux rapports moraux et financiers, qui donnent le quitus, ce sera pour une autre fois…
A bon entendeur salut !
Un chasseur sachant chasser


4 Faux cul et faux derche sont dans un bâteau…
Manuel Valls vient de recadrer, et ce à juste titre, François Rebsamen, ministre du travail, qui voulait cumuler honteusement son poste ministériel avec la mairie de Dijon. Mais le même premier ministre ne voit aucun inconvénient à ce qu’un député soit aussi président d’un conseil départemental (34). Comme quoi la charte du P.S. (non cumul des mandats), bonne fille, est à géométrie variable, pour ne pas dire autre chose…


5 Indignation et colère !
Un bébé palestinien, en Cisjordanie, colonisée par Israël, a été brûlé vif et ses parents et son frère grièvement blessés le 31 juillet 2015, lorsque des terroristes en bande organisée israëliens ont incendié leur maison.
On aurait aimé que notre gouvernement (Hollande, Valls ou autre Fabius), qui se dit titulaire de la philosophie des droits de l’homme, dénonce immédiatement cet acte commis par des barbares. Mais, comme trop souvent, il est aux abonnés absents lorsqu’il faut défendre les Palestiniens, colonisés contre toutes les règles des Nations Unies et traités comme des sous-hommes.
Ils n’ont pas honte ! Il faudra consoler Jaurès !
En juillet 2015, un roi saoudien, monarque absolu de l’un des pays les plus obscurantistes du monde, chef du courant islamiste wahhabite, privatise une plage publique (de la Côte d’Azur), fait interdire au sein de la sécurité rapprochée offerte par l’Etat français, une CRS, au prétexte que celle-ci est une femme, et tout cela avec la bénédiction du gouvernement… dit socialiste. Et comme l’écrivait Stéphane Beauverger dans l’Humanité Dimanche du 30 juillet 2015, « Les trônes ont ceci de commun avec les baquets d’aisance que leurs usagers les souillent dès qu’ils s’y posent. »

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
26 juillet 2015 7 26 /07 /juillet /2015 17:13

Aménagement du territoire et management des activités

Le système étatique et capitaliste s’attaque à nos formes de vie et le plus souvent dans les territoires ruraux qui, depuis les années 1970, sont devenus le refuge de personnes qui s’opposent aux modes de vie urbains basés sur la consommation de masse et le salariat, et ont essayé de trouver des refuges dans les interstices des grandes métropoles. Il y a un nouveau front qui s’ouvre à cet endroit-là et qui se traduit par des oppositions à des projets tous plus absurdes les uns que les autres : aéroports, fermes-usines de mille vaches, barrages, parcs d’éoliennes industrielles… Il s’agit de résister contre un capitalisme qui ne consiste pas seulement dans l’exploitation des travailleurs, mais aussi dans « l’aménagement du territoire », sa destruction sur l’autel du progrès. L’occupation physique et l’organisation sur place répondent au ras le bol d’une génération qui recherche, parfois hors des villes, un espace libéré de l’argent et de la police, des syndicats et des partis, de l’esprit d’entreprise et de la passion gestionnaire des étatistes. « Le principe ZAD » a enfin le mérite de dépasser l’alternative stérilisante entre la volonté de dé- truire le système et celle de construire un autre monde. La ZAD permet au contraire, tout en s’opposant concrètement au système, d’inventer de nouvelles formes de vie fondés sur l’entraide, le partage, la discussion collective et l’horizontalité.

Pierre Blondeau, d’après un article du livre « Sivens sans retenue » aux édit. La Lenteur

Le saviez-vous ?

1 La fin de l’invasion des pubs à l’entrée des villes

Depuis le 13 juillet 2015, les panneaux publicitaires qui envahissent l’entrée des villes doivent être déboulonnés. A quand l’application de la loi (votée en 2010 dans le Saint-Ponais ? Devrons nous porter plainte contre les élus hors-la-loi, et serons nous obligés de faire le travail nous-mêmes ?

2 N’est-il pas beau l’amour du pays ?

1 Bon point. Kléber Mesquida, qui a gardé la délégation Pompiers 34 au conseil départemental, aurait pu, aurait dû défiler, ou présider, le 14 juillet dernier à Montpellier. Mais il a préféré être dans la première voiture rouge à Saint-Pons, nuque bloquée et fier comme un bar-tabac. Par contre personne n’a reconnu son chauffeur. Etait-ce un pompier biterrois ?

2 Mauvais point. Le même apôtre a remis, au titre du conseil départemental, une coupe à l’équipe de rugby locale, championne 2015, à la salle polyvalente de Courniou. Pourquoi ne l’a-t-il pas fait le 10 juillet à Saint-Pons lors de la cérémonie (pour le même motif) de la municipalité saint-ponaise ? La rancœur est toujours stérile, camarade… Il faut aussi noter que les joueurs ont peu de week-ends libres entre les deux saisons, et si l’on s’amuse à les bloquer chaque fin de semaine pour panser son petit ego blessé, cela n’est vraiment pas correct. Et nous ne parlerons pas du coût financier supplémentaire de cette dite cérémonie. Quoique…, lorsqu’on est le chef du seul conseil départemental de France et de Navarre à s’être, en 2015, grassement auto-augmenté (rémunération des élus), on comprend que le gonze n’est pas là pour faire des économies : c’est le cochon de contribuable qui rince.

3 A force de chercher la petite bête, on trouve la grosse

Depuis la nuit des temps, une rôtissoire est en place dans l’entrée de la boulangerie « Le croustillant », Grand-Rue à Saint-Pons. Elle est bien calée dans une encoignure et on peut humer le fumet des poulets cuisant, et voir les bestioles mitonner. Ce qui est fort plaisant pour un gourmet. De surcroît, ce commerce, comme tous les autres, a une assurance en responsabilité civile, si par malheur un pépin arrivait. Dernièrement, la première adjointe de la municipalité, toujours plus zélée (pour mémoire, sa brillante prestation, route de Castres, lors de la dernière fête de la châtaigne), a sévi et a donné l’injonction au Croustillant de retirer cette rôtissoire. Elle présenterait pour cette édile un danger potentiel. Que ne feraiton pas faire au peuple sous couvert de sécurité ! (Cf. la prochaine loi de surveillance générale de la population du gouvernement liberticide Valls). A cette saint-ponaise, nous dirons, humblement, qu’elle a certainement autre chose à faire de plus urgent et de plus crucial, dans le village, si elle veut vraiment œuvrer. Si besoin, nous tenons une liste de problèmes à traiter à sa disposition. P.B.

4 « Nul n’est prophète en son pays » (Bulletin n°1 des Bonhétaïres)

Quelques réflexions au sujet de ce libelle pour une fois signé. Son titre est trivial. Les gonzes qui ont pondu ce papier sont coincés, plein d’aigreur et dans la justification permanente (Cela, c’est l’arme des faibles, les durs attaquent encore et toujours, sabre au clair et clairon sonnant). Un relent xénophobe fleure mauvais dans leurs lignes, comme toujours chez les beaufs ruraux (« trublions négatifs qui viennent on ne sait d’où...»). De surcroît, ces Bonhétaïres pètent de prétention : brèves de comptoir colportées par des personnes dont le quotient intellectuel peut être mis en doute. C’est vrai que le leur doit dépasser la moyenne… Pour en convaincre la population, c’est pas gagné…) Et pour clore ce débat stérile, nous emploierons un proverbe arabe : « Lorsque les chiens aboient, la caravane passe. », et ce depuis 13 ans, chers amis. Malgré les insultes (inscrites sur les murs et sur les routes), les intimidations, les menaces, les voies de fait (cf. :l’affaire du corbeau) et la dénonciation scélérate de KM à la police politique de Sarkozy NB : les Bonhétaïres sont comme la grenouille de la fable qui se voulait grosse comme le bœuf. Ils prétendaient un effectif de dizaines de personnes et réellement, ils ne sont que onze (cf. signatures) Et un bon anniversaire à leur guide suprême qui attrape cette année, aux prunes, 70 balais. Lui, comme la confrérie des Bonhétaïres, œuvrent depuis 50 ans (cf. le sus-dit bulletin n° 1). Ces anciens devraient savoir prendre une retraite bien méritée ( ?) et laisser la place aux jeunes qui n’ont plus besoin de personne pour animer notre bonne ville. P.B.

5 L’union fait la force et l’oignon fait la soupe

Les six parcs naturels de la nouvelle région Midi-Pyrénées et Languedoc Roussillon veulent créer un réseau pour être des interlocuteurs privilégiés de la nouvelle région (Midi Libre du 22 juillet 2015, p. 15) « Ces parcs naturels (20 % du territoire global de la nouvelle région) représentent un poids non négligeable sur la balance des atouts touristiques. » Certes, mais quid de l’implantation forcenée des éoliennes et des « fermes » solaires sur des terres arables ? Quid du déni de démocratie ? La population n’est jamais associée aux décisions, parfois mortifères, des élus. La preuve : même pour se réunir, dernièrement, à Saint-Pons, nos édiles se sont cachés honteusement, afin de point avoir à rendre compte au peuple souverain de leurs tractations qui engagent l’avenir de tous. A suivre…

6 A pleurer

Le défenseur des droits (poste étatique), Jacques Toubon, gaulliste historique, prône l’arrêt de l’utilisation du flash-ball par les forces de l’ordre. Cette arme a déjà, malheureusement, éborgné et violenté de nombreux manifestants. Le ministre de l’Intérieur –se prétendant de gauche- a répondu immédiatement qu’il n’était pas question d’interdire cet objet de carnage. Et la liste des « bavures » va pouvoir s’allonger en toute impunité. Honte et réprobation à ce gouvernement malfaisant.

Dernière minute

Scoop d’un familier des Bonhétaïres. Lorsque Marco, le grand maî- tre, prend une douche, c’est nippé d’un imperméable, et ce, pour ne pas trop se mouiller…

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
26 juillet 2015 7 26 /07 /juillet /2015 17:03

A bas l’Europe forteresse !

« On n’a pas les moyens d’accueillir de nouveaux immigrés », nous dit ce gouvernement pseudo socialo, mais on trouve de quoi entretenir chaque année de nouveaux millionnaires et satisfaire le cupide MEDEF. « On n’a pas les moyens d’accueillir de nouveaux immigrés », nous disent « encore ceux qui sont prêts à mettre des milliards sur (et sous) la table pour les jeux olympiques ou une exposition universelle. Tous ces politiciens se moquent de la misère. Ils se moquent de celle des migrants comme de celle des classes populaires de France, et ils ne bougent pas leur petit doigt pour soulager leur souffrance. Alors laissons ces fausses évidences aux défenseurs des inégalités, de l’exploitation et de l’injustice ! Il faut combattre les vrais fauteurs de chômage et de misère que sont les capitalistes. Contre eux, les migrants sont nos sœurs et frères de classe. C’est pourquoi refuser les expulsions et demander la régularisation de sans-papiers qui veulent rester ici, cela doit faire partie des revendications du prolétariat.

Pierre Blondeau, d’après un article de Lutte Ouvrière

Le saviez-vous ?

1 Rectificatif de l’article 5, la Commune n° 271 (et ce à la demande de l’association Country) Lors de la manifestation du 1er week-end de juin, la dite association, Les Bounhétaïres, n’étaient pas là en tant qu’animateurs et/ou restaurateurs, mais comme participants et amis. La Country ne désire pas être assimilée à cette association. Point. Le fond de l’article restant le même. D’aucuns à la taverne, s’étaient attribué un rôle qu’ils n’avaient pas. Triste nature humaine ! Quant à Tanaris, c’était chez les gaulois, le dieu de la foudre (Cf. Astérix, Le Devin). -Voir aussi l’article 4 sur les même gaziers

2 St-Pons de Thomières, ville d’eau

En juin, un article du Midi Libre fustigeait la « dangerosité » de la route de Castres par temps de pluie. Pourtant, tout est dans le code de la route : limitation de vitesse, conduite adaptée aux circonstances… Combien d’accidents dus à l’aquaplaning sur ce tronçon de voie. Il ne faudrait pas prétexter le bien public pour régler quelques sombres règlements de compte… Prolozophe

3 Voeu pieux biterrois

« Le communisme est mort, et ses derniers militants sont des spectres errants dans le dédale de leur rancœur et de leur ignorance » (Robert Ménard). Comme tous les apostats, Robert, celui de Béziers (qui était dans sa jeunesse pilier d’une cellule trotsko), et non celui de Riols (qui a toujours été franchouillard et calotin) en rajoute pour donner des preuves de converti à son épiscopat réactionnaire. Qu’il se rassure, nous sommes toujours là et nous continuerons à mener le combat contre le capital et à crier, le poing levé, « Vive l’Internationale Socialiste ! » et « Mort à la bête immonde ! »… P.B.

4 Qu’est-ce qu’on attend pour être…

Le 3 juillet 2015, et ce pendant une bonne demi-heure, les Bonhetaïres del Somail sont venus à 8 hardis garçons exprimer leur réprobation concernantl’article n° 4 de la Commune n° 271, à la Cigale. Après une frivole querelle, trois hypothèses leur étaient ouvertes :

1 passer un article en réponse, non retouché, à la virgule près, mais signé lisiblement par eux dans la Commune sortante ,

2 créer et diffuser eux-mêmes un libelle, toujours en réponse au dit article,

3 porter plainte contre le feuillet d’opinion , la Commune. Mais comme Sœur Anne, à ce jour, nous ne voyons rien venir, ni le ciel qui rougeoie, ni l’herbe qui verdoie. Par contre la connerie qui foudroie est bel et bien là.

5 A bas tous les cléricaux !

Quelques sombres réacs, petits bourgeois parigos, ont signé une pétition contre la proposition (retirée d’ailleurs 4 jours après) de Dalil Boubakeur, recteur de la grande mosquée de Paris, de transformer en mosquées des églises désaffectées. L’idée par elle-même était sensée, mais ces ahuris –les mêmes qui veulent une guerre de civilisations, dont Nicolas Sarkozy, bien sûr- ont profité de cette occasion pour distiller dans l’esprit des français leur haine de l’autre, de l’Arabe, en invoquant la défense du monde (perdu) du « petit blanc calotin à longues zoreilles ». Non, la France n’est plus la fille aînée de l’Eglise depuis 1793, bande de crétins ! et pour info, les cathos, ceux qui pratiquent, les seuls qu’on puisse décompter, ne représentent plus que 9 % de la population.

6 Viva el Mesquida ! Un amendement de l’assemblée nationale a été signé par Kléber Mesquida, Roig, Deneja, et autres députés socialos du coin le 13 mai dernier. Cela concerne la transition énergétique et vise à rétablir la proposition de loi du Sénat, en faisant passer la règle de distance entre des éoliennes et des habitations de 500 m à 1000 m. Et ce « pour protéger non seulement l’environnement, mais aussi le paysage et les hommes qui y vivent ». Pour info, la distance minimale en Allemagne et en Grande Bretagne est de 1,5 km et de 2 km aux USA. Mais depuis le mois de Marie, changement de ton : Sébastien Denaja a retourné sa veste : il est de nouveau pour les 500 m. Mesquida et les autres ne disent plus rien. Quel lobby et quelles promesses ont eu raison de la détermination de ce, voire de ces opportunistes ?

7 Halte aux éoliennes industrielles !

Le 10 juillet 2015, à la salle polyvalente de Courniou-les-Grottes, avait lieu un conseil syndical du PNRHL, en présente de la sous-préfète de Lodève, Magali Caumont. Cette sous-préfète a en charge, pour l’Etat, le développement durable de l’Hérault, donc l’éolien industriel… 45 militants étaient présents pour signaler à cette dame et aux élus que le Parc Naturel n’était pas un parc industriel et que le décompte des éoliennes était au dernier recensement de 292 mâts. Pour mémoire, la Charte du Parc en prévoit 300 au maximum. Cette dame, autorité de la Nation, aurait pu, aurait dû satisfaire notre demande d’entretien de 5 minutes. Au lieu de cela, prétextant le protocole (elle n’était pas dans sa circonscription ( ?)), elle a décliné de manière méprisante notre demande. Et piteusement, pour ne pas rencontrer le gros de la troupe qui l’attendait sur la route, elle a fui en voiture, à fond les ballons, par la piste verte. Peu glorieuse attitude ! A une prochaine fois* P.B., animateur d’attac Jaur Somail. *où là, nous n’aurons prévenu personne de notre arrivée. Nous avons été, une fois de plus, trop courtois, trop bien élevés, pensant que ces vertus étaient partagées par les représentants de l’Etat. Mais on se soigne…

Gloire au peuple grec !

Malgré la tyrannie de Bruxelles, de Berlin et la complicité de Paris, malgré le diktat du Capital et de ses valets de la presse européenne (« le oui et le non étaient au coude à coude » !), malgré le terrorisme intellectuel de cette Europe-là (celle contre laquelle les Français et les néerlandais ont voté non en 2005) le peuple grec à genoux s’est relevé et a voté Non. Non à à l’humiliation, Oui à sa dignité retrouvée. Leçon que le capital ne retiendra pas : depuis la nuit des temps, lorsqu’un peuple est bafoué, avili, violenté, il se rebelle contre ses maîtres, son colon. Et parfois, il fait une révolution et coupe même quelques têtes…

Dernière nouvelle

Info en provenance de Prémian : notre bon camarade Hubert a trouvé une nouvelle monture : un cheval de fer et de feu : un quad. Quelle santé !

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
15 mai 2015 5 15 /05 /mai /2015 17:57

Voilà une lettre qui va faire naître les débats au Pays Basque entre autre !

J'aime cette démarche qui devrait pousser les mouvements basque à débattre entre eux du sort de leurs prisonniers.

 

FILIPE BIDART, MILA ETXEBERRIA, JON IURREBASO, JESÚS MARÍA MENDINUETA, JOSU ORMAETXEA Y 88 PERSONAS MÁS
EXPRESOS
AMNISTÍA

Quienes firmamos esta carta somos militantes políticos que hemos sufrido la cárcel y/o el exilio. Hemos sufrido la represión por participar en la lucha por la liberación nacional y social de Euskal Herria. No somos víctimas sino militantes voluntarios y conscientes que hemos luchado por la independencia y el socialismo para nuestro pueblo.

2015/05/12

Al igual que otros miles de militantes, nosotras y nosotros también sabíamos cuáles eran los riesgos que acarreaba hacer la revolución. Sabíamos que podíamos ser detenidos y torturados, que podíamos pasar nuestra juventud en la cárcel, que tal vez tuviéramos que marchar de casa dejándolo todo, incluyendo familia y amigas y amigos, y que puede que ni siquiera volviéramos a pisarla. Sabíamos que nuestros enemigos, los que nos quieren ver muertos, nos iban a juzgar, que nos jugábamos ganar o perder todo. Sabíamos que en el camino perderíamos a compañeras y compañeros, y hemos perdido cientos. Sabíamos todo eso y a pesar de ello decidimos involucrarnos en la lucha.

Actualmente hay algo respecto a los represaliados y represaliadas políticos que nos preocupa especialmente. Han ido pasando los años y en 2015 tenemos más de 400 presas y presos, entre ellos varios a los que les quedan más de 30 años de cárcel. Otros muchos siguen esquivando la represión en el exilio. Todavía no hemos conseguido nuestros objetivos estratégicos. Nuestro Pueblo aún no ha conseguido superar la opresión nacional y la explotación de clase. Y esa es precisamente la clave: mientras no se supere el conflicto político, existirán represaliadas y represaliados políticos, y mientras haya represaliadas y  represaliados políticos, no se podrá dar por superado el conflicto. Si no entendemos eso nos perderemos en un laberinto sin salida.

Desafortunadamente, las llaves de las cárceles no están en nuestras manos. La fuerza de las armas tampoco. Eso no quiere decir que tengamos que resignarnos. De ninguna manera. Eso quiere decir que para obligar a los estados tenemos que hacer un gran trabajo para vestir ideológicamente al Pueblo, ya que la formación y la ideologización son las armas más eficaces para los luchadores y luchadoras revolucionarios. Hay que apostar por el reconocimiento del estatus político de los represaliados y represaliadas, y no por lo contrario. Solo si el Pueblo reconoce que el conflicto no se resuelve sin la libertad de los militantes políticos que han participado en el mismo, solo entonces, podremos encontrar una verdadera salida, y esa salida tiene un nombre: amnistía.

Los discursos sobre los derechos humanos pueden ser legítimos siempre y cuando no sirvan para esconder el carácter político de los represaliados y represaliadas. ¿Por qué se les aplica la dispersión, la cadena perpetua, el FIES, el derecho penal del enemigo que aplican a las presas y presos enfermos y un largo etcétera? Se les aplica, precisamente, por el carácter político de nuestros compañeros y compañeras. Además, la despolitización de los represaliados y represaliadas políticos facilita su criminalización, convirtiéndolos a los ojos del Pueblo en delincuentes o criminales, y eso ofrece facilidades a los estados para seguir vulnerando los derechos de los represaliados y represaliadas.

Como compañeros y compañeras, como pueblo y como clase tenemos el deber de conseguir la libertad de nuestros compañeros y compañeras, sin condiciones y con dignidad, sin arrodillarse ante nadie, y el camino para conseguirlo es la amnistía. La amnistía comprende la resolución del conflicto y por eso solo la consecución de la amnistía garantizará que no haya más represaliadas y represaliados políticos. En eso tenemos que poner las fuerzas desde hoy, dejando a un lado las lecturas partidistas. No podemos aceptar que las consecuencias de la lucha de los represaliados y represaliadas recaigan sobre ellos y ellas. La lucha de los represaliados y represaliadas ha sido responsabilidad del Pueblo, y la libertad de estos también lo será. Quienes firmamos esta carta llamamos al Pueblo a organizarse a favor de la amnistía porque tenemos plena confianza en su fuerza y su capacidad.

Preso eta iheslariak etxera! Amnistia osoa!

Firman también: Koldo Alaña, Josu Alberdi, Jon Aldana, Jon Iñaki Alkorta, Oscar Amezaga, Rosa Mari Arana, Juan Mari Arregi, Iker Arzeluz, Gorka Azpitarte, Bonifacio Badillo, Teodoro Badillo, Bautista Barandalla, Jon Imanol Beaskoa, Jaione Beaskoetxea, Iñaki Bengoa, José Tomás Bustamante, Igor Cachorro del Pozo, Pablo Caloca, José Luis Cuadrado, Iñaki Egiluz, Maria Soledad Elustondo, Oscar Estebariz, Angel Erdozia, Iñaki Erro, Juan José Etxeandia, Agurtzane Ezkerra, Bego Ezkerra, Carlos Ezkurra, Lander Fernández, Elías Fernández, Igor Fernández, Ziortza Fernández, Aitor Fernández, Maria Pilar Ferreiro, Unai Frías de la Red, José Luis Gallastegi, Alberto Garmendia, Francisco Javier Gil, Miguel Ángel Goienetxea, Kristina Goirizelaia, Aner Gómez, Asier Gómez de Salazar, Felipe González, Roberto González, Koldo Gracia, Jordi Grau, Iñaki Herrán, José Antonio Hurtado, Idoia Iragorri, Peio Iriondo, Maria Angela Irure, Jon Mikel Iturriaga, Mikel Jauregi, Andeka Jurado, Sendoa Jurado, Jon Kerejeta, Mari Ángeles Larrea, Zigor Larredonda, Asier Larrinaga, Gotzon Kepa Larrondo, Aitor Llano, Lorena López, Jon Maidagan, Ixabel Martínez de Antoñana, Maite Martínez, Iker Mendizabal, Kepa Morales, Juan Antonio Olagorta, Iñaki Orbeta Berriatua, Alberto Paúl Larrea, Ibon Pérez, Eduardo Pérez de Anuzita, Iñigo Ripoll, Klemente Ruíz, Jose Maria Sagardui, Fermin Sánchez, Joel Sitiague, Amaia Urizar, Roberto Vecino, Peio De Vega, Andrés Velado, Fermin Ventura, Izaskun Villanueva, Jon Villanueva, Luis Armando Zabalo, Zorion Zamakola, Jon Zapirain y Angel Zelaieta

 

 

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
14 mai 2015 4 14 /05 /mai /2015 09:50

Après avoir vécu 45 ans en France, Chérif Boudelal s'est vu refuser la nationalité française, pour avoir participé à des manifestations pro palestiniennes. Soit un crime de lèse intégration.

Avis à la population. Tout au moins à celle qui ne compte pas. Du genre pas « de souche », très immigrée avec des noms peu catholiques, de ceux qui font trembler Robert Ménard.  Que ces hommes et ces femmes sachent, s’ils souhaitent obtenir la nationalité française, qu’il leur est désormais interdit de protester contre le misérable sort fait à la Palestine.  Pour ceux-là, les : « Nous sommes tous des Palestiniens », « Halte aux bombes sur Gaza », « Stop au blocus » sont interdits… C’est non, non, non ! La loi est la loi, dure mais juste, et elle est nouvelle : on ne saurait être Français et manifester contre la mort, lente ou rapide, à Gaza. Protester contre les enfants que l’on tue, les femmes que l’on assassine, les vieux que l’on exécute et les missiles pulvérisent.

Terroriste présumé

Pour avoir manifesté sa solidarité à ce peuple nié, assassiné, le sieur Chérif Boudelal s’est fait renvoyer sa demande de nationalisation à la figure, tout cela dans une lettre bancale signée par un certain Jean-Michel Giraudet. Le courrier date de 2010, mais ce n’est qu’aujourd’hui que celui qui se voit recalé national l’a rendu public et l’affaire reste un cas d’école.

Un type formidable, ce Giraudet,  n’est-il pas, alors, le « Chef du second bureau des nationalisations », un job qui n’est pas donné à tout le monde et l’on souhaite à ce monsieur d’accéder au plus vite à la tête du « Premier bureau ». En préambule, demandons à monsieur Giraudet, l’auteur de la missive, d’observer que  -pour un Arabe- monsieur Boudelal est pourtant une perle : il n’a assassiné personne, volé personne et jamais dévoré de petits enfants. Mais ces états de service ne suffisent pas.

Notre homme de l’Intérieur (qui n’est pas sans qualité) et qui porte aussi le titre considérable de « Conseiller d’administration », observe que l’impétrant n’a pas de « revenus suffisants »… C’est vrai, il vit moins largement que la présidente de l’INA et roule moins en taxi. Il survit comme des millions de citoyens de chez nous. Survit pour partie avec un subterfuge peu recommandable, par exemple celui d’écrire des livres comme « l’Immigration de peuplement en France au XXIe siècle », bouquin qui ne dit pas que du bien du passé de notre pays chéri.

Non, ce qui grippe l’affaire, fige l’huile dans les rouages de « l’intégration », c’est le goût  qu’a le camarade Chérif de lutter contre l’injustice. Là, je comprends le Conseiller-Chef. Imaginons que, devenu Français, Monsieur Boudelal se mette à protester contre le chômage, l’école à quatre vitesses, la TVA si injuste et autres contrôles au faciès ? Admettre ce type d’individu dans notre chaleureuse communauté c’est prendre un vrai risque terroriste. Et, par parenthèse, il est plus que vraisemblable que cet indigène venu d’ailleurs, soit assez peu Charlie et bien incapable de réciter une seule page des sublimes œuvres de Philippe Val, le nouveau catéchisme virtuel qui sert de sas pour passer sous les plis du drapeau tricolore.

"Paix comme Palestine"

Ainsi donc le sieur inapte à la France, nous dit le Chef dans un style imitable, mais admirable puisqu’il fait une économie de mots donc d’imprimante. Notre ami serviteur de l’Etat écrit : « vous avez des liens un mouvement responsable d’actions violentes et prônant une pratique radicale de l’islam : le collectif « paix comme Palestine ». Observons qu’il manque le mot « avec » entre « liens » et « mouvement » ;  et que « Paix »  prend une majuscule. Mais fermons les yeux au nom de cette encre qui n’est pas jetée par les fenêtres.  Quand même, cela dit en passant, on pourrait envisager de faire passer des tests d’écriture au « Deuxième bureau » afin de vérifier si son mauvais usage du français courant est compatible avec sa qualité de « Français »…

Or donc, le Chef du Second bureau des nationalisations n’est pas un ignorant, sans quoi il ne serait pas là. Il dit donc qu’il sait, lui Giraudet, que « paix comme Palestine » est : « le relais local du comité de bienfaisance et de secours aux palestiniens ». Observons, toujours le même symptôme que notre fils de Courteline est fâché avec les capitales (comme la peine). Si le sieur Giraudet écrivait au président de la République, il en mettrait dans grandes et grosses lettres à tous les mots pour terminer par  « que Votre Grâce veuille bien accepter de mon infime personne l’expression…. de mon immense Considération ».  Là, pas du tout, le Comité de Bienfaisance et de Secours aux Palestiniens (CBSP) ne plait pas au citoyen Giraudet. Alors il le minuscule.

Enfin que découvrons-nous (mais, bon Dieu, que fait la DGSI ?), que Boudelal le 17 janvier 2009 à Avignon, alors qu’un doux Plomb durci réchauffait  opportunément Gaza, que Boudelal a saisi un mégaphone pour donner des nouvelles, venues de la Bande. Des nouvelles (chaudes) communiquées par le Hamas. Ben dis donc. Ce type au lieu de demander la Nationalité ferait mieux de se réjouir de ne pas être au trou pour « liens avec une entreprise terroriste ». En plus, notre ennemi de l’Intérieur demande la libération de George Ibrahim Abdallah, un ami de la Palestine qui est otage en France depuis trente ans.

Moralité : tout individu qui ne soutient pas l’injustice et la mort -ce que propose gentiment Israël aux Palestiniens- n’est pas un bon  français.

Par Jacques Marie BOURGET

http://mondafrique.com/lire/editos/2015/05/11/un-bon-francais-ne-doit-pas-defendre-la-palestine

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 14:21
« Sachant que les humains n’accepteraient pas leur non-éternité, la Mort, miséricordieuse, leur a fait la charité de Dieu. »
Lény Escudéro

 

NON à la théocratie* !

 

 Le pape n’avait rien à faire au parlement européen. Et s’il venait en chef d’état, il aurait dû s’habiller en pékin… Il a, dit-il, la prétention de réveiller l’Europe. La « résurrection » du vieux continent et de la planète ne se fera pas par un retour global à l’obscurantisme religieux, mais par une révolution prolétarienne internationale.

 

 Ce n’est pas d’une crise de spiritualité dont souffrent les masses populaires, mais d’une injustice sociale.

 

Il faut partager les richesses présentement et non caresser l’espoir d’un monde meilleur dans un audelà hypothétique. Escroquerie morale qui perdure depuis des millénaires, fond de commerce des religions monothéistes, qui entretient un asservissement au capital, au système de domination d’une minorité sur une majorité.

 

*gouvernement dans lequel les prêtres exercent l’autorité au nom de Dieu

 

Pierre Blondeau

 

 Le saviez vous ?

 

1 Front National

 

 Ce parti qui n’aime pas les estrangiers (doux euphémisme) vient d’emprunter à une banque russe 9 millions. Comme quoi l’argent n’a pas d’odeur. Son trésorier, Wallerand de Saint-Just*, pleurniche : « Les banques françaises et européennes refusent catégoriquement de prêter le moindre centime au F.N. » Mais ce triste argentier ne donne pas les raisons de ces rebuffades. Implosion de la maison ? Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf ? Cela sent le sapin (vert de gris)…

 

* Il faudra consoler Louis-Auguste de Saint-Just, l’archange du Comité de Salut Public. Quoique… il y avait bien un De Gaulle dans le parti néo pétainiste…

 

2 Humeurs matutinales

 

 Dimanche, 6 H 28, annonce la radio. Je termine un petit tour de ville. C’est l’automne, il fait franchement nuit.. Un seul petit bistrot ouvert, près de la cathédrale. Chic, la serveuse, toujours souriante, est revenue.

 

Elle manquait au pays.

 

 En contrepartie, un de nos conseillers municipaux a disparu. Droit commun ? Prisonnier politique, peut-être ? Comme dirait un ami artiste : « Que nous cache-t-on ? ». On devrait pouvoir savoir si on a été « trompé » aux dernières élections. C’est bien un minimum.

 

 Décidément, ce matin, j’aurais dû rester dans mon lit douillet. Brassens avait raison : les temps d’antan nous semblent bien plus vivants…
Prolozoff 

 

3 Projet de barrage de Sivens
 L’Europe s’en mêle (enfin) . 26.11.2014 : la Commission européenne vient d’ouvrir une procédure d’infraction contre la France pour non respect de la législation européenne, et suspend les 2 millions d’euros de financement (sur 8,5) qu’elle avait accordés pour la réalisation de ce projet à la con… Cette même commission juge que « les autorités françaises ont lancé ce projet nonobstant la détérioration de l’état écologique de la masse d’eau qu’il est susceptible d’entraîner. » Mais attention le projet n’est pas mort. La
FNSEA réactionnaire et les élus à sa botte ne désarment pas et continuent à gesticuler en pressant le gouvernement, par ailleurs aux abois.
 Question : comment se fait-il qu’un préfet, sans parler de l’ancien ministre de l’Ecologie, un dénommé Martin, et/ou un président de Conseil général puissent s’asseoir d’une manière aussi flagrante sur une directive européenne ? Resteront-ils impunis ? Ce sont eux les principaux responsables des circonstances qui ont entraîné la mort d’un manifestant…
 Attac Jaur-Somail organise tous les jeudis une liaison routière afin de ravitailler les jeunes de Sivens qui passeront l’hiver sur place. Les besoins actuels sont : couvertures, duvets, tentes, bonnets, gants, bâches,
cordes, outils, boissons et nourriture…
 Toutes les initiatives sont les bienvenues. La Cigale fait dépôt. P.B. 

 

 

4 Maréchaussée dépassée
 Lorsque vous écrivez à une brigade de gendarmerie nationale (Olargues par exemple) pour poser une question précise, vous pouvez vous brosser. Et ce malgré la loi Marianne qui stipule qu’une réponse doit vous être faite dans un délai raisonnable (4 à 6 semaines). Il faut écrire, à Paris, au général commandant toute la gendarmerie française, qui fait répondre le colonel commandant la gendarmerie du Languedoc Roussillon (muet deux mois auparavant). Et ce colonel demande d’excuser les gendarmes locaux surbookés (si c’est lui qui le dit). Et au bout de quatre mois de courriers, il ne répond pas non plus sur le fond aux questions posées.
Ce qui s’appelle botter en touche. Mais pour ce qui est de la proximité (marque de fabrique de la gendarmerie depuis Saint-Louis), c’est râpé.
 Institution en plein désarroi…

5 Manquent pas de souffle, les réacs !
 La FNSEA, syndicat paysan nanti, adepte d’un rendement contre nature, vomit aujourd’hui l’Europe qui vient d’engager une procédure d’infraction contre la France (motif : projet à la con de Sivens, porté par ,Carcenac, président du CG 81). Mais ce même syndicat se gave des subventions européennes depuis des décennies et refuse toutes directives et règlements de celle-ci. Belle mentalité !

6 Les jours heureux
Quitus a été donné aux comptes de J.P. Descamps, responsable du carré central du WE des 25 et 26 nov. 2014. Il est à noter que ces chiffres sont seulement ceux du carré central et non les définitifs de toute la dite fête. Les comptes globaux et ultimes seront diffusés par la mairie, maître d’œuvre de la fête cette année 2014, avant le 15 décembre.
 Pour le plaisir, encore quelques chiffres : ont été consommés 5400 cornets et 2631 kg de châtaignes et 47 fûts de bière…

7 Reconnaissance de l’Etat Palestinien
 Les députés de droite sont à contre-courant du cours de l’Histoire. Antisémites autrefois, anti-Islam aujourd’hui, ils invoquent des arguments spécieux pour justifier leur Non à l’assemblée nationale. Pourquoi ne pas reconnaître aux Palestiniens le droit d’exister en tant que tels ? Pourquoi vouloir les laisser de fait sous le joug d’un état colonialiste au gouvernement le plus réac. depuis sa création ? C’est vrai que tous ces députés (avec d’autres, pseudo-socialos) étaient pour les bienfaits de la colonisation. Tous ces gaillards ont oublié la vertu cardinale de notre république : l’Egalité. Et l’initiative française s’inscrit (mieux vaut tard que jamais) dans un mouvement européen pour la reconnaissance de la Palestine.
 L’émancipation des peuples était il y a bien longtemps une qualité gaulliste… Ce vote positif démarque aussi avec éclat la France de la diplomatie américaine que nous suivions depuis 7 ans avec la docilité du caniche..

 

 

 

Le feuillet d’opinion « La Commune » a dix ans ce mois. 10 ans et 261 numéros. Du bon et du moins bon.
261 numéros à 500 exemplaires chaque. Celui à la veille des législatives de 2007, n° 78 : « Sachez pour qui vous allez voter (soit un portrait de K.M.) a été tiré et distribué à 10 000 exemplaires. Ce qui fait à la louche 131 000. Cela donne le vertige. Arriverons-nous au 500ème numéro ? C’est (malheureusement) probable. Notre but est toujours d’informer les masses populaires et de dénoncer l’arbitraire et l’injustice, avec notre conviction communiste et nos idéaux d’égalité et de fraternité, que ce soit au niveau local, régional national ou international.
Collectif éditorial 

 

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article