Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 11:18

blondeau

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 11:46
Pierre et Olympe
POUR certains, la formule « Aux grands hommes, la patrie reconnaissante », gravée sur le fronton du Panthéon lors de son inauguration pendant la Révolution, serait essentiellement vieillotte. Dans ce cas les paroles de la Marseillaise sont à jeter, tout comme la moitié des traditions républicaines de ce pays (la Commune, et non la Communauté de communes, en pilier de la démocratie) ou encore le préambule de la Déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen, rédigée dans un style antédiluvien.
François Hollande doit décider bientôt des deux prochains panthéonisés. Pour critère de choix, André Malraux suggère « celui qui, face à une nécessité écrasante, n’a pas baissé les bras et a su dire non, sans accepter la fatalité ». À mon sens il s’agit d’abord de corriger une aberration. Sur les quelques 80 héros panthéonisés, il y a… deux femmes. Deux chimistes : Sophie Berthelot et Marie Curie. Le président est assez manoeuvrier pour échapper à l’obligation de placer enfin parmi les grands hommes une grande femme. Et
l’une s’impose de toute évidence : Olympe de Gouges, révolutionnaire, écrivaine, femme libre et femme de tête, ennemie de l’esclavage et surtout fondatrice de l’antisexisme.
Auteure de pièces engagées, girondine, amie de Condorcet et adversaire de Marat et de Robespierre par refus de la justice expéditive, Olympe de Gouges, guillotinée pendant la Terreur pour excès d’humanité, a rédigé dès 1791 la Déclaration des Droits de
la Femme et de la Citoyenne, un texte à relire ‒ ceux qui aiment l’emphase diraient un texte prophétique de la lutte pour l’émancipation de la femme. Il a fallu attendre deux siècles pour que ces principes entrent un peu en application. Rarement dans l’histoire une révolutionnaire aura aussi bien et d’aussi loin dessiné l’avenir. C’est peut-être bien parce qu’elle est emblématique de ce qui fait la conviction militante : « de chacun selon ces capacités, à chacun selon ses besoins », que le président l’oublierait.

Cinquante ans après Jean Moulin il manque un résistant à l’appel de la reconnaissance de la patrie, comme l’a fait remarquer Malek Boutih, député de l’Essonne (insulté gravement par Kléber Mesquida pour n’être point un godillot d’Ayraultport). Un résistant qui a su déceler avant tant d’autres (Marchais) le danger nazi, rompre d’emblée avec la politique d’abandon, théoriser l’action terroriste (oui, terroriste, il l’écrivit noir sur blanc) de la résistance intérieure,organiser son action, se rallier à de Gaulle (qui venait de l’extrêmedroite maurrassienne) par réalisme, alors qu’il venait de la gauche jaurésienne, se sacrifier quand sa capture risquait de mettre en danger ses camarades. Cet homme, c’est Pierre Brossolette. Éditorialiste du Populaire, il fustige les accords de Munich (qui entérinent la colonisation de la Tchécoslovaquie par le Reich), contre l’avis du directeur du journal, Léon Blum. Il entre dans la Résistance dès 1940 avec les anarchistes catalans
et rejoint le réseau du Musée de l’Homme. Il échappe à son démantèlement, poursuit le combat, passe à Londres où il mesure la valeur du Général non sans s’opposer à lui (sur la question de l’armement du maquis avec des bibelots par Churchill), vient en France pour réorganiser la Résistance après la fin de Jean Moulin.

Homme de colonne vertébrale qui savait s’opposer à l’activisme sans principes (contre le mot d’ordre « À chacun son Boche !» ) quand il le fallait, il a été pris par la Gestapo. Plutôt que de risquer de parler, il s’est défenestré dans un acte de sombre courage. Son sens de la ruse, sa lucidité et son esprit intrépide sont autant de repères pour agir aujourd’hui à gauche du possible. Olympe et Pierre : ces deux prénoms s‘imposent pour
le Panthéon. Ils honorent le passé et préparent l’avenir, aurait dit Germaine Tillon.

Pierre Blondeau anime la liste « l’Humain d’abord » pour les municipales de Saint-Pons le 23 mars 2014
 

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 13:13

 

RETROUVONS NOS PRINCIPES!
AVEC PIERRE BLONDEAU FRONT DE GAUCHE pour SAINT-PONS de THOMIERES
Madame, Monsieur,

En mai 2012, après dix années d’un gouvernement de droite marquées par le banditisme politique, les attaques contre les retraites et la radiation de centaines de milliers de chômeurs en fin de droit, les Françaises et les Français confiaient le destin de ce pays au PS.
Ils choisissaient les principes fondateurs de la République chère à Jean Jaurès, les valeurs de dignité, d’égalité et de justice sociale face au clientélisme, au profit et au chacun pour soi.
Aujourd’hui il est plus que jamais nécessaire de donner aux citoyens de base un mandat pour gérer les communes. Nous vous proposons de choisir « l’Humain d’abord », antidote de l’austérité. De tout faire face à une droite qui multiplie les projets d’attaques de rue contre le modèle social français et face à un Parti dit Socialiste qui protège les riches et enfonce les pauvres. C’est possible! Le Front de Gauche m’a investi ici, dans les Hauts Cantons de l’Hérault, pour cette mission, comme il a investi dans toutes les Communes de France et d’outremer des femmes et des hommes résolus à agir pour plus de dignité et bien-être social.
Avec, il faut le dire, un contexte particulier dans notre vieux et beau village. L’affaire du Corbeau et le mépris pour les humbles ont valu à Kléber Mesquida une réprobation générale. Le PS en a tiré les conséquences et KM a dû démissionner de la fonction de maire intermittent.
La complaisance de l’ancien maire de Saint-Pons avec la droite (l’élection de Raymond Couderc aux sénatoriales pour lui servir de tremplin contre Georges Frêche), son autoritarisme, son irrespect pour les citoyens l’ont fait sortir du champ de la Gauche et de ses principes qui ont fait le Front Populaire, le CNR*, Mai 68 et le Larzac aux paysans en 1981.
Aussi, à Saint-Pons, garder le village à gauche, c’est changer de majorité.
C’est essentiel pour notre village où il est urgent de mettre en oeuvre des actions pratiques pour les priorités qui sont celles du Front de Gauche : l’emploi vert, l’autonomie énergétique, l’hôpital local et le traitement des déchets.
C’est essentiel pour s’opposer dès demain aux projets éoliens du Conseil général de l’Hérault qui liquident l’originalité du Parc Naturel Régional.
C’est essentiel pour défendre des alternatives face aux projets du PS (P comme pansu S comme sicaire) les plus nocifs contre les retraites, contre l’autonomie des 37000 Communes, contre le services public de l’emploi.
C’est essentiel pour créer dès demain les conditions d’une riposte constructive à la montée du néofascisme maritime, les conditions d’une victoire de la gauche aux prochaines élections européennes.
Ce sont les enjeux de cette élection municipale de mars 2014 et du mandat que m’a confié le Front de Gauche.
Vous en connaissez les termes. A vous maintenant d’en relever le défi avec nous, avec la liste ‘’L’Humain d’abord’’.

UN PROGRAMME
pour L’AVENIR de Saint-Pons de Thomières

L’EMPLOI
Vingt pour cent de la population active de St-Pons au chômage (10% en France) , le village et la région Languedoc Roussillon s’enfoncent peu à peu dans la précarité généralisée …
Que peut faire la Commune concrètement?
Une régie de l’énergie créera des emplois verts et abaissera la facture d’électricité et de chauffage. La commune dispose d’un potentiel en bois, torrents , soleil et vent exceptionnel pour développer l’autonomie énergétique. Le financement se fera aux dépens des subventions à l’éolien industriel sur le Parc dont St-Pons est le siège depuis sa création en 1977. Cela représenterait plus de cent cinq millions d’euros ainsi libérés pour l’initiative locale.

LE LOGEMENT
Sur le village la question du chauffage des logements s’avère le principal problème. Si la gravité de la disponibilité en appartements ne se pose pas avec la même acuité que dans les villes, cela existe aussi, notamment pour des couples de jeunes qui recherchent une location.
Que peut faire la Commune concrètement?
Mettre l’isolation et la rénovation au rang de première priorité.
Coordonner un plan ‘’bois de chauffage’’ en liaison avec les pros de la Vallée afin de disposer de bois sec et en quantité. Les séniors qui n’ont plus la force et les juniors qui n’ont pas les moyens de transports verront la facture du nucléocrate EDF baisser significativement.
Obtenir les crédits finançant les chauffe-eaux solaire.
Rendre le logement accessible aux jeunes avec un prêt municipal à taux zéro pour l’installation.

L’ENVIRONNEMENT
A l’heure où l’avenir de notre planète est discuté au plus haut sommet des Etats, les Communes ont une responsabilité historique pour préserver notre environnement.
Que peut faire la Commune concrètement?
La question de l’eau se pose avec acuité. Dans le château d’eau de l’Hérault le bien commun eau manque de qualité et manque en quantité. Refaisons ce qui a été défait, le service public de l’eau. Les trente premiers mètres cubes gratuits, avec toute l’eau qui descend de nos montagnes, c’est possible, à condition de le vouloir.
Compostage rustique des déchets. La lutte de la Sita mérite que les déchets d’ici soient traités ici.
Contribuer à fonder l’éco région la plus performante d’Europe par réduction de 20% des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2016 en Languedoc –Roussillon.

LA SANTE
L’hôpital local est en péril, la logique de désert médical apparaît, les remboursements de soins sont de moins en moins garantis, l’égal accès de tous à la santé est remis en question … Le problème de la malnutrition refait surface.
Que peut faire la Commune concrètement?
Refonder l’hôpital local, sinon les décès par infarctus et AVC se multiplieront, compte-tenu des délais d’acheminement sur Castres.
Mettre en oeuvre l’agenda 22 organisant une réelle insertion des personnes en situation de handicap.
Prendre en charge une partie de la mutuelle pour les jeunes du village les plus démunis, les femmes seules au minimum vieillesse.
Sillonner les hameaux avec un bus infos-santé (cofinancé en intercommunalité au lieu de la fièvre du goudronnage ambiante) capable d’assumer la prévention.
Fonder une épicerie sociale de qualité, renouer avec le manger sain d’avant la crise de 2008.
Vous voterez ’’ l’Humain d’abord ’’
Parce que le village n’a pas besoin du parti socialiste.
(Et comment voter à droite?)
Vous voterez ’’ l’Humain d’abord ’’
Parce que l’hôpital local c’est l’urgence des Urgences.
( Et pourquoi ce fut négligé à ce point?)
Vous voterez ’’l’Humain d’abord’’
Parce que les riches, la mafia rose,votent pour les autres.
( Et que les autres le savent)
Vous voterez l’Humain d’abord
Parce que l’austérité augmente avec les bavardages.
(Et les PS parlent, parlent...)
Vous voterez l’Humain d’abord
Parce que Vous êtes un fonctionnaire qui travaille.
(Et tu n’as jamais demandé de passe-droit au PS)
Vous voterez l’Humain d’abord
 Parce que tu ne dépends ni de ton mari, ni de ton papa, ni de ton confesseur.
(Et tu aimes tes enfants)
Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 15:21
L’humain d’abord !
« Le monde fou que nous avons sous les yeux est le résultat de la domination accrue du capital financier sur le monde, le produit monstrueux de deux décennies de politiques néolibérales qui ont jeté les germes d’un grave recul de civilisation. Cette situation a été rendue possible par le dépérissement de la démocratie : dérives autoritaires des institutions, abstention de masse, vie politique censitaire, uniformité médiatique, rétrécissement du débat politique aux dogmes de la pensée unique, institutions non élues faisant prévaloir les normes libérales sur la volonté des peuples… « La meilleure forteresse des tyrans, c’est l’inertie des peuples ». Cette vieille formule de Machiavel n’a rien perdu de son actualité.
Pour secouer la tyrannie des marchés, il suffit donc que le peuple se mette en mouvement. Cela commence par chacun de nous. »
Programme du Front de Gauche
Le saviez vous ?
1 Maison de retraite de Saint-Pons
Courant semaine 46, deux pensionnaires ont été emmenés, puis recherchés par un véhicule de service afin qu’ils puissent déjeuner en ville. Bravo ! Au moins, les véhicules servent aux résidents. Mais pourquoi refuser sous couvert d’économie, le même service à ceux ou celles qui doivent aller chez le dentiste ou à la banque ? Deux poids, deux mesures ? Ou est-ce à la gueule du client que ce privilège est attribué ?
2 Il faudra consoler Georges Mendel*
Un petit bureaucrate à poils durs, voulant certainement se faire bien voir de sa hiérarchie privatisée, a décidé, semaine 46, de faire enlever des boîtes aux lettres dans les rues de Sant-Pons. Ce qui contribue à casser un peu plus le service public local. S’en est-il seulement rendu compte ? Abruti par les directives de son directeur départemental, sous couvert de rentabilité ( ?), ce zélé prive des riverains de leur boîte aux lettres de proximité, que les contribuables ont payé de leur poche depuis des décennies, faut-il le rappeler ? Le plus grave de cette histoire, c’est que ce fayot, cette graine de néolibéral, ne s’est même pas senti obligé d’informer la population, de concerter, de s’expliquer. Ce qui est, soidisant, le maître mot actuel de la poste. Révélateur de la pensée du gonze. Quant à la non réaction de la mairie, c’est comme d’hab. Le bien public, ils s’en tapent, les noix !
*Ministre des PTT en 1934. En pleine crise, il restructura la Poste en un véritable service public.
Il fut très apprécié des facteurs de la base. Républicain farouche, il fut assassiné, massacré lâchement dans les bois par la Milice en 1944.
3 Hommage à un camarade
Un vrai camarade est parti. Georges Apap, homme libre au grand coeur, qui a toujours défendu la cellule Jacques Roux, surtout pendant la sombre histoire du Corbeau de Saint-Pons, est décédé le 19 novembre 2013 à l’âge de 87 ans. Humble, altruiste et farouchement déterminé, il était un véritable militant de la gauche révolutionnaire un communiste authentique. Nous n’oublierons pas son message, sa foi en un monde meilleur, égalitaire et fraternel.
Vive la sociale et « hasta la victoria siempre » ! Collectif éditorial
4 Et la laïcité, nom de Dieu ! (Midi Libre du 25 novembre 2013)
« En l’église, Rudy Ropital a lu devant ses hommes (en grande tenue, nous présumons) un texte issu des épîtres de Saint-Paul (…) »
Pour mémoire Rudy Ropital est le commandant de la compagnie de gendarmerie de Béziers. Gendarmerie, pilier cardinal de la République française, laïque, faut-il le rappeler ! Ecouter lors d’un office religieux le rabbin, l’imam ou le curé, pourquoi pas ? Mais être l’acteur principal de l’office alors qu’on est le chef des militaires de l’assemblée, là, le bât blesse. Mélange inopportun des genres. Acte dévot, cautionné d’ailleurs par des élus de la République calotins (cf. : photo accompagnant le texte de cet article).
Rudy Ropital était le chef du détachement musclé de la maréchaussée qui aurait bien aimé pouvoir virer les jeunes du squat de Cabanes à Courniou, à la nuit tombante, il y a environ un an et demi… A l’époque, il ne disait pas la messe, mais il voulait rédiger lui-même l’article de la correspondante du Midi Libre, rôle qui, bien sûr, ne lui était pas dévolu (Il faut savoir que cette dame a été obligée de se planquer pour éviter de se soumettre aux exigences de ce gendarme.) P.B.
5 Arcas II, le retour
Il y a trois ans, Mesquida, excédé des incartades de Jean Arcas, lui barrait la route pour le poste de président de notre Parc et, pour le punir, validait le deuxième mandat, exécrable d’ailleurs, de Daniel Vialelle (cf. les anciennes « La Commune »).
En 2014, cette présidence doit, a priori, revenir à un élu de l’Hérault. Comme Arcas ne pourra plus être conseiller général, ce poste étant supprimé, l’investiture du PS pour le poste de conseiller territorial pour l’Ouest de l’Ouest allant à Mesquida, Arcas a éliminé Pierre Teillaud* pour la mairie d’Olargues. Et donc, comme premier magistrat de cette petite ville, il revient en lice pour le PNRHL.
Tudieu ! Quel acrobate ! Comme pour son collègue du Parc des Grands Causses, dont le siège est à Millau, faux derche comme il est, il aura (certainement) droit à une occupation en règle des locaux du Parc, afin qu’il rende enfin des comptes aux citoyens indignés de sa manière de faire. Déjà, ceux ci, d’une certaine façon, ont commencé à fêter de la sorte le prochain départ de Vialelle, le mercredi 11 décembre dernier.
Un seul mot d’ordre : Arcasse toi !
5décembre 2013 P.B.
*Devant tant d’ingratitude, Pierre Teillaud a jeté l’éponge. En définitive, c’était le moins mauvais
de la bande.
« Hollande caresse la finance, le peuple répond résistance ! »
(un des slogans de la manif. du Front de Gauche du 1er décembre 2013)
Le grand marché transatlantique ne se fera pas !
Le Parc Régional et l’éolien industriel

Pour le projet éolien de Ferrières-Poussarou (qui, rappelons-le, se situe sur la crête des Avant-
Monts, se verra de partout, et impactera lourdement notre région), les élus du Parc avait d’abord
émis un avis défavorable, et, sans qu’il y ait rien de nouveau, juste avant l’enquête publique, ils se
sont reniés. Après l’article du Canard Enchaîné sur la collusion entre la Ligue de Protection des Oiseaux
de l’Hérault et EDF EN, il y a vraiment de quoi se poser des questions.
C’est d’une absurdité sans nom :
Pour « gagner » trois sous (La commune Ferrières et la Communauté de communes se partageraient
200 000 €), les élus sacrifieraient des ressources importantes : le tourisme rapporte au bas mot 30
millions d’euros sur la zone concernée et les Bâtiments et Travaux publics, 40 millions.
Que disent les professionnels du tourisme ? que des sites abîmés pourraient voir leur fréquentation
baisser de 30 % à 50 %. (cf. le journal « Le Parisien » du 11 novembre 2013)
Même si on se place dans une estimation très basse, soit seulement 10 %, cela ferait 7 millions
de perte de ressources (avec évidemment des emplois qui sauteraient).
Car qui viendrait séjourner pour ses vacances au pied d’éoliennes géantes ? Qui construirait ou achèterait
une maison avec un paysage abîmé ?
Pour obtenir 200 000 €, perdre au grand minimum 7 millions d’euros ! C’est d’une bêtise !
Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
1 décembre 2013 7 01 /12 /décembre /2013 16:35

Le militant communiste propalestinien est incarcéré depuis près de trente ans. Or une simple signature du ministre français Manuel Valls suffirait à rendre au Libanais de 62 ans sa liberté.

«Je suis ici, Messieurs, pour vous demander simplement de bien vouloir laver vos mains maculées de notre sang et du sang de nos mômes, avant de prétendre nous juger, car celui qui accepte de fouler aux pieds le sang de vingt-cinq mille morts tombés au Liban lors de l’invasion impérialo-sioniste de 1982 ne peut qu’être le complice direct de Reagan et de Begin dans leur guerre d’extermination contre notre peuple.» Ces paroles, Georges Ibrahim Abdallah les a prononcées le 26 février 1987, lors du procès qui allait conduire à sa condamnation à perpétuité par la cour de justice de Paris, pour «complicité d’assassinats» en tant que leader supposé de la Fraction armée libanaise révolutionnaire (FARL), responsable des meurtres du lieutenant-colonel Ray, attaché militaire adjoint des USA en France, et de Yacov Barsimentov, conseiller à l’ambassade d’Israël.
A l’époque, ce militant communiste et pro palestinien a vécu les affres de dix années de guerre civile au Liban. Il vient d’assister impuissant au massacre des Palestiniens réfugiés dans les camps de Sabra et Chatila en septembre 1982 par les phalangistes chrétiens libanais, sous les yeux de l’armée israélienne, tandis que la Force multinationale venait d’escorter dix mille combattants palestiniens hors du Liban. Un massacre jusqu’à ce jour impuni.

Un avocat barbouze
Vingt-neuf ans après son arrestation à Lyon le 24 octobre 1984, le Libanais désormais âgé de 62 ans est, lui, toujours enfermé en France, lui donnant le statut peu enviable de plus vieux prisonnier politique d’Europe. Paradoxe: plus sa détention se prolonge, plus les preuves sur l’opacité de son inculpation s’accumulent, au même titre que le nombre de personnalités de tous bords qui réclament sa libération.
Arrêté au départ pour possession d’un faux passeport algérien, Georges Ibrahim Abdallah est condamné une première fois en 1986 à quatre années de détention pour détention d'armes et d'explosifs.
Un an plus tard, lorsqu’il comparaît à nouveau, la France vient d’être le théâtre d’une vague d’attentats meurtriers, faisant treize morts et plus de trois cents blessés, revendiqués par le Comité de solidarité avec les prisonniers politiques arabes (CSPPA), qui exige la libération d’Anis Naccache, de Varoudjian Garbidjian et de Georges Abdallah.
Sauf que, entre les deux procès, la Direction de la surveillance du territoire (DST) découvre soudain l’arme utilisée dans les attentats de Charles Ray et de Yacov Barsimentov, dans un appartement parisien loué par Georges Abdallah. L’avocate Isabelle Coutant-Peyre, alors membre de l’équipe de sa défense, s’étonne: «Le tribunal n’a pas hésité à condamner notre client à la prison à vie, malgré les protestations de l’équipe de la défense que les preuves contre lui n’étaient pas incluses dans le procès initial et aient été fabriquées plus tard pour le faire condamner rétroactivement», livre-t-elle au quotidien libanais al-Akhbar.
Une condamnation à vie d’autant plus dure à avaler que son premier avocat, Jean-Paul Mazurier, n’est autre que la taupe qui a renseigné la DST contre son propre client pendant plusieurs années: «Le plus grand danger que j’ai connu, c’est de me retrouver seul après une rencontre avec Abdallah, pas fier de moi. C’est affreux d’exploiter la conscience d’un homme, de berner l’autre», se repentit-il en 1987 dans le livre L’agent noir du journaliste de Libération Laurent Gally, ouvrant la porte à une possible annulation de la procédure judiciaire.
Autant d’anomalies qui font aujourd’hui sortir de sa réserve le patron de la DST de l’époque, Yves Bonnet: «J’ai un problème de conscience dans cette affaire», déclare-t-il en 2012 à La Dépêche du Midi en parlant de «vengeance d’Etat». Alors que Georges Abdallah entame sa trentième année derrière les barreaux, Yves Bonnet rappelle que des trois condamnés à perpétuité dont la libération était réclamée par le CSPPA, seul Abdallah est encore sous les verrous. Un malaise d’autant plus prononcé qu’Abdallah devait être échangé contre Gilles Sidney Peyroles, Français pris en otage à Tripoli, au Liban, par les FARL en 1985. Seul l’otage français a été libéré. «La France a trahi la parole donnée et on a voulu faire croire qu’à l’époque, Bonnet avait négocié tout seul», dénonce-t-il, amer.

Détenu exemplaire
«Il possède une aura impressionnante. Il tempère beaucoup les ardeurs des autres détenus, il les influence beaucoup dans le bon sens du terme», témoigne un surveillant pénitencier à La Semaine des Pyrénées, qui côtoie depuis quinze ans Georges Abdallah dans la prison de Lannemezan. Selon l’article 720-4 du code pénal français, «lorsque le condamné manifeste des gages sérieux de réadaptation sociale, le tribunal d’application des peines peut (...) décider qu’il soit mis fin à la période de sûreté prévue par l’article 132-23 du code pénal». Une largesse qui n’a pas été accordée au détenu 2388/A221, malgré son comportement «exemplaire».
Mais l’article 132-23 en question plafonne à dix-huit ans la période de sûreté pour un condamné à perpétuité, au-delà desquels une libération conditionnelle est envisageable. Passé cette période, la défense de Georges Abdallah a déposé neuf demandes de libération conditionnelle. Mais rien n’y fait. Quand la demande n’est pas rejetée en 2003, le parquet fait appel et la libération accordée par le tribunal de Pau est annulée.
Le 21 novembre 2012, le tribunal d’application des peines accepte une nouvelle fois la demande de liberté conditionnelle et rejette cette-fois l’appel du parquet. L’espoir renaît. «Au Liban, il y a eu des feux d’artifice et des fêtes organisées pour l’attendre. Dans la prison de Lannemezan, une soirée a été organisée avec les surveillants de prison. Et finalement rien. A partir du moment où la commission nationale d’observation a déclaré qu’il était exemplaire, ce qui a poussé la justice à le libérer, le maintenir en prison devient une séquestration. Sauf à dire que le pouvoir se fout de la justice en France», s’insurge Soraya Chekkat, membre du comité de soutien à Georges Abdallah, qui lui rend visite en prison depuis bientôt dix ans.

Pressions de Washington
Car la décision du tribunal est prise «sous réserve qu’il fasse l’objet d’un arrêté d’expulsion du Ministère de l’intérieur» à destination du Liban, où les autorités sont prêtes à l’accueillir. «Mais cette expulsion-là, pour une fois, Manuel Valls hésite à en donner l’ordre», ironisent le journaliste Daniel Schneidermann et l’écrivaine Chloé Delaume, auteurs d’un livre d’autofiction autour de la guerre civile au Liban, Où le sang nous appelle. Chloé Delaume n’est autre que la nièce du militant propalestinien, son seul lien de parenté en France, et qui pourtant n’a pas obtenu le droit de visite. Pourquoi un tel acharnement contre ce détenu sans problème, dont la libération a même été demandée par des sénateurs et des députés de gauche, dans une lettre ouverte au président de la République le 23 octobre 2013?
«Nous savons tous que la situation des prisonnier-e-s révolutionnaires n’est que formellement fonction des décisions judiciaires; ce sont toujours les instances politiques qui en délimitent à la fois le contenu et le pourtour», écrit Georges Abdallah en 2004 à l’adresse des membres de son comité de soutien. «Ce n’est pas la justice française qui le maintient enfermé. Chaque fois qu’il est libérable, il y a un coup de fil des Etats-Unis», abonde Soraya. Un constat opéré tant par son avocat Jean-Louis Chalanset, qui parle de «discussions d’Etat à Etat», que par les signataires de la lettre ouverte à François Hollande, qui demandent «de mettre un terme à cette injustice et de prendre les mesures, quelles que soient les pressions étrangères», sans nommer les Etats-Unis, qui sont partie civile dans le procès du militant propalestinien.
«Nous avons des inquiétudes légitimes quant au danger qu’un M. Abdallah libre représenterait pour la communauté internationale», a en effet réagi le porte-parole du Département américain à la suite de l’annonce de sa libération possible le 21 novembre 2012. Une annonce suffisante pour faire trembler la main de Manuel Valls au moment de signer l’arrêté d’expulsion?

LUNDI 25 NOVEMBRE 2013

http://www.lecourrier.ch/116587/georges_ibrahim_abdallah_plus_vieux_prisonnier_politique_d_europe

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans Georges Ibrahim Abdallah
commenter cet article
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 19:30
« Depuis la chute du mur de Berlin, la gauche est dans la broyeuse : débris et divisions partout. A la CNT, au NPA,
au Front de Gauche, c’est partout la merde. Nous ne construirons pas une autre politique à gauche avec les gravats
du mur ! » Clément Méric, tué à 18 ans par les fachos, en juin dernier.
Organisons nous ! Soulevons nous !
La révolution qui vient n’aura pas d’avant-garde, seulement des agents de liaison qui travaillent à éveiller et faire circuler les devenirs révolutionnaires. Pessimisme de la raison, disait Gramsci, et l’on a vu le résultat dans un monde qui craque de toutes parts, le pessimisme ne fait que redoubler la mort en cours.
Donc, voilà, puisque le temps presse, pressons le pas, mesurons notre puissance, rencontrons-nous.
Premières mesures révolutionnaires Eric Hazan (Editions La Fabrique)
Le saviez vous ?
1 Article Midi du 4 oct. 2013 Transition énergétique : Les Parcs donnent l’exemple
Cette ode éhontée au P.R.N.H.L. est captieuse. Le correspondant cite la maîtrise de l’énergie et évoque les pistes potentielles et intelligentes. Filière bois par exemple. Mais celle-ci, aujourd’hui, est une arnaque.
Depuis le scandale révélé de la cyperthrine, nous savons tous que les forestiers du plateau de La Salvetat exportent un maximum de bois en Chine* et que rien n’est fait réellement pour « produire » localement.
Le même correspondant, très zélé, annonce fièrement que notre Parc produit 38 % de sa consommation énergétique globale (la moyenne nationale serait de 6 %) sans dire qu’il inclut dans son calcul la production des éoliennes, qu’il ne cite jamais, et que les fameux 38 % ne sont pas « consommés » sur le territoire, mais exportés. Alors, le(s) Parc(s) donne(nt) l’exemple ? Que dalle ! De plus, leur « com » est de plus en plus trompeuse : les Parcs ne sont, en fait, que des territoires industriels livrés au capital, aux multinationales voraces et à leurs complices : certains élus complaisants, cupides et intéressés claniquement…
P.B.
*Géo n° 416 d’octobre 2013, page 66 : « … le mètre cube de grumes que l’on vend environ 80 € à l’étranger,
revient en France, après sciage et séchage, au prix de 500 € ! S’il a été transformé en meuble, il peut même être importé à 2000 € ! Un désastre commercial et social : une centaine de scieries ferment chaque année. Et 30 000 emplois ont été perdus en trois décennies. »
2 Le sous-préfet De Maistre serait-il maudit dans l’Ouest de l’Ouest des Hauts-Cantons ?
(ce que n’ont pas dit les correspondants du Midi Libre)
Fin septembre, le sous-préfet, Kléber Mesquida et Robert Tropéano sont allés bader à la cave coopérative de Cessenon sur Orb. Mais des parents d’élèves excédés les ont accueillis vigoureusement. Ils reprochent à nos fabuleux parlementaires de ne pas avoir tenu leur promesse : l’an passé, sur la tombe de l’ancien maire, ils avaient fait le serment de faire construire une salle de sport pour les gamins (voeu de l’ancien maire), mais oublièrent immédiatement, comme d’habitude, la parole donnée… Les deux parjures
durent essuyer les lazzis et les quolibets et le sous-préfet se défiler par une porte dérobée. Après Saint- Julien, La Salvetat, maintenant Cessenon : l’air du piémont héraultais prolétarien doit être trop tonique pour lui… et il peut remercier les élus locaux d’avoir gâté l’atmosphère de notre « bèl païs », et ses sorties aux champs !
3 1713 Affiche de la Fête de la châtaigne 2013
La cathédrale dans son état originel ?
Il faut savoir qu’en 1567, le choeur et le cloître ont été détruits par les protestants. En 1713, la façade classique actuelle n’était pas reconstruite, et le choeur était ouvert à tous vents.
Un évêque représenté de dos. Symbolique de Christian Auzias ? Ce serait assez bien vu, mais il lui manque la guitare (on n’est pas à une contradiction près).
Une bande de gueux avec fourches, pics et faux. Mais qui cela peut-il représenter ? Il n’y a jamais eu de jacqueries à Saint-Pons même... Dans tous les cas, cela ne peut être l’image, petite bourge, des Allianz,
Marcory, Bouygues, sponsors de la fête, et encore moins du mégalo accaparateur dont on voit la moitié de la tronche en bas à droite…Quant au doigt de l’évêque, que pointe-t-il ? Les cieux ou les masses populaires ? voire les deux ?
4 Boudet, directeur électrique du centre hospitalier Saint-Ponais
Tout petit, dans sa famille, on l’appelait « la foudre » parce qu’il était le plus nerveux. Aujourd’hui encore, il refuse d’être branché à la masse. Le câble du paratonnerre pend, coupé, le long du mât… A quand la grande secousse ? Et que font le chef des pompiers, la commission de sécurité et autres éclairs ?
N’est-ce pas de leur responsabilité ?
Nous manquons vraiment de lumière(s) à Saint-Pons…
5 A celui qui aura la plus grosse !
A Saint-Pons, nous avons une pastèque géante de 15 kg produite par Quinonero, mais à Courniou.
Un autre a récolté un navet de 5kg900, baptisé Jean-Pierre
Dix éoliennes géantes sur les Avant-Monts
une grosse verrue qui va impacter lourdement le « païs »
Les gens ne se rendent pas compte de l’effet que feront ces éoliennes si Tarbouriech, le maire de Ferrières-Poussarou, arrive à ses fins : le paysage sera mutilé et le tourisme en prendra un sacré coup, surtout si, encouragée par un succès que nous lui contesterons jusqu’au bout, EDF prolonge la ligne d’aérogénérateurs jusqu’à Naudech (ce qui nous promet du plaisir). La fréquentation des touristes pourrait bien baisser de 30 % à 50 % sur les sites abîmés, selon les professionnels du tourisme. Et les professionnels du vignoble Saint-Chinianais ne s’y trompent pas : ils se mobilisent fortement contre ce projet (car nous ne sommes pas les seuls à être concernés, puisque ces éoliennes se verront depuis Béziers !).
Une protestation vigoureuse a été déposée dans les mains du commissaire enquêteur.
Dans notre « païs », à l’ouverture de l’enquête publique, à Olargues, le 28 octobre, près de 70 citoyens sont venus affirmer leur opposition catégorique à ce projet, ce qui fit un beau succès. Près de 50 étaient venus pour la première présence du commissaire enquêteur à Ferrières-Poussarou. Nous invitons à une présence forte le dernier jour de l’enquête publique à Ferrières le 29 novembre ! (à la mairie, l’après-midi).
Nous devons faire échouer ce projet !
« Quand on est de gauche, on n’a pas la matraque en guise de coeur. Et celui qui n’a pas de mémoire n’a pas d’avenir ! »
Un fils de manouche à Manuel Valls, en défense de nos frères et soeurs Roms.
A voir
La Terre parle arabe, un film de Maryse Gargour
Un film qui traite de la vérité brûlante du nettoyage et de la spoliation de la terre palestinienne par les sionistes,
à la salle du Fil des Arts à Prémian, le 13 décembre 2013, à partir de 20 H
Intervenant :Douraid Houalla
Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
10 novembre 2013 7 10 /11 /novembre /2013 13:07

Nous lisons avec attention les déclarations ridicules de Jean Michel Duplaa et que faut-il en déduire ?

D'abord qu'il essaie désespérément de perdre avec la veste la moins large possible et de rallier le front de gauche au premier tour. 

Bien sur, lui qui n'a rien d'un homme de gauche ni d'un socialiste (n'importe quel clampin peut avoir une carte...) ne s'embarrasse pas de convictions de "gauche" quant il s'agit de préserver ses intérêts. Du coup, il s'imagine que les communistes sont prêts à faire la même chose. On peut dire que l'on n'est pas d'accord avec le gouvernement mais quoi qu'il arrive, dans la tempête, préservons ensemble nos intérêts.

Oui mais voilà, il semble quand même que la base communiste en ait assez des revirevements incessants de ses "chefs" et aimerait bien garder une ligne de conduite dite "de gauche".

Aimé Couquet ne doit pas savoir comment manipuler les foules dans ces conditions et depuis quelques temps il devient compliqué pour lui de faire avaler la pillule à ses militants. La pillule de l'alliance au premier tour avec JMD. 

Il va bien essayer de le faire quand même, leur longue amitié arrivera bien à mettre quelques convictions de gauche au placard dans un intérêt qui n'a rien de général.

Quand au grand rassemblement socialiste....il n'aura pas lieu !!

Charte ou pas charte de ralliement au grand manipulateur de la primaire, il peut toujours s'accrocher avant que les militants s'associent à sa campagne et malgré ses manipulations pour mettre tout le monde sur la photo en signe de soumission (demande auprés de solférino et de Bourgi pour être colistier), cela n'arrivera pas. 

Les socialistes sont cons, c'est un fait, mais pas au point de croire à des combines aussi grossières et stupides. 

Mon pauvre vieux, penser rallier les 4 sections en donnant les dernières places aux sections les plus méprisées et en selectionnant les colistiers via Paris, c'est pitoyable. Parce qu'en plus d'être un gros nul, il a pas l'âme d'un leader. 

Déjà que son amitié avec Robert Ménard à colorée son âme déjà bleue en bleu marine,  espérons "ensemble" que la liste dissidente ne lui permette pas de passer le premier tour.

Dans l'intérêt du socialisme !


Bouillaquette

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans Les bouillaques de Beziers
commenter cet article
31 octobre 2013 4 31 /10 /octobre /2013 08:27

Nous avons bien pris connaissance de la puce  de Midi Libre et nous voulons y apporter juste quelques précisions.

Concernant "la rumeur improbable" 

FAUX, non seulement elle est probable mais cela devient une évidence, il y aura bien une liste dissidente PS aux municipales 2014 sur Béziers. 

Quant à la question posée 

Quels socialistes voudraient se faire exclure du parti : tous les militants (de plusieurs sections) qui sont justement socialistes et donc peu en phase avec les actes du gouvernement. Une exclusion, loin de les déranger, ne ferait que confirmer l'éloignement de la base d'un gouvernement libéral qui les ignore.

 

En ce qui concerne la "veste" 

Un, ils n'ont rien à perdre sinon montrer que le socialisme c'est autre chose que cette pantalonnade affichée lors des primaires

Deux, elle sera à peu près égale à celle de Jean Michel Duplaa.

Trois, si elle ne fait que 10 voix, cela toujours cela en moins que ce professionnel de la politique,  cul et chemise avec le FN aura.

Quatre, elle compte faire plus de 10 voix, dans la mesure où elle sera composée de nombreux militants et tout le monde sait que ce sont les militants qui sont dans les rues au PS et qui pratiquent le porte-à-porte.

 

Maintenant JMD n'a de main que la sienne qu'il met autant que possible dans sa poche.

 

Bouillaquette

 

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans Les bouillaques de Beziers
commenter cet article
26 octobre 2013 6 26 /10 /octobre /2013 21:00

On vient d'apprendre qu'une liste dissidente PS est en cours de constitution !

Cela ferait la cinquième liste officielle.

Jean Michel Duplaa  PS

Front de gauche avec Aimé Couquet

Elie Aboud UMP

Menard  FN

Ecolo peut être

Liste éventuelle d'Agnès Julian

Nouvelle liste "socialiste" dissidente

Décidément,  le rassemblement n'est pas le fort de JMD. Il faut dire qu'avec Robert Menard, a force de s' autocongratuler,  les militants socialistes, c'est a dire de gauche, ont du se poser pas mal de questions.

Le comble, c'est que dans cette liste les socialos vont se faire exclure du PS alors qu'ils seront les seuls à être et  à proposer un programme socialiste !

On a cru comprendre qu'une conférence de presse sera donnée mi novembre.

Attendons de voir ce qui va en sortir. Il semble que les artisans et les chefs d'entreprises constituent une bonne partie de la liste.

Bouillaquette

 

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans Les bouillaques de Beziers
commenter cet article
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 10:46

Et oui, cette primaire comme toutes les autres, était bourrée de contestations et de PV à chaque bureau...tous passés sous silence médiatique.

Cette victoire, largement prévisible, n'est que le reflet de magouilles internes et n'apporte rien de neuf sinon qu'enfin JMD va pouvoir remettre ca avec son complice Aimé Couquet qui va s'empresser de s'allier à son pote. 

Les convictions dans tout ca.....

Bref, nous y étions !

Et notre constat c'est un afflux de personnes "plutôt de droites" qui se sont montrées d'ailleurs réticentes à signer la charte de gauche.

Un afflux de personnes en grande précarité plutôt à gauche du PS.

Il y en avait pour plusieurs candidats, les bourges et les clientélistes.

Maintenant on peut rigoler, en place et lieu de la grande unité souhaitée par le vainqueur voilà les règlements de comptes qui démarrent. 

Vive les poubelles du conseil général !!!

Plus questions de charte éthique et compagnie, l'heure est au régal et au démarrage de la campagne "républicaine" derrière Elie Aboud. Lol !!

Il va pouvoir rouler tranquillement vers sa branlée et avec un peu de chance il fera un strike et ne sera pas au deuxième tour.

En définitive, il vaut mieux ne pas être sur cette liste de branquignols afin de ne pas être éclaboussé par cette large défaite.

Quand on pense que la gauche du PS crie à tort et à travers que la politique du PS est de droite et qu'ils vont s'allier minablement à JMD sur Béziers, c'est pitoyable et montre bien la déchéance de ce parti.

Du coup nous lançons un appel :

- il se murmure qu'un certain conseiller général aurait donné ordre à ses secrétaires du CG de fournir 12 signatures  chacune pour les parrainages

- il se murmure que les bénéficiaires du RSA ont été contacté pour le vote et les parrainages

Nous investiguons....

APPEL A TEMOIGNAGES

Si vous êtes dans un de ces cas ou si vous avez subi des pressions et que vous êtes dans une situation précaire, vous pouvez nous faire parvenir votre témoignage en toute confidentialité.

 

Bouillaquette

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans Les bouillaques de Beziers
commenter cet article