Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 mai 2015 4 14 /05 /mai /2015 09:50

Après avoir vécu 45 ans en France, Chérif Boudelal s'est vu refuser la nationalité française, pour avoir participé à des manifestations pro palestiniennes. Soit un crime de lèse intégration.

Avis à la population. Tout au moins à celle qui ne compte pas. Du genre pas « de souche », très immigrée avec des noms peu catholiques, de ceux qui font trembler Robert Ménard.  Que ces hommes et ces femmes sachent, s’ils souhaitent obtenir la nationalité française, qu’il leur est désormais interdit de protester contre le misérable sort fait à la Palestine.  Pour ceux-là, les : « Nous sommes tous des Palestiniens », « Halte aux bombes sur Gaza », « Stop au blocus » sont interdits… C’est non, non, non ! La loi est la loi, dure mais juste, et elle est nouvelle : on ne saurait être Français et manifester contre la mort, lente ou rapide, à Gaza. Protester contre les enfants que l’on tue, les femmes que l’on assassine, les vieux que l’on exécute et les missiles pulvérisent.

Terroriste présumé

Pour avoir manifesté sa solidarité à ce peuple nié, assassiné, le sieur Chérif Boudelal s’est fait renvoyer sa demande de nationalisation à la figure, tout cela dans une lettre bancale signée par un certain Jean-Michel Giraudet. Le courrier date de 2010, mais ce n’est qu’aujourd’hui que celui qui se voit recalé national l’a rendu public et l’affaire reste un cas d’école.

Un type formidable, ce Giraudet,  n’est-il pas, alors, le « Chef du second bureau des nationalisations », un job qui n’est pas donné à tout le monde et l’on souhaite à ce monsieur d’accéder au plus vite à la tête du « Premier bureau ». En préambule, demandons à monsieur Giraudet, l’auteur de la missive, d’observer que  -pour un Arabe- monsieur Boudelal est pourtant une perle : il n’a assassiné personne, volé personne et jamais dévoré de petits enfants. Mais ces états de service ne suffisent pas.

Notre homme de l’Intérieur (qui n’est pas sans qualité) et qui porte aussi le titre considérable de « Conseiller d’administration », observe que l’impétrant n’a pas de « revenus suffisants »… C’est vrai, il vit moins largement que la présidente de l’INA et roule moins en taxi. Il survit comme des millions de citoyens de chez nous. Survit pour partie avec un subterfuge peu recommandable, par exemple celui d’écrire des livres comme « l’Immigration de peuplement en France au XXIe siècle », bouquin qui ne dit pas que du bien du passé de notre pays chéri.

Non, ce qui grippe l’affaire, fige l’huile dans les rouages de « l’intégration », c’est le goût  qu’a le camarade Chérif de lutter contre l’injustice. Là, je comprends le Conseiller-Chef. Imaginons que, devenu Français, Monsieur Boudelal se mette à protester contre le chômage, l’école à quatre vitesses, la TVA si injuste et autres contrôles au faciès ? Admettre ce type d’individu dans notre chaleureuse communauté c’est prendre un vrai risque terroriste. Et, par parenthèse, il est plus que vraisemblable que cet indigène venu d’ailleurs, soit assez peu Charlie et bien incapable de réciter une seule page des sublimes œuvres de Philippe Val, le nouveau catéchisme virtuel qui sert de sas pour passer sous les plis du drapeau tricolore.

"Paix comme Palestine"

Ainsi donc le sieur inapte à la France, nous dit le Chef dans un style imitable, mais admirable puisqu’il fait une économie de mots donc d’imprimante. Notre ami serviteur de l’Etat écrit : « vous avez des liens un mouvement responsable d’actions violentes et prônant une pratique radicale de l’islam : le collectif « paix comme Palestine ». Observons qu’il manque le mot « avec » entre « liens » et « mouvement » ;  et que « Paix »  prend une majuscule. Mais fermons les yeux au nom de cette encre qui n’est pas jetée par les fenêtres.  Quand même, cela dit en passant, on pourrait envisager de faire passer des tests d’écriture au « Deuxième bureau » afin de vérifier si son mauvais usage du français courant est compatible avec sa qualité de « Français »…

Or donc, le Chef du Second bureau des nationalisations n’est pas un ignorant, sans quoi il ne serait pas là. Il dit donc qu’il sait, lui Giraudet, que « paix comme Palestine » est : « le relais local du comité de bienfaisance et de secours aux palestiniens ». Observons, toujours le même symptôme que notre fils de Courteline est fâché avec les capitales (comme la peine). Si le sieur Giraudet écrivait au président de la République, il en mettrait dans grandes et grosses lettres à tous les mots pour terminer par  « que Votre Grâce veuille bien accepter de mon infime personne l’expression…. de mon immense Considération ».  Là, pas du tout, le Comité de Bienfaisance et de Secours aux Palestiniens (CBSP) ne plait pas au citoyen Giraudet. Alors il le minuscule.

Enfin que découvrons-nous (mais, bon Dieu, que fait la DGSI ?), que Boudelal le 17 janvier 2009 à Avignon, alors qu’un doux Plomb durci réchauffait  opportunément Gaza, que Boudelal a saisi un mégaphone pour donner des nouvelles, venues de la Bande. Des nouvelles (chaudes) communiquées par le Hamas. Ben dis donc. Ce type au lieu de demander la Nationalité ferait mieux de se réjouir de ne pas être au trou pour « liens avec une entreprise terroriste ». En plus, notre ennemi de l’Intérieur demande la libération de George Ibrahim Abdallah, un ami de la Palestine qui est otage en France depuis trente ans.

Moralité : tout individu qui ne soutient pas l’injustice et la mort -ce que propose gentiment Israël aux Palestiniens- n’est pas un bon  français.

Par Jacques Marie BOURGET

http://mondafrique.com/lire/editos/2015/05/11/un-bon-francais-ne-doit-pas-defendre-la-palestine

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
10 décembre 2014 3 10 /12 /décembre /2014 13:24

 7 December, 2014 by 

Loin des feux de l’actualité le drame grec continue à se dérouler : austérité extrême, naufrage social, impasse politique. La grève de la faim de Nikos Romanos, anarchiste de 21 ans emprisonné symbolise la descente aux enfers du pays.

Le contexte économique

Comme le mauvais élève qui gâche l’image de la classe idéale, l’échec flagrant grec rappelle à l’Europe que la recette de l’austérité extrême qu’elle impose à son Sud est une voie sans issue. Alors que l’Espagne, le Portugal et surtout l’Irlande sont officiellement sortis du régime de la Troïka, prouvant ainsi aux yeux des convaincus que le remède était bon, la Grèce est à la peine.

La tentative du gouvernement de Samaras de mettre la Troïka devant le fait accompli, en empruntant sur les marchés financiers, pour se débarrasser de la sa tutelle étouffante, a échoué lamentablement. Avec une naïveté et un amateurisme de notable de province, le Premier ministre s’est mis à dos ses propres alliés : le gouvernement allemand, la Commission européen, le FMI.

Désormais les créanciers ne lui feront plus de cadeaux. C’est ainsi que leurs exigences se sont encore durcies et les humiliations se sont multipliées en ce mois de décembre. Plutôt qu’une sortie du « Mémorandum », la tutelle directe du pays par la Troïka, les créanciers proposent une prolongation de celui-ci au-delà de sa fin officielle, fin 2014.

Mais pour ce faire, et pour débourser les milliards du prêt promis qui empêchent la banqueroute, ils demandent toujours plus et plus vite : augmentations nouvelles de la TVA, relèvement supplémentaire de l’âge du départ à la retraite, gel de pensions jusqu’en 2017, diminution des salaires de fonctionnaires, coupes additionnelles dans le budget de l’Etat…De quoi détruire un peu plus le tissu social et économique du pays déjà en décomposition.

Le contexte politique

Ces mauvaises nouvelles pour le gouvernement en place arrivent dans un contexte politique tendu. En mars 2015 le Parlement doit élire un nouveau Président de la République, fonction honorifique mais dont l’élection demande une majorité de 180 députés sur 300. Or la coalition gouvernementale, composée de la droite et du Pasok, n’en dispose que 155.

Si le gouvernement ne réussit pas à réunir le nombre de voix exigé, il sera obligé de convoquer des élections anticipées qui verraient à coup sûr la victoire de Syriza, en avance dans tous les sondages.

C’est exactement cette éventualité que Samaras et ses alliés tentent d’éviter à tout prix : intimidation des députés indépendants, tentatives de rachat de leurs voix, pressions diverses, chantage à la fuite des capitaux et la sortie de l’euro, pêche aux électeurs d’Aube dorée, provocations policières dans le but de déclencher des violences dans la rue. Tous les moyens sont bons pour perpétuer l’existence de ce gouvernement et de ce Parlement, en contradiction flagrante avec la volonté populaire, en usant de la peur.

Hero des Hunger Games réels

C’est dans ce contexte tendu qu’intervient la grève de la faim de Nikos Romanos qui refuse de s’alimenter depuis 25 jours et dont la vie est en danger selon les médecins. L’histoire de Romanos est celle d’une descente aux enfers, parallèle à celle du pays.

Elle commence le soir du 6 décembre 2008 au centre ville d’Athènes quand, lors d’une altercation verbale, un officier de police exécute froidement le meilleur ami de Romanos, Alexis Grigoropoulos, 15 ans, devant ses yeux. Ce meurtre a déclenché un raz de marée de frustration et de colère refoulée : des milliers de jeunes Grecs sans avenir, déjà, ont bloqué les routes et se sont affrontés à la police pendant des semaines. C’était le prélude à la catastrophe qui allait suivre.

Romanos a refait surface quatre ans plus tard sur les écrans de télévision, le visage tuméfié par les coups de policiers qui l’ont arrêté avec trois de ses camarades anarchistes pour vol à main armée et prise d’otage. En ce moment-là, en 2012, la crise battait son plein. En prison en attente de jugement, il a épousé sa petite amie et a passé l’examen lui permettant de s’inscrire à la fac, comme la loi le permet.

Sauf que la loi en Grèce est relative. Elle s’applique selon les cas et celui-ci est particulier. L’Etat autoritaire et le gouvernement aux penchants d’extrême droite veulent leur revanche. C’est ainsi que le permis de sortie pour suivre des cours à la fac est refusée à Romanos. Après 25 jours de grève de la faim, sa vie est désormais suspendue à un fil.

Entre temps, son combat est devenu une parabole de la crise, une métaphore de la perdition sociale et personnelle que tant de Grecs vivent au quotidien. Pour ses partisans, c’est désormais une figure presque mythique, le héros des Hunger Games réels comme l’a écrit avec justesse Maria Margaronis dans The Nation.

Mouvement de solidarité et provocations

C’est ce qui pousse de nombreux Grecs à montrer leur solidarité : dans les rues les manifestants crient leur colère ; dans l’hôpital où Romanos est gardé les personnels de santé offrent leur soutien ; dans les prisons les détenus refusent de rentrer dans leurs cellules ; dans des nombreuses occupations, comme celles des centrales syndicales d’Athènes et Thessalonique ; devant les micros des journalistes où universitaires, intellectuels et artistes demandent que la loi soit appliquée.

Ce weekend les milliers de manifestants dans de nombreuses villes ont à la fois commémoré le sixième anniversaire du meurtre d’Alexis, exprimé leur solidarité avec son ami et leur opposition aux nouvelles mesures de casse sociale. Ils se sont trouvés face à une mobilisation policière monstre : 8 000 policiers dans Athènes, des canons à eau, des centaines de grenades offensives – comme celle qui a tué Remi Fraisse -, et des lacrymogènes.

Aussi pour la première fois tant des policiers en civil, déguisés en émeutiers, ont fait leur apparition en masse.Protégés par les CRS, ils ont été vus mettre le feu, casser des vitrines et agir en imitant les anars. Sauf que, contrairement à ces derniers, à la fin de chaque action ils se rangeaient sagement derrière les cordons de police, comme dans cette vidéo, tournée samedi soir par un journaliste radio. Il faut croire que le gouvernement est vraiment désespéré et prêt à toute provocation pour rester eu pouvoir. Ce qui le rend dangereux…

 

http://ephemeron.eu/1392

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans Les bouillaques de Beziers
commenter cet article
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 14:21
« Sachant que les humains n’accepteraient pas leur non-éternité, la Mort, miséricordieuse, leur a fait la charité de Dieu. »
Lény Escudéro

 

NON à la théocratie* !

 

 Le pape n’avait rien à faire au parlement européen. Et s’il venait en chef d’état, il aurait dû s’habiller en pékin… Il a, dit-il, la prétention de réveiller l’Europe. La « résurrection » du vieux continent et de la planète ne se fera pas par un retour global à l’obscurantisme religieux, mais par une révolution prolétarienne internationale.

 

 Ce n’est pas d’une crise de spiritualité dont souffrent les masses populaires, mais d’une injustice sociale.

 

Il faut partager les richesses présentement et non caresser l’espoir d’un monde meilleur dans un audelà hypothétique. Escroquerie morale qui perdure depuis des millénaires, fond de commerce des religions monothéistes, qui entretient un asservissement au capital, au système de domination d’une minorité sur une majorité.

 

*gouvernement dans lequel les prêtres exercent l’autorité au nom de Dieu

 

Pierre Blondeau

 

 Le saviez vous ?

 

1 Front National

 

 Ce parti qui n’aime pas les estrangiers (doux euphémisme) vient d’emprunter à une banque russe 9 millions. Comme quoi l’argent n’a pas d’odeur. Son trésorier, Wallerand de Saint-Just*, pleurniche : « Les banques françaises et européennes refusent catégoriquement de prêter le moindre centime au F.N. » Mais ce triste argentier ne donne pas les raisons de ces rebuffades. Implosion de la maison ? Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf ? Cela sent le sapin (vert de gris)…

 

* Il faudra consoler Louis-Auguste de Saint-Just, l’archange du Comité de Salut Public. Quoique… il y avait bien un De Gaulle dans le parti néo pétainiste…

 

2 Humeurs matutinales

 

 Dimanche, 6 H 28, annonce la radio. Je termine un petit tour de ville. C’est l’automne, il fait franchement nuit.. Un seul petit bistrot ouvert, près de la cathédrale. Chic, la serveuse, toujours souriante, est revenue.

 

Elle manquait au pays.

 

 En contrepartie, un de nos conseillers municipaux a disparu. Droit commun ? Prisonnier politique, peut-être ? Comme dirait un ami artiste : « Que nous cache-t-on ? ». On devrait pouvoir savoir si on a été « trompé » aux dernières élections. C’est bien un minimum.

 

 Décidément, ce matin, j’aurais dû rester dans mon lit douillet. Brassens avait raison : les temps d’antan nous semblent bien plus vivants…
Prolozoff 

 

3 Projet de barrage de Sivens
 L’Europe s’en mêle (enfin) . 26.11.2014 : la Commission européenne vient d’ouvrir une procédure d’infraction contre la France pour non respect de la législation européenne, et suspend les 2 millions d’euros de financement (sur 8,5) qu’elle avait accordés pour la réalisation de ce projet à la con… Cette même commission juge que « les autorités françaises ont lancé ce projet nonobstant la détérioration de l’état écologique de la masse d’eau qu’il est susceptible d’entraîner. » Mais attention le projet n’est pas mort. La
FNSEA réactionnaire et les élus à sa botte ne désarment pas et continuent à gesticuler en pressant le gouvernement, par ailleurs aux abois.
 Question : comment se fait-il qu’un préfet, sans parler de l’ancien ministre de l’Ecologie, un dénommé Martin, et/ou un président de Conseil général puissent s’asseoir d’une manière aussi flagrante sur une directive européenne ? Resteront-ils impunis ? Ce sont eux les principaux responsables des circonstances qui ont entraîné la mort d’un manifestant…
 Attac Jaur-Somail organise tous les jeudis une liaison routière afin de ravitailler les jeunes de Sivens qui passeront l’hiver sur place. Les besoins actuels sont : couvertures, duvets, tentes, bonnets, gants, bâches,
cordes, outils, boissons et nourriture…
 Toutes les initiatives sont les bienvenues. La Cigale fait dépôt. P.B. 

 

 

4 Maréchaussée dépassée
 Lorsque vous écrivez à une brigade de gendarmerie nationale (Olargues par exemple) pour poser une question précise, vous pouvez vous brosser. Et ce malgré la loi Marianne qui stipule qu’une réponse doit vous être faite dans un délai raisonnable (4 à 6 semaines). Il faut écrire, à Paris, au général commandant toute la gendarmerie française, qui fait répondre le colonel commandant la gendarmerie du Languedoc Roussillon (muet deux mois auparavant). Et ce colonel demande d’excuser les gendarmes locaux surbookés (si c’est lui qui le dit). Et au bout de quatre mois de courriers, il ne répond pas non plus sur le fond aux questions posées.
Ce qui s’appelle botter en touche. Mais pour ce qui est de la proximité (marque de fabrique de la gendarmerie depuis Saint-Louis), c’est râpé.
 Institution en plein désarroi…

5 Manquent pas de souffle, les réacs !
 La FNSEA, syndicat paysan nanti, adepte d’un rendement contre nature, vomit aujourd’hui l’Europe qui vient d’engager une procédure d’infraction contre la France (motif : projet à la con de Sivens, porté par ,Carcenac, président du CG 81). Mais ce même syndicat se gave des subventions européennes depuis des décennies et refuse toutes directives et règlements de celle-ci. Belle mentalité !

6 Les jours heureux
Quitus a été donné aux comptes de J.P. Descamps, responsable du carré central du WE des 25 et 26 nov. 2014. Il est à noter que ces chiffres sont seulement ceux du carré central et non les définitifs de toute la dite fête. Les comptes globaux et ultimes seront diffusés par la mairie, maître d’œuvre de la fête cette année 2014, avant le 15 décembre.
 Pour le plaisir, encore quelques chiffres : ont été consommés 5400 cornets et 2631 kg de châtaignes et 47 fûts de bière…

7 Reconnaissance de l’Etat Palestinien
 Les députés de droite sont à contre-courant du cours de l’Histoire. Antisémites autrefois, anti-Islam aujourd’hui, ils invoquent des arguments spécieux pour justifier leur Non à l’assemblée nationale. Pourquoi ne pas reconnaître aux Palestiniens le droit d’exister en tant que tels ? Pourquoi vouloir les laisser de fait sous le joug d’un état colonialiste au gouvernement le plus réac. depuis sa création ? C’est vrai que tous ces députés (avec d’autres, pseudo-socialos) étaient pour les bienfaits de la colonisation. Tous ces gaillards ont oublié la vertu cardinale de notre république : l’Egalité. Et l’initiative française s’inscrit (mieux vaut tard que jamais) dans un mouvement européen pour la reconnaissance de la Palestine.
 L’émancipation des peuples était il y a bien longtemps une qualité gaulliste… Ce vote positif démarque aussi avec éclat la France de la diplomatie américaine que nous suivions depuis 7 ans avec la docilité du caniche..

 

 

 

Le feuillet d’opinion « La Commune » a dix ans ce mois. 10 ans et 261 numéros. Du bon et du moins bon.
261 numéros à 500 exemplaires chaque. Celui à la veille des législatives de 2007, n° 78 : « Sachez pour qui vous allez voter (soit un portrait de K.M.) a été tiré et distribué à 10 000 exemplaires. Ce qui fait à la louche 131 000. Cela donne le vertige. Arriverons-nous au 500ème numéro ? C’est (malheureusement) probable. Notre but est toujours d’informer les masses populaires et de dénoncer l’arbitraire et l’injustice, avec notre conviction communiste et nos idéaux d’égalité et de fraternité, que ce soit au niveau local, régional national ou international.
Collectif éditorial 

 

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 12:01

"J'étais avec Michèle hier, enfin on s'est perdu de vue quand ils ont commencés à balancer les lacrymos, sans raisons, dans la nasse qu'ils avaient préparée, et c'était vraiment l’horreur.
Pourtant à Albi le lundi 27 je me suis fais matraquée par un CRS et gazée lorsqu'ils ont chargés, mais là il y avait une réelle volonté de coincer les manifestants et de leur en faire baver pour les dissuader de revenir manifester.
C'est la BAC la pire. C'est elle qui a poursuivi les gens dans les immeubles jusque dans les appartements de personnes qui avaient bien voulu les protéger. Le copain qui a réussi à se réfugier avec sa femme chez une vieille dame (qui a refusée de laisser entrer les flics en faisant celle qui était au courant de rien) n'a rien d'un casseur. Comme moi il ne voulait pas prendre de risque et surveillait la tension qui montait et voulait sortir de la manif avant que le piège se referme complétement, on sentait que la situation allait dégénérer et que les flics attendaient pour charger et balancer les lactymos. Mais il a eu 3 secondes de retard par rapport à moi. J'ai réussi à passer le cordon de CRS en disant que je voulais juste rentrer chez moi. Je dois être la dernière à être passée. Pendant plus d'une heure on a crié en vain "laisser les sortir". Hélico, cars de CRS en pagaille, canon à eau, lacrymos, grenades. 
Pourtant la manif était calme les gens applaudissaient les clowns et dansaient sur leur musique. Beaucoup se sont assis par terre, beaucoup criaient "nous sommes pacifiques", ce qui ne leur a pas empêcher d'être gazés à bout portant.
A l'évidence, il s'agit de dissuader les gens d'aller manifester. Va-t-on les laisser faire ?

Il semble que cette stratégie fonctionne puisque nous n'étions environ que 1 500, enfin moins de 2 000, ce qui n'est pas beaucoup pour Toulouse."

Ania

 

 

"J'étais à la manif de Toulouse hier, j'étais vachement motivée, je m'étais bien préparée psychologiquement, je m’étais dit, si ils veulent la guerre, ils vont l'avoir, je voulais prendre une bat de baseball , et puis je me suis dit que c'était débile, j'ai préféré mettre les baskets de ma fille , j'ai bien fait, on s'est fait chargé, gazé, j'avais pas pensé à un truc, qu'on se serait retrouver dans un guet apens ,la gestapo nous avait enfermé dans une avenue, aucun moyen de se barrer , elle était partout, avait bouché toutes les issus de secours, elle chargeait sur nous, balançait des lacrymos , arretait des personnes,on a essayé de se barrer pour échapper au gaz, à la violence de l'état, impossible de partir, tout le monde criait laissez nous passer, on leurs a demandé où ils voulaient en venir, on avait bravé l'interdiction, alors on devait payer? et puis, il s'est passé quelque chose, un homme est venu nous aidé, il nous a fait traverser une résidence qui donnait sur une avenue beaucoup plus calme, on est passé, mais d autres personnes étaient toujours de l'autre coté, alors j'ai attendu qu'elles sortent, quelque unes on pu passer, mais quand la gestapo c'est rendu compte qu'on se barrait par là, elle est venue, a balancé des lacrymos dans la residence pour empecher les gens de sortir, j'ai cru que j'allais peter un cable,par la suite j'ai appris que des copains étaient passés et qu'ils s étaient refugiés dans un appartement, une vielle dame leur avait ouvert sa porte, la gestapo faisait tous les étages, frappée à toutes les portes pour arreter les personnes qui avaient pu fuir. Voilà, faudrait peut etre se lever le cul, maintenant il faut prendre la rue! "

Michèle

 

https://api.dmcloud.net/player/embed/50bf573b94a6f617e702bc81/545e73be9473996c3cd7b410/5b4e804ec5294ad8b33b7a66b77dcde6?exported=1
http://iaata.info/Compte-rendu-a-chaud-de-la-manif.html
Le PS concerne le NPA qui nous a affirmé qu'ils avaient négocié l'autorisation de la manif avenue Jean-Jaures

Jean jaures

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 11:48
« Il faut bien que la vérité monte des bouges, puisque d’en haut ne viennent que des mensonges »
Louise Michel

« Dis moi qui tu fréquentes, je te dirai qui tu es. »
 Nous donnons raison à Valls pour une seule chose : il faut changer le nom du parti dit socialiste. C’est une insulte à Jaurès de confondre (ne serait-ce qu’au niveau du vocable) un des principaux pères du socialisme (l’âme du refus de la grande guerre) et des réactionnaires opportunistes comme Valls au gouvernement et/ou le tandem départemental Vézhinet/Mesquida (ces deux qui jouent à « Je t’aime, moi non plus »).
Pierre Blondeau

 Le saviez vous ?

1 « Saint-Pons passionnément »
 Slogan de l’ancienne équipe municipale qui se présentait devant les électeurs lors des dernières élections.
Ils proclamaient aimer passionnément le village. Heureusement, car s’ils ne l’avaient pas chéri, que lui auraient-ils fait subir ?

2 Duel à « OK Départemental » !
 Vézinhet jette l’éponge. Il ne se représentera pas à la présidence du conseil territorial en 2015 et égratigne au passage Mesquida, trop gourmand, qui se voit déjà calife à la place du calife. Vézinhet ne peut se présenter aux cantonales puisque son canton est dissous dans l’agglo de Montpellier et il est trop tard pour se faire parachuter dans un canton rural (survivant du charcutage gouvernemental). C’est la seule explication valable, le reste du baratin n’est que pour sauver son ego atteint. Mesquida veut cette place, et ce depuis toujours. Quand va-t-il l’annoncer et surtout démissionner de son mandat de député. Il ne peut, faisant partie du PS, cumuler les deux fonctions. A suivre…

3 Explication de texte pour les quadras et (beaucoup) plus.
 « Beaucoup de jeunes, qu’ils soient ou non militants, sont en colère et indignés par la mort d’un jeune engagé dans la lutte contre le barrage de Sivens *. Le gouvernement ferait mieux de répondre à cette colère par un projet de société plutôt que par un recours à l’ordre public et des mesures répressives. »
William Martinet, président d l’UNEF (syndicat étudiant)

 *Rémi Fraisse, tué à 21 ans par la gendarmerie nationale à Sivens. Il luttait contre ce projet de barrage à la con, porté par Carcenac, président pseudo-socialo du Tarn.
 Dans cette dramatique histoire, beaucoup accusent le gendarme fautif et sa hiérarchie. Ils ont, certes, une terrible responsabilité. Mais pour nous, c’est surtout le Préfet 81 qui est responsable et coupable. Il a créé les circonstances qui ont abouti à cette tragédie. Les gendarmes ne devaient pas être présents ce week-end-là sur la Z.A.D. Mais parjure, il a donné l’ordre aux forces de l’ordre de rester sur place pour défendre une zone déserte où seul trônait un petit engin de chantier incendié la veille. Et tout ça, d’après ses dires, pour que les travaux puissent recommencer dès le lundi matin. Pourquoi cet empressement coupable ? Par zèle, afin que l’ouvrage soit tellement engagé que personne (justice ou gouvernement) ne puisse revenir sur ce choix dénaturé, au seul profit du capital.
Quel beau résultat ! Sa course contre la montre est devenue une course à la mort.
 Pourquoi n’a-t-il pas été relevé de ses fonctions ? Pourquoi n’a-t-il pas démissionné ? Dort-il, depuis, sur ses deux oreilles ?
P. B.
4 Quel grand artiste périt avec moi !*
 Les Bounhétaires dal Soumal sont partis, toujours vexés que leur clan ait pris une mandale aux élections municipales, sévir sous d’autres cieux. En l’occurrence, au Bout du Pont de l’Arn (Tarn). Le 21 novembre 2014, ils ont fêté le vin nouveau dans leur fief dernier cri et ils organiseront là-bas, en février, une fête du cochon.
 A Saint-Pons, le Comité des fêtes concoctera la fête du cochon intra muros, et le 29 mars, en liaison avec l’UPSP, le carnaval (thème cette année : le cinéma). A suivre.
 *lamentation de Marc Soulignac, autopondu grand maître de la confrérie sus-nommée ? Que nenni ! C’est de l’empereur Néron : celui qui avait mis le feu à Rome, avant de se tuer, en l’an 68 de notre ère.

5 Enquête publique concernant la station de pompage de l’eau du Jaur
 Le commissaire enquêteur a rendu ses conclusions. Elles sont édifiantes : « … que le montant des indemnisations (au propriétaire) doit prendre en compte les loyers après réajustement de ces derniers. »
En clair, le projet d’acquisition de la station de pompage par la mairie apporte la solution au problème, mais la commune va devoir raquer et pas qu’un peu… Merci de l’héritage, cher Mesquida ! Le pire, c’est qu’à l’époque, le coupable conseil municipal, avait bien pris, en séance ordinaire du 31 juillet 2003, une délibération et l’engagement de demander une enquête publique en vue d’une déclaration d’utilité publique (D.U.P.). Pourquoi cette délibération n’a-t-elle pas été suivie d’effet ? Pour faire plaisir à qui ? Pour quel obscur intérêt ? Cela nous aurait évité bien des problèmes aujourd’hui.
 Alain Daumur, toujours secrétaire général de la mairie, devra un jour se confesser…

6 Cogitations bien tardives
 Bertrand Cavallier, général et ex-patron du Centre national d’entraînement et de formation de la gendarmerie, se confesse :

a « le drame de Sivens doit être l’occasion de repenser ce que doit être l’ordre public face à une systématisation des contestations de projets et l’usage récurrent de moyens violents. »
Et il a fallu la mort d’un jeune de 21 ans pour que ce « poireau » s’interroge et ait des angoisses ? Au moins celui-là est peut-être un peu moins obtus et sectaire que la plupart de nos élus et de nos flics réactionnaires.

b « Il y aura un avant et un après Sivens et cela entraînera immanquablement (pour les forces de l’ordre) un effet de retenue. »
 C’est le moins que l’on puisse attendre de leur part, même si le syndicat Synergie de la police nationale, lui, craint « un encouragement aux casseurs ». Donc le fait de ne plus pouvoir leur balancer des grenades offensives serait un encouragement… ? Merci, les cognes de votre bienveillance ! De surcroît, c’est le syndicat le plus à gauche qui éructe ces âneries. Que vont dire les autres syndicats ? Le peuple, lui, craint la brutalité arbitraire de la police, à Sivens ou ailleurs. 

7 Deux poids, deux mesures !

Actuellement, tous les permis de construire, accordés par les municipalités, et ce aussi en dehors des agglomérations proprement dites, donnent droit au raccordement gratos des nouvelles maisons aux réseaux d’eau et d’électricité.

 Je m’étonne, comme vice-président de l’association La Boule du Jaur, que le permis de construire du local de réunion de cette association , derrière les HLM route d’Artenac, soit, lui, toujours refusé. Aucun frais supplémentaire pour la ville ne serait ici d’actualité. Quel vice, pour la mairie, de s’enfermer dans un conflit qui de toute façon sera à long ou moyen terme perdu par elle ! La loi, même après bien des années, passe toujours. Sans parler de la tension que cela occasionne, par ricochets, en vue du règlement de l’affaire de la station de pompage…

P.B.

8 Une médaille pour Macron

 « Enfin un ministre de droite à Bercy ! On se sent moins seul. » (Guillaume Larrivé, député UMP de l’Yonne, à propos du ministre de l’économie). Si même la réaction le reconnaît comme un des siens, il n’y a plus rien à rajouter. 


Malgré ce que dit Valls, l’aéroport de Notre Dame des Landes, c’est non et ce sera toujours non ! 
Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 23:10
« Ce n’est que par la grève universelle que l’ouvrier créera une société nouvelle dans laquelle il ne trouvera plus de tyrans. » Fernand Pelloutier, fondateur des bourses de travail, promoteur de l’idée de grève générale insurrectionnelle. 1888
Nous sommes le Peuple !
Pour le banquier Macron et néanmoins ministre de l’économie, la France est atteinte de trois maladies : la défiance, la complexité et le corporatisme et les citoyens ont de moins en moins confiance dans leurs élites… C’est totalement vrai, mais à qui la faute ? Ce bourgeois Parigo, moralisateur à la noix, accuse le peuple qu’il méprise et qui lui fait peur. La France est malade de ses politiques, privilégiés, corporatistes (eux, c’est sûr !), corrompus pour certains, impunis pour la plupart, arrogants et traîtres à leurs paroles données aux électeurs. Dans une France qui a détruit 600 000 emplois depuis 2008, entendre ce cuistre sommer les partenaires sociaux de brader les allocations des chômeurs pour résorber les déficits, c’est tout de même fort de café. Que les parlementaires montrent l’exemple en réformant la chambre des députés, en supprimant le sénat, en réduisant leur train de vie, en taxant vraiment les riches à 75 % ! Et là seulement, ils pourront demander au peuple souverain de faire encore plus d’efforts. Et non pas de faire « suer le burnous » aux masses populaires. Mais de se remettre en question, ces nantis, comme leurs pères de la fin de l’ancien régime, ils en sont incapables… Leur fin sera la même ! Alors le slogan des allemands de Berlin Est, début 1989, « Nous sommes le Peuple ! », au moment de la chute du mur de la Honte, résonne en écho à nos oreilles, car comme le mur de fer, le mur du capitalisme tombera aussi sous les « coups de pioche » du prolétariat international. Et ce, bien plus tôt que ces corniauds ne le pensent…
Pierre Blondeau
Cf. l’excellent livre de Jean-Luc Mélenchon : « L’ère du Peuple » Ed. Fayard
Le saviez vous ?
1 Gloire aux femmes de Kobané ! (Syrie, pays Kurde)
Contrairement à ce que prétendaient les cons d’états-majors, US et autres, Kobané au bout d’un mois
de combats intenses, n’est pas tombée sous les coups des furieux islamistes supérieurement équipés. Les
femmes (40 % des combattants Kurdes) sont l’âme de la résistance. Pour elles, mourir pour la terre de leurs
parents et celle de leurs enfants, trépasser pour leur peuple agressé, est un honneur. Quelle belle leçon de
courage ! Nous pouvons tous en prendre de la graine. Et comme disait une autre très grande résistante, Geneviève
Antonioz-De Gaulle, « L’honneur de vivre se mérite » (Cf. son livre « La traversée de la nuit »)
2 Comme disait Mère-Grand : « Il vaut mieux entendre ça que d’être sourd »
Des fois, au détour d’une conversation, on saisit une perle. Dernièrement, un groupie de Robert Tailhades (84 ans aux cerises et toujours maire autocrate) disait que le petit père des peuples riolais était de gauche.
Et pourquoi pas Mesquida socialiste, Ménard et Zemmour altruistes, ou encore Valls protecteur du prolétariat qui souffre ? Alors, si les mots ont encore un sens, arrêtons de ne dire que des conneries, appelons un chat un chat, et un facho un beau salaud.
3 Leur bêtise crasse nous fait peur et nous coûte !
Entre l’établissement Garry et le Roc, dernièrement, le Conseil Général a fait couper les beaux et sains
platanes, le long de la route, pour mettre en place des buses afin de canaliser les écoulements d’eau pluviale,
sauf que les buses (pas les maîtres d’oeuvre, celles en béton) ont été placées de l’autre côté de la 612. Et aujourd’hui,
ont été replantés à l’emplacement des anciens arbres… de jeunes platanes… Qui est responsable
de cette gabegie ? Lamentable et funeste précipitation dans la programmation des travaux …? Flétrissure à
ces dilapideurs de l’argent public et fossoyeurs de l’écologie. L’excuse, facile, de l’arbre malade sera, bien
sûr, de circonstance.
4 L’enfer est pavé de bonnes intentions !
Macon le banquier, encore lui, ministre du capital, veut développer les sociétés d’autocars sur tout le territoire
de l’hexagone. De cette idée spécieuse, au final, le résultat sera que les riches prendront l’avion, les petits bourgeois le
train et les pauvres le car. Quel beau programme pour un gonze qui se prétend de gôche. Va-t-il, gonflé comme un tétard,
dire que c’est une mesure égalitaire ?
5 Mise au point, suite à l’article n° 2 de la commune 258
La société Restouble tient à préciser qu’elle n’organise plus ce genre de voyage, sans vergogne, depuis longtemps, et surtout pas avec des bus du département. Avons pris bonne note de la nuance… ce qui veut dire en clair que la société Alcis, elle, utilise les cars du département du Tarn* pour organiser ses viles expéditions. Quant aux champignons confisqués aux quidams par la gendarmerie, il était dans les us et coutumes que ces végétaux cryptogamiques soient donnés aux hospices, à la cuisine de l’hôpital rural pour Saint-Pons, mais les cuistots de cet établissement, comme soeur Anne, n’ont rien vu venir depuis un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître… L’enquête continue…
Pierre Blondeau, buraliste
*Belle manoeuvre ! Avec, de surcroît, l’argent de nos impôts. Carcenac, président du conseil général, est donc complice, à l’insu de son plein gré. Déjà qu’il était défavorablement connu avec l’histoire foireuse et meurtrière du barrage de Sivens. Il cumule les gamelles, ce bougre !
Dernière minute : Depuis quelque temps, cette société a racheté, sur son propre compte, un car (bleu) pour effectuer ce genre de voyages. Comme quoi cette activité est très juteuse pour elle…
6 Bourses plates et langues de bois.
(Lettre aux habitants, du dernier bulletin du Parc Régional n° 31. Editorial de Daniel Vialelle, président dénaturé.)
Les élus du Parc ont enfin compris que la population du territoire, suite à leur politique inadmissible concernant l’éolien industriel, leur était hostile. Un seul exemple : le 3 juillet dernier, seul le préfet de l’Hérault a osé venir discuter, au milieu des manifestants, sur le parvis du PRNHL. Les élus présents, péteux, sont restés au chaud derrière le cordon de gendarmerie et ont lancé leurs anathèmes de très loin. Pas glorieux du tout, les gonzes.
Donc, dans son éditorial, Vialelle, l’agent de Mesquida, dit qu’il faut que le Parc réponde aux attentes et se montre plus présent aux côtés de la population. Il y a du boulot, mon neveu. Mais il ne convoque pas les associations de défense de la nature du Parc (Hurlevent et autres). Il ne dit pas non plus explicitement que des réunions de secteurs seront organisées en 2014. Bref, il joue petit bras. Et son esprit oblique lui fait dire au sujet des nouveaux élus du Parc, issus des dernières élections municipales : « en tâchant de leur transmettre notre vision de ce territoire… »
Les mettre au pas ? La démocratie réelle dans le PNRHL attendra encore…
7 A Jean Gailledrat et à Florimond Berger
(La brigade de gendarmerie – série vue à la télé, reportage sur la 11, le 24 oct. 2014)
Momo et Dédé, deux pandores face à la violence… Pierre qui craque en direct face à la caméra. A-t-il rejoué plusieurs fois la scène ? Etats d’âme extériorisés, cinéma et déshonneur assurés. Nous ne devons plus être dans le coup. Problème de génération ? Confidence : on préférait, même avec ses abus, la gendarmerie de papa, qui se comportait avec décence, avait, de surcroît du résultat et un bilan globalement positif. Et surtout, surtout, ils gardaient leur dignité.
8 Fête de la châtaigne 2014
Merci, elle s’est très bien passée. Merci aussi à ceux qui sont partis sévir sous d’autres cieux, en d’autres lieux*. Au cas où ils reviendraient, leur retour n’en sera que plus difficile, même avec la poche avant du tablier cousue pour celles et ceux qui oeuvraient dans le carré central, coeur de la fête. Les comptes et le bilan de cette manifestation seront publiés, ce qui ne s’est pas produit depuis au moins 15 ans.
*Pour la petite histoire, « un convoi de l’opprobre » a été organisé le week-end par une trentaine de St-Ponais,
pur jus de bougnette, désertant la fête de la châtaigne, ou n’osant plus se montrer depuis le résultat des municipales.
Ces apostats se sont offert une virée culinaire au diable vauvert. Et comme disait un quidam qui avait voté pour eux :
« Qu’ils y restent surtout ! » Il est à noter qu’une poignée, très petite, de ces « anciens » sont restés fidèles à leurs postes. Reconnaissance à ces braves qui, pourtant, ont subi des pressions pour qu’ils ne participent pas à la fête cardinale du village…
Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 10:17
Publié le 7 novembre 2014 | Maj le 8 novembre

Quelques conseils juridiques en vue des manifestations, interdites ou non.

Quelques conseils juridiques en vue de la manifestation interdite de demain

Le guide juridique complet :

Un pense-bête rapide :

CONSEILS JURIDIQUES ET PRATIQUES EN MANIFESTATION
A LIRE ATTENTIVEMENT !

En cas d’interpellation et violences policières

TEMOIN
 Si vous êtes témoin ou proche d’une personne interpellée, rapprochez-vous des organisateurs de la manif ou de l’équipe légale (si présente) pour signaler l’arrestation en décrivant la personne arrêtée, l’heure et le lieu de son arrestation. 
 Si vous êtes témoin de violences policières, prenez des images et notez les lieux et heures des événements puis transmettez-les aux organisateurs : ils peuvent alimenter les procédures juridiques à l’initiative des manifestants ou les plaintes émanant de la police.

VICTIME
 Si vous êtes victime d’une arrestation, vous risquez une plainte policière pour « rébellion » en vous débattant et un « outrage » en vous énervant.
 Lorsque vous êtes interpellés, vous pouvez faire l’objet d’un contrôle d’identité, d’une vérification d’identité qui durera au maximum 4h (délai légal), au-delà on doit vous notifier une garde à vue. Celle-ci commence dès l’heure de votre interpellation et dure 24h, renouvelables à 48h.
 Lorsqu’on vous interroge, ne dites rien ou répondez par « je n’ai rien à déclarer », c’est votre droit et on ne peut pas vous pénaliser pour ça : c’est au juge qu’il appartient d’établir votre culpabilité, tout ce que vous direz aux policiers pourra être utilisé contre vous.
 Vous pouvez refuser le prélèvement de votre ADN mais vous risquez alors une condamnation.
 Lorsque la garde à vue est prolongée à 48h, il s’ensuivra :
> une convocation remise par la police pour un procès ultérieur
> une comparution devant le procureur de la République en vue d’une convocation ultérieure à un procès (vous pouvez être retenus jusqu’à 20h au dépôt en attente de comparution)
> une comparution immédiate devant le juge, suivie d’une condamnation dans la foulée.
NOTE : il est conseillé de refuser la comparution immédiate qui fait souvent office de justice expéditive, avec des condamnation lourdes. En cas de refus de comparution, il est possible pour le juge (s’il estime que vous êtes susceptible de ne pas vous représenter) de vous placer en détention préventive. Si vous pouvez justifier d’un domicile et emploi fixes, il y a peu de chances que cela se produise. Vous aurez, si vous refusez la comparution immédiate, plusieurs semaines/mois pour préparer votre défense.

 En garde à vue vous avez le droit à un avocat (commis d’office si vous n’en connaissez pas)
NOTE : un certain nombre d’avocats commis d’office seront de mauvais conseils et vous conseilleront d’accepter la comparution ou d’avouer, ne les écoutez pas aveuglément, ils sont souvent inexpérimentés en matière de pénal ou non sympathisants de votre cause.

Dans la manifestation

GAZ
 Les gaz agissent plus facilement avec l’effort et la panique : restez calmes et ne courrez que s’il y a charge policière à moins de 50m de vous.
 Pour vous protéger des gaz, couvrez vous la bouche avec un foulard imbibé d’eau citronnée et respirez calmement et prévoyez du liquide physiologique pour laver les yeux.
 Ne ramassez pas les palets de gaz à mains nues, ils peuvent occasionner des brûlures sévères.
 Ne ramassez jamais le corps d’une grenade : il peut s’agir d’une grenade à effet explosif.
 Lavez vous au savon en rentrant et mettez vos vêtements au lavage : les gazs ont une persistance de 45 jours et sont résistants à l’eau seule.

TIRS
 En cas d’usage des flashballs, se tenir hors des lignes de vue, les portées sont de 30 à 150m. 
IMAGES & CAMERAS
 De nombreuses caméras de vidéosurveillance ont été déployées dans l’espace public, prenez garde à ne rien commettre de répréhensible qui puisse être établi par la vidéosurveillance. L’implantation des caméras dans plusieurs villes françaises a été cartographiée sur le site https://sous-surveillance.net .
 Ne prenez pas d’images qui pourraient servir à établir votre participation à des actes répréhensibles en cas d’arrestation (les téléphones et cartes sim sont facilement analysés par la police).
 Ne publiez pas d’images qui puissent permettre l’identification des auteurs d’actes répréhensibles, quand bien même vous les désapprouveriez, les peines encourues peuvent se révéler lourdes.
 Pensez à effacer les métadonnées (EXIF) inclues dans vos photos avant de les publier en ligne, elles contiennent beaucoup d’informations sur le lieu, l’heure, le type d’appareil employés.

COMMUNICATIONS
 Ne communiquez pas d’informations susceptibles d’être retenues contre vous par téléphone (appel, sms)
 Éteignez votre téléphone si vous pensez risquer une interpellation et retirez la carte sim pour éviter sa saisie.
 Ne publiez rien sur internet sans utilisez TOR ou un VPN, si vous souhaitez rester anonyme.
 Ne dites rien en manifestation qui puisse nuire à un tiers ou à vous-mêmes : un certain nombre de policiers en civil sont susceptibles d’être présents.
 Ne colportez pas des informations non vérifiées, les rumeurs peuvent occasionner des mouvements de panique et des conséquences graves.

VÊTEMENTS & PROTECTIONS
 La dissimulation du visage est condamnable par la loi, débarrassez vous de tout ce qui peut vous incriminer (cagoule, masque, etc.) si vous pensez risquer une fouille ou une interpellation
 Le port de protections spécifiques (gilet pare-balle, masque de ski, bouclier, etc.) peut vous valoir d’être incriminé d’attroupement en vue d’un mouvement armé : attention à ne pas les conserver et à vous en débarrasser dans une bouche d’égout ou autre endroit inaccessible.

FUMIGÈNES
 L’utilisation/le port de feux de bengale et fumigènes peut vous valoir d’être incriminés pour port d’explosifs, attention à ne pas les conserver sur vous en cas de barrage et fouilles policières. 
 Faites usage de gants quand vous utilisez des feux de bengale et fumigènes, ils peuvent conserver vos empreintes et ADN et conduire à des condamnation ultérieures.

En cas de poursuites

ASSISTANCE JURIDIQUE
 Si vous souhaitez un accompagnement juridique, dénoncer des violences policières, signaler des arrestations, contactez l’équipe juridique sur legal-paris[chez]riseup.net

L’équipe juridique « Legal team Paris » est un groupe d’individu-e-s constitué en réaction à la répression sur les mouvements sociaux. Elle vise à éviter les condamnations arbitraires, à prévenir et dénoncer la criminalisation accrue des militants et à fournir bénévolement les contacts juridiques et outils nécessaires à une défense équitable et bâtie avec et pour les inculpés.

http://paris-luttes.info/conseils-juridiques-pour-les

 

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans Les bouillaques de Beziers
commenter cet article
9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 12:56

Il semble qu'aprés  la diffusion du reportage, toutes les videos sur Yourtube, Dailymotion, replay Fr3, aient été censurées. 

Afin d'expliquer l'importance des luttes et  donner des idées aux nouvelles générations voici le reportage fractionné en 5 parties.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans Pays Basque
commenter cet article
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 03:57

Georges Ibrahim Abdallah reste en prison

 

En prison depuis trente ans en France, l’ancien militant révolutionnaire libanais a vu mercredi sa demande de libération rejetée une nouvelle fois.Pour la neuvième fois, le tribunal d’application des peines de Paris vient de rejeter la demande de libération de l’ex-chef des Fractions armées révolutionnaires libanaises (FARL).

 

Arrêté à Lyon le 24 octobre 1984, ce dernier avait été condamné à perpétuité pour complicité dans les assassinats, en 1982 à Paris, de deux diplomates, l’Américain Charles Robert Ray et l’Israélien Yacov Barsimantov.

Libérable depuis 1999, le prisonnier politique le plus célèbre de France a, depuis, présenté neuf demandes de libération conditionnelle, toutes rejetées. En 2012, une décision favorable avait été rendue par le juge d’application des peines, puis en appel, mais la Cour de cassation avait finalement déclaré la demande irrecevable.

Cette fois encore, la demande a été déclarée irrecevable au motif que Georges Ibrahim Abdallah n’avait pas fait préalablement l’objet d’un arrêté d’expulsion. En 2013, son avocat Jean-Louis Chalanset avait demandé à Manuel Valls, alors ministre de l’Intérieur, de prendre un arrêté d’expulsion contre le ressortissant libanais pour permettre sa libération, mais la requête était restée sans réponse. 

 Pour Me Chalanset, « l’atteinte à la séparation des pouvoirs est flagrante ». « Le pouvoir exécutif empiète sur la justice, qui a estimé qu’il pouvait bénéficier d’une libération conditionnelle s’il était expulsé », a-t-il ajouté. L’avocat de Georges Ibrahim Abdallah dénonce une décision sous influence politique. Pour lui, « une nouvelle fois, les États-Unis ont imposé au gouvernement français leur volonté de se venger ».

De nombreuses voix s’était déjà élevées avant le verdict pour dénoncer une « vengeance d’Etat ».Lire > Georges Ibrahim Abdallah : Une vengeance d’ÉtatLe tribunal a également rejeté la demande de bénéficier d’une année probatoire, préalable à une libération. « Compte tenu des risques d’assassinat qui pèsent sur Georges Ibrahim Abdallah en France, cette année aurait pu être effectuée au sein d’un établissement pénitentiaire plutôt qu’en régime de semi-liberté ou sous surveillance électronique », a expliqué Me Chalanset. Mais le tribunal a estimé que Georges Ibrahim Abdallah n’avait pas présenté de projet à l’appui de sa demande.Même sous un gouvernement de gauche, le sort de George Ibrahim Abdallah restera donc un sujet de honte.

Par Lou-Eve Popper - 5 novembre 2014

http://www.politis.fr/Georges-Ibrahim-Abdallah-reste-en,28899.html

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans Georges Ibrahim Abdallah
commenter cet article
30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 11:55
Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans Les bouillaques de Beziers
commenter cet article