Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 14:48

 

« Garde à vue !
L’affaire du Corbeau à Saint-Pons de Thomières
 »

par Pierre Blondeau et Marcel Caron

__________________________________

Il y a un an à peine…

« Coup de filet, rafle »… 150 des meilleurs policiers de ce pays, venus de Paris, Montpellier, Marseille et Toulouse, fondent, un petit matin, sur la petite ville héraultaise de Saint-Pons de Thomières et ses environs pour une vingtaine de perquisitions et une dizaine de gardes à vue. Les prévenus sont suspectés de terrorisme, pas moins.

Dans l’affaire du « Corbeau », cet individu qui ose lui envoyer des lettres de menaces accompagnées de balles de revolver, Sarkozy veut du résultat.

Qui a voulu la médiatisation outrancière de cet événement ? Comment a-t-il pu aboutir à un flop aussi retentissant ? Comment les habitants de cette vallée ont-ils réagi ?...

Cette chronique pittoresque, parfois sulfureuse, retrace cette affaire par une série d’entretiens avec les victimes de ces gardes à vue et perquisitions abusives, décrit l’hypermédiatisation de l’affaire et revient sur les causes directes et indirectes de cette intervention policière.

Prix : 12 €

Librairie, Editions La Cigale (St-Pons de Thomières)

3 Route de Castres 34220 Saint-Pons

Tél.- Fax: 04 67 97 33 27

lacigale.stpons@orange.fr

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 14:44

MORCEAUX CHOISIS

L’homme nouveau.

Nous les socialistes, nous sommes plus libres parce que nous sommes plus riches, nous sommes plus riches parce que nous sommes plus libres. Le squelette de notre pleine liberté est prêt. Il ne lui manque plus que sa substance et ses vêtements, nous les créerons. Notre liberté et notre pain quotidien ont la couleur du sang et sont gonflés de sacrifices. Notre sacrifice est conscient, c’est le prix de la liberté que nous construisons.

Le chemin est long et en partie inconnu. Nous connaissons nos limites. Nous ferons l’homme du XXIème siècle nous- mêmes. Nous le forgerons dans l’action quotidienne en créant l’homme nouveau avec une nouvelle technique. La personnalité joue un grand rôle mobilisateur et directeur, du moment qu’elle incarne les plus hautes vertus et les aspirations du peuple et qu’elle ne s’éloigne pas de la route. C’est le groupe d’avant-garde qui ouvre le chemin, les meilleurs d’entre les bons, le parti.

L’argile fondamentale de notre œuvre est la jeunesse. Nous y déposons tous nos espoirs et nous la préparons à prendre le drapeau de nos mains. Si cette lettre balbutiante éclaire quelque chose, elle aura rempli son objectif. Recevez notre salut, rituel comme une poignée de mains ou un Ave Maria : la patrie ou la mort.

Ernesto « Che » Guevara (1928 – 1967), « Le socialisme et l’homme à Cuba » (1965).

Fay ce que vouldras.

Toute leur  vie estoit  employée  non par loix, statuz ou reigles, mais  selon leur  vouloir et franc  arbitre. Se levoient du lict quand bon leur sembloit, beuvoient, mangeoient, travailloient, dormoient quand le désir leur venoit ; nul ne les esueilloit, nul ne les parforçoit ny à boyre, ni à manger, ny à faire  chose  aultre  quelconques. Ainsi  l’avoit  estably  Gargantua. En leur  reigle  n’estoit  que  ceste  clause :

FAY  CE  QUE  VOULDRAS

(…)  Par ceste liberté entrarent en louable émulation de faire tous ce qu’à ung seul voyaient plaire. Si quelqu’ung ou quelcune disoit : Beuvons, touts beuvoient ; si disoit : Jouons, tous jouoient ; si disoit : allons à l’esbat es champs, tous y alloient. Si c’estoit pour voller ou chasser, les dames, montées sus de belles hacquenées avecq’ leurs palefory gorrier, sus le poing, mignonnement engantelé, portoient chascune ou ung espavier, ou ung laneret, ou ung esmerillon. Les hommes portoient les aultres oyseaulx.

Tant noblement estoient aprins qu’il n’estoit entre eulx celluy ne celle qui ne seust lire, escripre, chanter, jouer d ‘instruments harmonieux, parler de cinq et six langaiges, et en icelles composer tant en carme, qu’en oraison solue.  Jamais ne furent veuz chevaliers tant preux, tant galants, tant dextres à pied et à cheval, plus verts, mieulx remuants, mieulx maniant touts bastons, que là estoient, jamais ne furent veues dames tant propres, tant mignonnes, moins fascheuses, plus doctes à la main, à la gueille, à tout acte muliebre honest et libere, que là estoient.

François Rabelais (v. 1483 – 1553), Gargantua (1534).

Sans liberté …

“ Si l’on étouffe la vie politique dans tout le pays, il est forcé que, dans les soviets aussi, la vie soit de plus en plus paralysée. Sans élections générales, sans liberté de la presse et de réunion sans entraves, sans libres affrontements d’opinion, la vie de n’importe quelle institution publique cesse, se transforme en pseudo-vie, dans laquelle le seul élément actif qui subsiste est la bureaucratie. ( )

La vie publique s’assoupit peu à peu, quelques dizaines de dirigeants du parti, d’une énergie inépuisable et d’un idéalisme sans limites dirigent et gouvernent, parmi eux la direction est assurée en réalité par une douzaine d’esprits supérieurs et l’élite des ouvriers est, de temps à autre, invitée à se réunir pour applaudir les discours des chefs et approuver à l’unanimité les résolutions qu’on lui soumet : au fond, c’est une clique qui gouverne … Il s’agit bien d’une dictature, mais ce n’est pas la dictature du prolétariat, mais celle d’une poignée d’hommes politiques, c’est à dire une dictature au sens purement bourgeois. ”

Rosa Luxembourg (1871 – 1919), La Révolution russe (1918).

Un rêve américain.

Je vous le dis ici et maintenant, mes amis : même si nous devons affronter des difficultés aujourd’hui et demain, je fais pourtant un rêve. C’est un rêve profondément ancré dans le rêve américain. Je rêve que, un jour, notre pays se lèvera et vivra pleinement la véritable réalité de son credo : “Nous tenons ces vérités pour évidentes par elles-mêmes que tous les hommes sont créés égaux.”

Je rêve que, un jour, sur les rouges collines de Géorgie, les fils des anciens esclaves et les fils des anciens propriétaires d’esclaves pourront s’asseoir ensemble à la table de la fraternité.

Je rêve que, un jour, l’État du Mississippi lui-même, tout brûlant des feux de l’injustice, tout brûlant des feux de l’oppression, se transformera en oasis de liberté et de justice.

Je rêve que mes quatre petits enfants vivront un jour dans un pays où on ne les jugera pas à la couleur de leur peau, mais à la nature de leur caractère. Je fais aujourd’hui un rêve !

Je rêve que, un jour, même en Alabama où le racisme est vicieux, où le gouverneur a la bouche pleine des mots « interposition » et « nullification », un jour, justement en Alabama, les petits garçons et les petites filles noirs, les petits garçons et petites filles blancs, pourrons tous se prendre par la main comme frères et sœurs. Je fais aujourd’hui un rêve !

Je rêve que, un jour, tout vallon sera relevé, toute montagne et toute colline seront rabaissées, tout éperon deviendra une plaine, tout mamelon une trouée, et la gloire du Seigneur sera révélée à tous les êtres faits de chair tout à la fois.

Telle est mon espérance. Telle est la foi que je remporterai dans le Sud.

Martin Luther King (1929 – 1968), I make a dream (1963).

Un idéalisme rationnel.

La future organisation sociale doit être faite seulement de bas en haut par la libre association et fédération des travailleurs, dans des associations d’abord, puis dans les communes, dans les régions, dans les nations, et, finalement, dans une grande fédération internationale et universelle. C’est alors seulement que se réalisera le vrai et vivifiant ordre de la liberté et du bonheur général, cet ordre qui, loin de renier, affirme au contraire et met d’accord les intérêts des individus et de la société.

Mais nous autres, ne croyant ni en Dieu, ni en l’immortalité de l’âme, ni en la propre liberté de la volonté, nous affirmons que la liberté doit être comprise, dans son acception la plus large, comme but du progrès historique de l’humanité. Par un étrange, quoique logique contraste, nos adversaires, idéalistes de la théologie et de la métaphysique, prennent le principe de la liberté comme fondement et base de leurs théories, pour conclure tout bonnement à l’indispensabilité de l’esclavage des hommes. Nous autres, matérialistes en théorie, nous tendons en pratique à créer et à rendre durable un idéalisme rationnel et noble.

Michel Bakounine (1814 – 1876) « La Commune de Paris et la notion de l’État (1871), De la guerre à la Commune.

contact : lacigale.stpons@orange.fr

Supplément au feuillet d’opinion du Piémont héraultais n° 179 du 15 août 2010 – Gratuit.

Renseignements : 3, route de Castres – 34220 Saint-Pons de Thomières.

Cette gazette est disponible à cette même adresse et sur le marché le mercredi matin.

IPNS – Ne pas jeter sur la voie publique.

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 14:38

“La meilleure forteresse des tyrans, c’est l’inertie des peuples” –  Machiavel.

Retraites démolies, emplois sacrifiés, les riches protégés, c’est ça le capitalisme ! –  Lutte Ouvrière n° 6189

Edito

L’appel pour un “Front populaire anticapitaliste du XXIème siècle” ne cesse de gagner des partisans. Au 9 juillet, ils étaient près de 4.800 à avoir signé le texte. “Ce nombre montre clairement que l’initiative de notre collectif unitaire n’a rien d’anecdotique”estiment les initiateurs du collectif, né du prolongement des dernières régionales en Languedoc- Roussillon. On y trouve tous les sigles de la gauche, du PCF à la Fase, en passant par le NPA, le PS et les objecteurs de croissance. “Laboratoire d’idées”,“courroie de transmission des luttes”, le Front Populaire anticapitaliste souhaite maintenant “amplifier cet appel”. Xavier FRISON, de Politis.

www.frontpopulaireanticapitaliste.fr - Pétition :ripostonsensemblemaintenant.fr

C’qui prouve en tous cas, Nicolas,

Qu’la Commune n’est pas morte !

Bref tout ça prouve au combattant

Qu’Marianne a la peau dure

Du chien dans l’ventre et qu’il est temps

D’crier “Vive la Commune !”

Et ça prouve à tous les Judas

Qu’si ça marche de la sorte

Ils sentiront dans peu, nom de Dieu,

Qu’la Commune n’est pas morte !

(La Commune n’est pas morte – Eugène POTTIER, 1885.

“Les valets vont disant que le peuple s’est tu / Camarade traqué, camarade têtu /  Les chasseurs dans ton ciel et les chars dans tes rues / Mais tu sais les mots clairs, camarade attentif / Les mots contre la houle, les vérités récifs.”

Jean-Max BRUA.

Le saviez-vous ?

1 – Ils nous prennent vraiment pour des cons ! “Il (SARKOZY) place très haut le niveau de l’irréprochable.” Jean-Louis BORLOO, pseudo Ministre de l’Écologie, dans le journal Le Parisien du 13 juillet 2010. Note du plumitif : Heureusement, car s’il aimait le reprochable, qu’est-ce que cela donnerait ? D’ailleurs, le peuple constate le“ tableau” tous les jours. Pauvre BORLOO ! Des fois, dans la vie, il vaut mieux aller boire un coup que d’ouvrir sa gueule ! Même si c’est pour courtiser son maître d’une manière éhontée …

2 – Un copain-frangin du nôtre … Julien GRAY, député-dépité demande la dissolution de l’Assemblée Nationale, suite au scandale de l’affaire WOERTH-BETTENCOURT. Ce qui serait d’ailleurs le moins que pourrait faire  “petit CÉSAR”. Mais ce triste socialiste est gonflé comme un têtard (comme ceux de chez  nous, impudence et outrecuidance, lorsque vous nous tenez !), car il se situe à la 504ème place sur 575 au classement des députés les plus actifs et il est rarement vu aux réunions du groupe PS et à la commission des lois. C’est ce que l’on appelle un profiteur mercantile…

3 – C’est astap ! (À se taper le cul par terre !) Le pseudo parti socialiste de la Ve circonscription, tendance vert de gris, s’est réuni dernièrement à Pouzolles (34) autour de notre bon Kléber. 350 gaziers présents, d’après le Midi Libre du 20 juillet 2010 (lorsqu’il y a bouffe et pinard gratos, la cour est toujours pleine ..) Au nombre des conneries énoncées, il en est deux qui sont particulièrement gratinées, surtout lorsque éructées par notre édile préféré :

- La réformes des retraites “faite d’injustice sociale, d’inefficacité financière, conçue par les marchés financiers pénalisant les citoyens.” Eh ben, mon coco, dommage que tu ne viennes pas nous le dire lors des manifestations organisées à Saint-Pons … tu aurais certainement droit à deux ou trois applaudissements !

-  Il (KM) fait part de son engagement au sein du groupe socialiste “pour les valeurs de solidarité, de tolérance, de résistance.” Ouaf, ouaf ! C’est grave, docteur ? Question subsidiaire : Crois-tu vraiment, camarade, à tes propres carabistouilles ? Si oui, il doit bien exister un traitement, même pour un cas aussi difficile. – P. B.

 

4 – Appendice de l’article 14 de La Commune n° 178. Dans cet article “Ça se passe comme cela en Mesquiland”, nous nous étonnions du fait que c’était le fils du maire de St Jean de Minervois qui avait obtenu la place pour l’entretien “du bien communal”. Depuis, nous avons eu quelques autres renseignements. Le bon maire et père (dans ce cas de figure) n’était au courant de rien et par voie de conséquence n’a donc pu intervenir dans ce dossier ( comme WOERTH pour l’embauche de son épouse chez BETTENCOURT ?) et c’est Yves CASSEVILLE (ça faisait longtemps que nous n’avions pas eu de nouvelles de ce pèlerin) qui, en tant que “patron” du SIVOM, a choisi l’heureux “élu.” En fonction de ses compétences ? Plus marquantes que celles des autres (assez nombreux) postulants ? Comme dirait mon tiède camarade et de temps à autre ami, l’Anglais : WELL, WELL !!! P. B.

5 – Ça va mieux en le disant. Une tribune libre est proposée pour la première fois dans le journal du Parc ; elle fait suite à notre demande lors de la rencontre avec VIALELLE en juillet 2009 :

Journal du Parc, début juillet 2010, un numéro spécial énergie ; comme à son habitude, l’équipe du Parc brasse du vent ; de qui se moquent les élus du Parc ? … de ses chers habitants, comme le proclame le Président.

Éoliennes … le mot est prononcé trois fois dans son petit édito de la première page et la dernière page lui est entièrement consacrée.

La promotion scandaleuse des parcs éoliens industriels par les élus - à croire qu’un phénomène de corruption généralisée s’est installé - est inacceptable, et après s’être mis au service des investisseurs éoliens en élaborant un document de référence, les élus remettent ça, cette fois pour le photovoltaïque !

Sous prétexte de régulation, la politique du Parc programme la destruction du territoire qu’elle est sensée protéger. Le PNRHL n’a pas vocation à devenir le sanctuaire des intérêts financiers d’une pseudo économie verte colonialiste : le pillage des ressources naturelles d’une région n’a jamais servi les intérêts de ses habitants.

Le collectif  “Toutes nos énergies” réclame l’abandon de tous les zonages et projets industriels en cours en matière d’énergies renouvelables et la mise au placard de ces soi disant documents de référence, la seule référence à prendre en compte étant l’identité de notre territoire.

Le Parc révise sa charte, il engage notre avenir, les enjeux de l’énergie dans notre quotidien en font partie.

Le collectif  “Toutes nos énergies” réclame la réécriture des mesures 7 et 21  du projet de charte concernant les énergies renouvelables, dans les soucis de pertinence, cohérence et transparence.

« une autre vie s’invente ici ! », faisons en sorte de nous la réapproprier.

Cette tribune libre « arrachée » est déjà une brèche dans la représentation idéologique de la Démocratie que se font nos chefs de villages. - Jean HENNEQUIN, de l’association « EHO ! lien ».

6 – Tudieu, il y a pire que les nôtres ! 93 députés taxés pour absentéisme répété, dont deux de la région (non pas nos deux pseudo socialos, mais leur tour viendra certainement !) ; l’assiduité des députés aux commissions est désormais contrôlé. Midi Libre du 23/07/2010, www.nosdeputes.fr et remercions le collectif “Regards citoyens”, qui suit à la loupe les manquements éventuels de nos chers élus, dont Marie-George BUFFET. Honte à cette camarade et à tous ceux qui prennent les citoyens du peuple souverain pour des veaux. Nos dirigeants se doivent d’être exemplaires et si la tâche leur paraît trop difficile, qu’ils cèdent leur place ! Il est temps que l’éthique devienne l’apanage de nos élites. « Le courrier des lecteurs », Marianne n° 692.

7 – “Le cochon est dans le maïs” ou “La cabane est tombée sur le chien”.Depuis que notre bon Kléber se retire progressivement de la vie politique locale, Josian CABROL, 1er adjoint au maire, dauphin désigné et nonobstant président de la Communauté de Communes du pays saint-ponais, doit monter au créneau et combler la place semi-vacante de notre (ex-) saigneur. Mais Josian n’a pas le même poids, la même envergure, le même charisme (si tant est que cette définition beaucoup trop cordiale puisse convenir à notre député-dépité, le bonhomme MESQUIDA). D’où l’agacement, voire la contrariété de certains “petits” maires du canton. La fracture a toujours existé entre ce que d’aucuns appellent..“l’axe du mal”* et les six autres villages, de fait délaissés par les trois gros de la vallée du Jaur. Aujourd’hui, soulagés de plus en plus du joug mesquidien (en outre, la manne financière du Conseil Général se fait rare), les “caves se rebiffent” et commencent à remettre en question, à discuter les décisions du soviet suprême saint-ponais, son leader Maximo ayant un genou à terre. Cette rébellion durera-t-elle ou ne sera-t-elle qu’un feu de paille ? Nous nous tenons (avec nos humbles et modestes forces) à la disposition de cette éventuelle mutinerie, de cette sédition aléatoire, pour participer au grand ménage dans l’ouest de l’ouest et assurer l’avenir de notre belle contrée. Adresse à ceux et celle qui l’aiment. P.B. 27/07/2010.

*- Courniou, Saint-Pons, Riols, mais c’est leur faire bien de l’honneur que de les définir comme des suppôts de Satan ; séides du Malin peut-être, mais surtout des incapables à défendre et à relever leur (notre) païs.

8 – Fermeture des services publics en zone rurale. Avec la “complicité” du maire, du conseiller général et bien sûr, du député, la poste de Roquebrun devrait définitivement fermer en septembre. Et ce, malgré toutes les belles promesses !* Le rôle des trois désignés ci-dessus n’est-t-il pas de défendre le service public de la République dans sa commune, son canton, sa circonscription, au lieu d’aider la direction de la Poste à le supprimer ? Et avoir, par ailleurs, un discours bravache et non traduit dans les faits, sur la politique ultralibérale de ce gouvernement réactionnaire. Alors, nous demandons aux pseudo socialos MARTY, ARCAS, MESQUIDA de mouiller leur chemise, d’arrêter de faire en loucedé le jeu de la droite dure et de ne prendre les électeurs que pour des cons ! En un mot, de faire leur devoir. La population, quant à elle, se mobilisera contre ce énième projet mortifère pour le païs … P.B., d’après un article de la camarade Maryse LAUNAIS, de Roquebrun.

* - Le détournement du sens des mots étant la rhétorique habituelle de la tête biface (comme Janus, sauf que les deux tartuffes 34  regardent ensemble le passé ..) du Conseil Général.

9 – Saint-Chinian. D’après un article du Midi Libre du 28/07/2010, la confrérie saint-chinianaise (vigneronne) a récemment intronisé de nouvelles personnalités. Des bourges connus, comme le sous-préfet de Béziers ou le député-maire de Toulouse. En bref, pas de prolos, mais que des “bonnes relations”, genre copains-frangins de la Grande Loge de France ou ceux du Lion’s Club, voire du Rotary, ses antichambres. Sur la photo, nous reconnaissons deux de nos camarades : Robert TROPÉANO, sénateur (surnommé familièrement au sein du PS : trompette) et Kléber MESQUIDA (que l’on ne présente plus) avec un chapeau de zozo. In fine, le message transmis est : tout va bien ! (dans les Hauts Cantons).

10 – Les inégalités sociales ne sont pas moins pénibles au soleil ! À peine plus de 40% des ouvriers partent en congés contre 80% des cadres supérieurs. Les vacances, c’est la santé. Temps de repos, changement d’air, loisirs .. Mais chaque année, plus de 10 millions de personnes ne partent pas, faute de moyens. Or, ce sont ceux qui, l’année durant, mettent le plus leur corps à l’épreuve. L’été, à sa manière, nous rappelle que l’état de santé est lié au revenu. Journal H.D. n° 4837.

11 – Alléluia ! Allez MESQUIDA ! Noël, Noël !* Le livre “Garde à vue” vient de sortir. Il est en vente dans toutes les bonnes librairies ou maisons de la presse du saint-ponais ou de la vallée Thoré/Jaur, au prix de 12 € (même prix que celui de l’auteur André VEZINHET qui – rectificatif – est venu à Saint-Pons afin de dédicacer son ouvrage, non pas en C 5, mais en C 6, bagnole de ministre - excusez du peu - mais toujours avec son chauffeur du Conseil Général). Sensations fortes assurées pour les mesquidiens, divertissement pour les autres, témoignage de la vie saint-ponaise de la dernière décennie pour tous. Préface de Georges APAP.

- Cris d’allégresse du bon peuple au Moyen Âge (cf. La Commune n° 152).

12 – « Casse-toi, pov’rom ! » Dans une proclamation tonitruante du 21 juillet 2010,  le Chef de l’État annonce la nomination de deux préfets à poigne, tous deux grands policiers, avec la mission précise de chasser les Roms de leurs campements illicites. La solution était évidente. La délinquance est apparue dans notre pays avec l’arrivée récente de ces populations, Roumains persécutés dans leur pays ou anciens Yougoslaves devenus apatrides. Ils ne peuvent être expulsés, les uns parce qu’ils sont communautaires européens, les autres parce qu’ils sont apatrides. Le remède devient évident : il faut les chasser de camp en camp, de bidonville en bidonville. Oui, mais jusqu’où ? L’intégration de quinze mille Roms dans un pays de soixante cinq millions de citoyens généreux nous paraissait chose aisée. De même, celle de cent cinquante êtres humains dans une ville comme Béziers, peuplée de soixante dix mille habitants accueillants ne devait pas, pensions-nous, poser de graves problèmes d’ordre public. Quelle erreur était la nôtre ! Le Président nous montre la voie : “Casse-toi, pov’Rom !”

Notre camarade Georges APAP, ancien procureur de la République –  Midi Libre du 31 juillet 2010.

13 – “État hiérarchique et autoritaire s’exerçant de haut en bas” Philippe PÉTAIN, 04 juin 1941. Le masque est vraiment tombé. Le gouvernement déclare ouvertement, bestialement, la guerre au prolétariat, au peuple souverain. Tendance populiste, hantise du métissage, obsession de l’identité nationale, stigmatisation de l’étranger (du Rom et de l’Arabe aujourd’hui, du Juif hier), déchéance (anticonstitutionnelle) de la nationalité française, France claquemurée, écrasement du pauvre, du syndicaliste, du collectiviste … “Philosophie” qui est le terreau de toutes les extrêmes droites, rejetant âprement les vertus cardinales de la République : l’égalité et la fraternité. À quand un salutaire sursaut républicain ? ou à quand le port de l’étoile ? Et pour les gaziers de la gôche caviar ou cassoulet, genre COHN BENDIT ou autres rigolos, comme KOUCHNER, AMARA, HIRSCH, un extrait d’un poème de VERLAINE : 

Dis, qu’as-tu fait, toi que voilà / Pleurant sans cesse  / Qu’as-tu fait ?  Dis, toi que voilà / de ta jeunesse !

et à méditer par la droite réactionnaire, recroquevillée sur son nombril :

“La France ne peut être la France sans la grandeur” Charles DE GAULLE ou “La France de l’esprit et non celle de l’argent.” Henri, père du précédent.

P.B., le 01/08/2010.

14 – Sport non affidé au pouvoir local : la Boule du Jaur. Le concours de la Victoire*  à la mêlée aura lieu le samedi 21 août 2010 au sein du boulodrome “Gilbert GASSENG”, stade de Ponderach. Et ce, à partir de 9 heures. Un apéro sera aussi offert à 12 heures. Les amoureux du sport boule lyonnaise et tous les saint-ponais et saint-ponaises sont invités. La Boule du Jaur tient aussi à remercier chaleureusement le président régional Jacques FACOLTOSO , le président départemental Guy VIGNAL, le président de l’Entente des Hauts Cantons Françis RIOU pour leur soutien franc et massif pendant les moments difficiles que vient de passer la Boule du Jaur. A.B.

* - Note du plumitif : Victoire de l’association de la Boule du Jaur sur la mairie de Saint Pons auprès du Tribunal Administratif, cf. les anciennes “La Commune”. Cette mairie voulait couper les boules au président de cette vieille association locale. Image limite, mais significative !

Habitants des Hauts Cantons et vacanciers, mobilisons-nous !

Préparons le grand mouvement de septembre !

LES PROCHAINS RENDEZ-VOUS :

GRÈVE GÉNÉRALE ET MANIFESTATION NATIONALE CONTRE LA RÉFORME DES RETRAITES

MARDI 7 SEPTEMBRE 2010

10H00 – ST PONS DE THOMIÈRES, devant la mairie

14H00 – montpellier, départ en bus 12h00 de Saint Pons de Thomières

Transport en bus vers Montpellier organisé par le Collectif, participation de 5 € par personne.

Inscription,  et ce, jusqu’au 30 août 2010 : tous les jours à la librairie “La Cigale” ou par courriel : lacigale.stpons@orange.fr

Une résistante :  Danielle  CASANOVA.

“La conquête du bonheur est, pour la femme, liée à son libre épanouissement”. Dès septembre 1939, elle prépare les dirigeantes de l’Union des Jeunes Filles de France de la région parisienne à la lutte contre le nazisme. Communiste, Danielle CASANOVA fut présente aux premières heures de la Résistance et de la lutte armée. Arrêtée en février 1942 lors d’un terrible coup de filet de la Gestapo, elle est déportée et meurt à Auschwitz-birkenau le 9 mai 1943.

revendications : seul faire masse est efficace.

C’est une constante de l’histoire sociale : le bastilles ne tombent et les conquêtes ne se gagnent qu’avec une forte mobilisation populaire.

C’est quoi ça ?

À l’attention de la charmante militante qui, dernièrement, était en quête de la symbolique des troupes aéroportées.

Rouge ou vert, () depuis bientôt 70 ans, le béret demeure le symbole des parachutistes. Le coiffer signifie, pour le postulant, en accepter à la fois les contraintes et les risques ; pour le profane, changer à la fois de peau et de mentalité. Le béret se mérite, comme une Légion d’Honneur.

D’ailleurs, c’en est une. Récompensés de leurs faits d’armes de Lybie et de Cyrénaïque par le béret rouge, les Britanniques n’en permirent le port aux parachutistes français SAS, qu’après leurs succès de la campagne de France, en novembre 1944. Ils leur léguèrent également le ruban noir qu’ils y avaient accroché en signe de deuil après l’hécatombe d’Arnhem.

En coiffant le béret, le parachutiste assume ainsi l’héritage de ses anciens : le gloire ou la mort. C’est une des caractéristiques de l’esprit para.

Les Paras – Erwan BERGOT.

Et comme chantait FERRAT :

Tu vois, rien n’a vraiment changé

depuis que tu nous a quittés.

Les cons n’arrêtent pas de voler,

les autres , de les regarder .. (...) Pauvre Boris !

Le 07 septembre, tous dans la rue !

contact : lacigale.stpons@orange.fr

Feuillet d’opinion du Piémont héraultais prolétarien n° 179 du 15 août 2010 – Gratuit.

Renseignements : 3, route de Castres – 34220 Saint-Pons de Thomières.

Cette gazette est disponible à cette même adresse et sur le marché le mercredi matin.

IPNS – Ne pas jeter sur la voie publique

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
25 juillet 2010 7 25 /07 /juillet /2010 11:03

“ La révolution sera la réintégration du peuple dans la propriété de ses forces collectives” -  Proudhon, 1865.

La Révolution, ce n’est pas un simple changement de gouvernants. C’est la prise de possession par le peuple de toute la richesse sociale”  - Kropotkine – Paroles d’un révolté – 1883.

Edito

 

- Tout comprendre sur la réforme des retraites – Quatre pages de publicité (ou plutôt, de propagande) dans le quotidien local fin juin, diffusé par le gouvernement réactionnaire, sous ce titre accrocheur. Détournant le sens des mots, jouant astucieusement, mais honteusement, de la sémantique pour mieux enfler le peuple, ces suppôts du capital osent parler de réforme juste, progressive, de réforme équitable, solidaire et efficace. De nouveaux droits et des mesures pour l’emploi des seniors. Soit un piège à cons pour militaire isolé, comme aurait dit l’adjudant Tifrice .. Non, cette réforme des retraites est injuste, inéquitable, rien ne pouvant justifier que l’on accepte de remettre en cause nos régimes de retraite (acquis par nos anciens à force de luttes contre les mêmes suceurs de sueur ..)

Ne touchez pas à nos retraites ! Aucun consensus avec SARKOZY ! Rien n’est joué !

WOERTH démission !

Haut les cœurs, camarades ! Une seule réponse à ces nantis gavés et à leurs sbires, les parlementaires cumulards qui veulent tondre le prolétariat !

GRÈVE GÉNÉRALE À LA RENTRÉE !

Pierre BLONDEAU.

 

PLUS DE PROFITS POUR EUX ?

PLUS D’ORGANISATION POUR NOUS !

 

Le saviez-vous ?

 

1 – Classement des correspondants du Midi Libre.

 

Ils sont 1380 correspondants sur le “territoire” du Languedoc-Roussillon et de l’Aveyron. La soirée des “scoops des correspondants” a eu lieu le 24 juin 2010. Les nommés sont :

  • Prix de l’alerte (soit le 1er prix) : La correspondante de Lamalou les Bains. Pour l’obtenir (le prix), il ne faut pas avoir balancé de tuyaux crevés et avoir fait faire chou-blanc à une équipe de journalistes diligentée par le soviet suprême de la rédaction de Montpellier.
  • Prix de l’image : un correspondant du Gard.
  • Pris de l’initiative : notre camarade Pierre AUZIAS, de Riols.
  • Prix du blog : notre bon Michel COROIR de St Pons (Blog très intéressant, où notre modeste feuillet d’opinion est cité de nombreuses fois.)

Commentaire du plumitif : Y’a bon, Banania ! Pour une fois, les Hts-Cantons sont à l’honneur. Il était bon de le préciser !

 

2 – André VEZINHET, auteur turlupin.

 

De passage à Saint-Pons, il a dédicacé son bouquin (qui ne casse pas trois pattes à un canard et dont la vente ne décolle pas …) à la Maison de la Presse, les Pastorales, le 1er juillet.

Il faut rappeler que ce brave écrivain du 1er de l’An (qui use son froc sur les chaises des commerces affidés) est néanmoins président du Conseil Général 34 et accessoirement député. Donc, comme beaucoup de cette race, il s’occupe de ses petites affaires personnelles (le bouquin lui rapporte de l’argent) avant de se consacrer au bien public. Ce pourquoi il a été élu et grassement rémunéré, ce hâbleur, adepte forcené de l’absentéisme au Palais Bourbon. Genre de gonze qui dégoûte les citoyens des politiciens en venant, comme auteur, en berline C5 du Conseil Général avec chauffeur. Promotion d’un bouquin avec les deniers publics. Triste pratique !!!

 

3 – Collusion.

 

Lu dans le magazine économique Entreprises territoires de la CCI de Béziers-St Pons n° 24 de juin 2010 :

72 élus et techniciens des collectivités territoriales ont participé à la journée organisée par le club Énergie 34 et le groupement Cemater. Objectif : sensibiliser le public aux enjeux de l’énergie éolienne Š‹, réunion animée par les plus grands acteurs de l’éolien (la Compagnie du Vent, EDF énergies nouvelles, Vents d’Oc, JMB Énergie). À quand la participation des associations des riverains ? À quand des référendums d’initiative populaire sur la pertinence de ces projets ?

 

4 – Parti socialiste : il y a encore du chemin avant la réconciliation ! - Midi Libre du 3 juillet 2010.

 

AUBRY (1ère secrétaire nationale du PS) essaie d’isoler NAVARRO ( 1er secrétaire fédéral 34) dans l’Hérault. Et pour CODORNIOU (ex-premier des socialos de la Région), pas question de réintégration partielle ou étalée dans le temps. C’est à dire, faire se retourner les socialistes frêchistes de l’Aude ou des Pyrénées Orientales et non ceux de l’Hérault – NAVARRO étant un cabochard. Mais, comme l’analyse lucidement Georges FRÊCHE :“Cette affaire finira par se terminer mieux qu’on ne l’imagine. Parce que si Martine AUBRY veut être candidate aux élections présidentielles, il faut qu’elle rassemble, elle ne peut pas continuer à diviser comme elle le fait à l’heure actuelle.” En clair, pour les présidentielles, tous ces tartarins roses, ces fanfarons, ces fiers-à-bras de peu de conviction, ces graines de collabos sarkoziens, et de la droite réactionnaire la plus brutale depuis Vichy, vont devoir se rabibocher, se faire risette. Mais un et un seul devra faire les frais de ces nouvelles noces grises : Kléber MESQUIDA, le pseudo socialo par lequel le scandale est arrivé. Non pas Paul ALLIÈS (récent opposant à FRÊCHE et membre du bureau national socialiste) de la région de Pézenas, qui ne représente rien sur le terrain. Il est confiné dans le rôle de bouffon utile, mais le Kléber est (enfin !) reconnu au niveau national comme un homme dangereux, homme de division, de collusion (avec, par exemple, ses copains-frangins COUDERC, ABOUD et les députés pro-OAS qui ont voté pour les bienfaits de la colonisation en 2005, soutenus par le pauvre François LIBERTI ..) Pour faire court, pour le PS, MESQUIDA c’est la chienlit !  Et c’est la raison pour laquelle il se cache actuellement et qu’il envahit, avec tout son conseil municipal, la Maison de la Presse, Les Pastorales, pour supporter sans vergogne l’auteur VEZINHET (voir le § 2 ci-dessus) et qu’il a fait nettoyer pour cette venue, comme pour une revue de casernement, la Grand’Rue, la Source, …par les employés municipaux. Tous les auteurs (surtout ceux venant à La Cigale) aimeraient bénéficier de ce traitement de faveur. Confusion des genres, comme d’hab. Car pour notre bon camarade K.M., VEZINHET est la dernière digue qui le protège du raz-de-marée qui l’emportera. À quand ce tsunami tant attendu dans les Hauts-Cantons ? Nous pensons, quant à nous, que notre cher et tendre ne pourra survivre à ces grandes manœuvres de 2012. Allez, bonne pomme d’Api rouge, nous ne parierons qu’un seul kopeck sur cette tronche décidément “pas vraiment catholique” !

Modeste critique de la situation par Pierre BLONDEAU.

 

5 – Que ceux qui se sentent morveux se mouchent !

 

Pour information, définition par l’organisme Transparency International (référence en la matière !) du conflit d’intérêts :“Le conflit d’intérêts naît d’une situation dans laquelle un agent public a un intérêt personnel de nature à influer sur l’exercice impartial et objectif de ses fonctions officielles”.

Dis, Tonton, pourquoi tu tousses ???

 

6 – Éolien.

 

Le Parc Naturel du Haut Languedoc doit vivre. Le conseil municipal de Mazamet (connoté à droite ; il est fort affligeant que ce soit eux qui défendent le païs, alors que la pseudo gôche fait n’importe quoi, en ne consultant surtout pas le peuple !) a pris une motion contre le développement éolien en Montagne Noire. Son opposition, un certain Luc PICARD (de la bande des copains-frangins du Parc : les VIALELLE, ARCAS, FALIP, MESQUISA) pleurniche, se lamente et aurait voulu faire encore traîner le dossier global – sur le fond, genre : quel est l’intérêt pour un Parc Naturel de posséder 500 mâts d’éoliennes ? – qui mine l’avenir du PNHL. Le temps, par exemple, de faire encore passer quelques projets ? Laurent BONNEVILLE, ci-devant maire de Mazamet, a raison : pour réviser sereinement la charte du Parc et consulter en confiance (des deux côtés) les populations (eh oui, c’est obligatoire, mon bon Daniel), il faut une bonne fois pour toutes évacuer les problèmes qui polluent le climat, qui infestent les relations .. Ambiance aujourd’hui délétère et qui ne peut que nuire au destin de notre belle région. D’après un article de la Dépêche du Midi du 4 juillet 2010.

 

7 – Remise des pendules à l’heure !

 

Pour justifier l’écart démesuré du niveau de richesse, certains ont pour argument : un riche fait vivre 100 pauvres ! C’est parce que 100 personnes sont pauvres que cela permet l’avènement d’un riche. Répondeur du journal Marianne n° 689.

 

8 – Éolien (suite).

 

Manifestation du 04/07/2010 matin, à Saint Amans Soult (81), dont le bon VIALELLE, président du Parc bientôt remplacé, est le maire (celui-ci annonce 35 ans de militantisme CGT. Boudiou ! On comprend maintenant pourquoi cette centrale syndicale bat de l’aile, doux euphémisme !) 120 manifestants du Tarn et de l’Hérault. Barrage filtrant sur la D 612. Gros bouchons. Distribution de tracts : “Y a le feu dans nos montagnes”, “Stop à l’éolien, ripoux au diable”. Poudas (serpe en occitan) sur manche et fourche exhibés sur un véhicule en symbolique de notre combat rural. Venue de FR3, radios et correspondants des journaux locaux présents. Défilé sonore de l’ancienne gare jusqu’à la mairie, pique-nique festif à l’issue de la manif … Les oreilles des élus (absents, comme toujours, même ceux qui sont soit disant d’accord avec notre lutte : BONNEVILLE, CARAYON.. C’est vrai que c’était aussi l’heure de la messe, de l’apéro et juste après, celle de la plage) ont dû siffler. En résumé, gros succès et nous souhaitons bien du plaisir à VIALELLE pour son avenir politique. Quant à la présidente de la communauté de communes, néanmoins maire de Saint Amans Valtoret, porteuse elle aussi de projets funestes pour le païs, qu’elle patiente encore un peu, nous irons bientôt manifester “sous ses fenêtres”, en guise de sérénade !!!

 

9 – Courniou les Grottes.

 

Le bon Jean-Pierre ROUANET, maire de ce charmant village, président des groupements forestiers de l’Hérault et nouveau membre du conseil d’administration des syndicats privés (qu’est-il allé faire dans cette galère ?) producteurs de l’Hérault, “adoubé” par son cousin ex-boucher, aurait une riche idée en faisant tondre l’herbe du premier rond-point à l’entrée de Courniou, en venant du Tarn. Rond-point qui, pour rappel, a confisqué de la terre cultivable, qui dessert uniquement les copains-frangins de la rive droite et qui, en définitive, sert à que dalle. L’herbe haute donne un petit air ambiant de laxisme, de laisser-aller, d’abandon (quoique …on a l’habitude de cela, par chez nous) mais surtout, elle gêne la vue des automobilistes. Donc, danger potentiel !

P.B. le 04/07/2010

 

10 – CGT et Palestine.

 

La confédération CGT a choisi son camp, celui du refus du boycott. Les camarades de la campagne contre Agrexo, les camarades de Alsthom apprécieront …Journal “Partisan” n° 2348 – ( Note du plumitif : Avec des “apôtres” comme VIALELLE, ce n’est point étonnant, voir § 8 ci-dessus)

 

11 – Assemblée Nationale.

 

Une taupe au PS ? Etablie le matin même en réunion du groupe socialiste, la liste des députés PS intervenant et le thème de leur prise de parole se retrouvaient jusque là, par un mystérieux cheminement, sur le bureau des ministres concernés. Et ceux-ci pouvaient préparer leur réponse, pour les séances télévisées d’une heure , au cours desquelles les députés posent leur question. Depuis, le PS a changé sa tactique. D’après un article du journal “Aujourd’hui” du 7 juillet 2010. Nous, pour ce qui est du sous-marin, nous avons bien une petite idée. Quoique …comme il (s) ne va (vont) au Palais Bourbon qu’à chaque fois qu’un œil lui (leur) tombe, c’est quand même difficile à attester !

 

12 – Olargues. Souvenirs des municipales.

 

Aux dernières élections, sur 15 élus, Jean ARCAS n’est arrivé qu’en 6ème position et son 1er adjoint, l’ingambe Pierre TEILLAUD, dans le tout dernier wagon. Est-ce normal, alors que d’autres ont eu davantage la confiance des électeurs (RIQUIN et FAU, par exemple), que cet endiablé binôme fasse passer tous les conseillers municipaux sous ses fourches caudines, avec la caution ampoulée du correspondant du Midi Libre ?

 

13 – Le journal du Parc Régional.

 

Numéro spécial énergies, juillet 2010. (Feuillet de 4 pages sur fond rouge. Quand on vous dit que le fond de l’air est rouge !) Loin de nous l’idée d’apporter la contradiction à ce numéro spécial : l’association Hurlevent et le Collectif de Défense du Parc Naturel le font beaucoup mieux que nous. Nous nous contenterons donc de relever le fait que les élus, dont le bon VIALELLE et néanmoins président, se justifient et commencent à lâcher prise sur l’éolien industriel, funeste pour nos contrées. Encore un petit effort (toujours sous notre pression) et ils finiront par aimer le (leur) païs et le sauvegarder de tous les rapaces à poil dur ! Gardarem lo Sant-Pouns. Quant à la vallée du Thoré, qui se présente comme un “territoire de référence, ouvert à la rencontre des hommes qui partagent son goût du patrimoine et de la nature”, il faudrait aussi la protéger de ses élus déloyaux, faillis, moralement naufragés et de leurs petites sectes d’affidés !

 

14 – Ça se passe comme ça en Mesquiland !

 

Le village de Saint Jean de Minervois (et les environs) cherchaient un jeune pour débroussailler et entretenir le bien communal. 20 heures par semaine pour environ 6 mois. Beaucoup étaient intéressés. Devinez qui a gagné le pompon ? Le fils du maire, bien sûr ! Morale de l’histoire ? Il n’y en a pas (de morale) ! Que disent les conseillers municipaux ? Rien par devant et ils plient l’échine comme depuis leur enfance, mais par derrière, ils tapent et crachent leur venin. Posture   plus facile que de rentrer dans le chou du micro-saigneur. Somme toute, chronique banale des Hauts Cantons, où il n’existe aucun contre-pouvoir. D’aucuns diraient que c’est toujours le temps de la féodalité, mais l’image serait un tantinet exagérée … Quoique …

 

15 – Prémian.

 

Un panneau solaire était posé sur le signal d’entrée du village, afin de fournir l’énergie du feu clignotant destiné à faire ralentir les automobilistes. Ce panneau a, semble-t-il, été chouravé. Où en est l’enquête, monsieur le premier magistrat de la commune, OPJ en titre ?

 

16 – Et le mont Hermon accouche d’une souris.

 

Le 10 juillet 2010, notre quotidien Midi Libre, avec un titre très accrocheur et prometteur, faisait saliver ses lecteurs :“ Les quatre vérités musclées du député ABOUD.”En fait, l’article ne présentait que des banalités dans un style très jésuitique, ampoulé, patelin … Donc, pour les vérités *, on attendra encore. Quant aux muscles, ils sont atrophiés. Pas comme ceux des mille combattants. Et nous nous permettons juste un complément à ces propos mignonnets, genre : COUDERC encore récemment a été chanceux lors des élections sénatoriales. Que nenni, camarade Élie ou plutôt la chance, dans ce cas précis, porte un nom : Kléber MESQUIDA, ton copain-frangin. Ce n’était pas un signe du destin, mais la résultante d’une collusion éhontée.

* - On est peut-être obtus, mais on voit mal ce tartuffe (celui de Béziers, mais c’est valable aussi pour celui de Marcouyrine) en adepte de la moindre pravda.

Et à ces deux laudateurs(et autres tristes comiques) du pouvoir brutal, musclé, nous nous permettons humblement de leur rappeler la définition de la démocratie : une communauté volontaire de citoyens libres, participant activement à la réalisation d’un bien commun.

 

 

Texte de la 4ème prise de parole, lors du pot révolutionnaire du 14/07/2010, parvis de la mairie.

 

Fin juin, un syndicaliste de la F.S.U. a indiqué, dans une émission de FR3, qu’il existait une directive du ministère de l’Éducation Nationale classée confidentielle selon laquelle serait prévue la suppression de 72 écoles, rien que pour le département de l’Hérault. Et ce, pour la rentrée de 2011, voire 2012. Le monde rural et les Hauts Cantons en particulier seraient touchés de plein fouet. Ce renseignement, qui serait une bombe, n’a été ni infirmé ni confirmé par nos élus, ni même relaté par le Midi Libre. Ce silence peut paraître curieux. Qu’attendent-ils pour rassurer la population, si c’est faux ? Pour monter au créneau, si besoin ? En un mot, pour défendre le païs. Est-ce la proximité des élections cantonales qui les tétanise et préfèrent-ils débattre de ce funeste avenir après le mois de mars, lorsque ce projet mortifère sera complètement ficelé ? Nous, nous resterons vigilants et dès que nous aurons de plus amples renseignements, nous appellerons les citoyens à se mobiliser pour défendre l’avenir de nos enfants dans le pays saint-ponais.

Sauvons nos services publics, la Poste, les écoles, l’hôpital et exigeons que nos élus soient non plus à côté de nous, mais devant nous, parce que c’est leur rôle et leur devoir ! Les néophytes doivent comprendre la dernière phrase au second degré, car le peuple ne peut compter que sur lui-même.

Haut les cœurs, ami(e)s, camarades et vive la république sociale !

Pierre BLONDEAU, altermondialiste et altercommuniste.

Et au nom de tous, je tiens à remercier nos camarades et néanmoins bourgeois de la commune, qui aujourd’hui nous ont offert l’apéro !

 

Pour une promise

()Elle seule et j’ai pour elle / Seule ainsi vécu souffert /

Elle seule, ô ma romance / Mon sang, mes veines, mes vers /

Elle seule et qu’elle sorte / Je demeure dans l’enfer …

Extrait de “ ELLE ”, chanson de Jean FERRAT

 

 

Le secteur public, c’est aussi le prolétariat, l’exploitation et la lutte, une autre société pour une autre vie !

Et comme dirait Olivier BESANCENOT du NPA : “Il faut expulser (du pouvoir) WOERTH et SARKOZY, parce qu’ils le valent bien !

 

contact : lacigale.stpons@orange.fr

Feuillet d’opinion du Piémont héraultais prolétarien n° 178 du 25/07/2010 – Gratuit.

Renseignements : 3, route de Castres – 34220 Saint-Pons de Thomières

Cette gazette est disponible à cette même adresse et sur le marché le mercredi matin.

IPNS – Ne pas jeter sur la voie publique

 

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 14:55





Ami, entends-tu

Le vol noir des corbeaux
Sur nos plaines.
Ami, entends-tu
Les cris sourds du pays
Qu'on enchaîne.
Ohé! partisans,
Ouvriers et paysans
C'est l'alarme ! ...
Le chant de la Libération ou le chant des Partisans.

Édito


Nos campagnes, nos montagnes, notre ruralité se meurent sous les mauvais coups du capitalisme. Mais quel type de société voulons-nous ? Un urbanisme sauvage, avec quelques réserves où nos petits enfants viendraient comme on va au zoo ? Nous refusons cette vision, il n'y a pas de fatalité. D'où notre résistance à tous les projets industriels des néfastes multinationales (CSDU, éoliens, solaires, projets immobiliers spéculatifs, suppression des services publics) et contre les élus complices et cupides, qui ne voient que leurs propres intérêts ou celui de leur clan.

D'ailleurs - petits autocrates sous la coupe du 1er vice-président du Conseil Général (notre cher et tendre Mesquida) - ils n'organisent jamais de "référendums" sur ces différents sujets, qui intéressent au premier chef les citoyens. Et ce, malgré nos demandes réitérées - le peuple qui vote, ça peut être gênant.

La vie en milieu rural est possible. Il faut garder nos commerces, nos services publics. Il faut développer les énergies renouvelables à l'échelon de la collectivité territoriale : petit éolien, compostage rustique - notre avenir est dans le tourisme vert. Quelle sera notre destinée si des centaines de mâts d'éoliennes ou des dizaines d'hectares de panneaux photovoltaïques sont érigés sur le territoire du Parc Régional ? Le biotope dévasté, le paysage saccagé .. et au profit de qui ? De la population ? Que nenni ! D'un capitalisme bestial, qui est prêt à sacrifier notre environnement et celui de nos descendants à des fins spéculatives, à retour d'investissement lucratif et immédiat. Et comme toujours, nous sommes seuls pour lutter. Nos élus, très souvent complices du Medef, ne remplissent pas leur devoir, qui est de défendre les intérêts du peuple. Peuple souverain, trahi par les représentants de la Nation !

Nous résistons donc du mieux que nous pouvons, avec nos faibles moyens, mais avec quelques succès patents : CSDU Tanarès, CSDU Pezènes les Mines, CSDU St Julien de la Nef (?), projet éolien de Vieussan, projet éolien Arcas (?), ghetto pour riches à Ardouane (?).

Et la meilleure reconnaissance de notre action est la "rafle" du 3 septembre 2009 : affaire du "corbeau" qui n'était qu'un prétexte pour casser la mouvance anticapitaliste des Hauts Cantons. Et qui s'est soldé par un échec retentissant.
Hauts les cœurs, camarades et amis, ensemble nous pouvons tout !
Un autre monde est possible !
Collectif éditorial



"Législateurs repus, ce sont vos tondus, les Jacques crève-la-faim qui passent"

(1907 - Printemps des gueux)


Mais que va devenir not' bon comte des Hautes Terres ?

Kléber Mesquida, député-maire et tutti quanti, grand spécialiste des demeures d'autrefois, des caves coop. et des bienfaits de la colonisation, cumulard cheval d'orgueil a, comme chacun le sait maintenant, failli grandement, lors de l'affaire saint-ponaise, dite du "corbeau"(1).
Non seulement il avait fiché ses opposants (d'où le ciblage opéré par les policiers le 3 septembre 2009), mais il n'est pas venu lors, non pas de manifestations de soutien à un quelconque quidam gardé à vue, mais en juste défense des valeurs bafouées de la République. C'était son devoir d'être présent avec écharpe et adjoints le 5 et 9 septembre 2009.
 De plus, il a raté le coche. D'un bon coup politique qu'il aurait pu (dû) faire, il a, par son absence, signé son forfait et a été ridiculisé, ce qui est encore plus grave(2). Depuis, il se fait très discret et aurait bien aimé obtenir l'investiture du P.S. comme chef de file pour le régionales. Mais  le siège national, rue de Solférino, échaudé par l'affaire saint-ponaise, lui a opposé un "niet" catégorique. En termes clairs, encore une fois, il a été blackboulé et du coup, son avenir est plus qu'incertain.
 Remis en cause par ses concitoyens, détesté par les élus de proximité et ses collègues du Conseil Général, honni à la Région, lâché par Aubry et Fabius, il ne peut plus compter que sur l'appui d'André Vezinhet. Mais pour combien de temps ? Tonton Dédé est un fin politicard. Cette casserole attachée à ses basques le plombe... La réconciliation entre lui et l'oncle Jojo, nécessaire pour le P.S. régional, surtout si Mélenchon vient jouer les trouble-fêtes, passe par la mise à mort politique de notre bon député-dépité. Il a déjà prôné l'élection de Couderc aux sénatoriales contre son propre camp. Il pourrait récidiver .. Danger !..  Mal barré, le pôvre, qui a atteint son seuil d'incompétence.
    P.B.

1 - Ce qui ne l'empêche pas, dans ses communiqués de presse et interviews (voir Midi Libre du 19 septembre) de se désigner lui-même "cumulard de confiance", attaché à "l'intérêt électif"qui permet "l'implantation au niveau local". C'était l'occasion ou jamais d'en faire la démonstration !!!
2 - D'où la création, par les citoyens des Hauts Cantons, de la 5ème section dans l'Hérault de la Ligue des Droits de l'Homme, ainsi que d'un collectif des perquisitionnés et des gardés à vue de l'affaire du "corbeau". Un rapprochement avec "l'ultra-gauche" de Tarnac est également en cours de réalisation...




Feuillet d'opinion du Piémont héraultais prolétarien n° 158 du 23/10/2009 - GRATUIT
Renseignements : 3, route de Castres - 34220 Saint-Pons de Thomières.
Cette gazette est disponible à cette même adresse et sur le marché le mercredi matin.
IPNS - Ne pas jeter sur la voie publique.

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale
commenter cet article
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 13:09






Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale
commenter cet article
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 12:43






Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale
commenter cet article
17 août 2009 1 17 /08 /août /2009 12:34


Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale
commenter cet article
8 août 2009 6 08 /08 /août /2009 13:38

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale
commenter cet article
5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 12:46
Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale
commenter cet article