Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 16:22

Par Ibrahim al-Amin

Ibrahim al-Amin est éditeur en chef du quotidien libanais al-Akhbar

Le gouvernement français a décidé de se soumettre au diktat américain et israélien et de prolonger la détention de Georges Ibrahim Abdallah. Ni l’État, ni le gouvernement français n’ont la moindre conscience qu’ils commettent une injustice terrible. Ils n’ont tout simplement pas réalisé que l’on puisse leur faire payer le prix de leur crime vieux de 28 ans contre Abdallah. Les Français viennent aujourd’hui d’imposer des conditions supplémentaires à la libération de Georges, en plus de simplement vouloir gagner du temps. Ils souhaitaient le faire secrètement, de sorte que leur sale besogne ne se puisse se voir au grand jour.

 

Ils veulent que le discours de bienvenue à l’occasion de son retour au Liban soit fait la nuit, à un moment qu’ils auront choisi et sans l'annoncer. Ils veulent que Georges célèbre l’évènement seul avec sa famille, de sorte que sa victoire sur ses geôliers terroristes passe inaperçue. Ils veulent même que le pauvre État libanais garantisse que la libération d’Abdallah aura lieu conformément à leurs souhaits.

Plus que cela, les Français demandent que toutes les manifestations de solidarité prennent fin, comme le sit-in à l’ambassade française à Beyrouth.

Ils veulent que les Libanais leur soient reconnaissants d’avoir décidé de libérer Georges. Ils veulent que sa famille écrive des lettres de gratitude aux autorités françaises pour avoir libéré leur fils. Ils veulent que nous leur ressemblions, que nous admettions être nous aussi des terroristes, sans morale ou sens de l’humanité.

Ils ont fini par comprendre que maintenir Georges en otage est plus coûteux que de le libérer, car tôt ou tard ils seront tenus de payer le prix de leur crime. Ils comprennent aussi que persister dans leur enlèvement de Georges ouvrira sur eux les portes de l’enfer, comme cela leur est arrivé auparavant dans tous les lieux qu’ils ont colonisé.

Les avertissements de leurs sources de renseignement au Liban et dans la région, sur les dangers de garder Georges en prison, se multiplient de jour en jour. La menace ne vient pas seulement d’un petit groupe d’hommes en colère, ou une famille lésée.

Une de ces sources a récemment dit à qui voulait l’entendre à Paris, qu’il existait une génération de jeunes gens - certains ayant même vécu et étudié en France - suffisamment en colère pour commettre des actes qui causeraient de graves problèmes au gouvernement tant à l’intérieur qu’à l’étranger. Mais nous devons poser quelques questions à notre propre gouvernement.

Il est vrai que Rafik Hariri - que ce soit au sein du gouvernement ou à l’extérieur - n’a jamais soulevé la question avec son grand copain, l’ancien président Jacques Chirac. Il est vrai aussi que d’autres présidents et premiers ministres libanais ont aussi omis de soulever la question de l’emprisonnement de Georges, non par crainte des Français, mais de Georges lui-même, qu’ils considéraient comme un terroriste digne d’une cruelle punition.

Mais pour être juste, le Premier ministre Najib Mikati et son gouvernement ont abordé la question de façon concrète, ce qui a obligé Paris à prendre connaissance que de hauts responsables libanais posaient des questions sur leur concitoyen kidnappé.

Malgré cela, il y a ceux au niveau officiel qui « comprennent » les demandes du gouvernement français, lequel veut que la libération de Georges s’apparente au retour d’un criminel recherché par la justice libanaise.

D’autres dans les couloirs du pouvoir pensent que nous devons sérieusement prendre en compte les préoccupations françaises et américaines concernant cette libération, tandis qu'ils essaient de trouver un accord dans les coulisses qui imposerait une limite à des célébrations publiques, ou au moins y interdirait la participation de n’importe quel représentant du gouvernement.

Il y a aussi ceux qui appellent à une dose de réalisme dans le traitement de cette affaire. Il peut même y avoir des membres de la famille de Georges ou certains de ses amis proches et sympathisants, qui estiment qu’il ne faut pas organiser les choses en dehors de toute proportion.

Certains d’entre eux ne pensent pas qu’il soit nécessaire, par exemple, que des officiels libanais participent à une cérémonie de bienvenue. Mais le comportement criminel de l’État français exige précisément le contraire.

La liberté de Georges devrait être célébrée à la fois par les citoyens et par l’État - la manière dont il sera reçu au Liban est désormais aussi importante que sa mise en liberté. Le symbolisme de cet accueil a une raison simple : faire en sorte que sa liberté contamine ceux qui ici, ont baissé les bras.

Article original en anglais, sur Al-Akhbar le 28 janvier 2013.
Traduction : Info-Palestine.eu - Naguib 


http://www.ism-france.org/analyses/Le-refus-de-liberer-Georges-Ibrahim-Abdallah-est-une-veritable-honte--article-17851

 

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 19:29

Je vous invite à lire la une du journal israelien "el haaretz" qui titre à propos de la libération de Georges Ibrahim A. :

"Les Etats Unis s'opposent à la libération du terrosite libanais  Georges Ibrahim Abdallah "

Si certains n'osent pas dire que notre gouvernement est un chien aux pieds des USA, c'est  sans ménagement que les israéliens nous rappelent notre triste condition d'hommes et de femmes serviles assujettis à leur bon vouloir et à celui des USA.

"Nous ne pensons pas qu'il devrait être libéré et nous poursuivons nos consultations avec le gouvernement français à ce sujet" a déclaré Victoria Nuland la porte-parole du département d'Etat  aux journalistes.

 

Une présidence normale en somme, avec une justice parfaitement indépendante et les mêmes droits pour tous...

 

Lire la suite de l'article :

link

http://www.haaretz.com/news/diplomacy-defense/u-s-objects-to-planned-release-of-lebanese-terrorist-who-killed-u-s-israeli-diplomats-1.493493

 


Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 11:21

Libérez notre camarade !


Incarcéré dans les geôles françaises depuis 28 ans (la guerre froide sévissait encore…) et libérable depuis 1999, Georges Ibrahim Abdallah des ex-FARL (Fractions armées révolutionnaires libanaises) doit être libéré. Le tribunal d’application des peines de Paris a donné son feu vert pour élargir le prisonnier politique le plus ancien de la métropole. Mais le parquet a fait appel. La décision sera prise dans quelques mois et Georges Ibrahim reste détenu à la prison de Lannemezan. C’est scandaleux ! Il a purgé sa peine depuis longtemps et à 61 ans, il ne représente plus aucun danger, surtout qu’il a un projet d’insertion dans son pays natal, le Liban. Mais Paris a peur, semble-t-il, de contrarier son « allié » Israël… Christiane Taubira, ministre de la Justice, va-t-elle laisser cette insupportable atteinte aux droits de l’Homme se perpétuer ?
Pierre Blondeau


Le saviez vous ?


1 Liberté de conscience

« Le capitaine de pédalo », et néanmoins président de la république, a encore sévi lors du
congrès des maires* de France,le week-end des 17 et 18 octobre. Il a proclamé que les maires qui avaient des états d’âme au sujet du mariage pour tous, pourraient déléguer leur(s) mission(s). C’est une décision très dangereuse pour la république. Un maire se doit d’exécuter la loi, ou alors il pourra aussi prôner la liberté de conscience pour ne pas marier deux communistes, deux personnes de couleur et/ou deux musulmans. C’est ouvrir la porte à toutes les dérives. C’est l’application de l’égalité devant la loi qui est en jeu et son principe constitutionnel. Attention danger ! Nous attendons autre chose d’un président de la République**. Quant aux maires, ils ont la liberté de démissionner si leur conscience les taraude trop. Nous, on en connaît un paquet qui n’en ont pas beaucoup, de conscience. Si besoin, on peut donner des noms…

PierreBlondeau


 *Que faisait Kléber Mesquida (vu à la télé !) à ce congrès ? A quel titre y était-il ? Président d’une quelconque association des maires ? Certainement. Alors, il n’y a que lui qui ne sait pas qu’il ne remplit plus cette mission ? Et les autres maires font semblant de ne rien savoir ? Grotesque. C’est Tartuffe au pays des bras cassés ! Quel manque de déontologie ! Mais le gazier est fidèle à luimême.
Opprobre à tous ces pauvres comiques !
**Depuis lors, François Hollande, dans la tempête, a, semble-t-il, fait reculer son pédalo et annoncé que tous (les maires) devraient appliquer la loi. Mais le mal est fait. Il mécontente la droite réactionnaire qui voudrait faire capoter cette loi d’égalité et la gauche (la vraie) qui, elle, n’a plus confiance en la parole du président de la république. Ce perpétuel changement d’avis fait plus que désordre.

 

2 Vote blanc : on prend vraiment le peuple pour un jambon !
Lors des prochaines élections, le vote blanc sera compté séparément des nuls, mais attention,
sans les prendre en compte dans les suffrages exprimés. Des fois, un exemple parmi d’autres, qu’au second tour des dernières législatives, il y aurait eu plus de blancs que de votes Mesquida* et/ou de la rombière du F.N. Un des deux aurait pu être élu avec moins de 50 % des voix. Bref, c’est encore une mesurette prise par une assemblée de députés qui ne cherche pas le « bien commun », mais qui ne pensent qu’à leurs propres intérêts. On enfonce des portes ouvertes, mais il est bon de temps en temps de le redire.
*déjà qu’il a fait sa face de carême en constatant qu’il n’avait que 60 % des suffrages exprimés, qu’est-ce que ça aurait été si le vote blanc avait fait plus que lui. Josian aurait dû venir avec sa bouteille d’oxygène et son défibrillateur…

 

3 La calotte ne passera pas !
Nous pensions qu’au sein de l’église catholique, seuls les évêques, les archevêques, cardinaux et autres prélats à la noix étaient réactionnaires. Le mariage pour tous en étant l’illustration la plus flagrante.
Malheureusement, parmi le bon peuple, les bigots s’activent. Un exemple à Saint-Pons de Thomières : les commerçants avaient programmé une descente en rappel du Père Noël, le long de la face de la cathédrale, le jour du marché de Noël. Le prêtre était d’accord, la mairie aussi (alleluia !), ainsi que les pompiers (ainsi soit-il !). Bref, les affiches furent réalisées et diffusées. Mais la veille du marché de Noël, le prêtre retira son aval, car il avait eu de grosses pressions de la part de ses paroissiennes.
D’aucunes prétendaient qu’il ne fallait pas souiller les murs de l’église (sacrée) par les manigances d’une fête païenne. Donc, dans un souci d’apaisement, l’association des commerçants fit descendre le Père Noël du 1er étage du Bâtiment de la mairie. Nous, qui sommes beaucoup moins consensuels, nous disons à ces cagots qu’il ne faudrait pas qu’ils nous gonflent trop longtemps. Depuis 1906, les murs de églises appartiennent à la République et l’intérieur des sanctuaires au(x) culte(s). Point, barre. Que la droite cul-bénit soit décomplexée depuis la période Sarkozy, chanoine du Latran, c’est son problème, mais qu’elle reste dans ses sacristies avec les punaises ! La gauche libertaire (elle est aussi nombreuse que les dévots) n’est pas prête à se coucher et à renier la laïcité. Même si les francsmaçons
sont curieusement muets aujourd’hui sur le sujet du réveil des cléricaux sur la scène publique
et politique. Ils oublient, ces charmants frères de la côte, que c’est leur vrai fond de commerce et non l’affairisme marchand… Avec de pareilles provocations et conneries, la guerre des laïcs contre les cléricaux risque de repartir de plus belle. Attention danger ! Les grenouilles de bénitier au Vatican ! Pour nous, c’est : ni Dieu, ni maître…
Depuis, l’histoire ayant eu un certain écho, les paroissiennes disent que, Nom de Dieu, ce n’est pas elles. Nous leur citerons la fable de La Fontaine du Loup et de l’Agneau :
« Et je sais que de moi tu médis l’an passé.
Comment l’aurais-je fait si je n’étais pas né ?
Reprit l’agneau ; je tête encore ma mère.
Si ce n’est toi, c’est donc ton frère.
Je n’en ai point ! C’est donc quelqu’un des tiens… »
En plus, il ne faut pas (plus) que les bannières ou étendards des chorales gigotent dans l’église.
Ces bons apôtres confondent maison du seigneur (lieu de vie) et le mausolée du petit père du peuple.
Péché véniel.

 

4 La connerie humaine est vraiment incommensurable !
Suite à l’article n°2 de la Commune n° 224, d’aucuns disaient que c’était normal de renflouer les caisses de Marc Soulignac, gentil organisateur de la Fête de la châtaignes, avec l’argent des contribuables St-Ponais. Le pauvre, il se décarcasse tellement ! Pouët et re-Pouët. Non, c’est inadmissible : lorsque cette opaque organisation gagnait de l’argent, nous n’avons jamais entendu dire que le bonus était reversé au conseil municipal. A petite échelle, il nous refont le coup de banquiers véreux et amoraux : on privatise les bénéfices et on mutualise les pertes… Cochons de citoyens qui ne reconnaissent pas l’altruisme, l’abnégation et le don de soi des frères Pétard, heu non ! Soulignac . Sanctus Marcus, ora pro nobis !

 

5 « Un député a besoin de vous pour être alerté. » Elie Aboud (Midi Libre du 30 novembre 2012)
Quel démagogue ce triste soutien de l’OAS ! En période d’élections, et comme il serre les fesses, il a besoin des citoyen(ne)s, non pas pour être alerté, mais pour leurs voix. Lamentable aveu !
Qu’il fasse aussi le même aveu à son compère de la 5ème circonscription pour que ce gazier prenne en compte les messages d’alerte lancés par les masses populaires…

 

6 Fraïsse sur Agout : Energie renouvelable (Midi Libre du 30 novembre 2012)
Les correspondant(e)s du Midi Libre sont parfois très médiocres et nous donnent des bâtons
pour battre les élu(e)s. Lorsque c’est la même personne qui cumule les deux fonctions et qui commet une erreur, cela devient du vice. Donc, à Fraïsse, dernièrement, a été organisée par des requins du privé une journée Energies renouvelables avec des élus à la pelle. Un seul (a priori, d’après l’article) a posé la question intéressante : « Fallait-il accueillir un parc éolien sur ce territoire ? » Marguerite Matthieu, notre mairesse préférée, a répondu : « Bien sûr que oui ! » (Et la tune, bon dieu !).

« Après un excellent repas offert par le groupement CEMAJER*, les élus, studieux, sont revenus à la salle polyvalente. », dixit l’article. Pour parler trivialement, Ils se sont fait rincer la gueule par la société privée qui a besoin d’eux pour emporter les éventuels marchés. C’est immoral, et en justice, cela porte un nom : Honte à tous ces aigrefins !
*Groupement des professionnels de la filière Energies renouvelables et construction durable

 

7 En défense de nos camarades de Tarnac
(suite à l’article spécieux du Nouvel Observateur du 22 nov. 2012 : « Tarnac dans l’oeil du F.B.I.)
Supputation, approximation, calculs hypothétiques, procès d’intention sur le fond dans cet article qui veut dans son ensemble faire croire que le FBI accrédite la thèse de la police française. Raisonnement partial et orienté. Julien et Yildune, jeunes intellectuels, sont allés à New York à une réunion de libertaires. Et alors ? Où est le lézard ? Est-ce la preuve qu’ils ont saboté une ligne TGV en Seine et Marne ? C’est aussi con que d’accuser un glandu d’être un corbeau parce qu’il écrit à profusion… Et dans le cas de Tarnac, les flics d’Alliot-Marie se sont comportés comme une sinistre police politique à la solde du pouvoir réactionnaire en place, et ce, en faisant des faux. Manipulation d’Etat pour créer un ennemi intérieur : l’ultragauche fantasmée… Le dossier de Tarnac est vide et les camarades innocents ! Le seul sabotage qu’il y a eu, c’est celui de l’enquête. N’en déplaise au Nouvel Observateur ou aux autres suppôts du ministère de l’Intérieur qui a gravement failli.

 

8 « Choc de solidarité » !
Cécile Duflot, ministre du logement veut réquisitionner des dizaines de bâtiments disponibles
pour l’hébergement d’urgence cet hiver. Solution juste et idée alléchante, quoique tout à fait normale.
Elle a écrit en particulier à l’archevêché de Paris qui possède des bâtiments quasi vides. Les masses populaires ne comprendraient pas qu’André Vingt Trois, réactionnaire, mais néanmoins ministre d’un culte qui prône la charité, ne partage pas les objectifs de solidarité avec la Nation… mais la fourmi en soutane n’est pas prêteuse et s’agite dans le bénitier…

 

9 Lucre et cupidité
Pour attirer les jeunes toubibs dans les déserts médicaux, le gouvernement leur propose un salaire garanti de 4600 € par mois, soit 55000 € en gros par an. Mais la plupart de ces mercantis (les médecins déjà installés), qui ont oublié le serment d’Hippocrate, protestent : « Ce n’est pas assez ! », « Et notre cadre de vie ? » ou encore : « Nous ne voulons pas nous enterrer à la campagne ! » En bref, ils ne pensent qu’à la tune ! Déplorable attitude ! De pauvres malheureux, vraiment, qui rament, qui ne sont pas reconnus à leur juste valeur, qui ont des problèmes en fin de mois comme tout un chacun… Il suffit de comparer leurs bagnoles (signe extérieur de richesse) avec le reste de la population pour se rendre compte qu’ils pâtissent effroyablement… Comme tous les bourgeois, ils ne pensent qu’à leurs
pommes, leurs petits egos et non au bien commun et à l’humanité qui souffre dans son âme et dans sa chair…

 

10 Désinformation et galégade
Il y a quelques années, à grands coups de trompe dans le Midi Libre, on nous avait expliqué que pour être maire, il fallait suivre un stage de formation ad hoc. Notre Josian, en vue de prendre le rênes, y a assisté. Mais Christian, nouveau maire de par la seule volonté du Très Haut Mesquida, n’a fait aucun stage. Donc, soit, à l’époque, on nous enfumait, soit, maintenant, pour ne ramasser que les crottes de chien, la dépense d’une formation est considérée comme inutile (et, si c’est le cas, à juste titre) : il suffit de posséder une petite pelle, et quelques pochons… et une pince à linge sur le tarbouif.

 

11 La solidarité, une valeur forte !
Dans l’expression libre du dernier magazine du département, n° 219, Kléber Mesquida se laisse aller. Il clame la solidarité, l’intelligence du coeur (c’est nouveau !) Il beugle la liberté, l’égalité*, la fraternité. Il devrait faire attention : ceusses qui ne le connaissent pas vraiment vont finir par le prendre pour… un socialiste !
*l’égalité : nous ne devons pas avoir la même définition de cette valeur républicaine : lui, il se
considère comme plus égal que les autres.

 

12 Halte à la démesure !
La ligne L.G.V. Lyon-Turin, comme l’aéroport de Notre Dame des Landes, est un projet capitaliste et anti-démocratique. En période de crise financière, provoquée par les mêmes que les bénéficiaires de ce projet à la con, les 8,5 milliards d’euros ne seraient pas mieux utilisés pour la solidarité aux plus démunis ? Tonton Kléber, pourquoi tu tousses ? Soutien aux écologistes qui luttent sur le terrain !

 

 

Saint-Pons est sinistrée !
Notre vallée est sinistrée !


Il apparaît avec de plus en plus d’évidence que notre vallée du Jaur est sinistrée, que Saint-Pons se meurt, sous les yeux de tous les responsables, élus ou non élus, qui détournent le regard quand on leur en parle. Ils réagissent comme si rien n’était possible.
Bien sûr que si, qu’il est possible d’agir ! Il y a des exemples de communes ou de groupements de communes qui ont commencé à réagir et qui connaissent des commencements de réussite. Mais évidemment, il ne faut pas rester là les bras ballants comme si on ne se sentait pas concernés, comme si on se sentait trop vieux soi-même pour agir avec efficacité (ou alors comme si le seul intérêt d’être élu était de garder le pouvoir pour en profiter tant qu’il est encore temps).


Appel


Nous appelons les élus et toutes les forces vives de ce pays à contribuer à la sauvegarde de ce pays et à sa renaissance ! A créer des groupements fonciers agricoles pour aider ceux qui ont envie de devenir agriculteurs à s’installer, à rénover la ville de Saint-Pons en mettant en valeur ses atouts patrimoniaux et touristiques et en travaillant à l’installation d’artisanats, de commerces de produits locaux et du terroir !
Suite à l’accord de dupes à Florange, la solution passe par la mise sous contrôle public
et sous celui des salariés du site sidérurgique. La parole de J.M Ayrault ne vaut plus rien !
Ce n’est que par la lutte de classes qu’il est possible de se défendre contre le capitalisme !
[…] La grève doit redevenir une véritable arme de lutte prolétarienne et non une
inoffensive soupape de sécurité utilisée par le collaborationnisme interclassiste pour
sauver la pais sociale et perpétuer l’asservissement du prolétariat à la classe bourgeoise.
Supplément au Prolétaire n° 504

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 18:23

« Fais ce que dois, advienne que pourra ! Maxime populaire


Etre et durer !

 

10 ans ce mois que nous luttons, avec nos faibles moyens, contre le saigneur local.
10 ans que nous diffusons, à raison de deux numéros par mois, le feuillet d’opinion « La Commune».
10 ans que nous sommes le modeste contre-pouvoir de l’autocrate Kléber Mesquida.
10 ans que nous subissons intimidations, menaces, humiliations, voies de fait, procès et garde à vue…
Malgré tout, nous sommes toujours là, au poste de combat. Début 2003, Mesquida disait à ses collègues conseillers généraux : « Dans trois mois, ils seront morts. »

Un an après, il annonçait « Ils vont bientôt disparaître. »

Ensuite il n’a plus dit mot, mais il a sévi….
Contre toute attente, nous avons tenu le coup. Un noyau de résistants (qui a changé au fil des années) est toujours resté, la tête haute, pour lui dire en pleine face le mot de Cambronne. Et en définitive, notre lutte farouche a payé, car le rombier est sur le départ. Nous, nous sommes toujours dans l’affrontement pour défendre le païs, pour sauvegarder les Valeurs Républicaines (dont l’Egalité est la vertu cardinale), pour préserver les maigres acquis du prolétariat.
Nous ne sommes pas gens à regarder le pays sombrer sans opposer de résistance. Nous ne pouvons pas nous accommoder de la ruine de l’agriculture et du commerce. Nous n’acceptons pas l’inaction des élus qui regardent péricliter le païs sans broncher. Le païs ne doit pas mourir.
Souvent, des ami(e)s nous ont dit que notre combat était utopique, perdu d’avance (« de toutes façons, ils feront ce qu’ils veulent »), que nous nous épuisions pour rien, qu’il valait mieux profiter (le vilain mot !) de la vie, même en faisant le canard. Eh bien non ! les faits nous ont donné raison et nous avons prouvé que la résistance paie.
Nous avons tout simplement fait notre devoir.

La lutte continue, haut les coeurs !
Nous vaincrons, camarades, car nous sommes les plus nombreux !


Collectif éditorial

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 18:15

Vinci, dégage ! (Vinci : multinationale chargée de construire et gérer l’aéroport de Nantes)


Solidarité avec les expulsés de Notre Dame des Landes !
NON A L’AEROPORT !


Un comité de soutien aux opposants de l’aéroport de Notre Dame des Landes (au Nord de Nantes, Loire Atlantique) s’est créé à St-Pons fin octobre 2012.
Le projet, très cher à Jean-Marc Ayrault, ancien maire de Nantes et actuel premier ministre, est capitaliste et anti-démocratique. Les forces de l’ordre sur place se déchaînent contre les militant(e)s qui occupent le terrain. Ces camarades ont besoin de notre soutien. Et une collecte de différents matériels de première nécessité est en cours (cf. le blog de la Commune). Dénonçons tous haut et fort ce projet ruineux (Ecrivez à votre député, votre sénateur, votre sous-préfet par exemple), ce projet qui ne répond pas aux besoins de la population, mais à des ambitions politico-financières, et qui saccagerait l’environnement.


La terre aux paysans ! Passaran pas !


« L’aéroport de Notre Dame des Landes est un choix de société au sujet duquel il faut débattre. »
« Le changement, c’est maintenant ! L’aéroport, c’est jamais ! »


L e s o p p osants


Le saviez-vous ?


1 A quand une vraie loi de réquisition ?
122 713 logements sont vacants dans la région, 17 000 rien que sur Montpellier, et 2,4 millions enFrance*. Alors que la Fondation de l’Abbé Pierre recense 3,6 millions de mal logés ou sans abri. Quelques petits pas ont été faits vers une réquisition des logements vacants, mais rien de vraiment concret. Cécile Duflot, ministre du logement, au moins, respecte donc cette promesse !
*chiffres INSEE 2009

 

2 Procès-verbal du conseil municipal du 31 octobre 2012-11-23
a) Indemnités des élus (§4) Le taux de répartition est donné en pourcentage de l’enveloppe indemnitaire que l’on ne connaît pas. Partage du fromage. Pourquoi ne pas donner en clair la somme que les 7 privilégiés palpent ?
Avons-nous affaire à un scandale ? Les St-Ponais descendraient-ils dans la rue pour exprimer leur colère ? Si les 7 se cachent, rouges de honte ( ?), c’est qu’il y a un loup… comme disait Martine.
b) Marc Soulignac pleurait à chaudes larmes après la dernière fête de la Châtaigne. Il avait mangé, grave, la culotte. La faute au temps, aux commerçants, aux visiteurs fauchés. Qu’il s’arrête de sangloter : le très Haut Mesquida l’a entendu. Par son frère, il a obtenu 13 500 € de subventions spéciales. Y a bon
 ! Quant aux Secours catholique et populaire et à leurs bénéficiaires, ils peuvent aller se brosser…

 

3 A Béziers, ils sont moins cons que nous !
« Dès que posés sur la nouvelle place d’Inde, les pavés ont été démontés. Ils étaient en marbre et le sol aurait été transformé en patinoire. Ils ont été remplacés par de solides blocs… » (Midi Libre du 8 novembre 2012)
A St-Pons, cet hiver, on va continuer à se casser la gueule, en rafale, devant la mairie et place du Foirail.

 

4 « La rue appartient à celui qui y descend, la rue appartient… »
Berlin aurait étudié des idées de réforme pour la France. Après la Grèce, l’Allemagne veut dicter sa politique d’austérité bestiale à toute l’Europe.
« Le gouvernement allemand est confiant sur le fait que la France respectera les exigences du
Pacte de stabilité et de croissance » , selon la porte-parole du ministre allemand des Finances. De quoi je me mêle ? Angela Merkel a tort de se conduire d’une manière aussi brutale, de colonisateur impérialiste ; elle va raviver de vieilles haines ancestrales à peine éteintes. Mais peut-être est-ce son souhait, à cette digne fille de Bismarck ?

 

5 Courrier du journal CQFD n° 105 (nov. 2012)
« Quand la BAC est prise la main dans le sac, c’est tous les flics qui chient dans leurs frocs… »
(BAC : Brigade anti-criminalité qui sévit dans les banlieues)


6 Non à l’AyraultPORT, Non à la répression !
A la superbe manifestation de Notre Dame des Landes du 17 novembre 2012 (40 000 militants, excusez du peu !), 11 camarades du pays Saint-Ponais étaient présents sur place. En renfort des militants de Montpellier et/ou de ceux de Toulouse…
Que le vent souffle de droite ou de gauche, en 2012 comme en 1961, les méthodes policières varient peu et les policiers encore moins : contrôle social sous prétexte de terrorisme, politique du chiffre, impunité dans les suites données aux bavures, moeurs carcérales d’un autre âge,… décidément le pays des Droits de l’Homme est peu à l’honneur.
Le Monde Libertaire n° 1686

 

Justice pour nos camarades de Tarnac !


Saccage de notre patrimoine
La liste des ouvrages « patrimoniaux » détruits par nos édiles est longue et témoigne d’une inconséquence qui fait frémir : que d’éléments architecturaux détruits sans un examen approfondi de la façon dont on pouvait les préserver et même les mettre en valeur : la voûte du « Café de Paris » face au cinéma*, celles de l’ancien garage à l’arrière du musée archéologique où il y a maintenant une verrue en verre et métal, le lavoir qui était derrière l’imprimerie Maraval, les égoûts en voûtes de brique du XVIIIème siècle sous le musée, tout cela sans le moindre scrupule ni le moindre état d’âme. Décidément, nos élus saint-ponais ne sont guère intéressés par ces « vieilleries », alors que, précisément, ces vieilleries sont un des principaux atouts de Saint-Pons.
La commune a un rôle à jouer dans la mise en valeur du patrimoine. Il y a bien longtemps qu’elle aurait dû s’occuper des maisons aux façades magnifiques de la Rue Basse, et de bien d’autres de la ville, comme cela a été fait du côté du Pioch autrefois. Mais non…
Anecdotiquement, un premier projet avant la verrue en verre et métal du Musée, avait prévu une sorte de bulle de verre qui laissait apparaître les statues-menhirs. C’était très beau, mais non, il a fallu que quelqu’un (qui a pouvoir de décision) décide qu’il valait mieux faire cette sorte de véranda disgrâcieuse.
Saint-Pons pourrait s’en sortir à condition de sortir la vallée de son marasme économique et en préservant, voire en mettant en valeur son patrimoine historique.

M.C.
* l’étage du Café ne présentait effectivement aucun intérêt, mais la rage destructrice a eu raison de la belle voûte qui n’aurait pas été encombrante.

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 18:42

« Faute avouée est à moitié pardonnée » Dicton de Mère-Grand
 

 

Examen de conscience
 

 

La France coloniale (comme tous les pays coloniaux, dont Israël aujourd’hui)) a gravement fauté.
Elle devait –officiellement- amener civilisation et égalité républicaine. Elle n’a expédié dans les différents territoires de l’Empire Français que des capitaines ou colonels carriéristes et des colons, pour la très grande majorité, cupides et exploiteurs : « Il faut faire suer le burnous à l’indigène !» Les Algériens, depuis 50 ans, demandent « une reconnaissance franche de crimes perpétrés à leur encontre par le colonialisme français ». La seule réponse à ce jour d’un ancien ministre, d’un ancien élu de la Nation est le faire un bras d’honneur. Quel symbole de fraternité envers un peuple ami ! Geste lamentable d’un demi-sel. Si ! la France, en Afrique du Nord, au Soudan, en Indochine, au Cameroun, au Madagascar… a commis des crimes de guerre. Il faut que le président de la République, au nom de la Nation, le reconnaisse. Un blaireau local, un tantinet vert de gris, glosait, en prétendant que la reconnaissance viendrait automatiquement lors d’une demande pécuniaire. Ce qui n’est pas du tout évident et puis même ?

Ne nous sommes nous pas suffisamment gavés sur le dos des autochtones ? Les Michelin et autres sociétés nationales de l’époque n’ontelles pas à satiété rançonné ces pays ? Ne serait-ce pas un juste retour des choses ? Un partage des richesses ? A Dakar, dernièrement, Sarkozy osait dire que l’homme africain n’était pas entré dans l’Histoire. Il se trompait comme tous les réacs. C’est l’homme blanc (occidental) égoïste et péremptoire, recroquevillé sur son nombril, qui sort au XXIème siècle de l’Histoire…


Non à la mondialisation qui est une autre forme de colonisation !
Oui à une Internationale Socialiste !
Pierre Blondeau

 

 

Le saviez vous ?
 

 

1 « Le Conseil Général exemplaire ! » (Le Magazine du département Nov. 2012)
Non au cumul des mandats. Kléber Mesquida a démissionné de sa vice-présidence, ainsi que Frédéric Roig, nouveau député de la 4ème circonscription. C’est, a priori, du tonnerre. Mais Kléber garde comme délégué* le dossier des routes du département. Bonne gamelle ? Il sort par la porte et revient par la fenêtre.
Comme disait feu Jojo 1er, il faudra toujours choisir entre la peste et le choléra.
*Quelle est la rémunération de cette charge ? Une manière, une fois de plus, de contourner la loi (socialiste). Alors le conseil général 34, exemplaire ? des nèfles…
 

 

2 Valls, prétendument, le ministre mieux aimé des Français ! (de droite)
Une française, Aurore Martin, d’origine basque, , mais qui aurait pu être tourangelle ou picarde, citoyenne de la Nation, membre de Batasuna, mouvement autorisé en France, a été arrêtée chez elle à Mauléon le 1er novembre 2012 et remise aux autorités espagnoles aussitôt après. Depuis le rétablissement de la République, post Pétain, c’est la première fois, a priori, qu’un(e) français(e) est extradé(e) de France pour ses opinions politiques au profit d’une autorité politique étrangère. Même la droite la plus réactionnaire n’avait jamais osé. Les droits de cette camarade ont été bafoués. Suite à ce coup de force, que dit la justice de cette excessive intransigeance du parquet de Pau ? Les socialistes vont à ce rythme très bientôt dépasser dans l’ignominie la bande perverse de Guéant, Hortefeux et petit César. Police partout, justice nulle part.
Libérez Aurore Martin !

 

03/11/2012 P.B.
 

 

3 Réponse au paragraphe n° 3 de la Commune n° 222 :
C’est bien de St-Pons de Thomières la crasseuse qu’il s’agit !

 

4 Chacun à sa place et les chérubins seront bien gardés.
Depuis la Révolution, seul le mariage civil est reconnu. Les églises nous gonflent : qu’elles marient leur(s) paroissien(ne)s de la manière qu’elles veulent, sans vouloir faire pression sur la République. Veulent- elles rejouer la triste période de 1905, 1906 ? Nous, nous sommes prêts…
Comme c’est dans l’air –putride- du temps, elles donnent dans la Réaction, comme toujours, ce qui est leur fond de commerce. A bas la calotte ! Oui au mariage républicain pour tous !
Un matamore, André XXIII, prétend que le mariage pour tous, c’est de la supercherie. Nous lui répondons que lui, de pied en cap, ressemble à un super-dindon. Camarade prélat, qu’as-tu fait de ton talent ?
Mariage gay : ce que fera votre maire (Midi Libre du 7 nov. 2012) : Les maires de notre canton sont les seuls qui ne se prononcent pas, aucun ! Nous qui pensions que les maires feraient ce que les lois de la République
leur ordonneraient. ! Quelle leçon de démocratie nous donnent-ils ? Ils attendent certainement
que le conseiller général délégué local leur dise ce qu’ils doivent penser et énoncer. Vieille habitude depuis 1994. Que Auzias, St-Pons, grenouille de bénitier devant l’éternel, et maire ramasseur de crottes de chien
 dixit Mesquida) reste muet sur ce sujet, cela s’explique, mais que Falip, pseudo-PS de Saint-Gervais sur Mare ne s’exprime pas ! Il faudra consoler Jaurès…

 

 

5 Il court, il court le furet, le furet du bois Mesdames… ou la péteuse attitude
Lorsque Jean Arcas, maire et conseiller général d’Olargues repère des militants, avec lesquels il joue au chat et à la souris depuis plusieurs semaines, il presse le pas, puis accélère et disparaît dans la mairie.
Afin de satisfaire une envie pressante ? Pour se mettre à l’abri de la « pluie » ? Parce qu’il est surbooké par la fête du marron, et ne peut discuter trois minutes ? Dans tous les cas, il refuse , de loin, qu’on l’appelle camarade. C’est vrai que c’est lui faire trop d’honneur que de le considérer comme de gauche. On recommencera
plus ! Promis. Mais lui, au moins, se prononce en faveur du mariage gay, comme Trompette de Saint-Chinian.
Saint-Pons en décrépitude Saint-Pons va-t-elle bientôt fermer ? Le nombre de commerces qui ferment dans notre ville donne le vertige. Nous avions une boucherie, il n’y en a plus, une laverie, c’est terminé. Les boutiques du Jaur (quincaillerie, droguerie..) ferment aussi. Il y avait deux bijoutiers, deux photographes, deux pâtissiers. A la place, nous avons deux acheteurs d’or. Bingo ! La pauvreté a ses vautours.
Qu’on ne donne pas comme excuse que c’est la tendance générale *: dans les communes où on ne se contente pas de faire de l’immobilier, d’artificialiser (de faire du béton et du goudron partout), dans les communes où on se préoccupe d’animation, les dégâts sont beaucoup moins lourds. Mais en dehors de fêtes
ponctuelles, à Saint-Pons, il ne se passe rien. Rien n’est fait dans l’aménagement pour favoriser le commerce, ni l’artisanat. Saint-Pons donne de plus en plus l’impression d’une ville morte, sans âme.
L’âme d’une ville, n’est-ce pas sa municipalité ? Mais son nouveau maire, ainsi que l’ancien, Super- Kléber, ont-ils seulement la moindre petite idée des solutions pour tirer cette ville et ce pays de son marasme ? Cette vallée est en train de mourir. Il n’y a qu’à voir la quantité de friches supplémentaires chaque année. C’est effrayant. Il n’y a qu’à voir la quantité de commerces qui ferment. Cette vallée se meurt, Saint-Pons se meurt. Il est grand temps que nos édiles se bougent, commencent à réfléchir et à faire preuve d’un peu d’imagination.

 

M.C.


*Pour preuve : Saint-Pons est le seul chef-lieu de canton de l’Hérault qui a perdu de la population au dernier recensement.

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 12:29

La cellule de la Cigale St-Pons ira, pendant cinq jours début janvier 2013, soutenir les camarades de Notre Dame des Landes (au Nord de Nantes, 44).

 

A cette occasion, nous leur apporterons le fruit de notre collecte. Soutenons les : ils en ont bien besoin !

 

Liste des produits demandés par eux (et elles) :

 

Lampes torches et piles / Habits chauds / Habits de pluie / Tentes / Duvets / Bottes / couvertures / Gants / Réchauds…

Conserves, pinard…

Maalox et sérum physiologique…

 

Non à l’aéroport de Jean-Marc Ayrault !

No passaran ! Hauts les cœurs et vive la sociale !

 

Lieu de dépôt des dons : La Cigale

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 11:24
Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale
commenter cet article
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 13:27

« Un homme véritable est celui qui résiste, qui lutte et qui n’a pas peur au besoin de dire NON, même à Dieu. »

Nikos Kazantzakis


Halte au feu !
La France se prépare à une guerre néo-coloniale au Nord-Mali. Pays Targui qui, suite à la décolonisation, a été dépecé arbitrairement entre différents états à notre solde et qui, depuis 52 ans, subit la loi du Sud.
Pour mieux préparer les opinions occidentales à une invasion éhontée, comme d’habitude, les
« islamistes armés » sont présentés comme des barbares. Il y en a certainement. Mais ce n’est pas de cette manière que le problème sera réglé. Les politiques du Sud, « nos amis », sont, aussi, corrompus et pervertis.

La France, en soutien de la force CEDEAO (africaine), est complice –une fois encore- de la
négation des Touareg. Et ce, pour préserver égoïstement son pseudo pré carré africain ainsi que les intérêts des multinationales voraces.


Quand reconnaîtra-t-on ce peuple fier ?

Là est la seule vraie question (et un casse-tête à résoudre).
Le reste n’étant que mauvais prétexte et fourberie pour exploiter encore et encore nos frères et soeurs d’Afrique Noire…

Pierre Blondeau

 

Le saviez vous ?
 

 

 1 Droit de vote des étrangers
Une biterroise réactionnaire, Monique Valaize, déléguée UMP de la 6ème circonscription, s’interroge : « Au Maroc, en Tunisie, en Algérie, en Thaïlande, aux Etats-Unis (rien que des pays démocratiques…), pays où vivent de très nombreux Français depuis de très longues années, et qui y paient leurs impôts, ceux-ci ont-ils le droit de vote ? » Cette comparaison est mauvaise, fallacieuse et un très mauvais mélange des genres.

La peine de mort existe dans ces pays. Et alors ?

Faut-il la remettre en oeuvre chez nous ? Bien sûr que non. Le fait de se targuer d’être la patrie des droits de l’homme implique des devoirs, de montrer l’exemple, chère Monique.

Dans d’autres pays démocratiques européens par exemple, le droit de vote des étrangers est inscrit pour les législatives. Pourquoi ne pas en parler, chère obscurantiste ?
Le 22 octobre 2012, cette brave dame en remet une couche : elle est courroucée que François Hollande ait reconnu la répression de la manifestation du 17 octobre 1961. Déni de vérité et surtout posture.
Elle veut remplacer, dans le coeur amer des pieds-noirs les plus réacs, Aboud (de souffle) englué dans son recours pour les législatives et Mesquida (discrédité à tout jamais auprès de la communauté : cf. les anciennes Communes). Bref, elle profite honteusement de circonstances, occupe le terrain délaissé par les deux copains-frangins, et veut exister à n’importe quel prix… Lamentable attitude !

P.B.

 

2 Aux mauvaises langues St-Ponaises
Kléber Mesquida serait rigide, brutal, monolithique, rogue. Que nenni ! Des fois, il sait arrondir
les angles. La preuve : les angles saillants dangereux des dalles en marbre recouvrant les jardinières ventripotentes du parvis Vialelle ont été rognées. Avait-il peur qu’un quidam aille ester en justice ?

 

3 L’humeur de Prolosophe !
Quel est le village où la gent féminine et la gent masculine ont à leur disposition 3 pissotières et les clébards « 6 espaces canins » ?

 

4 L’aveu de Francis Cros, conseiller général, canton de La Salvetat
Lors d’une conversation à bâtons rompus (c’est le mot), le bon Francis nous a lâché que le Parc Naturel avait eu l’aval de la commission auto-pondue écologique parisienne pour implanter 300 éoliennes dans le dit Parc et 12 « fermes » solaires d’environ 40 hectares chacune.

Bienvenue au Parc industriel du Haut Languedoc ! Merci à nos élus !

 

5 Elle est pas belle la vie à St-Pons ?
Sous la maison de santé, une aire de stationnement a été aménagée. Soyons honnête : elle est très réussie.
Mais comme la nuit, il fait noir, le fait d’avoir implanté des lampadaires dans le feuillage n’est pas une idée lumineuse. Attendons la chute des feuilles pour y voir. Il aurait été plus judicieux d’appuyer les lampions contre la maison Durand et le long des murs où sont les emplacements des ordures ménagères.
Toute l’aire de stationnement aurait été éclairée. De surcroît, le lampadaire qui se trouve sur la rampe de la maison de santé est H.S.
Pour la sécurité, vite l’automne pour que la lumière soit !

A.S. le 15 oct. 2012

 

6 Tout va bien !
Les réacs de Labasdide-Rouairoux peuvent se rendormir : la statue de la Vierge a été remise sur son piédestal (plutôt un caisson disgracieux. Hé ho ! Il ne faut pas trop en demander non plus…) au coin droit* de la Grand Rue, en entrant dans le village en venant de l’Hérault.
Merci Marie ? Non : merci Françoise.
*droit : le mot est faible : droite, très droite, droite borgne, l’image est plus juste…

 

7 Pourquoi ce silence ?
On aurait souhaité que nos parlementaires locaux et régionaux (si prolixes sur d’autres sujets) dénoncent les militants anti-Islam arrêtés à Poitiers le 20 oct. 2012 : soit les 73 militants gros cons de Génération Identitaire qui avaient envahi le chantier d’une mosquée et qui prônaient la haine raciale envers nos frères et soeurs musulmans.
 

 

8 Vanité des vanités, tout est vanité !
Que restera-t-il de l’action de Kléber Mesquida, de 1994 à 2012 ? Une plaquette valant la peau du cul distribuée à tous les St-Ponais, opuscule glacé conçu par Marc Soulignac (J’ai bien mangé, j’ai bien bu, merci petit Kléber) et photos faites par Michel Coroir (bof !). Autosatisfaction, cirage de pompes et fatuité.
Mais rien ne pourra faire oublier son triste bilan : St-Pons est plus pauvre qu’à son arrivée. Point, fermer le ban…

 

Dernière minute :
« Lorsque le sage montre la lune, l’imbécile regarde le doigt »
Une charmante dame énervée faisant partie de l’organisation de la fête de la châtaigne est venue contester le premier point du tract « Les trois coups », distribué semaine 43. Notre calcul serait faux. Pour elle, c’est 2500 kg vendus x 4 cornets vendus par kg x 2 euros le cornet, soit 20 000 euros. Peut-être. Mais notre raisonnement sur le fond est toujours valable : où passe l’argent ? Pourquoi n’avons-nous pas accès, depuis 12 ans aux comptes ? Pourquoi
y a-t-il un black-out complet sur le sujet ? Où est le lézard ? la grosse bougnette ? Pour mémoire, de grosses subventions sont attribuées pour cette fête par le conseil municipal auquel nous ne faisons pas confiance sur ses communications orales. Les citoyen(ne)s/contribuables sont méprisés, roulés dans la farine (et pas que de châtaigne)
Cochons de payeurs, cochons de consommateurs ! Circulez ! Il n’y a rien à voir !
D’où notre indignation. Il faut mettre en place une régie municipale des recettes. En 2014, avec la nouvelle municipalité ? Chiche !

P.B.

« Le temps nourri par la colère n’est pas stérile. La colère féconde, comme l’amour. »
Paul Nizan

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 07:26

Rallumer tous les soleils !

 

 

« C’est parce que le socialisme proclame que la République politique doit aboutir à la République sociale, c’est parce qu’il veut que la République soit affirmée dans l’atelier comme elle est affirmée ici, c’est parce qu’il veut que la nation soit souveraine dans l’ordre économique pour briser les privilège du capitalisme oisif, comme elle est souveraine dans l’ordre politique, c’est pour cela que le socialisme sort du mouvement républicain. C’est la République qui est le grand excitateur, c’est la République qui est le grand meneur : traduisez la donc devant vos gendarmes ! » 

 

     Jean Jaurès, chambre des députés 1883

 

Solidarité contre la République bourgeoise et l’Europe du Capital !

 

Le saviez vous ?

 

1 Bravo la social-démocratie !

 

    «Actuellement, c’est très bien. Pour les Roms et pour les autres, c’est formidable. Donc bravo

Manuel* et continue  ! » dixit Serge Dassault (un grand humoriste, vendeur de canons), le 5 septembre

2012…

    *Manuel Valls, ministre de l’Intérieur

 

 

2 La liste des élus cumulards dans l’Hérault Midi Libre 17 septembre 2012 

         

Notre Kléber est classé parmi les petits cumulards. Nous nous portons en faux. Petit bras certes

(cf. l’affaire du Corbeau), petit maire, c’est sûr (cf. son bilan désastreux, comparer le village à son arrivée

et maintenant). Mais on le redit : gros cumulard (cf. les anciennes La Commune).

Dans le même article on apprend que c’est Vézinhet qui a fait plier Mesquida et non Martine Aubry.

Gloire à André ! Pour une fois, il remonte dans notre estime. Quoique… C’était une excellente occasion

de se débarrasser d’un très encombrant adjoint qui louchait sur sa place. Calife à la place du calife, c’est

tout à fait le genre de notre Klébérou… Pour mémoire, Vézinhet doit sa place de président à Mesquida,

qui a trahi B. Nayral pour lui (cf. la page 99 de « Garde à vue » Ed. La Cigale). Bref, André Vézinhet

devait penser que notre bonhomme pouvait récidiver, qu’il n’était pas très franc du collier et qu’il valait

mieux l’éloigner. Bonne pioche pour lui… et ISNOGOOD pour Kléber.

 

Rebsamen, sénateur socialo ose formuler : «   La priorité, c’est l’emploi et la croissance, pas le cumul

des mandats.   »

Et le respect de la parole donnée et des promesses faites aux électeurs et aux militants du

Parti, qu’en fais tu, camarade ?

PB

 

3 Valls un jour, Guéant toujours !

 

Le projet de récépissé remis aux personnes faisant l’objet d’un contrôle d’identité va a priori tomber

à l’eau. Jean-Marc Ayrault s’était pourtant engagé à mettre en place ce dispositif afin d’éviter les

contrôles au faciès à répétition par les forces de l’ordre trop zélées. Les « bleus » ne voulaient pas de

cette mesure qui aurait permis de quantifier leur empressement à surveiller les jeunes des minorités

(qu’ils appellent) visibles. En bref, Valls s’est dégonflé devant les syndicats de police classés très à

droite. Valls, digne héritier de Jules Moch.. .

 

4 Au printemps, de quoi rêvais-tu ?

 

France Inter Emission « Tous politiques » du 23 septembre 2012

 

    «Je trouve Cohn-Bendit de plus en plus sympathique. Il a fait beaucoup de chemin depuis 1968. »

(Alain Juppé UMP, ancien premier ministre).

Les bourgeois, entre eux, ne se mangent pas. C’est sûr que   le gazier (notre Dany) a retourné sa veste, et pas qu’un peu…

 

 «Libérez vous ! Ne perdez pas votre vie à   la gagner ! 1968, début d’une lutte prolongée ! »  

 

A la prochaine révolution, il retourne son pantalon, comme le chantait si bien Dutronc ! La vieillesse est vraiment un naufrage pour les hommes (et femmes ) politiques !

  Rouge cerise et noir colère.

 

Et, comme lui, ce pauvre José Bové qui maintenant est pour le traité européen de Sarkozy. De pire  en pire. Le reniement, c’est maintenant. Quelle désolation ! Que bonne est la gamelle bruxelloise !...

Et Marie-George Bufffet qui est pour ne pas « fermer la porte » à l’exploitation du gaz de schistes !

Non, camarade, nous sommes contre car c’est avant tout un projet capitaliste.

Vraiment épuisants ces petits apparatchiks qui se disent défenseurs de la classe populaire alors qu’ils la trahissent en permanence…

 

 

6 Nos élu(e)s nous prennent tous pour des cons !

«   … La préservation de la biodiversité est en effet une nécessité impérieuse, au moment où celle-ci est plus   que jamais menacée. Sur le plan mondial, on évoque en effet la disparition de 12 % des oiseaux, 25 % des mammifères  et 32 % des amphibiens d’ici à 2100. L’une des causes majeures d’une telle situation est l’artificialisation* continue et croissante des sols. En France, 600 km2 sont ainsi artificialisés chaque année, ce qui représente l’équivalent d’un grand département tous les dix ans.

Face à ce péril, la responsabilité de notre génération est de protéger la capacité dynamique des milieux et des écosystèmes, afin de conserver une nature vivante.

Pour cela, les Parcs naturels régionaux constituent un atout indispensable, que le gouvernement souhaite développer, puisque 12 projets sont actuellement à l’étude.

Ils permettront à la France de poursuivre sa marche en avant vers un modèle de développement plus respectueux  de notre patrimoine naturel. »

 

Delphine Batho, ministre de l’écologie (Magazine de la Fédération des parcs naturels de France (sept. 2012)

 

Très beau baratin. On dirait presque cette dame aime la nature. Mais sur le terrain le discours est tout autre.

Le funeste projet de Daniel Vialelle (président du PRNHL) de transformer notre parc en parc éolien (de son aveu, au bas mot, 300 mâts) contre l’avis des populations, a été avalisé par le Conseil National de protection de la Nature, organisme parigo et national (le Journal d’Ici n° 436) Le bon Daniel est content de lui-même, comme beaucoup d’autres : Marguerite à Fraïsse par exemple : le col de Fontfroide, «  écosite éolien, réalisation de la Communauté

de communes dans le cadre du pôle d’excellence rurale. » (Midi Libre du 21 sept. 2012)

 

Cette petite dame a des problèmes de sémantique et prend ses concitoyens pour des blaireaux : poubelle ne rime pas avec excellence, très chère… Quant à nous, avec nos modestes moyens, nous combattrons toujours les projets capitalistes qui défigurent

et détruisent notre païs, vendu par des élus cupides pour un plat de lentilles.

P.B.

Réflexion plus qu’intéressante piochée dans le journal « Le Communard » édité du côté de Tarnac :

 

Seule vraie question réellement politique du présent :

   

    «C’est le temps que va mettre cette armée de laissés pour compte pour réaliser que rien ne peut leur interdire  de se démerder en s’organisant. » 

 

   

A méditer par nos chers élus

 

(très chers, vu leurs émoluments) :

« Se perpétuer au pouvoir conduit à des vices politiques, comme l’autoritarisme et l’arrogance. » Mario Barletta, argentin

La seule règle : « un homme ou une femme, un mandat renouvelable une seule fois et révocable à  tout instant. »

   

 

*Artificialisation : c’est le bétonnage, l’envahissement de la nature par les lotissements, les centres commerciaux,  les voies de toutes sortes...

A Saint-Pons, on s’y connaît : partout on bétonne, de manière uniforme, sans imagination, au mépris du caractère historique de la ville.

Quel intérêt y aura-t-il à voir toutes

les rues identiques, sans aucun rapport avec ce qui existait auparavant. On a vraiment l’impression qu’il  s’agit de donner du travail aux entreprises auxquelles on laisse la bride sur le cou. C’est navrant. C’est contre-productif et mortifère. A quoi servent des espaces et des  

bâtiments, sans animation et sans projet pour la ville ?

MC

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article