Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 avril 2017 1 03 /04 /avril /2017 19:05

« L’avenir en commun », c’est protéger et partager.

De la bolchevique la Mélenchonite

L’avenir en commun est le programme de Jean-Luc Mélenchon. Il répond aux enjeux de notre temps et aux quatre urgences que nous rencontrons : Face à l’urgence démocratique, il redonne le pouvoir au peuple. Face à l’urgence sociale, il protège notre économie et partage les richesses. Face à l’urgence cli- matique, il organise la transition écologique. Face aux guerres, il choisit l’indépendance de la France au service de la Paix (Programme de la France insoumise).

Même si nous souhaiterions un programme anticapitaliste plus radical, le seul candidat solide et pouvant porter nos espoirs, nos convictions et nos exigences prolétariennes, c’est le bonhomme Méluche. Aux prochaines élections présidentielles, votons utile, pour notre classe sociale exploitée par la bourgeoisie. Votons Mélenchon !

Pierre Blondeau

Carnet de campagne

Vu sur BFM TV : conférence de presse de Benoît Hamon, le 30 mars à Montpellier, notre bon Klé- ber Mesquida à sa droite (à gauche, il n’aurait pas pu) et submergé par l’angoisse (il a encore parié sur le mauvais canasson). Il a yoyoté de la touffe, parlant seul, comme un psychotique. Mais quel malheur de finir ainsi ! Comme le disait le grand Charles, le vieillesse est vraiment un naufrage.

Le saviez-vous ?

*Mise à jour des agendas :

Le film « La cigale, le corbeau et les poulets » fait un tabac dans toutes les salles de cinéma de l’hexago- ne (cf. lacigale-lefilm.fr, pour consulter la programmation).
Le
6 juillet et le 10 août, dans l’espace de la Source à Saint-Pons, aura lieu une projection du film, sui- vie d’un débat, à la nuit tombée, accompagnée de plusieurs festivités, dont le talentueux barde Maax.

Le 2 septembre au soir, Fête des poulets à la Cigale (hébergement possible au Campotel, à un terrain de camping... à proximité).
Et le lendemain, 3 septembre, participation active à la Fête de la Plantade à Béziers. Sortie aussi du DVD tant attendu. Quinze jours après, l’équipe du film se retrouvera en première ligne à la Fête de l’Hu- manité de Paris.

D’ici là, le cinéma Star de Saint-Pons repassera le film à raison d’une ou deux séances par mois (voir son propre programme).
Nous participerons aussi au
forum « Paroles de résistances » le week-end 20 et 21 mai
2017, au plateau des Glières (Haute Savoie). Ce sera, certainement, un grand moment d’émotion sur cette terre sacrée...

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale
commenter cet article
31 décembre 2016 6 31 /12 /décembre /2016 11:33

Il ne suffit pas de s’indigner, il faut s’engager”

Georges Séguy 2013 / Congrès de la CGT à Toulouse

Contre tout fascisme : l’action directe !

La Commune est, pour mémoire, une modeste feuille de chou locale. Sa seule prétention est de dénoncer les turpitudes de nos élus, des représentants de la Nation et les cagades qui compromettent l’avenir de notre païs, que nous aimons et défendons bec et ongles, contrairement à beaucoup de natifs de la vallée. Ce mois, la « Commune » fête son 300ème anniversaire et douze ans –pile-poil- d’existence. Qui aurait pu le croire ? Surtout pas Mesquida qui nous prédisait 6 mois de présence. Douze ans de bons, et moins bons, articles, mais qui sont toujours le cauchemar de la bande mesquidienne et d’autres du même acabit. La Commune s’est toujours réservé le droit de dévoiler les magouilles en cours et de défendre la valeur cardinale de la République : l’Egalité. Et celle qui va de pair : la Fraternité. Ces deux qualités sont le socle réel de la vraie gauche. Tous ceusses qui ne les appliquent pas sur le terrain ne sont que des petits bourges, graines de réactionnaires à la Valls, Macron ou Fillon. Seule la lutte des classes que nous pouvons gagner, unis, parce que les plus nombreux, pourra faire parvenir le prolétariat au pouvoir… Le Capital est mort, tuons son cadavre !

Pierre Blondeau

 

Le saviez-vous ?

1.  « Ce n’est pas la girouette qui tourne, mais le vent » Edgar Faure

Maintenant, Mesquida roule pour Valls. Après Aubry, Fabius, Hollande… Après avoir voulu se faire passer pour un frondeur –mais sur le coup, personne ne l’a cru-, après avoir dit qu’il se posait des questions sur l’opportunité de rester au P.S. (Valls était le chef du gouvernement socialiste), il rejoint ce même candidat réactionnaire, qui a du plomb dans l’aile. Mauvaise pioche ! Mais pour Mesquida, Valls/ Brutus est encore beaucoup trop à gauche. Notre bon Kléber devrait trouver son héros entre Fillon et Dupont- Aignan, Philippot devant lui paraître trop social…

2. Magazine du département de l’Hérault, déc. 2016

En page 22, article intéressant(1) sur l’importance de l’industrie textile dans la région et ce au fil du temps. C’est l’historique d’un de ses fleurons : la manufacture royale de Villeneuve-lez-Clermont. Mais de celle de St-Pons dans ce chapitre, que dalle, nada ! Inconnue au bataillon. Ce qui veut dire que le gonze qui a été maire, conseiller général, député de notre ville ne connaissait même pas son existence(2) et que le rédacteur de cet article cité n’a fait aucune recherche sérieuse sur le sujet. Ou alors, il a eu pour consigne de « gommer » notre manufacture St-Ponaise (L’affaire d’Intermarché date d’avant la sortie de ce numéro de décembre). A faire chialer tous les clapas du Lauzet !

Aujourd’hui, Mesquida pourrait défendre le dossier de l’association « St-Pons dans l’histoire » et sauver ainsi des bâtiments historiques qu’il aurait dû faire classer pendant ses mandats. Mais comme seule sa petite carrière le préoccupe, et que l’étouffe une haine perverse vis-à-vis de certains allogènes amoureux du bien commun et du patrimoine, la richesse architecturale locale peut aller se brosser. La devise de la manufacture royale de Villeneuve était « Honneur au travail », celle de St-Pons aurait dû être : « Merde à qui déchoit ! »

P.B.

(1) Même si ce n’est pas prouvé que Saint-Pons fabriquait du gros drap pour l’exporter dès le XIIème siècle. Au mieux, ce ne serait qu’à partir du XIIIème siècle (cf. les annales du Midi, année 1982,, vol. 94, n° 156) (2) le même pèlerin qui disait : « Dans ce territoire, j’y ai construit, j’y habite. Je l’aime autant que vous et je le défendrai avec l’ardeur que vous me connaissez. » (11 janv. 2003). Plus impudent, tu meurs ! Et comme disait Carlo Collodi : « Pinocchio un jour, Pinocchio toujours ! »

 

3. L’agglo de Béziers rêve d’un territoire vert (M.L. du 12 déc. 2016)

Eolien, photovoltaïque et tutti quanti, et ce en partenariat, bien sûr, avec des multinationales cupides. Grand bien leur fasse ! Mais il manque dans cet article l’esssentiel : à quelle époque du déroulement des dossiers, la population (le peuple souverain) sera-t-elle consultée ? Ou l’agglo de Béziers réalisera-t-elle une tromperie organisée, méprisant les citoyen.ne.s, à l’instar des élus du PRNHL ?

4. Intermarché, les mousquetaires à la plume affadie

A ceusses qui s’angoissent et qui crachent dans le dos des défenseurs du (de leur) patrimoine, à propos de fermeture temporaire d’Intermarché Saint-Pons et dont le gérant partirait sous d’autres cieux si son diktat n’était pas pris en compte*, ne pleurnichez pas, LIDL est prêt à venir dans les plus brefs délais, même dans les locaux actuels d’Intermarché.

*Cf. La Commune n° 299, article 3

Dernière minute : Michel Roudière, dont la propriété touche celle d’Intermarché, aurait aussi fait un recours contre le permis de construire de ce magasin.

 

5. L’Occitanie (serait) une terre pionnière en éoliennes (industrielles) terrestres (M.L. du 14 déc.)

2016 David Augeix, directeur d’EDF EN, se proclame leader en région pour ce type d’énergie et annonce, sans vergogne : « Les recours (contre ses projets) sont souvent le fait de groupes isolés, pas représentatifs. » Il peut penser ce qu’il veut de TNE*, par exemple. Pour nous, ce triste sire n’est qu’un pantin provocateur et cupide du Capital, qui se moque des indigènes et magouille avec certains de nos élus. Nous attendons ce matamore de pied ferme dans le Saint-Ponais.

Attac Jaur-Somail

*Toutes nos Energies Occitanie, qui regroupe une centaine d’associations en Occitanie.

6. Poulet sauré !

Bruno Leroux (nouveau ministre de l’Intérieur) demande aux gens d’adresser un sourire aux forces de l’ordre. Et puis quoi encore ? Pourquoi pas leur porter des oignons et des courges à la brigade ? Il faut les croiser, le poing levé, en chantant : « Non, Nicolas (ou Ruddy), la Commune n’est pas morte ! »

7. La der des der

Le 10 décembre 2016, avait lieu la dernière réunion de la Com’com St-Ponaise.Une jolie petite bouteille de muscat était offerte à chaque membre de la Com’com, et il y avait même un maire (délégué au tri, qui a failli gravement dans cette fonction) qui en avait stocké deux devant lui. Josian Cabrol n’a pas fait son bilan comme président, mais a annoncé sa candidature à la présidence de la nouvelle Com’com. S’en est suivi le renouvellement du serment de tous les féaux à leur seigneur (Josian) qui s’était déclaré le meilleur d’entre eux. Litanie obséquieuse qui n’avait aucune raison d’être ce soir-là… Seul, le maire de St- Pons est resté muet et n’a pas été ridicule sur ce coup-là. Josian a annoncé aussi qu’il prenait la quille chez les pompiers fin 2017 et que donc, il lui fallait un job (pour s’occuper et gagner un peu de thune ?). Arcas et Marcouire sont aussi candidats (comme outsiders ?) La réunion pour élire le président et le bureau de la nouvelle Com’com aura lieu le 11 janvier 2017 à 18 h 30, salle de Ponderach, ouverte à tous publics.

Rappel : Trois projections du film La Cigale, le Corbeau et les Poulets auront lieu les 06, 07 et 08 janvier 2017 en avant-première au cinéma de Saint-Pons

(D’aucuns ont déjà réservé leurs places…) Philosophie du film : Même un quidam (au moins dans notre république) n’est pas obligé de baisser la tête et de courber l’échine devant un autocrate local, nervi du système capitaliste et bouffi d’orgueil…

 

On ne lâche rien, surtout en cette nouvelle année qui porte les espoirs d’un monde meilleur pour les masses populaires

P.B.

 

 

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale
commenter cet article
10 décembre 2016 6 10 /12 /décembre /2016 10:40

“Nous ne sommes ni idéalistes, ni utopistes . Nous vivons les idées. » Slogan de Médecine en mai 1968  

 

Il y a un os dans la bougnette !

Le 11 novembre dernier, des tags ont fleuri autour du monument aux morts de Saint-Pons: « Non à la guerre… » Les autorités (mairie, gendarmes, Midi Libre…) s’en sont émues et ont immédiatement cherché quel était le « gaucho » coupable. Quelques jours après, d’autres barbouillages, racistes, haineux, anti-musulmans (genre : Islam dehors !) étaient peints sur les piles du pont de l’ex-gare ainsi que sur l’abri-bus des Marbrières. Là, contre toute attente, pas de réaction de quiconque*… Que dalle ! Il a fallu attendre 8 jours, et après que la section LDH locale ait « toussé », pour que le problème soit enfin pris en compte par l’agence du conseil départemental. Non seulement ce genre de propos est prohibé selon la législation en vigueur, mais de surcroît il blesse un quart des Saint-Ponais dont la religion est l’Islam. Mais là, les autorités s’en battent –a priori- le coquillard.

Triste époque ! J’ai mal à mon village, à mon païs, à ma République, et j’ai honte de mes élu.e.s et des représentants de la Nation… Pierre Blondeau *Déjà, dans « La Commune 296 », on pressentait que les idées de l’extrême-droite étaient plus en cours que celles de la gauche égalitaire et fraternelle, dans le voisinage, au moins chez nos édiles… Opprobre à ceux-ci… 

 

Le saviez-vous ?

1 C’est la faute à pas de bol !

Suite à la mini-tempête du 22 novembre 2016,un superbe tilleul devant l’entrée des cuisines de l’hôpital de Frescatis est tombé. Il n’était pas malade et, s’il avait été élagué de temps en temps (comme c’est la coutume), il aurait survécu. Mais qui se soucie de l’environnement de l’hôpital de St-Pons ?

 

2 Les méfaits d’Elie Aboud, député des Républicains ! (les relire dans le livre « L’affaire du Corbeau de St-Pons »)

Le triste pèlerin déclare : « François Fillon s’est surclassé, car il a coché toutes les cases. » Il a peut-etre coché toutes les cases, mais il a le programme le plus réactionnaire depuis la fin de la seconde guerre mondiale : casse de tous les acquis de la classe ouvrière, du prolétariat depuis un siècle, et mépris intégral du peuple qui souffre. Il peut copiner avec le MEDEF incarné par l’ignominieux Gattaz. Celuici lui en sera peut-être reconnaissant s’il arrive à mettre en place les intentions de Fillon (quoique… ce n’est pas encore fait…)

Même Le Pen s’est insurgée contre ce projet, c’est dire ! Mais si Fillon peut se permettre aujourd’hui un tel programme ultra-libéral de la société fran- çaise, c’est « grâce » au quinquennat de l’incompétent et minable Hollande (et de ses nervis Valls, Macron, Ayrault…) qui lui a préparé le terrain.

Il faudra s’en souvenir lors des prochaines élections. Faute majeure de ce parti socialiste dégénéré. Quant à Elie, qu’il surveille ses poumons, car il sera bientôt à bout de souffle à force de courbettes et d’obséquiosité pour être ministrable, comme il en caresse l’espoir… Un jour Coppé, un autre Sarkozy, et pour finir Fillon… opportuniste…, du même tonneau que Mesquida. P.B.

 

3 Dossier Intermarché de St-Pons (cf. les anciennes La Commune)

L’attitude du gérant de magasin, dans l’incertitude de la réalisation de son projet, est classique : au lieu de discuter avec les deux associations (qui sont contre la démolition de l’ancienne manufacture royale de St-Pons) et ce sous l’égide par exemple de la mairie, il sort l’artillerie en faisant du chantage à l’emploi. Si le magasin n’ouvre pas cet été, il licenciera des employés et ira (peut-être) ailleurs. Compor- tement pitoyable.

Encore une graine de fossoyeur du païs. Mais lui, n’étant pas originaire de la vallée, pourquoi, après tout, serait-il plus défenseur du patrimoine St-Ponais que le citoyen local indifférent au devenir touristique du village, de son village ?

 

4 Comité des fêtes : les Tamarous

Changement des membres du bureau de cette association : le président a démissionné et a été remplacé. La secrétaire reste à son poste et de nouveaux vice-présidents se sont révélés. Pour mèmoire, en 2016, lors de la prise de fonction de la nouvelle équipe, post-mesquidienne, nous avions en caisse 500 €. Aujourd’hui, 1er décembre 2016 (date de l’A.G. qui a donné quitus à l’unanimité au bilan financier), nous détenons plus de 18 000 €. Moi aussi, pour retrouver ma liberté complète de parole et d’action politique et donc ne pas nuire au comité des fêtes, j’ai décidé de ne point me représenter au poste de trésorier de cette association (qui d’ailleurs, pour moi, est de plus en plus prise pour des larbins par la mairie…). Je garderai un excellent souvenir de cette équipe jeune, besogneuse et chaleureuse. Longue vie au Comité des Fêtes ! P.B.

 

5 « L’énergie renouvelable : une manne sous contrôle » (M.L. du 4 déc. 2016)

Le préfet en visite chez EDF Energies Nouvelles (à Colombiers). Certains secteurs sensibles pour l’implantation d’éoliennes industrielles arrivent à saturation, celui du PNRHL en particulier,dont le plafond de 300 éoliennes est en passe d’être atteint. Dixit le préfet. « Effectivement, la Charte du Parc a fixé ce plafond. On s’en approche et en ce qui nous concerne, nous avons toujours été clair là-dessus, nous ne dépasserons pas ce chiffre. » La messe est dite ! Et dire qu’il y a encore des godiches de maires qui veulent toujours imposer de force leur projet, bien entendu sans avoir consulté la population. Un exemple : celui des Verreries de Moussans : le projet du maire n’aboutira jamais, de l’argent est gaspillé et un grand trouble à l’ordre public risque de se produire dans ce village. Que fait le Parc ? C’est de son devoir de calmer ces irresponsables.

 

6 Trifyl a présenté son dispositif (M.L du 4 déc. 2016)

Pour mémoire, Trifyl est le syndicat mixte départemental (du Tarn) de valorisation des déchets ménagers et assimilés. Leur baratin est intéressant, voire prometteur, mais dans les faits, c’est de la grosse daube. Nos élus assis en rangs d’oignons sur la photo de cet article ont une très lourde responsabilité. Ils n’ont rien fait pour que le tri sélectif des poubelles grises soit effectivement effectué : au petit matin, le lundi par exemple, on trouve vraiment de tout dans ces boîtes à ordures : du verre, du métal, du plastique recyclable qui devraient être déposés dans les conteneurs du tri sélectif, voire des gravats qui devraient être portés à la déchetterie. Ce sera une des plus grosses faillites de la mission de la moribonde Com’com actuelle, avec celui de la piscine de Ponderach. Il faut attaquer le problème à sa racine : éducation de la population, avertissements… remettre des conteneurs de tri sélectif au centre du village et pourquoi pas « flicage » des poubelles grises…

 

7 Puylaurens

Ils manifestent contre la réalisation d’une autoroute « La question de l’utilité publique du projet autoroutier à péage relève aujourd’hui plus de l’absurde que de l’intérêt général », souligne le Collectif. « Pas d’autoroute Castres-Toulouse ! » Encore un grand projet inutile et coûteux ! Une délégation St-Ponaise était présente lors de cette manif.  

 

Prenons la révolution au sérieux ! Mais ne nous prenons pas au sérieux. Odéon, mai 1968  

 

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale
commenter cet article
27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 11:57

“L’aboutissement de toute pensée, c’est le pavé.” Sorbonne, mai 1968

 

 Le combat continue

 Les juges de la Cour Administrative de Nantes ont validé, le 14 novembre 2016, les arrêtés autorisant les travaux du (futur ?) aéroport de Notre Dame des Landes. Et ce contrairement aux préconisations du rapporteur public (pour mémoire, les conclusions de ce dernier sont généralement suivies, dans 90 % des cas), ce qui prouve que c’est bien une décision dogmatique et un règlement de compte entre Royal, Hollande (contre le projet) et Valls, Ayrault (pour le projet). Maintenant, la Z.A.D. peut être évacuée, malgré le pourvoi devant le Conseil d’Etat demandé par les opposants au projet, pourvoi qui n’est pas suspensif. Mais nous souhaitons bien du plaisir aux forces de l’ordre et aussi aux locataires de toutes les permanences et représentations du P.S. de l’hexagone… NDDL n’est pas Sivens ! C’est immensé- ment plus grand et les mairies et agriculteurs locaux sont contre le projet, contrairement à Lisle sur Tarn. Et une bavure de plus serait suicidaire pour le candidat P.S. aux élections présidentielles. Et puis l’opération César de 2016 a échoué à NDDL faute de troupes (2600 moblos quand même !). 
Donc on résistera jusqu’à notre victoire finale. Non par orgueil comme les politiciens du Grand Ouest, mais pour défendre (ce qui est la loi, nom de Dieu !) les zones humides, les espèces protégées, la bio-diversité, notre vision d’un autre monde. Et pouvoir, en tant que peuple souverain, dire merde aux crapules, genre Vinci, qui veulent nous exploiter et nous imposer les intérêts de leurs actionnaires… 
Pierre Blondeau
 
Le saviez vous ?
 
1 Les policiers exaspérés par la nouvelle réforme (M.L. du 11 nov. 2016)
« L’enquêteur devra désormais, et sous certaines conditions, permettre au mis en cause de s’entretenir physiquement ou téléphoniquement jusqu’à 30 minutes, sous surveillance constante d’un policier… » Comme chaque citoyen attaché aux valeurs de la République (entre autres la présomption d’innocence pour toutes et tous, définie par la Charte des Droits de l’Homme), les policiers devraient se réjouir de cette nouvelle loi. Mais non ! Prétextant une surcharge de travail (motif spécieux), les bleus coincent. Pour eux (la plupart au moins, qui rêvent d’un état policier), le gardé à vue est présumé coupable et on doit le conditionner (isolement, humiliation, chantage, pression psychologique…) afin qu’il craque et avoue (même s’il n’a rien à avouer). Et s’ils font une bavure, cela passe aux pertes et profits. Et vous pourrez vous brosser pour obtenir explications et excuses. Pauvre police. Honte à cette institution ! Javert, qui avait de la morale et de l’honneur, ne pouvant plus accomplir sa mission –arrêter Jean Valjean-, préfèra se noyer (relire les Misérables).
 
2 Hérault juridique et économique (du 3 nov. 2016)
Une photo des jeunes au mileu desquels trône notre bon Kléber. Et ce au profit de « Parlementre prise. Soit la rencontre entre politiques, entreprises et jeunesse engagée. » Engagée dans quoi ? Le mépris des masses populaires à la vue de leur look ? On pourrait aussi envisager le mariage de la peste et du choléra. Bref, c’est de la daube pour petits bourges dont les dents rayent le parquet.
 
3 Amour du patrimoine
a) A Marso (hameau de Riols), l’association Terre Riolaise et la dernière habitante du lieu-dit sont fiers, et à juste titre, de pouvoir restaurer le four à pain. Très heureuse initiative… A Saint-Pons, l’ancienne Manufacture Royale construite au XVIIe siècle sous l’impulsion de Colbert, agrandie en 1740 et labellisée en 1754, n’intéresse personne. Pas même le Midi Libre dans lequel pour- tant on trouve parfois des articles sur des faits ou des bâtiments historiques. Le seul commentaire, c’est qu’il faut traverser le village pour faire ses courses, mais de la destruction des bâtiments, que dalle ! Le patrimoine, la beauté de la cité, le « trésor » St-Ponais, l’héritage pour les générations futures, on s’en tamponne le coquillard. Triste mentralité ! Simples d’esprit (qui n’iront même pas aux cieux). Jean Roudière, reviens !
 
b) La Com’com Pays St-Ponais a signé (début 2016 ?) une convention patrimoine –encore une daube- avec le département. Bravissimo ! Mais elle n’a même pas la correction de répondre à notre requête, de nous soutenir, nous Attac Jaur-Somail, dans notre combat contre la démolition de la Manufacture Royale (cf. ci-dessus). On peut donc douter de nos élus communautaires sur leur désir de défendre le patrimoine. Idem d’ailleurs pour les élus municipaux. Quant au Parc Régional, dit naturel, sait-il ce qu’est une manufacture royale ?
 
4 Le mot du président du conseil d’administration des pompiers de St-Pons, …
soit notre bon Kléber, qui cite Boris Vian : « Ce qui m’intéresse, ce n’est pas le bonheur de tous les hommes, c’est celui de chacun. ». Propos incongru dans la bouche de K.M. Non, la seule pensée de Vian que le bonhomme pourrait reprendre à son compte, c’est : « J’irai cracher sur vos tombes »…
 
5 Spectacle « Un pays pour Laura » (19 nov. 2016, salle de Ponderach, S-Pons)
Très bel exercice, en présence d’un public nombreux. L’orchestre et le chœur sont remarquables et les deux comédiens accomplis. Une motion spéciale à Marco
(1) (Soulignac) grandiose dans sa composition. Il fait juste une petite allergie aux hémiptères locaux. Petite preuve d’allégeance au « Comte des Hautes Terres (2). Mais cela sera de courte durée… Notre Marco n’a pas raté son retour à St-Pons et c’est l’essentiel. Preuve que la soirée était formidable, le gonze Mesquida a daigné tapoter par deux fois ses menottes et a consenti à sortir son appareil photo pour immortaliser la scène.
(1) Norbert Estienne, pourtant encore maire de Murviel, s’est recyclé comme le Monsieur Loyal de cette troupe. Il a l’air d’être meilleur dans cette tâche que comme camarade, frère et conseiller général. Ce qui n’est d’ailleurs point difficile.
(2) Cf. le brillant article pondu en 2003 par le regretté Laudinas. A l’époque rédacteur en chef de l’agence Midi Libre de Béziers, ce journaliste, après une bombance, avait composé un article élogieux, voire un tantinet servile, et avait affublé notre Kléber préféré de ce titre…
 
6 Nullité et incompétence François Hollande, en visite dans la région :
« J’ai confiance en la France. » Le problème, c’est que la France n’a plus confiance en lui…
 
7 Leur blason est le tétard (ou : plus gonflé qu’un socialo, tu meurs !)
Les sections de la rose fanée, qui se dit sociale (voir la nouvelle loi sur le travail) et écologiste (merci pour Sivens, Bure, NDDL, éoliennes industrielles…) distribuent un tract : « Attention, danger pour 2017 ! La droite porte un projet inégalitaire et autoritaire. » Ce qui est, bien sûr, la vérité, mais ces couillons seront très mal placés pour la dire. Au lieu de faire un semblant d’autocritique, de faire un geste (NDDL, par exemple), ils se mettent dans la position d’opposants, alors que le P.S. est au pouvoir depuis 2012 et est encore là pour six mois. Son programme (ce n’était pas celui celui des promesses de campagne, d’où le sentiment de trahison chez les prolétaires) a été inégalitaire et autoritaire. Les masses populaires, percevant l’arnaque intellectuelle, choisiront les partis dits d’extrême gauche si elles veulent (vraiment) voter à gauche et non pour un social libéralisme perfide (à la Valls ou à la Macron).  
 

Debout les gars ! Réveillez vous ! Il va falloir en mettre un coup( …)

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 12:59

“L’agresseur n’est pas celui qui se révolte, mais celui qui affirme.” Nanterre, 1968

Aux cons qui prônent les bienfaits de la colonisation !

De l’extermination à la « mise en valeur » des colonies françaises :

L’Algérie recensait 3 000 000 d’indigènes en 1830 ; en 1872, il n’en restait plus que 2 125 000. Tahiti recensait 80 000 habitants en 1774 ; en 1848, il n’en restait plus que 8032. La Nouvelle Calédonie recensait près de 70 000 kanaks en 1853 ; il n’en restait plus que 23 000 en 1895…

Sous prétexte de libérer les africains de l’esclavage, Léopold, roi des Belges, colonise le Congo (1895-1908) et met en place le travail forcé : sévices, prises d’otages, mains coupées et massacres en tous genres ont pour but de convaincre les plus récalcitrants. En quelques décennies, ce sont plusieurs millions de Congolais qui ont ainsi perdu la vie…

Sources : livret « De l’esclavage colonial (1635-1848) à la colonisation esclavagiste (1848- 1946) », l’esclavage républicain !

La section de la LDH St-Pons/Hauts Cantons demande l’abrogation de la loi « Y a bon banania » de février 2005 sur les bienfaits de la colonisation, signée et portée à l’époque par les sbires de feu Frè- che, soit les députés dits de gauche, Mesquida et Liberti.  

Le saviez-vous ?

1 Mais qui se souvient de ce comique ?

(guitariste, genre sœur Dominique, nique, nique…)

Christian Auzias pousse des cris d’orfraie lorsqu’on lui parle de la Cigale. Pauvre malheureux… Personne ne se souvient qu’il a fait l’intérim du maire. Désigné par son gourou et non élu par le peuple souverain, médiocre dans la fonction, il ne restera vraiment pas dans les mémoires. Chance pour lui : il sera quand même immortalisé dans le film « La Cigale, le Corbeau et les Poulets ».

2 Mesquida protège ses arrières (ML du 6 oct. 2016)

Le gonze entretient le suspens : il se représenterait, peut-être, aux législatives et abandonnerait le mandat de « président du département ». Qui peut croire cette fable ? lui qui préféra toujours être le caïd du département plutôt qu’être le 577ème député à Paris !* Non, son propos est fait pour décourager les prétendants trop pressés et garder la main. Par exemple, Pierre Polard, maire de Capestang et dauphin pré- sumé pour la 5ème circonscription, devait être un peu trop entreprenant à son goût.

Dans le même article, il prétend n’avoir jamais perdu une élection. Mais si, très cher camarade ! Souviens toi : aux dernières élections municipales, ta liste a été sévèrement blackboulée ! (Et pourtant, pour le second tour, c’est sur ton nom que la campagne a été menée). Les quatre premiers ont été élus et la porte s’est refermée sur ton blaze, à toi qui étais 5ème . Kléber n’aime pas Mélenchon. Pas étonnant au vu des programmes et des soutiens locaux de Méluche… P .B.

* Il a tant œuvré pour assassiner politiquement tant de ses camarades, pour arriver à cette place ! De surcroît, il sucrera les fraises quand on envisagera de supprimer les départements. En clair, sa nouvelle posture n’est qu’une daube politicienne destinée au P.S. Héraultais.

3 Guide pratique du département héraultais (non numéroté et distribué en oct. 2016)

« Ça marche pour les enfants » D’après le président du département, l’Hérault « se place aujourd’hui comme un département jeune ». Certes, mais ce n’est malheureusement pas le cas de nos élus. Propagande lénifiante à la veille d’élections… Comme l’année 2017 va être mortelle pour le parti socialiste, le département tire la couverture à lui. Manoeuvre politicienne classique…

4 Controverse Salvetoise frénétique

Un ami St-Ponais travaillant à La Salvetat est très inquiet du climat délétère qui règne dans ce village depuis que l’action fascisante et le prosélytisme aigü des « Brigandes » sont connus. On peut le déplorer, mais à qui la faute ? Au maire qui est complice de cette secte ? Certes, mais aussi aux autorités (1) laxistes, qui ne font rien pour réprimer leurs actes délictueux (2). A croire que d’être d’ultra-droite est mieux considéré en France aujourd’hui que d’être de la gauche radicale. Nous, pour moins que cela, nous avons eu sur le râble, pendant des mois, des policiers qui guettaient (heureusement que le ridicule ne tue pas) nos faits et gestes, nos prétendus actes, qui n’étaient nullement fondés (et pour cause)… P.B.

(1) sous -préfecture, gendarmerie, rectorat, député…

(2) lever la main tendue, proclamer son racisme, son homophobie, c’est interdit dans notre république. Les délits sont massifs et constitués.

Qu’attend « la police » pour intervenir ? Un clash entre habitants ? Cela se produira fatalement si ceux ceux qui doivent faire régner l’ordre et appliquer la loi continuent à faire l’autruche et à avoir une attitude permissive.

5 Le bon mot de Cazeneuve : « Les français aiment les policiers »

Les bourgeois et le capital, certainement, mais pas les masses populaires. La police de toutes les époques n’a jamais été chérie par le prolétariat et a durement réprimé, moult fois dans l’histoire, les mouvements sociaux. Alors, si les bleus en ont marre et/ou ont peur, qu’ils prennent la quille, bordel ! Des milliers de citoyens aimeraient bien avoir leur place. L’attitude actuelle des poulets est indigne…

6 Respect des œuvres des anciens !

Dans certaines régions, les collectivités, en association avec les asssociations locales, se battent farouchement pour défendre leur patrimoine, car elles connaissent la valeur architecturale et touristique de ces trésors. A Olargues, par exemple, le maire a fait rénover magnifiquement l’espace de l’ancien château dont la tour a été transformée en clocher il ya moult lunes. A St-Pons, nous avons affaire à une bande de bourricots. Après les ères destructrices de Georgette Tailhades et de Kléber Mesquida (cf. les anciennes « La Commune »), la nouvelle équipe municipale n’est pas plus éclairée. On dirait même que l’ampoule du plafonnier est grillée.

Après avoir détruit un banc de pierre (lauze d’un seul tenant) le 11 octobre 2016, l’adjoint au maire, délégué à l’équipement, a signé un permis de démolir et de (re)construire, et ce au profit de la maison mère d’Intermarché, place du Foirail. L’infamie est que les bâtiments arrière de la zone doivent être aussi détruits. Or ce sont ceux de l’ancienne manufacture royale de St-Pons, érigée en 1740 et « labellisée » en 1754 par Colbert. Même s’ils ne sont pas classés (Et d’ailleurs pourquoi ne le sont-ils pas ? à moins de 100 m de la cathédrale ?), il faut sauver ces bâtiments chargés d’histoire (et de la peine des ouvriers de ces temps obscurs). Le scandale est aussi que nos chers édiles, natifs du païs, ignoraient l’existence de ce capital. Bravo pour la culture de son village !

Deux associations ont contesté le permis de construire, en défense de la richesse architecturale et du bien culturel commun : Attac Jaur-Somail et Le Saint-Ponais dans l’histoire. Le dossier est en cours auprès des services compétents de la Préfecture. Ceusses qui voudraient de plus amples renseignements sont invités à venir à la Cigale.

Des fouilles archéologiques préventives ont été aussi demandées, comme la législation en vigueur le prévoit… C’est l’emplacement du Saint-Pons des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles.

L’action ne doit pas être une réaction, mais une création !

(slogan de mai 1968) 

 

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 12:49

« L’action permet de surmonter les divisions et de trouver des solutions. L’action est dans la rue. » Slogan de Sciences-Po., en mai 1968

« Résistance se conjugue au présent »

Lucie Aubrac

Le film des Mutins de Pangée, « La Cigale, le Corbeau et les Poulets », est complémentaire du livre « Garde à vue » (l’affaire du Corbeau de Saint-Pons) qui expliquait pourquoi et comment nous en étions arrivés à cette triste histoire.

L’arrestation et la garde à vue des membres de la cellule communiste libertaire, rurale et altermondialiste et d’autres citoyens démocrates, est le point de départ du film.

La suite est le récit du combat quotidien que livre ce groupe contre l’Autorité au service du Capital. Autorité (localement) personnifiée par le député césariste et cumulard, ancien maire de Saint-Pons et aujourd’hui président du Conseil départemental de l’Hérault, et toujours député (plus moult autres hochets), le « bon » Kléber Mesquida, qui est le seul à se croire socialiste.

« Je suis arrivé à Saint-Pons en avril 1999, comme commerçant : la « Cigale » est une librairie ré- gionaliste, est également « tabac », diffuse la presse (gauchiste),vend papeterie et carterie. Je fais aussi, depuis cette date, office d’écrivain pubic rural (lecture de lettres, courrier aux administrations, demande de retraite du combattant…) » Pierre Blondeau

La Cigale, c’est aussi le siège :

• du groupe Attac Jaur Somail, de tous les combats anti-capitalistes depuis 2001, appliquant avec délectation la devise « Penser global, agir local ! »

• de l’antenne du Secours Populaire, ouverte en 2005 suite à l’interruption de la Banque Alimentaire locale et municipale, l’adjointe de la mairie de l’époque ayant craché l’anathème : « Les pauvres sont des tricheurs. »

• de la section des Hauts Cantons B.D.S. (boycott, désinvestissement, sanction) : soutien au peuple palestinien, et ce contre la colonisation de Tsahal et de son appartheid ignoble.

• de la section de la Ligue des Droits de l’Homme de Saint-Pons et des Hauts-Cantons, créée en décembre 2009, puis mise en sommeil en 2013, et ré-activée, avec une autre équipe, courant 2015.

*Projets actuels : soutenir l’implantation locale de 8 à 10 familles de migrants dans une ex-colonie de vacances et/ou de 15 individuels, au sein de Saint-Pons de Thomières, dans des appartements vides et rénovés du Conseil départemental. Et ce, de concert avec le groupe local du Secours Populaire.

• Nuit Debout St-Pons (groupe flexible). Objectif : développer la démocratie participative, plantation dans le village de légumes pour tous… ………….

• et aussi, nous défendons d’autres causes, ce qui nous a fait accueillir occasionnellement d’autres comités de soutien divers et composites :

les jeunes de Tarnac, par exemple, injustement poursuivis par la police (depuis 2008),

Hubert Van den Torren, bitterrois en guerre contre des magistrats, segments de la pieuvre maçonnique régionale,

tous ceux qui ont soutenu le Fort de Sivens, et pourvu au ravitaillement nuit et jour jusqu’à la dernière semaine… et qui ont gagné le surnom, par les zadistes, des « pays de l’Hérault »,

ceux qui se sont battus pour Notre Dame des Landes (depuis 2010). Dernière action en juillet 2016 : nous avons « escorté » le chanteur Hugues Auffrey (nous avions un ami commun) pour chanter au festival de la ZAD NDDL du 11 du même mois. Ce glorieux compagnon doit se produire, au printemps, dans un grand concert au bénéfice de toutes les ZAD de l’hexagone, à Saint-Pons de Thomières,

les défenseurs de Jean-Marc Rouillan : il a purgé sa peine et a, comme tous, droit à la liberté d’expression. Il subit de la part des gouvernements (réactionnaires et socialos) un harcèlement politique éhonté et une volonté de vengeance (pour les avoir fait trembler dans leurs brailles),

les soutiens de la ZAD (anti-éoliennes industrielles) de (11) Bourrières, au sud de Limoux : ravitaillement, logistique depuis son implantation en février 2016,

la ZAD anti-éoliennes industrielles de (81) Albine, à 11 km de Saint-Pons : ravitaillement, logistique depuis son ancrage en juin 2016,

les camarades du Minervois en lutte contre le gaz de schiste,

les défenseurs du riche patrimoine bâti du Saint-Ponais, en réel danger, convoité par des spéculateurs… et cupides, vendu par des élus sans vergogne,

les soutiens de l’Amassada de Saint-Victor et Melvieu ( ) où devait se construire un super transformateur pouvant accueillir le courant de 1000 (nouvelles)éoliennes industrielles du Tarn, de l’Aveyron et de l’Hérault,

le DAL (Droit au Logement d’Amara), section toulousaine depuis 2001,

les soutiens au peuple grec, contre les vautours de la Finance,

les défenseurs de la ligne SNCF Béziers-Neussargues (ligne Clermont-Ferrand), …

Ces comités sont plus ou moins actifs et réactifs, selon les circonstances, mais à ce jour, sont cependant, malheureusement, toujours d’actualité. Et la Commune est l’organe d’expression et de propagande de tous ces comités. Pierre Blondeau, animateur _________________________________________________________________________ Post-scriptum :

1 La Cigale ne s’est jamais revendiquée comme étant le centre de la « Révolution Sudiste », ni n’a même eu la prétention d’être un acteur politique notable. Sa modeste renommée est due au sieur Kléber Mesquida, petit autocrate local infatué de sa personne,… socialo de pacotille. La Cigale est juste une bande de copains/canailles, républicains farouches anti-capitalistes, ayant beaucoup de convictions, de foi dans le genre humain et très peu de certitudes.

2 La réaction du boucher dans le film peut paraître courtelinesque, mais il faut se remettre dans le contexte de l’époque : le toit de sa maison avait été la cible de coups de fusil de chasse. Celui de la demeure de l’assureur (autre opposant notoire de Mesquida) avait essuyé par deux fois l’explosion de bâtons de dynamite de fabrication artisanale et le buraliste avait subi maintes fois des désagréments divers (pneus crevés, inscriptions ordurières sur la façade du commerce, étrons déposés à l’intérieur de la voiture, traque par quatre abrutis au petit matin blême…) Vive la Sociale ! Collectif éditorial

« Laissons la peur du rouge aux bêtes à cornes »

Les Beaux-Arts en mai 1968 

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
19 novembre 2016 6 19 /11 /novembre /2016 13:17

“La liberté d’autrui étend la mienne à l’infini.” Bakounine

Camarade sexiste

Pour les attitudes, les phrases sexistes dans le milieu militant d’extrême gauche, un blog existe : http//salutcamaradesexixte.tumblr.com/

Qui sait ? Peut-être qu’une de vos phrases est dedans… Qui n’a jamais tenu de propos sexistes, « pour rigoler » ? Non, mais sans blague ! L’humour sexiste est oppressif, de même que l’humour raciste, transphobe, homophobe, lesbophobe…

Le combat syndicaliste n° 416

Le saviez-vous ?

1 Quelques titres tragi-comiques du Midi-Libre

٠23.10.2016 « Des crèches dans les lieux publics » Les calotins et les blaireaux à poils durs (ceusses qui exècrent l’autre) revêtent cette année encore, la chasuble (vert de gris)). Les crèches, comme dans notre enfance, doivent s’exposer dans les foyers et/ou au cœur des églises. C’est du domaine privé, comme tout autre signe religieux. Au moins dans le Saint-Ponais, nous veillerons à ce que le principe de neutralité (la laïcité) soit respecté.

٠24/10/2016 Riols sur l’Embreux : « Les anciens se mettent à table ». Le bon Robert, lui, cela fait longtemps qu’il s’est goinfré et il a même gardé les couverts…

٠25/10/2016 « Des flics de la région avouent leurs peurs ». C’est plutôt nous, les masses populaires, qui devrions avoir peur. Peur de leur incompétence, de leurs bavures, de leurs dérives idéologiques et de leur souhait de créer un état policier à leur mesure…. Qu’ils fassent le ménage chez eux (condamnation de leurs brebis galeuses), qu’ils montrent l’exemple (attitude irréprochable) et déjà « l’ambiance nationale » sera de meilleure qualité.

 

2 Seul Kléber Mesquida avait déjà osé (cf. La Commune n°152*)

Le 30 oct. 2016, pour son anniversaire, Henri Valette (mari de la 1ère adjointe), a privatisé l’espace Barthez et la salle de réception de la mairie. Barrières, « badges », traiteur, tables. Et ce en catimini.. On n’ose demander qui a payé, Mais nous invitons chacun à solliciter le même privilège… * annales médiévales St-Ponaises d’août 2009, un des numéros du Top 10 des meilleures « la Commune » : mariage de la fille du saigneur local à l’espace de la Source.

 

3 Message à la cantonnade

Pour Daniel (Cauquil), son père, à qui il ressemble tant, et qui restera toujours chéri au plus profond de son cœur.

 

4 Mouvement des policiers en colère

Ces « HLL* » se constituent en association. S’ils sont logiques -ce qui reste à prouver- ils doivent gérer cette fumeuse combinaison de façon collégiale et tournante. Autrement, ils retomberont rapidement tôt ou tard dans le travers des syndicats, avec un président, vice-président et tutti quanti… qui peuvent être dévoyés par la hiérarchie, ce dont, a priori, ils ne veulent pas à ce jour…

*Hors la loi : terme des événements d’Algérie désignant les combattants pro-indépendantistes

 

5 Un hiver sous tension

« La France se prépare à un hiver délicat : le recours à d’éventuelles coupures de courant est envi- sagé » (Midi Libre du 9 nov. 2016). Le réseau de transport d’électricité RTE crie au loup : le parc nucléaire de l’hexagone serait déficient : de 9 à 13 réacteurs seraient H.S. et si l’hiver est rude, ce sera la Bérésina. On demande au citoyenne de réduire sa consommation, de démarrer les appareils ménagers en heures creuses, d’éteindre la lumière dans les pièces inoccupées, de baisser la température de 1 à 2 degrés dans les logements… Pourquoi pas ? Cela s’appelle l’éducation. Mais là, ils nous prennent pour des cons, car personne n’ose déclamer (commerce oblige ?) que la débauche des lumières des décorations de Noël sont inutiles et particulièrement énergivores. Donc, comme d’habitude, que les pouvoirs publics montrent l’exemple avant de culpabiliser le quidam…

 

6 Souvenirs, souvenirs (du fond d’une cantine)

Le 10 juin 2012, un comique, Patrick Hefner, contrôleur général de la direction de la police nationale, en réponse à un camarade qui lui demandait le pourquoi et le comment de notre triste histoire du 3 sept. 2009, proclamait que notre placement en G.A.V. s’était déroulé dans le strict respect des dispositions du code de procédure et des règles de la déontologie policière. Et notre popotin, est-ce du poulet ? le gonze ne doit pas savoir comment est conduite une G.A.V. Et puis dans la fosse à rats, nous étions 9 et non 4 comme il le prétend. Mais bien sûr, il ne donne aucune réponse concernant le nom des empafés qui ont fait croire aux guignols de la DNAT, que nous étions les corbeaux…

 

7 Honte à cet édile !

Suite à l’article n° 4 de la Commune n° 296, la mairie de La Salvetat a réagi : En gros, non, la mairie ne peut pas être taxée de complicité avec les « Brigandes ». Qu’il marie un couple de « sauvageonnes », c’est de son devoir, mais qu’il passe la soirée avec elles pour le repas de noces à la salle des fêtes, cela frise la collusion et constitue une faute majeure. Rappel : ce groupe sectaire est, prétendument, surveillé par la gendarmerie et les RG (aux dires de ces deux institutions) et l’attitude ambiguë du maire Estadieu ne peut qu’embrouiller un peu plus l’enquête… A suivre.

 

8 Mais quelle est cette fosse à ours ?

Planquée au fin fond de Ponderach à 250 m de la maison du gardien, et après le petit pont de la voie verte, vient d’être creusée une tranchée (2m x 2m x 1,80m). Au fond, des viscères, des pattes et la moitié d’une hure, ce qui est totalement interdit par la législation en vigueur et écologiquement malsain. Comme la fosse est sur le terrain communal (les employés, à un jet de pierre, stockent et brûlent des végétaux), ce délit ne doit pas être inconnu des élus. Donc un ou plusieurs responsables (adjoint ?) couvrent les coupables. Pour quelles raisons ? pour quels profits personnels ? Dans cette affaire, le plus insupportable, c’est la responsabilité de nos édiles. Nous veillerons, quitte à ester, comme dirait notre bon Kléber, à ce que la loi soit respectée… Et nous espérons aussi que le responsable du G.IC. St-Ponais fasse enfin la police au sein de la communauté des chasseurs… P.B., le 10/11/2016

 

Dernière minute :

La veille du 11 novembre, des tags ont fleuri. Mais pas sur le monument aux morts comme l’a proclamé le Midi Libre. Et on peut encore moins dire que le monument est dégradé, comme d’aucuns l’ont prétendu. C’est sur les bancs du pourtour qu’il y a eu des slogans : « Non à la guerre ! », « Non aux armées ! », « Non à la légion au Larzac ! ». Comment ne pas être d’accord avec eux quand on est libertaire ? Sur la forme, on peut discuter…

 

En avant-première, le film « la Cigale, le Corbeau et les Poulets » va être diffusé au cinéma de Saint-Pons de Thomières les

vend. 6 janvier 2017 à 20 H 30 et ce avec débat à l’issue du film

sam. 7 janvier 2017 à 20 H 30 et le pot de la Fraternité dim.

8 janvier 2017 à 15 H

Vive la démocratie directe ! 

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
18 octobre 2016 2 18 /10 /octobre /2016 15:32

« Laissons la peur du rouge aux bêtes à cornes. » Slogan des Beaux-Arts en mai 1968

 

Encore et toujours (malheureusement) d’actualité « Sens-tu que les ouvriers*, qui produisent les richesses du monde, qui sont les créateurs de la civilisation et qui ont conquis toutes les libertés bourgeoises, sont condamnés à l’ignorance, à la misère et à l’esclavage ? As-tu compris que la cause principale de tous les maux qu’endure l’ouvrier*, c’est la misère, et que cette misère qui est le lot de tous les travailleurs dans le monde, est une conséquence nécessaire de l’organisation économique actuelle de la société, et notamment de l’asservissement du travail, c’est-à-dire du prolétariat sous le joug du capital, c’est-à-dire de la bourgeoisie ? » Michel Bakounine *aujourd’hui, le terme de « masses populaires » correspondrait mieux.

 

Le saviez-vous ?

 

1. Menace en puissance !

Début septembre, une boîte (AB solaire, Auvergne) vendant du solaire industriel est venue prospecter le Parc dit Naturel. Jusqu’à maintenant, nos élus, très liés (doux euphémisme) avec EDF Energies Nouvelles, ne répondaient pas aux sollicitations des autres multinationales, mais le seuil fatidique des 300 mâts étant atteint, ils risquent de répondre plus favorablement à leurs sollicitations. Les boîtes à fric chantent toutes une douce mélodie de sirène. Là, pour l’instant, nous sommes sur de petits projets individuels : panneaux sur le toit des maisons, sur ceux des entreprises, voire sur des friches industrielles, mais en aucun cas sur des terres arables (ce qui serait le cas pour la boîte citée au début de cet article). Restons vigilants ! Et comme dirait notre camarade chef de gare : « Un train peut en cacher un autre !»

2. Réunion du conseil communautaire du 14 septembre 2016

Anciens bâtiments d’Ardouane : La Com’com (sauf un valeureux) est prête à les vendre à n’importe qui (même à un charlot qui n’a jamais tenu ses promesses), à n’importe quel vil prix, et pour en faire n’importe quoi*, et ce pour dégager sa responsabilité. Manœuvre vraiment pas très glorieuse. Une fois de plus, le bien public (notre bien, et pas le leur) va être sacrifié pour quelques cacahuètes. Comme dirait notre barde, ces élus n’aiment vraiment pas le païs, dont pourtant la pupart sont issus. Et lors de cette pitoyable discussion, Robert Tailhades, provocateur, a déclaré : « Y en a qui ont une imagination débordante. » C’est vrai que ce n’est pas vraiment son cas à lui « qui est plutôt bas du plafond. » * Couper un majestueux séquoia cèdre, au moins bi-centenaire, planté avant la construction de l’ancien monastère des Bénédictines du sacré cœur de Marie en 1867, érigé en abbaye en 1870, devenu petit séminaire en 1907 et maison Saint-Benoît d’Ardouane tenue par des frères lazaristes, puis école libre à partir de 1953. Ecole d’où sortirent nombre de nos petits intellectuels locaux. Mais que font ceux-ci pour sauver leur (notre) patrimoine ? Roger Peyrefitte, auteur des « Amitiés particulières », et ancien de la boîte, reviens ! Il faut protéger l’Arbre, symbole des forces de la vie, du pouvoir de matérialisation, de construction et de développement… (ainsi que les vieux châtaigniers, platanes, tilleuls qui ornent l’entrée de feu la chapelle de l’école).

3. Mais qui est ce con de maître d’ouvrage ?

Des travaux étaient en cours sur la route de la Gare et dans « l’espace Gallien », et ce à la hauteur du LP Jacques Brel. Cela représentait un très fort danger potentiel pour les jeunes. Pourquoi ne pas les avoir faits pendant la période des congés scolaires ? Si un pépin était arrivé, les Autorités, la main sur le cœur, et la bouche en cul de poule, auraient dit que c’est la faute à pas de bol… Plus nul tu meurs…

4. Rectificatif

Dans la « Commune » n° 293, article n° 7, nous disions qu’il fallait retirer les cartes de chasse au 18, rue Villeneuve à St-Pons. Il fallait lire 18 bis.

5.  A ne pas manquer

Retour brillantissime de Marc Soulignac à Saint-Pons dans « Un pays pour Laura » (spectacle lyrique) : la samedi 19 nov. 2016, en la salle de Ponderach. Malade, depuis les élections municipales, le bon Marc nous avait privé de sa faconde et de son talent. Nous supputons qu’il a fini sa convalescence, puisqu’il a pu se glisser par la fenêtre alors qu’il était sorti par la porte… De surcroît, il est sponsorisé par le Pays Haut Languedoc et Vignobles et par le Conseil Départemental, ce qui lui permettra de manger à sa faim pendant quelques mois… Le métier de comédien est scintillant et remarquable, mais parfois très ingrat et ne nourrit pas toujours son homme (ou sa femme)…

6. Une brioche pour le président (Midi Libre du 29 sept. 2016)

Après avoir écumé toutes les caves Coop, les cantines scolaires, maintenant notre bon Mesquida, président du département, se fait offrir des brioches. Pourtant, comme nous tous, les plus de 50 ans, la brioche, il la porte en permanence, devant, comme le ventral des troupes aéroportées…

7. La tartufferie d’Arcas (Midi Libre du 30 sept. 2016)

« Tout le monde sait bien et l’administration en premier que la situation de la Com’com d’Orb Jaur est saine. » (Arcas). Le gonze a tous les défauts. Comme Pinocchio, son nez s’allonge de jour en jour. Lis le rapport de la Cour des comptes, pomme ! et tu verras que ce n’est pas du tout son avis… Quant à ta candidature à la grande com’com, la messe n’est pas encore dite, cher camarade !

8. Le diocèse de Pamiers en repentance (La Dépêche du 23 sept. 2016)

Cette église demande pardon pour le massacre des Cathares, d’il y a 800 ans. Bof ! cela ne mange pas trop d’osties… Les cathos et leur clergé nocif feraient mieux, pieds nus, en chemise de nuit et la corde au cou, de demander pardon pour leur collaboration éhontée (pas de tous, mais quand même de la grande majorité) pendant l’occupation nazie, et, aujourd’hui, pour la non-dénonciation des prêtres pédophiles et déchets de notre société… Ils devraient aussi se battre très dort la coulpe, à s’en péter la rate… « Résistance se conjugue au présent » Lucie Aubrac Le film des Mutins de Pangée, « La Cigale, le Corbeau et les Poulets » est le complément du livre « Garde à vue », l’Affaire du corbeau à Saint-Pons, qui expliquait pourquoi et comment on en était arrivé à cette triste bavure. L’arrestation et la garde à vue des membres de la cellule communiste libertaire, rurale et altermondialiste (ainsi que de plusieurs démocrates et associatifs), est le point de départ du film. La suite est le récit du combat quotidien que livre ce groupe contre l’autorité au service du Capital… Autorité personnifiée par le député césariste et cumulard, ancien maire de Saint-Pons et aujourd’hui président du Conseil départemental, le bon Kléber Mesquida, qui est le seul à se croire socialiste… P.B.

Mise au point

Beaucoup s’étonnent et regrettent (nous aussi…) qu’il n’y ait pas eu d’avant-première du film « La Cigale, le Corbeau et les Poulets » à Saint-Pons. Le gérant de la salle de cinéma, a priori, n’ose pas le passer avant sa sortie nationale, en janvier. Pour mémoire, le cinéma est sous la coupe de la com’com. Ceci doit expliquer cela.   P.B.

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
16 septembre 2016 5 16 /09 /septembre /2016 13:08

Prolétaires de tous les pays, unissons-nous !

Les tabanas* se tirent la bourre ! …

Depuis l’attentat de Nice, les équipes de Hollande, Sarkozy et Le Pen se combattent à coup de polémiques stériles. Leurs oppositions sont purement démagogiques et politiciennes car, sur le fond, ils sont tous d’accord. Ils trompent tous la population. Ce n’est pas en augmentant la violence et la répression qu’on obtiendra pus de sécurité. Il suffit de prendre les idées avancées par les uns et les autres et de les appliquer au massacre de Nice pour comprendre qu’elles n’auraient rien empêché. Pire : chacune de ces mesures a son relent de xénophobie et de nationalisme. Elles renforcent la bêtise anti-raciste et entretiennent un climat anti-immigré qui ne peut être que source de haine… L’humanité s’enfonce dans des rapports de plus en plus barbares, parce que la société est malade du capitalisme. Il n’y aura pas d’issue tant que les travailleurs ne contesteront pas le pouvoir de ceux qui sont à la tête de ce système, tant qu’ils ne contesteront par l’exploitation de l’homme par l’homme et la domination des pays riches sur les pays pauvres.

Journal « Lutte ouvrière » n° 2504

*en patois : lourde enclume et/ou grosse racine.

Le saviez-vous ?

1 « Un bruit qui court »

Mesquida, à l’instar de son ex-mentor, Georgette Tailhades, aurait fait un testament en faveur de la ville de Saint-Pons. Comme il s’est fort gavé sur notre dos depuis qu’il est député de notre circonscription, ce ne serait qu’un juste retour des choses. Quant à son homme de main local, comme disait un célèbre Jeannot : « Josian, il aurait mieux fait de rester employé de son premier job !!! », soit pour mémoire, la base nautique de Mons-la-Tivalle.

2 En défense de la Gendarmerie Nationale !

La préparation militaire de la gendarmerie nationale (PMG), trouvaille nullissime du gouvernement, est aujourd’hui d’une durée de 15 jours, et ceci pour faire d’un « civelo » un gendarme de la réserve opérationnelle. Qui peut croire à cette fumisterie ? Ils auraient a priori les mêmes missions que les gendarmes normaux formés en école pendant un an, suivi de quatre années de confirmation… Cette réserve opérationnelle (comme toujours, au départ, l’idée aurait pu être intéressante, mais les moyens n’ont pas suivi), c’est tout simplement de la daube, car l’idée du gouvernement a été de gagner de l’effectif à vil prix. Autrefois, on gueulait : « Mort aux vaches ! » Maintenant, il faudra rajouter : « Mort aux ovins ! » (Déjà que les bavures sont monnaie courante chez les anciens, cela ne va pas s’arranger.) P.B.

3 Bulletin d’informations communautaires n° 3 d’août 2016

Notre humble avis : informations parcellaires, lénifiantes et pour le moins maladroites : « Naître et grandir à Saint-Pons ».

Et le gamin qui n’est pas né à Saint-Pons et qui y grandit quand même, qu’allons-nous en faire ? Un plastron pour les Saint-Ponais indigènes ??

Il manque aussi et surtout un chapitre sur la désastreuse question du tri sélectif, des poubelles grises dans le SaintPonais. Pour les 12-25 ans, il existe peut-être (et encore ?) des permanences d’informations, mais surtout pas de local où ils puissent se réunir (une promesse de plus, de campagne électorale municipale, non tenue). Quant aux produits proposés par les producteurs locaux pour les cantines locales des différentes collectivités, il aurait été bon de les sélectionner en bio.

Et un oubli intentionnel ( ?) s’est glissé dans « Les prochaines dates à retenir » : celle de la Fête de la Châtaigne 2016. A moins que le bon Josian, encore président de la Com’com, considère que la fête du Verre aux Verreries-de-Moussans et celle de la moisson à Vélieux ne soient beaucoup plus connues et n’attirent plus de monde…

4 Manif. anti-éoliennes industrielles du 28 août 2016 à Sain-Amans (81)

25 manifestants (soit un gros quart des présents) sont venus au marché nocturne de ce village dont le bon Vialelle est le maire, et néanmoins président du Parc dit naturel. Le bougre nous a fait une petite crise, genre trencalos *, en nous voyant. Enervé, limite mal poli, lui qui d’habitude sait garder son self-control, tout décoiffé, a voulu nous interdire l’accès du marché. Puis, dépité, a laissé faire. Il n’avait d’ailleurs aucune autre alternative. A noter que son ire, feinte ou sincère, ne lui a visiblement pas coupé l’appétit.

*trencalos : casseur d’os en occitan

5 Dans le registre : « Ils nous prennent vraiment pour des cons !»

Les citoyens commencent à se demander quelle sera exactement la nouvelle grande Com’com à compter du 1er janvier 2017. Au lieu de donner des explications concrètes, légitimes, et un calendrier pour le futur, le bon Josian a sorti de derrière les fagots un fascicule intitulé Fusion-info d’octobre 2015. Concept de Marc Soulignac, c’est dire… Le baratin est archi-connu et le calendrier s’arrête le 5 juillet 2016. Ce qui intéresse les électeurs, c’est le programme de la fusion des trois com’com d’ici à la fin de l’année et non un opuscule périmé. A suivre…

6 Toujours dans le même registre…

Après avoir vendu une excuse fallacieuse, la poste de St-Pons a fermé 8 jours. Il a fallu courir à dache pour avoir un timbre.

Comment se fait-il que nos élus aient accepté cette situation de fait ?

Est-ce un test pour savoir comment réagit la population ?

Le bureau est-il, à moyen terme, condamné ?

7 On est mal, patron !

Deux Saint-Ponais sectaires, hâbleurs, bloquent pour la 3ème fois, les carnets de battue (sangliers) d’au moins deux dianes, et ce malgré l’accord du président de la fédération de chasse, Monsieur Gailleur. Les deux locaux ont le goût de la zizanie, et ce sont des polémiqueurs professionnels. Que veulentils vraiment ? Le savent-ils eux-mêmes ? Quoi qu’il en soit, les cartes de chasse, petit et gros gibier, peuvent être retirées au 18, rue Villeneuve St-Pons et/ou au lieu-dit alias Tombeilles. Quant au connard, corbeau de service, qui a diffusé des lettres anonymes, « la chasse aux Dalton est ouverte », il aurait mieux fait de garder sa thune pour boire un pot à la Saint-Hubert…

« La puissance sociale aliénée, le gouvernement oscille de démagogie en despotisme, et de despotisme en démagogie »

Proudhon De la justice 1858

Un autre mot d’ordre (local) : Tailhades ! (Robert), Tailletoi ! Taïaut ! Tayaut !
Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article
16 septembre 2016 5 16 /09 /septembre /2016 11:26

A ceusses qui veulent entendre !

A ceusses qui veuent voir !

A ceusses qui veulent parler !

Une petite louchette, pour entretenir des liens virils et authentiques

• Sais-tu que KM1 , député du vin, n’est jamais entré dans une vigne, ni n’a essayé de vendanger, pour connaître les difficultés d’un vigneron ? Le vin qu’il connaît, c’est celui qu’on lui offre ! Il fait chaque année le tour des COOP pour faire le plein de sa cave, gratis !… après avoir, à cette rentrée scolaire, fait le tour des cantines (Il n’y a pas de petit bénéfice).

• Sais-tu que KM, de sa vie, n’a jamais eu au cul un patron ? Il a été fonctionnaire toute sa vie (d’où son mal au dos ?)

• Sais-tu que les larmettes évoquant sa jeunesse et ses origines font partie de son programme électoral et qu’il nous fait le coup à chaque fois (vil cynisme !) ? • Sais-tu que KM, s’il n’a pas la reconnaissance du ventre vis-à-vis de Georgette Tailhades, a réédité le coup qu’il a fait à Gard, ancien maire de Creissan, qui l’avait mis en place à la mairie et fait embaucher aux Ponts et Chaussées. Quel manque de gratitude chez ce pèlerin !

• Sais-tu qu’il trouvait Vézinhet trop vieux ? qu’il réclamait haut et fort son départ, et ce pour prendre sa place (Y a bon Banania !) • Sais-tu qu’il restera autant de temps que Vézinhet, pour protéger la carrière de sa fille au CODIS, ainsi que celle de son gendre (mariée pour masquer son identité ? dissimuler sa parenté… Le chômage n’est pas un problème dans cette famille)

• Sais-tu qu’une médaille d’or des pompiers a été remise à Saint-Pons, à un membre de son clan ? Quant aux quatre jeunes pompiers gravement brûlés au combat contre le feu, ils n’ont toujours pas eu droit au moindre réconfort. Il aurait suffi de peu de temps à KM pour rédiger un discours. Mais lui-même et ses obligés ont juste fait une courte visite lors de la Féria de Béziers, pour dire aux pompiers du stand en place qu’il partait en vacances et que, s’ils n’avait besoin de rien… de l’appeler !

• Sais-tu que l’augmentation de son salaire et celle de ses disciples a empêché de renouveler un camion de pompier (ML du 28.6.16) ? Le bénéficiaire de la dite médaille d’or n’est qu’un boy de service pour lui « amener le kaoua » et se renseigner sur les envies du bon maître, comme jadis le maire de Cébazan2 (aux JO de Rio, il aurait eu la médaille du saucisson Mireille) • Sais-tu comment a été financée sa permanence de Béziers pour en faire finalement un bel appartement ? (sûrement que la mairie de Saint-Pons l’aura en héritage, à l’instar de Georgette Tailhades ?)

• Sais-tu que Madame est abonnée à Air Littoral ? (Son parfumeur préféré et/ou son épicier sont certainement à Paris) Merci aux indemnités parlementaires ! Sont-ils amis du couple Navarro (les mangeurs de pizzas) ? Ou est-ce la marque de fabrique du Parti Socialiste dont Kléber est un des (petits) caïds de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées ? Un homme debout (nuit et jour …)

1 Kléber Mesquida, président du conseil départemental, député… et mout autre bouffonneries

2 Notre bon Affre qui gueulait : “Vieux motard que jamais ! »

Meilleur pour le moral et pour information : La bande-annonce du film (65’) de « La Cigale, du Corbeau et des Poulets se trouve sur :

http//lacigale-lefilm.fr

Sortie nationale et à Saint-Pons en janvier 2017

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article