Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 09:17

Conduite à gauche… Priorités à droite…

 


Ces chers « camarades » socialistes. Ils ne trahissent pas ! Comment pourrait-on imaginer une pareille vilenie ? Nos bons « camarades » ne font que s’adapter aux situations. Il est en effet difficile de se comporter en socialiste conséquent en ces temps troublés. Bien sûr, il suffirait d’oser, mais le socialdémocrate qui sommeille en tout militant socialiste, conséquent et organisé, freine constamment les velléités de ceux qui aimeraient simplement « réformer » une société que, dans leur for intérieur, ils jugent injuste.
Le Monde Libertaire n° 1704

Le saviez vous ?
1 Arnaque et truandage
Il y a quelques années, par hasard, nous avions lu le who’s who, catalogue des bourgeois* Un cacique local omniprésent, omnipotent, pour lequel nous avons une hilarante sympathie, depuis qu’il est parti du village, avait utilisé une méthode identique à celle, dit-on, du grand rabbin de France : usurpation
du niveau de diplômes, sans vergogne, seulement dans le but de s’enrichir en occupant une place au soleil… Doit-on penser que plus on veut accéder à la notoriété, plus on est prêt à tricher ?
Et que dire de ces gens-là (comme le disait si bien le grand Jacques) qui se réfugient souvent dans des sociétés abusivement secrètes pour masquer leur médiocrité et assouvir leur haine de la pauvreté ?
*C’est le gonze lui-même qui inscrit ce qu’il veut dans ce répertoire de mythomanes. Personne ne vérifie qui que ce soit. La contrepartie : l’inscription vaut la peau du cul.
Rachida Dati aussi avait fraudé, voire Sarkozy…

2 Courniou-les-Grottes
Le manque de tune se fait cruellement sentir. Pour tailler les pommiers, les kakis et autres rosacées du village, le bon maire doit faire appel à ses propres chevaux, au nombre de 3 (4, ça aurait été ceux de l’Apocalypse).

3 St-Pons de Thomières
• Le sergent Garcia veut nettoyer les écurie d’Augias, non : d’Auzias. Y a bon banania ! Mais qui tiendra le rôle de Zorro ?

• Au conseil municipal, la révolution, c’est maintenant ! Lors du dernier conseil municipal, un grand sujet a été abordé : l’acoustique de la salle du conseil. Empoignade, et lors du vote pour des travaux :
10 pour, 5 contre, 3 abstentions. C’est la première fois de l’ère Mesquida, soit 18 ans aux prunes, qu’un vote n’est pas pris à l’unanimité.
Nom d’une bougnette ! Ça branle dans le manche ! Purée de nous autres, quel courage ! Pourvu que ça dure…

• Enorme succès du carnaval du 14 avril : Un très grand bravo à l’association des commerçants.
Comme quoi les festivités, lorsqu’elles sont organisées intra muros, et surtout qu’elles sont bien gérées, c’est un succès ! Madame Carnaval a été brûlée en fin de défilé. Pour les plus jeunes ou ceusses à qui la mémoire fait défaut, il faut rappeler qu’en 2003, Monsieur SITA, et en 2006, Monsieur Capitaliste
avaient aussi été brûlés en place publique… Une association absente a raté le coche : la Compagnie de la Source. Elle aurait pu briller par son professionnalisme, au milieu de tous. L’ego de son
« grand » maître a dû en prendre un sacré coup. Perdu, déboussolé, pendant le défilé, il demandait à ses connaissances quand avait lieu le marché de Noël ( ??) La vieillesse est vraiment un naufrage…

4 Bande d’enfoirés !
La plupart de nos parlementaires rechignent à dévoiler leur patrimoine. Réflexe de la classe sociale de la bourgeoisie qui méprise le prolétariat ! Prolétariat qui est la plus grande composante du peuple souverain. Peuple souverain à qui les élu(e)s de la nation doivent rendre des comptes. Mais ces
nantis, nervis du capitalisme, se contrefichent des citoyens. Ils ne voient qu’eux-mêmes, leurs petits nombrils, leurs clans foireux, leurs intérêts perso…
Quand un impécunieux va demander aux services sociaux une aide pour que sa famille puisse manger (dans ce cas on ne parle même pas de probité), aux banques rapaces un prêt et que ceux-ci lui demandent une tonne de papiers, de preuves, de garanties, de gages, n’est-ce pas du voyeurisme ?
Non là, pour eux c’est normal, les pauvres étant des tricheurs, comme dirait une adjointe du conseil municipal St-Ponais et néanmoins étiquetée socialiste.
Il faudra consoler Jaurès… Eux, ma bonne dame, à 80 % ils sont honnêtes, disent-ils, alors pourquoi s’intéresser aux 20 % ? L’omerta c’est tellement plus facile ! Pour une fois, nous pensons que François Hollande a raison et il est peut-être le seul de cette bande d’enflures à être lucide : la vertu doit être la règle qui régit notre République et il y a encore d’énormes progrès à faire, mais ceci est un (très modeste) début…
P.B.

5 Réunion publique sur le devenir du barrage de l’Ayrette
Saint-Julien le 18 avril 2013. 90 personnes dont le sous-préfet de Béziers, Jean Arcas et le ban et l’arrière-ban des maires de la communauté de communes Orb-Jaur.
Réunion houleuse. Les personnes présentes s’aperçoivent que le dossier est bouclé irrémédiablement pour des raisons, fallacieuses ?, de sécurité. Les travaux de démolition devront commencer le 1er août 2013*. Point barre. Circulez, il n’y a rien à voir ! Pas de plan B et tutti quanti. Propos du genre :
le 2 août le barrage s’écroule, la vague noie grave la vallée et le sous-préfet d’aller en prison (avec le sieur Arcas). Ils nous prennent pour des cons ! Arcassetoi, comme d’habitude, a menti, en laissant croire que des solutions alternatives étaient encore envisageables. Hypothèses caduques, l’état ayant
donné des délais très (trop) courts pour détruire ce barrage, patrimoine du piémont héraultais. Honte à ce satrape local qui a sacrifié le Nord de son canton par rapport au Sud : il a quand même trouvé 3 millions d’euros pour baigner les vignes de Roquebrun et a refusé un petit million pour sauver le barrage et l’irrigation des terres arables des alentours. Pour que de jeunes paysans , maraîchers, puissent s’installer,
il faut que les terres soient déjà irriguées, et non l’inverse, cher ami de la Chambre d’agriculture.
Les électrices et les électeurs devront se souvenir du coup de Jarnac du complaisant (avec qui ?) Jean Arcas. La lutte continue !
P.B.
*Ils ont dû avouer que l’appel d’offres n’était pas encore lancé, mais célérité est de mise pour ce dossier. Avec le
Marcory par exemple ? Marcory, pour mémoire, exécuteur des basses oeuvres du fossoyeur des Hauts-Cantons :
(l’arlésienne) Kléber Mesquida.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article

commentaires