Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 18:15

Vinci, dégage ! (Vinci : multinationale chargée de construire et gérer l’aéroport de Nantes)


Solidarité avec les expulsés de Notre Dame des Landes !
NON A L’AEROPORT !


Un comité de soutien aux opposants de l’aéroport de Notre Dame des Landes (au Nord de Nantes, Loire Atlantique) s’est créé à St-Pons fin octobre 2012.
Le projet, très cher à Jean-Marc Ayrault, ancien maire de Nantes et actuel premier ministre, est capitaliste et anti-démocratique. Les forces de l’ordre sur place se déchaînent contre les militant(e)s qui occupent le terrain. Ces camarades ont besoin de notre soutien. Et une collecte de différents matériels de première nécessité est en cours (cf. le blog de la Commune). Dénonçons tous haut et fort ce projet ruineux (Ecrivez à votre député, votre sénateur, votre sous-préfet par exemple), ce projet qui ne répond pas aux besoins de la population, mais à des ambitions politico-financières, et qui saccagerait l’environnement.


La terre aux paysans ! Passaran pas !


« L’aéroport de Notre Dame des Landes est un choix de société au sujet duquel il faut débattre. »
« Le changement, c’est maintenant ! L’aéroport, c’est jamais ! »


L e s o p p osants


Le saviez-vous ?


1 A quand une vraie loi de réquisition ?
122 713 logements sont vacants dans la région, 17 000 rien que sur Montpellier, et 2,4 millions enFrance*. Alors que la Fondation de l’Abbé Pierre recense 3,6 millions de mal logés ou sans abri. Quelques petits pas ont été faits vers une réquisition des logements vacants, mais rien de vraiment concret. Cécile Duflot, ministre du logement, au moins, respecte donc cette promesse !
*chiffres INSEE 2009

 

2 Procès-verbal du conseil municipal du 31 octobre 2012-11-23
a) Indemnités des élus (§4) Le taux de répartition est donné en pourcentage de l’enveloppe indemnitaire que l’on ne connaît pas. Partage du fromage. Pourquoi ne pas donner en clair la somme que les 7 privilégiés palpent ?
Avons-nous affaire à un scandale ? Les St-Ponais descendraient-ils dans la rue pour exprimer leur colère ? Si les 7 se cachent, rouges de honte ( ?), c’est qu’il y a un loup… comme disait Martine.
b) Marc Soulignac pleurait à chaudes larmes après la dernière fête de la Châtaigne. Il avait mangé, grave, la culotte. La faute au temps, aux commerçants, aux visiteurs fauchés. Qu’il s’arrête de sangloter : le très Haut Mesquida l’a entendu. Par son frère, il a obtenu 13 500 € de subventions spéciales. Y a bon
 ! Quant aux Secours catholique et populaire et à leurs bénéficiaires, ils peuvent aller se brosser…

 

3 A Béziers, ils sont moins cons que nous !
« Dès que posés sur la nouvelle place d’Inde, les pavés ont été démontés. Ils étaient en marbre et le sol aurait été transformé en patinoire. Ils ont été remplacés par de solides blocs… » (Midi Libre du 8 novembre 2012)
A St-Pons, cet hiver, on va continuer à se casser la gueule, en rafale, devant la mairie et place du Foirail.

 

4 « La rue appartient à celui qui y descend, la rue appartient… »
Berlin aurait étudié des idées de réforme pour la France. Après la Grèce, l’Allemagne veut dicter sa politique d’austérité bestiale à toute l’Europe.
« Le gouvernement allemand est confiant sur le fait que la France respectera les exigences du
Pacte de stabilité et de croissance » , selon la porte-parole du ministre allemand des Finances. De quoi je me mêle ? Angela Merkel a tort de se conduire d’une manière aussi brutale, de colonisateur impérialiste ; elle va raviver de vieilles haines ancestrales à peine éteintes. Mais peut-être est-ce son souhait, à cette digne fille de Bismarck ?

 

5 Courrier du journal CQFD n° 105 (nov. 2012)
« Quand la BAC est prise la main dans le sac, c’est tous les flics qui chient dans leurs frocs… »
(BAC : Brigade anti-criminalité qui sévit dans les banlieues)


6 Non à l’AyraultPORT, Non à la répression !
A la superbe manifestation de Notre Dame des Landes du 17 novembre 2012 (40 000 militants, excusez du peu !), 11 camarades du pays Saint-Ponais étaient présents sur place. En renfort des militants de Montpellier et/ou de ceux de Toulouse…
Que le vent souffle de droite ou de gauche, en 2012 comme en 1961, les méthodes policières varient peu et les policiers encore moins : contrôle social sous prétexte de terrorisme, politique du chiffre, impunité dans les suites données aux bavures, moeurs carcérales d’un autre âge,… décidément le pays des Droits de l’Homme est peu à l’honneur.
Le Monde Libertaire n° 1686

 

Justice pour nos camarades de Tarnac !


Saccage de notre patrimoine
La liste des ouvrages « patrimoniaux » détruits par nos édiles est longue et témoigne d’une inconséquence qui fait frémir : que d’éléments architecturaux détruits sans un examen approfondi de la façon dont on pouvait les préserver et même les mettre en valeur : la voûte du « Café de Paris » face au cinéma*, celles de l’ancien garage à l’arrière du musée archéologique où il y a maintenant une verrue en verre et métal, le lavoir qui était derrière l’imprimerie Maraval, les égoûts en voûtes de brique du XVIIIème siècle sous le musée, tout cela sans le moindre scrupule ni le moindre état d’âme. Décidément, nos élus saint-ponais ne sont guère intéressés par ces « vieilleries », alors que, précisément, ces vieilleries sont un des principaux atouts de Saint-Pons.
La commune a un rôle à jouer dans la mise en valeur du patrimoine. Il y a bien longtemps qu’elle aurait dû s’occuper des maisons aux façades magnifiques de la Rue Basse, et de bien d’autres de la ville, comme cela a été fait du côté du Pioch autrefois. Mais non…
Anecdotiquement, un premier projet avant la verrue en verre et métal du Musée, avait prévu une sorte de bulle de verre qui laissait apparaître les statues-menhirs. C’était très beau, mais non, il a fallu que quelqu’un (qui a pouvoir de décision) décide qu’il valait mieux faire cette sorte de véranda disgrâcieuse.
Saint-Pons pourrait s’en sortir à condition de sortir la vallée de son marasme économique et en préservant, voire en mettant en valeur son patrimoine historique.

M.C.
* l’étage du Café ne présentait effectivement aucun intérêt, mais la rage destructrice a eu raison de la belle voûte qui n’aurait pas été encombrante.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article

commentaires