Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2012 2 21 /08 /août /2012 19:53

Titre du journal « Lutte de classes » : « Etat P.S. ? »
Surtout huissier du grand capital financier…

Que le prochain chômeur soit un député !
(cri des indignés espagnols)

En sept mois, le gouvernement de Rajoy (Espagne), et derrière lui les banquiers, le grand patronat, ont porté de redoutables coups à toutes les classes populaires. Mais après les dernières mesures annoncées le mercredi 11 juillet par le gouvernement, on ne parle plus de « coups de ciseaux » dans les budgets des régions, dans les dépenses sociales, la santé ou l’enseignement, mais de « coups de hache ». Et, phrase méprisante, révélatrice de ce que pense la bourgeoisie, lâchée par un député de droite : « Que les chômeurs aillent se faire foutre ! »

La guerre des classes est plus dure que jamais et les Français(e)s, autistes,
devraient comprendre que chez nous aussi, cette situation catastrophique va arriver.
Pierre Blondeau


Depuis sa création, l’Europe n’a de cesse de créer des règles permettant d’y appliquer un libéralisme économique débridé. Le nouveau traité européen qui entend faire graver dans les constitutions la fameuse « règle d’or » n’est que la dernière péripétie d’une longue succession d’actes, de pactes, de traités donnant la priorité à la « concurrence libre et non faussée ».
Les bourgeoisies européennes ont pris le prétexte de la crise pour tenter de liquider tous les acquis des travailleurs, aboutissant à un véritable recul en matière de droit du travail et de protection sociale.
Malgré ses annonces de campagne, la politique que François Hollande a commencé à mettre en oeuvre garde le cap de faire payer la crise aux peuples européens.
Journal « Tout est à nous »



Le saviez-vous ?
 

 

1 Il faudra consoler Jaurès
Christian Auzias, surnommé le Jésuite, pressenti maire de St-Pons, autrefois, avant d’avoir la révélation mesquidienne, jouait (et a priori pas mal du tout) de la guitare pour le public calotin de Notre Dame de Trédos, lors de la venue d’un évêque ou d’un prêtre itinérant par exemple, genre Soeur Sourire (« Dominique, nique, nique… »). En espérant qu’il ne finisse pas aussi mal qu’elle… Confidence d’Alain Baret à la Commune : « Putain, il aurait encore mieux valu que ce soit Josian Cabrol ! » La messe est dite… Quant à Kléber Mesquida, qui, selon le Midi Libre du 22 juillet 2012, a hérité d’une grande sensibilité (Note du plumitif : nom d’une truelle et d’une équerre, ce n’est pas le mot que nous aurions employé pour définir le bonhomme !), il ne donne pas de date exacte pour son départ en tant que maire. Y aura-t-il un autre candidat pour le poste (pourquoi pas ?) au sein du conseil municipal ? Car il faudra bien, au moins pour la forme, que l’élection se fasse lors d’un C.M. Le combat pourrait être intéressant à suivre (genre guerre du feu, aujourd’hui : Fillon, Copé et autre MIL combattant ; et demain à
St-Pons ? Jojo Cèbe ? A défaut de grive, on mange du merle !)
Dont acte : Christian Auzias dément avoir été, quelle que soit la période, trésorier de l’office du tourisme.
Nous rectifions donc, à sa demande, notre information et en prenons bonne note pour l’avenir.


2 Happy birthday, Mister Cop !
Le 3 septembre 2012, place du Foirail, la confrérie du corbeau rouge organisera
un pot et fera un point de l’affaire (Où en sommes nous ? Quelles réponses avons-nous eues ? Que pouvons nous attendre du nouveau gouvernement dans ce
cas précis ?...).

Jugement mi-septembre de Thierry Jérôme…
Quelques artistes, chanteurs et musiciens locaux, nous enchanteront de leurs talents. Nous proposons d’introniser dans l’ordre de la confrérie l’ex-patron des RG du Biterrois, le premier magistrat de St-Pons, l’ex député dépité de Béziers, tous les délateurs débridés, les adeptes de la caméra cachée et porteurs fourbes de cagoule
noire…

A tous ces enfoirés nous ferons boire un pot de chambre rempli de communard, en guise « d’autocritique » et d’excuses.
 

 

3 Tous ensemble, tous ensemble !
Une mamie énervée de la situation actuelle nous demandait ce qu’était réellement une révolution citoyenne. Définition du programme 2012 du Front de gauche : partager des richesses, combattre l’insécurité sociale, reprendre le pouvoir aux banques et aux marchés financiers, faire la planification écologique, convoquer une assemblée constituante pour la 6ème république…

 

4 Nato, go home !
Guaino, l’indigène plumitif* de Sarkozy l’agité, redevient gaulliste (Il faudra consoler le grand
Charles !) et fustige François Hollande qui a déclaré lors de la commémoration de la rafle du Vél d’Hiv :
« La vérité, c’est que le crime fut commis en France, par la France… » Pour lui, Henri Guaino, la France de cette époque était seulement à Londres, dans le maquis et parmi les troupes F.F.L.. 70 ans après cette dramatique période, il faut être sacrément perturbé pour se permettre ce déni de réalité. Et, comme auraient chanté les Parisiennes, « T’es plus dans le coup, papa ! » Tu aurais eu beaucoup plus de crédibilité, de prestige, en reprochant à Hollande de ne pas dénoncer la pratique généralisée de la torture en Algérie,
cher Henri…

P.B.
*Ce charmant littérateur qui s’est fait élire sans gloire député (la gamelle est bonne, le nôtre pourra confirmer) a conçu un discours scandaleux (celui de Dakar) sans s’amender , et n’a pas bronché lorsque son pathétique mentor a fait réintégrer la France au sein de l’OTAN, organisation impérialiste que De Gaulle honnissait. Donc Guaino est très mal placé pour faire la leçon gaullienne.


5 Haro sur le sous-prolétariat !
Avec, comme toujours, des excuses spécieuses, le gouvernement socialiste continue à démanteler des camps de Roms… Valls, Guéant, même combat ! Même désonheur pour la république…


6 « Lorsqu’il y a un flou, il y a un loup ! » (Mère-Grand de Martine (celle de Solférino)
Josian Cabrol, humble fédérateur, tolérant (sic), selon le Midi Libre du 29 juillet 2012 (N’en jetez plus : les lacets des rangers d’Alain Mouret vont péter !), se serait sacrifié par amour des pompiers et aurait repoussé, le coeur brisé, l’offre d’être « pressenti » maire en remplacement de l’ineffable Mesquida.
Bof ! Cette confession tardive est plutôt de convenance… pour sauver la face et son ego. Et si c’est le cas, à qui d’autres dans les adjoint(e)s et compagnie, la proposition a-t-elle été faite ? et donc refusée ?
C’est le dernier, le plus petit de la rangée, qui a été attrapé au vol. La « patate chaude » ou « le fromage qui pue » ? Tout ceci est bien curieux. Les électeurs St-Ponais souhaiteraient savoir, cher Kléber !
Question subsidiaire : ça palpe combien, un commandant « volontaire » ? Une partie de cette solde pourra certainement à rembourser le stage de maire, déjà effectué par J. C. et annoncé à l’époque à grands sons de trompe, fifres et tambourin…

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article

commentaires