Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2011 7 11 /12 /décembre /2011 20:52

 

 

“ Le temps révolutionnaire, quel qu’il soit, autrement dit le temps de la lutte, doit toujours être celui de la pensée.” Karl Marx.

 

 

COUP D’ÉTAT DU CAPITAL 

 

 

“Dans deux pays de la zone euro, dont l’un est fondateur de la Communauté Européenne, les marchés ont réussi à propulser leurs hommes.  Les deux sont des anciens de Goldman Sachs, l’une des plus puissantes banques d’affaires américaines au cœur des manipulations financières colossales à l’origine de la crise du système. C’est un véritable coup d’état financier. Les marchés ont utilisé leur arme, à savoir la hausse vertigineuse des taux d’intérêt, pour menacer d’étranglement un pays qui ne répondrait pas à leurs injonctions. C’est extrêmement grave du point de vue démocratique. Aujourd’hui, Mario Monti et Lucas Papademos sont pressentis pour répondre aux exigences des marchés et ont exigé, pour y parvenir, d’avoir le soutien des principaux partis politiques. Les pires partis de droite vont utiliser le mécontentement qui naîtra de ces politiques pour dénoncer ces orientations, l’illégitimité de ces gouvernements non élus et les atteintes à la souveraineté. On imagine à partir de là ce que représenterait le fameux saut fédéral. Si l’on veut préparer une sortie par le haut de cette crise, il faut absolument se détacher de cette dépendance absolue aux marchés. Ce qui ramène à nos propositions sur un tout autre rôle pour la Banque centrale européenne qui doit utiliser son pouvoir illimité de création monétaire pour financer les investissements publics de création sociale à l’opposé des mesures d’hyper-austérité qui sont aujourd’hui la condition de l’aide financière. Il faut enfin récuser cette violation énorme de la souveraineté populaire et travailler à l’implication des citoyens et à la conquête de pouvoirs d’intervention.”

Françis WURTZ, député honoraire du Parlement Européen PCF. Journal l’Humanité du 14/11/2011.

 

Entre la société capitaliste et la société communiste se place la période révolutionnaire de celle-ci en celle-là. A quoi correspond une période de transition politique où l’Etat ne saurait être autre chose que la dictature révolutionnaire du prolétariat. – Karl MARX

 

Le saviez-vous ?

 

1 – Rapatriés : rendons à Kléber MESQUIDA … ! Midi Libre du 11/11/2011. 1er cahier, page 2.

 

“Un habitant de Puisserguier va être expulsé et sa maison mise aux enchères. En colère (note du plumitif : et à juste titre..), l’association des rapatriés qui le défend met en cause le député de la circonscription Élie ABOUD”. Mais le député du coin n’est pas ABOUD DE SOUFFLE, mais notre Kléber. Lapsus révélateur ! Pour cette association, le seul député digne de les représenter est le frénétique 1er adjoint de Béziers. Réellement, les rapatriés connaissent très, très bien le saigneur des Hauts Cantons, mais ils ne lui font plus aucune confiance. Et ce, depuis au moins le jour de l’inauguration de la stèle OAS au cimetière de Béziers. Trois ou quatre ans en arrière. ABOUD, lui, il y était. Par une porte dérobée, certes, mais présent quand même. Ce qui d’ailleurs est particulièrement honteux de la part d’un représentant de la Nation, et de surcroît prétendument gaulliste. Ce jour-là, Kléber de quoi, de qui avait-il eu peur ? Des communistes du grand biterrois ? Certainement. Que son passé lui revienne en pleine poire ? Forcément. Bref, l’association qui lutte pour la défense du pauvre expulsé va prendre contact avec MESQUIDA, mais ce sera ABOUD qui va maintenant s’occuper du dossier (nous souhaitons qu’il réussisse son action !). Dur, dur de vouloir faire croire à Paris que l’on est un (pseudo) socialo et de se faire reconnaître comme un vrai obscurantiste à Béziers ! A froid, le grand écart est parfois difficile à pratiquer, cela fait mal aux adducteurs, aux gambettes et aux burnes et comme notre rombier n’est pas très souple … - P.B.

 

2 – “Nous sommes ensemble, face à Nicolas SARKOZY !”

 

13/11/2011. Un député socialo défendant HOLLANDE, suite à la piètre saillie de Jean-Luc MÉLENCHON, comparant le premier à un capitaine de pédalo dans la tempête. C’est, une fois de plus, prendre

la gauche radicale pour des supplétifs qui doivent se coucher, par principe, devant la gôche sociale-démocrate. Eh bien, niet, cher socialiste, nous ne sommes pas ensemble. L’un à côté de l’autre, peut-être. La gauche radicale est anticapitaliste, les socialistes sont pour  “un capital à visage humain” et n’ont jamais répondu à la question primordiale suivante : Le capitalisme peut-il être compatible avec les valeurs de l’humanisme ? Par exemple, la liberté, l’égalité, la fraternité ? Il va falloir que le candidat autoproclamé de toute la gauche mette du rouge dans son rosé pour que celle-ci fusionne au second tour…(aussi bien avec les Verts qu’avec le Front de Gauche et le NPA). La seule vue de sa bonne bouille et la finesse de son humour ne suffiront pas à nous convaincre de voter pour lui. A suivre …

 

3 – St Pons de Thomières.

 

Le village pourrait être agréable à voir. Malheureusement, ce n’est pas vraiment le cas. A moins de se satisfaire du médiocre. Place du Foiralet, par exemple. L’automne, les feuilles tombent des arbres (quelle surprise !) et bouchent les évacuations d’eau pluviale, ce qui n’est aucunement sympathique pour le piéton. Pourtant, ce lieu a été propre un jour. Si, si, pour le mariage de la fille du maire ! Pendant une semaine, en août 2009, 4 ou 6 types ont astiqué la place. Même une soufflette pour chasser la poussière. Dieu, que l’on fut fier de payer des taxes et autres impôts. Au temps des feuilles mortes, on aimerait bien que notre pognon serve aussi à enlever les feuilles, chasser les flaques d’eau de 5 à 6cm de hauteur (très désagréable lorsque l’on marche). Et ne parlons pas des emplacements de parking effacés par les feuilles. Comment peut-on trouver les emplacements réservés aux handicapés ? Le visiteur doit se démerder. “On” a fait la peinture et si elle est cachée par un tapis de feuilles (qui se ramassent à la pelle !), on y peut rien ! Moi, je pense que mes impôts ne doivent pas être réservés à untel ou untel. Et surtout pas au service de familles qui confondent service public et privilèges… Monsieur le maire, au nom des couillons de payants, je réclame la prise en compte de chacun, donc de tous, pour qu’on nous enlève les feuilles mortes dans notre village ! – Prolozophe, 13/11/2011.

 

4 – Quels beaux démocrates ! (Midi Libre du 15/11/2011).

 

VÉZINHET est un “cas”. “Le président du Conseil Général, député, est candidat à sa réélection sur la 2ème circonscription. Il reste, pour l’instant, sourd aux messages du parti, qui évoquent les règles de non-cumul. Et pourrait bien tabler, comme MESQUIDA dans la 5ème, sur une application de la loi uniquement en 2014.” Et c’est ces deux-là, bouffis d’orgueil, de suffisance et de morgue, qui ne respectent ni le peuple, ni les consignes de leur parti, qui ne voient que leurs petits intérêts personnels, qui veulent nous faire la leçon et s’approprier nos votes au second tour (voire au premier) des prochaines législatives. Peuvent aller se faire voir, ces deux qui font bien la paire de Pinocchio pseudo-socialos ! Il ne suffit pas de se déclarer PS pour en être (il faudra consoler JAURÈS !). C’est par sa “politique” sur le terrain qu’on en apporte la preuve. Et ces deux cas, à l’instar de leurs copains-frangins COUDERC et ABOUD, ne sont que des méchants réactionnaires…

P.S : Depuis, VÉZINHET a jeté l’éponge et continuera à sévir à la présidence du CG 34 et non comme député.

 

5 – St Pons. À quand le match de boxe MESQUIDA-BLONDEAU ?

 

L’inimitié est tenace entre Kléber MESQUIDA, député-maire de St Pons et Pierre BLONDEAU, plus connu depuis une certaine affaire de “corbeau” comme le “buraliste de St Pons”. Un échange de courriers qui est parvenu à notre rédaction relance l’hypothèse d’un face à face entre les deux hommes devant la population de St Pons. Tous deux semblent prêts à relever le défi et à déballer leurs griefs respectifs. Reste plus qu’à commander un ring et deux paires de gants de boxe. De quoi animer les longues soirées d’hiver dans les Avant-Monts. Alors, à quand l’entrée en lice ? Bougnette qui s’en dédie !- Midi Libre du 16/11/2011, 1er cahier, page 2.

 

6 – Hôpital de Saint-Pons.

 

Les 12 et 13 novembre ont eu lieu à Decazeville les XVIIèmes rencontres nationales, organisées par la coordination française de défense des maternités et hôpitaux de proximité. Alors, qui a représenté l’hôpital rural de St Pons ? A priori, personne ou alors, ce(s) délégué(s) s’est rendu en loucedé à cette réunion, sans en informer quiconque et sans en rendre compte au retour. Bah oui, c’est loin l’Aveyron et de surcroît, c’était un week-end (il faut se faire voir à la messe, ma bonne dame …) et comme tout va bien à St Pons …

 

7 – Ils nous prennent vraiment pour des cons !

Le Parc Naturel du Haut Languedoc, en partenariat avec la Poste, a fait éditer des enveloppes timbrées pour la vente. Très jolies, d’ailleurs, vantant, à juste titre, notre patrimoine. Mais pas une trace d’éolienne. Ces moulins à fric n’existent-ils pas dans le Parc ? Alors, pourquoi les cacher, cher Daniel ? Les touristes ne doivent-ils pas venir les contempler, béats d’admiration, en bus et en circuit organisé, chère Marguerite ? Et qu’en penses-tu, cher Gérard , toi qui rêves de transformer le Parc Naturel en parc éolien industriel ? Cupides et faux-derches !

 

8 – Pauvres ultra-marins, ils ne savent pas ce qui les attend !

 

Le sous-préfet de Béziers CHOPIN est muté sous les cocotiers. A part les élus pseudo-socialos*, personne ne le regrettera. C’était un homme cassant, imbu de sa petite personne, manquant de bienséance, qui s’est toujours refusé à écouter (ce qui est de son devoir, écouter n’étant pas forcément être d’accord..) la population et les associatifs. En poste depuis le 20/11/2009 – l’affaire du corbeau aurait-elle été fatale à son prédécesseur, comme ce fut le cas du patron des RG de Béziers-St Pons ? – nous n’avons jamais pu le rencontrer. Dernier exemple en date : le dépôt de la pétition, le 15/11/2011, des habitants de Ferrières-Poussarou, contre le projet d’éoliennes à la con de leur maire. Ce dernier, d’ailleurs, ne représente que lui-même et surtout pas le choix des citoyen(ne)s. S’il a un tant soit peu de morale républicaine (ce n’est pas un gros mot, Josian..), qu’il fasse comme son collègue de Causse et Veyran, qui va consulter par “votation” sa population.. P.B., suite à un article du Midi Libre du 17/11/2011.

  • - Il ne pourra plus, en petite tenue, se faire piquer (contre la grippe H1N1. Quel scandale, Roseline, cette dépense de l’Etat, uniquement au profit exclusif des labos.) et parader dans St Pons en compagnie de son copain-frangin MESQUIDA, sous l’œil ému de l’objectif de Michel, notre merveilleux correspondant du Midi Libre !

 

 

9 – Le crépuscule d’un (petit, tout petit) dieu.

 

Midi Libre du 17/11/2011. Notre bon maître est fait aux pattes. Charte du PS oblige. Il se présente aux prochaines législatives (ce qui n’est pas une nouvelle), mais doit laisser son mandat de 1er vice-président du Conseil Général et celui de maire, alors qu’il espérait jouer les prolongations jusqu’en 2014. Mais le bougre restera conseiller municipal et conseiller général. Eh oui, il ne faut pas, quand même, pousser mémère dans les orties. Déjà qu’il va devoir réduire son train de vie (moins de tune ?), perdre une grosse partie de son pouvoir (lui qui tenait les maires par les couilles, avec les subventions du CG 34 .. cf. le bouquin “l’affaire du corbeau de St Pons”, aux éditions  la Cigale, page 103), il faut qu’il garde un pied dans chaque place – mairie et Hôtel du Département – des fois que des cons viennent à “éplucher” les vieux dossiers du pépère …A Montpellier, à ce jour, les tractations nous échappent un peu, mais à St Pons, nous savons ce qui va advenir. Début 2012, le conseil municipal va prendre acte de la démission du maire et, comme c’est de sa compétence, sans consultation des électeurs – scandale déjà dénoncé – le conseil va élire un Josian (pauvre René, tu as raté le coche..). Celui-ci, Josian, et non le pauvre, ni le coche, aura le pied à l’étrier pour 2014. Et même s’il n’est pas bien aimé dans le village, il bénéficiera de la prime au sortant, face à un Jean-Louis, un Patrick, voire un Simon. Et Josian, bon petit soldat, ne fera pas d’ombre à un Kléber, politique finissant. Quoique des fois, l’appétit (du pouvoir) venant en mangeant, il peut se produire des surprises. Il y en a  qui ont voulu être calife à la place du calife (se souvenir du désopilant livre, paru en 2008, toujours non dédicacé à La Cigale : “Josian CABROL s’empare de Saint Pons de Thomières”). Quant au journaliste du Midi Libre qui a rédigé l’article dont nous nous sommes inspirés, il fait preuve d’un optimisme béat. Il voit Kléber revenir au Département, donc à la place d’André VÉZINHET, à la fin du prochain (?) mandat du premier cité. Nom d’une pipe ! Le bonhomme aura 75 ans et comme il fume beaucoup*….Et de surcroît, d’ici là, le PS aura fixé un âge maximum à ses candidats pour se présenter devant le peuple.

  • - Les photos de DE GAULLE, MALRAUX, TATI ont été retouchées pour faire disparaître l’objet du délit bien pensant, soit la “fumette”. Qu’il doit aimer les buralistes en général et ceux de St Pons en particulier pour se mettre en porte à faux de cette manière ! Merci, merci mon bon, de transgresser le politiquement correct, toi qui d’habitude te complais dans le conformisme le plus bourge !

 

10 – Saint Pons la fraudeuse.

 

Tout le monde doit, selon la législation en vigueur, détenir un compteur d’eau pour son habitation. Celui-ci indique la quantité d’eau consommée et en fonction du volume, le quidam paie une taxe aux impôts. Comme partout en France… Mais dans notre village, des petits bras, des gagne-petit, des médiocres mais néanmoins nantis (ce sont souvent ceux-là les plus truqueurs) ont fait construire sur leur propriété une piscine qui n’est raccordée à aucun compteur, mais directement au réseau d’eau communal. Donc, tous les étés, lorsque ces bourgeois vident et remplissent leur bassin, c’est aux frais de la princesse, donc de la collectivité. C’est illicite et condamnable. Mais motus et bouche cousue, il vaut mieux stigmatiser le prolétariat : “Les pauvres sont des tricheurs !” (Michèle CHARRAS dans le texte, pour justifier la fermeture de la banque alimentaire saint-ponaise.) Alors, cher (encore) maire, diffamation, dites-vous ? Chiche, qu’on aille au tribunal … Mais au fait, ne possèdes-tu pas une piscine sur ta propriété de Marcouyrine, camarade ? Pouvez-vous fournir une facture ad hoc, cher ami ? Vous comprendrez que les saint-ponais aimeraient bien savoir et ils me le disent souvent ..(sic). – P.B.

 

11 – Tonton Robert, pourquoi tu ne tousses plus ?

 

 Garrigae est la boîte qui veut, voulait construire un ghetto pour riches (et confisquer l’eau aux indigènes) à Ardouane, ancien petit séminaire de Riols, avec la cupide bénédiction du maire.

Garrigae développe et gère des lieux de villégiature d’un mode nouveau. Conçus sur des valeurs de terroir, d’authenticité et d’art de vivre, les hôtels et résidences Garrigae reçoivent toute l’année vacanciers, couples et familles en week-end et séminaires d’entreprise. 50% de la clientèle est française, l’autre moitié étrangère. La clientèle régionale qui s’offre de courts séjours se fidélise petit à petit. Basé à Pézenas dans une ancienne seigneurie en pierre, cernée de vignes et d’oliviers, Miguel ESPADA, le PDG de Garrigae veut promouvoir les valeurs et le terroir du sud de la France. Garrigae gère 4 propriétés dont 2 en ouest Hérault : les jardins de Saint Benoît, maisons de famille avec spa au milieu des Corbières ; le couvent d’Hérépian, près de Roquebrun. Un cinquième établissement ouvrira à Pézenas au printemps prochain : l’ancienne distillerie de la ville réhabilitée. A plus long terme, deux propriétés seront également exploitées : un ancien domaine viticole dans le bassin de Thau et un château dans le Minervois. Le groupe emploie une centaine de personnes.

Nov. 2011 – Magazine TOP ECO de Midi Libre et CCI Béziers-St Pons.

 

La victoire en chantant, nous ouvre …

 

Dans la révolution citoyenne, la source du pouvoir est dans le peuple. Sa volonté est la seule norme qui s’impose à tous. Elle doit être en permanence active et obéie. Et non exceptionnelle et méprisée, comme c’est le cas dans le régime actuel.

La révolution n’est pas un cosmétique, ni un lifting du Vieux Monde. C’est un renversement de pouvoir. Elle le reprend à l’oligarchie, au monarque présidentiel et à l’argent roi. Elle les chasse. Elle change les institutions pour atteindre ces objectifs. Elle renverse la primauté de la finance, abolit le dogme de la “concurrence libre et non faussée”, réorganise la production et le partage des richesses. Elle décide aussi de ce que « richesse » veut dire. L’humain d’abord ! De la sorte, la révolution citoyenne est une révolution des institutions, des rapports sociaux et de la culture dominante.

Ensuite, cette révolution est « citoyenne » parce qu’il s’agit de faire non ce qui est bon pour les uns ou les autres, mais ce qui est bon pour tous en tant qu’êtres humains. En ce sens, la révolution citoyenne est républicaine. Elle doit définir quel est l’intérêt général et elle doit l’imposer par la loi et, chaque fois que nécessaire, de vive force aux intérêts particuliers. Š…‹

QU’ILS S’EN AILLENT TOUS  !

Jean-Luc MÉLENCHON

 

“OSONS ! Ce mot renferme toute la politique de notre révolution” Louis Antoine de SAINT JUST (1767-1794), acteur majeur de la Révolution Française..

“Être français, c’est être révolutionnaire.” Eric CANTONA, en réponse au minable débat sur l’identité nationale.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article

commentaires