Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 14:22

Le peuple est toujours trahi par ceux qu’il a choisis pour le représenter. Le peuple est toujours persécuté par ceux qui sont chargés de le protéger. Le peuple ne peut compter que sur lui-même.

 Georges APAP, le 2 mai 2010, préfaçant le livre “Garde à vue”

 

RÉSISTER ! RÉSISTER IMPLACABLEMENT ! RÉSISTER ! RÉSISTER !

(Jean-Luc MÉLANCHON, candidat Front de Gauche aux présidentielles.)

 

Luc CHATEL, ministre de l’Éducation Nationale, veut étiqueter les élèves de la maternelle, suite au rapport d’un funeste député de l’UMP, Jacques-Alain BENESTI. Un livret a été présenté aux inspecteurs de l’éducation. Il se dénomme : “Aide à l’évaluation des acquis en fin d’école maternelle” et est basé sur le comportement général de l’enfant à l’école. A l’issue de ce processus, les gamins seraient classés en trois catégories : “RAS” (rien à signaler), “à risque” ou “à haut risque”. Projet honteux, effrayant, qui veut normaliser des enfants de cinq ans. Pour le principal syndicat du premier degré, ce dispositif est inacceptable : “Les gamins seront enfermés dans des catégories dont tous les adultes de bon sens savent qu’elles ne peuvent avoir que des effets ravageurs sur la motivation et la capacité de grandir et d’apprendre”. En maternelle, il n’existe pas d’élève à risque. Les différences de maturité et de développement ne peuvent être regardés sous le seul prisme de la difficulté scolaire et encore moins, celui des troubles du comportement. Les apprentissages se construisent progressivement. La maternelle n’est pas une école de la compétition et du tri. Il faut absolument résister, s’insurger contre ce projet à la con ! Mais comment un père (ou une mère) peuvent-ils être d’accord avec cette monstruosité : un gosse de 5 ans fiché, répertorié, inventorié comme une boîte de conserve, pour toute sa scolarité, voire pour sa vie entière ? Faut-il ne pas avoir de cœur et la tête pleine d’étrons pour concevoir une société aussi moisie !

Pierre BLONDEAU

 

Le saviez-vous ?

 

1 – Avenue de la Gare, Saint-Pons.

Suite au dramatique accident, mi-août, d’un motard et de sa passagère, une pétition avait été élaborée par les riverains et les citoyens de la commune. Cette pétition disait : “Parce que le drame que nous connaissons actuellement aurait pu se terminer autrement, par la modification des ilôts avenue de la Gare, entre les n° 67 et 79.” En définitive, elle a recueilli 657 signatures et a été remise au député-maire MESQUIDA himself, le 21/09/2011, par une délégation de trois personnes (dont votre serviteur). Ambiance courtoise. Notre bon maire était au courant de cette pétition (difficile de ne pas la voir en faisant ses courses), car des quidams sont venus lui rendre compte (et se faire pardonner ?) qu’ils avaient signé sur l’insistance de certains et qu’ils n’avaient pu faire autrement … Bizarre, vous avez dit bizarre, mon cher cousin, mais quel esprit pervers (de Cavenac, de Marcouyrine ou de Foum-Tataouine) a bien pu faire croire aux masses populaires que ce texte était dirigé contre le conseil municipal ? Savent pas lire, les cons de Cavenac ? Peuvent pas comprendre que l’on peut avoir de la compassion sans arrière-pensées ? Triste sires …Mais notre Kléber, lui, ne mange pas de ce pain-là et a une hauteur d’esprit plus développée que la moyenne.

Il s’est engagé (croix de bois, croix de fer, si ..) à contacter un centre d’étude technique national, qui établira un diagnostic de sécurité .. Enfin une bonne initiative, qui lui permettra (faut-il le souligner pour les étourdis du fond de la salle ?) de dégager sa (propre) responsabilité. A suivre … P.B.

 

2 – Qui se sent morveux(se) se mouche !

D’aucuns, adipeux, acariâtres, prétendent que le feuillet d’opinion La Commune s’essouffle, que de deux et demi parutions par mois il s’est réduit à une seule, que les attaques sont plus émoussées .. En clair, on nous trouve mou du genou ! Mais que toutes ces bonnes âmes mesquidiennes se rassurent : nous nous ressourssons et nous nous économisons en vue de la campagne des législatives. Ce sera un grand moment ! Cinq ans en arrière, nous étions jeunes et un chouïa tendrons. Cette fois-ci, purée de nous autres, nous serons plus aguerris (et non équarris, comme cela aurait dû être le cas .. croa ..croa ..) et au niveau de la lutte (finale) ! P.B.

 

3 – Ces voisins vigilants qui vous veulent du bien ! (suite à un article du Midi Libre du 27/09/2011 : L’Hérault, département pilote du dispositif “voisins vigilants”.

Ce n’est pas étonnant lorsque l’on connaît les gonzes, vert de gris, qui dirigent le Conseil Général et qui se prétendent de gôche. Les foyers volontaires, petits blancs à longues z’oreilles (genre, par exemple, notre bon René local..) sont sensés, par leur surveillance active, prévenir les vols. En clair, ces bons apôtres, goupillon en main avant d’avoir le sabre, dénoncent anonymement leurs voisins, leurs proches, aux bleus. Ces beaux salauds, ces gars de la Marine, appellent cela une idée novatrice*, parlent de participation citoyenne et d’esprit civique (t’as raison, Jean-Marie, mais remets ton bandeau sur l’œil). La Ligue des Droits de l’Homme dénonce, elle, un “climat de délation” et nous, qui sommes moins nuancés, un “climat de collaboration”. En définitive, cette idée à la con est surtout faite pour pallier le manque criant d’effectifs de la police et de la gendarmerie (réduction forcenée des fonctionnaires, exigée par les agences de notation et la dictature financière). Ces bourricots de voisins vigilants font ce “travail” immoral gracieusement, juste pour le plaisir du vice (licence, lorsque tu nous tiens !), mais pourraient à terme être rémunérés. Le recrutement de ces vigiles – les mêmes s’appelaient autrefois miliciens et portaient un brassard – n’est, bien sûr, pas clair du tout. En attendant, pour se donner du cœur à l’ouvrage, ils peuvent toujours chanter au fond de leurs chaumières : “Maréchal, nous voilà, toi, le sauveur de la France” Š…‹, s’entraîner à marcher au pas (de l’oie), vomir le sémite et gerber le communiste. — P.B., 10/10/2011.

*- Que nenni, car en 1942, l’esprit était le même, mais les circonstances différentes et les conséquences de ces actes vils, immondes, beaucoup plus dramatiques.

 

4 – “Dans le béton, les plus cons !”, aphorisme de l’Indo. (note du plumitif : Qui ne sont pas forcément, contrairement à l’adage militaire, les Bretons).

Le MARCORY, société BTP bien et trop connue du saint-ponais refait, en cette période, la dalle béton du quai d’embarquement des ordures ménagères (cf. les anciennes La Commune) du lieu dit Le Roc, construite il y a quelques années. Impossible d’en connaître la raison :

-          dalle fissurée sur un terrain mouvant ? (résurgence de la source du Jaur en dessous ?)

-          membrane recouvrant les immondices datant de Mathusalem, déchirée ?

-          agrandissement du quai d’embarquement ?

Alors, pourquoi toutes ces cachotteries ? Il n’y a, bien sûr, aucun permis (ou panneau) de construire réglementaire à l’entrée du site. La législation en vigueur, on s’en tape, comme d’hab., puisque le député-maire nous assure l’immunité. A combien s’élèvent ces travaux ? Alors nous, on se prend à rêver : ne serait-ce pas une base de tri sélectif, qui manque cruellement au plan local ?

 

5 – Gourniou les Crottes.

Neuf (9) guirlandes posées telles quelles le long de la 612. Au mois d’octobre, cela peut surprendre, d’autant que personne à la mairie ne daigne donner la moindre explication. Que fait (s’il existe) le correspondant du Midi Libre ? Alors, on se perd en conjectures : les plus lettrés pensent que Jean-Pierre s’est emmêlé les pinceaux entre le calendrier julien et le calendrier grégorien. Quoique, même dans ce cas-là, pour prendre Noël en octobre, il faut avoir fait  une 3ème mi-temps sportive d’enfer ! D’autres disent que le bon maire a besoin de tendresse et que donc, ces lumières fluo le rassurent, le tranquillisent, comme lorsque l’on suce son pouce. Les derniers prétendent (oh, les mauvaises langues !) qu’il nous fait une crise aigue de jeunisme. Mais nous, qui sommes bienveillants par nature, pensons qu’il s’agit peut-être d’une quelconque action de soutien à une campagne contre une maladie courante. Mais pourquoi ne pas le dire ? Et pourquoi, surtout, avoir mis ces guirlandes n’importe comment, sans aucun goût décoratif ? Mais les dégoûts et les couleurs, comme disait l’autre …— 10/10/2011.

 

6 – Primaires socialistes.

Nos amis ci-après nommés se sont fendus, huit jours avant le premier tour, d’un papier de soutien intitulé : “6 raisons de voter Martine AUBRY.” En l’occurrence, les MEQUIDA, ARCAS, BOUTES, FALIP, TROPÉANO, DuPLAA et autres BADENAS, MARTINEZ, PAILLÈS. Tous petits baronnets locaux (Hauts Cantons et Biterrois). Ces pommes cumulardes n’ont pas dû lire, comme nous, la profession de foi d’AUBRY, car au point n° 6, la camarade Martine veut instaurer le non cumul des mandats et des fonctions et établir des règles de transparence, pour mettre fin aux conflits d’intérêt (ce qui serait une réelle avancée démocratique !). Mais la bougnette va être dure à digérer pour nos caciques préférés. C’est ce qui s’appelle scier la branche sur laquelle on est assis !

 

7 – Réflexion dubitative.

Au détour d’un isoloir, lors de la primaire socialiste, Kléber MESQUIDA m’a proposé en catimini, mais par écrit, d’organiser une réunion publique, à laquelle nous participerions tous les deux, en tête à tête, pour répondre aux questions que se posent les saint-ponais à notre sujet. Défi que je relève d’autant plus volontiers, qu’en 2008, avant les élections municipales, le même avait joué petit bras, en se déballonnant, au dernier moment, du même genre de rencontre qu’il avait lui-même proposée ! Mais quelles élections prépare-t-il ? Les cantonales, les municipales ? Pense-t-il m’impressionner, me faire disparaître de la scène politique locale, en me faisant enfin fermer ma gueule ? (Fantasme qui l’habite depuis 9 ans). Me croit-il si dangereux que cela pour sa prochaine campagne des législatives ? Certainement, car sa pensée est pour le moins tortueuse et absconse. Mais de traiter un adversaire face à face, publiquement, pour une fois de façon égalitaire, peut être pour lui (très) dangereux. Il a beaucoup plus à perdre que votre humble serviteur. Ce duel inattendu – s’il a lieu – nous en doutons encore, sera médiatisé, suivi de très près par la population (comme lorsque les familles vont aux arènes un dimanche après-midi. Mais qui sera le picador ?) Etant le plus jeune et le moins chevronné, j’ai donc le choix des armes. Ce sera, pour moi, le fléau d’arme. Ou alors, on peut régler la polémique à la faucille et au marteau ! Pour finir, je n’attends plus que le jour de la joute, du combat. L’heure étant, bien entendu, six heures du matin, pour se rendre, avec deux témoins, sur le pré (métaphore). Le 17/10/2011 – P.B.

 

 

8 – A L’arrache.


Normal

Le 20 septembre, à Marseille, Serge Partouche, un autiste de 48 ans, est ceinturé, jeté au sol, menotté dans le dos et .. mort. Ce n’est pas la première fois que la méthode de la clé d’étranglement – condamnée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme – fait ses preuves : Sydney Mamoka (Tourcoing, 1998), Lamine Dieng (Paris, 2007), Hakim Ajimi (Grasse, 2008), Ali Ziri (Aubervilliers, juin 2009), Mohamed Boukrourou (Valentigney, 2009), et Hakim Gjelassi (Lille, 2009). Alors, si un condé vous plaque au sol en vous étranglant tandis que son collègue vous comprime la cage thoracique en appuyant son genou entre les omoplates et tire vos bras en arrière pour vous menotter, pas de panique : vous êtes juste l’objet d’une bavure policière. 

Pas sympa

Ils ne sont pas contents, les flics, leurs syndicats et leur ministre. Voilà que depuis quelques mois, le site Copwatch Nord-Paris IDF publie ignominieusement des portraits de pandores, certains en train de boire des bières, avec signalement et adresses à l’appui. C’est le monde à l’envers. Ficher et photographier sans vergogne, c’est leur boulot à eux ! Si ces nobles fonctionnaires ne veulent pas voir leur nom à eux ailleurs qu’en haut de leur fiche de paie, s’ils s’habillent “en civil”, changent de fringues pour rentrer chez eux et agissent si souvent le visage dissimulé par des cagoules, c’est évidemment parce qu’ils ne sont pas très fiers de leur boulot. Pas la peine de rajouter une couche à leur souffrance !

Journal CQFD, n° 93 d’octobre 2011

 

9 – Eolien. (Pour les pois chiches, à lire au deuxième degré.)

Deuxième gisement éolien d’Europe avec ses plaines, ses collines et ses côtes ventées, la France reste empêtrée dans des réglementations tatillonnes et des recours abusifs contre les éoliennes, se plaignent les industriels du secteur :“On ne tiendra pas le rythme du Grenelle” à cause d’un “empilement des procédures” et de la multiplication des recours. Midi Libre du 19/10/2011. C’est vrai, c’est quand même couillon de ne pas pouvoir saccager les paysages, bousiller le biotope, foutre en l’air la vie des indigènes et se gaver financièrement sur le dos des populations rurales sans devoir affronter des enquêtes publiques (bidon, mais qui existent quand même) et quelques gueux (ses) au détour d’un col (Fontfroide par exemple) ou d’un village paumé (Ferrières-Poussarou, autre point de fixation local).

Mais que fait la police de SARKOZY ? Même avec la complicité des élus pseudo socialos, elle n’arrive pas à réduire en bouillie une poignée de grelotteux (ses). Vive la dictature du capital !

 

10 – Trafalgar à l’hôpital de Saint-Pons. (dernière minute, le 20/10/2011)

Force Ouvrière, majoritaire depuis des marées a, suite aux élections syndicales de ce jour, pris l’eau. Sa coque était vermoulue. La CFDT a fait une percée. Notre Jojo CÈBE est tombé de sa couchette de 1ère classe et, de rage, a bouffé son pompon. Le laisseront-ils (l’équipage) retourner roupiller après ce coup de tabac et pourra-t-il écoper avec ses petits bras musclés ? Ou vont-ils lui arracher son débardeur ? Il va falloir qu’il sorte plus souvent sur le pont  .. et couvert ! A suivre ..

 

11 – Vient de sortir.

Une doyenne de la route de Castres : Pierre, que pensez-vous du livre “Si St Pons m’était conté” ? Un bel ouvrage de compilation, mais qui aura toute sa place dans nos bibliothèques.  Un peu cher (22 €) pour les bourses des gens du pays, mais à priori c’est un bouquin à but commercial, produit pour les estrangers et qui ne s’inscrit pas dans une démarche caritative.. (Tout le monde ne s’appelle pas VÉZINHET). Il faudra que Marco (Marc SOULIGNAC en est l’auteur) fasse une suite : les personnages qui font (ou plutôt défont) aujourd’hui St Pons : les MESQUIDA, CABROL, CHARRAS, CÈBE …— P.B.

 

P

 

Attention !  Les OGM reviennent aujourd’hui, mais  déguisés !

 

La campagne de propagande pour imposer aux paysans et aux consommateurs les variétés de tournesol tolérantes à un herbicide, sous prétexte de lutte contre l’ambroisie, continue. Cette campagne est orchestrée par les multinationales de la semence avec le soutien d’hommes politiques, des pouvoirs publics, du CETIOM (Centre Technique Interprofessionnel des Oléagineux et du Chanvre), de certaines organisations agricoles et de coopératives.

Il faut rappeler que ces variétés sont des OGM selon la définition de la directive européenne 2001-18, et que cette même directive les exclut de son champ d’application, et donc de la réglementation sur les OGM : évaluation, traçabilité, étiquetage. Ils posent pourtant les mêmes problèmes que les OGM obtenus par transgénèse : impacts sur la santé et l’environnement, contaminations, confiscation du vivant et dépendance accrue des paysans. Les actions de fauchage d’août 2011 ont permis de mettre en lumière médiatiquement la triste réalité de cette supercherie.

Par ailleurs nous dénonçons la volonté des semenciers de ne pas informer les paysans producteurs de tournesol sur la vraie nature de ce tournesol, ces semences étant étiquetées comme issues de “sélection classique”.

Face au rouleau compresseur des firmes semencières soutenues par les pouvoirs publics, et au détriment du bien commun, nous continuerons d’agir pour le droit et la liberté de produire et de consommer sans OGM.

 

Collectif  Anti OGM  Narbonnais – Contact et renseignements : 04 68 93 62 86.

 

 

 

À nos chers camarades élus qui ont des problèmes de santé

(comme tout à chacun de notre génération)

 

Pour notre Kléber : les yeux fatigués.

Lorsque le soir, après une journée de dur labeur dans les champs (note du plumitif : ou à la sortie d’une cave coop.) Mémé avait les yeux gonflés, elle s’appliquait,juste avant de se coucher deux rondelles de pomme de terre crue, qu’elle laissait quelques minutes. Une infusion forte de camomille repose aussi les yeux fatigués et irrités.

 

Pour notre  Robi de Riols, vous avez les jambes lourdes. Mémé mettait dans un récipient 80 millilitres d’huile végétale d’amande douce, 2 millilitres d’huile essentielle de citron et mélangeait bien le tout. Puis elle se lavait les jambes à l’eau froide et après les avoir séchées, elle se massait avec cette préparation.

 

Pour notre J-P. R. (j’y peux rien) de Courniou : pour le foie fragile. Lorsque Mémé avait mal au foie, elle buvait du vin au radis noir. En voici la recette : lavez bien, sans ôter sa peau, un gros radis noir et râpez-le à l’aide d’une râpe à fromage. Mettez cette purée à macérer pendant quinze jours dans un litre de très bon vin sec. Ensuite, filtrez le vin et conservez-le dans une bouteille hermétique. À jeun, tous les matins, buvez le contenu d’un verre de cette potion et faites une cure de trois bouteilles au minimum (nom d’une crotte, il va péter la santé, notre Jean-Pierre !)

Les trucs et astuces de Mémé. L’almanach du tourangeau. 2012.

 

 

Pour information.

 

Vendredi 4 novembre 2011, à 18 heures 30,

salle polyvalente de Saint Étienne d’Albagnan,

assemblée générale de l’association HURLEVENT.

Celle-ci appelle à la mobilisation générale,

face au nouveau projet d’EDF Énergies Nouvelles sur les Avant-Monts.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article

commentaires