Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 18:57

Charlie BAUER, truand, ex-équipier de Jacques MESRINE, mort le 7 août à 68 ans.

Engagé à l’extrême gauche, il a passé vingt ans de sa vie en prison et a toujours milité contre le système carcéral :

« Je suis un très mauvais père et mari. Je n’ai qu’une femme, c’est la révolution, mais putain, ce qu’elle baise bien ! » Journal Marianne.

 

 

SOLIDARITÉ DES PEUPLES CONTRE L’ÉGOÏSME DES OPRESSEURS DU VENT :

à ceusses de ma classe sociale !

 

Du vent, du sexe et de la sueur, du sang de la fête et de la peur, des partisans dans ma tête qui s’arrachent à la douleur, que croyez-vous je suis comme vous, mes refrains ne changent pas tout, y’a pas grand monde dans le train, y’a grand monde sur le chemin, pas beaucoup d’ombres dans le lointain, les cœurs qui grondent des outils plein les mains, ont disparu des imageries, c’est trop ringard toutes ces conneries, mais j’aime encore y croire, je me fais juste mon petit grand soir, travail famille sarkozy, c’est la compassion pour les nantis, mais si t’as rien à offrir prépare-toi à souffrir, au rendez-vous du medef au fond d’un trou, il a des planches et même des clous, T’as intérêt à tenir debout, car si demain tu sers à rien, on va te jeter comme un chien, pour que tu puisses une fois dans la rue, épouvantail aux mains tendues, effrayer le salarié fermer sa gueule et pas bouger, un soir dans le vent je rejoindrai, les partisans de ceux qui ont de l’amour pour la vie, un soir dans la nuit il suffira, d’un instant pour comprendre la force d’être unis.

Paroles de Manu SOLO.

 

Un train de la honte a été affrété, fin août 2011, en Seine Saint Denis, par la préfecture de ce département, avec la complicité de la RATP, pour évacuer 150 Bulgares et Roumains. Un train « plombé », réservé à nos pauvres frères et sœurs de misère. Le sinistre ministre de l’Intérieur a eu l’outrecuidance de dire que ces ressortissants européens “sont montés volontairement à bord de la rame”. Dans la joie et la bonne humeur, avec des G.O. en bleus et casques .. Comme en 1942 ! Oui, Cécile DUFLOT a raison : “Cette opération rappelle les heures les plus sombres de notre histoire” Et de le dénoncer haut et fort, ce n’est pas un “amalgame odieux”, cher Claude GUÉANT, mais un devoir républicain sacré, une ode à la liberté, un hymne à la fraternité, la posture d’un être debout. Mais peux-tu comprendre cette dialectique altruiste, cette fierté collectiviste, cette philosophie humaniste ? Enfermé dans une tour d’ivoire, parisienne de surcroît, ce quelconque ministre se rêve en César, alors qu’il n’est que l’esclave qui porte la couronne de lauriers… Et il ferait bien de se souvenir qu’il est mortel, comme tout à chacun. “Vanité des vanités, tout n’est que vanité”. Au final, quel type de société les masses populaires, le peuple souverain veulent-ils pour eux, pour leurs enfants ? Une société inégalitaire ou un racisme d’état (une fois, on stigmatise les comoriens de Marseille, une autre fois, on vomit sur la jeunesse rom), régenté par la loi du plus fort, celle de la jungle ou une “internationale socialiste” ? C’est là la seule question que devraient se poser les “gens de pouvoir”, nos pseudo représentants de la Nation.

Pierre BLONDEAU.

 

 

Le saviez-vous ?

 

1 – Ça craint !

 

Le germe de la bactérie klebsiella pneumoniæ, résistant aux antibiotiques, a été identifié dans un hôpital de l’Essonne. Contrairement aux dires de certaines mauvaises langues, la souche de cette malfaisante maladie n’est pas originaire de Saint-Pons (quoique, quoique !)

 

 

2 – Les peuples résistent, leur résistance est nôtre.

 

 La perspective est dans le communisme ! Communistes, nous affirmons qu’il faut répartir autrement les pouvoirs. Faire exploser, modifier radicalement les institutions nationales et européennes ! Les pauvres, les exploités ont droit à la parole. Nous sommes le nombre, nous pouvons conquérir les pouvoirs. Aucun calendrier n’est inscrit à priori dans le marbre. Nous vous proposons de tout bousculer : accompagnement du capitalisme, résignation à des pseudo solutions électorales, chômage, pauvreté, guerres coloniales partout dans le monde, violences des exploiteurs Š…‹.

Fête de la Plantade du PCF Béziers – 03 et 04 septembre 2011.

 

 

 

3 – VEZINHET (président du Conseil Général 34), plus turlupin que lui tu meurs … ou alors, tu t’appelles MESQUIDA !

 

Midi Libre du 08/09/2011. AUBRY : à chacun son cirque. Modeste analyse d’un article à la con.

 

-   L’oncle Dédé (A.V.) compare GUÉRINI ET NAVARRO. Pourquoi pas ? Mais il fut un temps pas si lointain où les deux compères (en sus de notre Kléber)  étaient comme cul et chemise. À cette époque, nous, nous dénoncions déjà ces bandes de copains-coquins qui mettaient en coupe réglée la douce France.

 

-   “Martine AUBRY n’a pas gagné au congrès de Reims grâce au vote des militants des Bouches du Rhône, puisqu’ils ont voté à 70% pour ROYAL”,déclame VEZINHET. Comme ceux de l’Hérault, cher camarade. Et de surcroît, AUBRY n’a rien gagné du tout au congrès de Reims, puisqu’il a été prouvé qu’elle a volé la victoire à ROYAL. Nous on s’en fout, mais c’est pour remettre l’église au milieu du village, comme dirait notre pote Alsaco.

 

-   “Mais c’est vrai qu’il y a des choses étonnantes, comme acquérir des espaces naturels sensibles pour en faire, finalement, une zone de stockage des ordures”, reproche fait à son homologue de Marseille. Et lorsque ton cheval d’orgueil MESQUIDA portait le projet Tanarès / Sita-Suez, avec la bénédiction des frères de la côte, cela ne te dérangeait pas beaucoup, cher social démocrate ! Ta fibre écologiste était moins titillée …

 

-   “Mon soutien pour AUBRY a eu un effet d’entraînement, mais je jure sur mon honneur que tous ont eu une totale liberté d’opter pour tel ou tel” insiste VÉZINHET, suite à la critique d’un autre socialiste, qui déplorait les ralliements “pitoyables” de certains conseillers généraux héraultais à la “cause” AUBRY. D’abord, depuis MACHIAVEL, on sait tous que les serments n’engagent que ceux qui y croient et il serait aussi de bon ton de définir l’honneur. Car nous pensons que nous n’avons pas la même dialectique que toi, cher président .. Et comme dirait Jean-Claude GAUDIN, sénateur-maire UMP de Marseille : “Ici, dans le sud, ça sent pas la rose.” L’UMP non plus, d’ailleurs !

 

4 – Alter-énergie.

 

La réorientation de la convention de Lézan (Gard, 26-28 août), un temps prévue sur le gaz de schiste, a été bénéfique,. C’est sur l’ensemble de la “transition énergétique” qu’ont planché quelque 15000 militants. Comment sortir à la fois du nucléaire et des énergies carbonées, tout en préparant une société de la sobriété énergétique ? Au bout, un “appel”* de Lézan pour une convergence énergétique qui dessine un intéressant rapprochement entre les revendications des objecteurs de croissance, des militants des énergies renouvelables, des altermondialistes et des opposants au gaz de schiste, au dérèglement climatique ou au nucléaire.

* www.convergenceenergetique.org

 

5 – MESQUIDA ne passera pas les plats.

 

 Midi Libre du 10 septembre. Rififi chez les aubristes héraultais et tronches de cave, lors du repas socialo du même jour à Béziers, en l’honneur de DELANOË, maire de Paris et cacique du parti de la rose (il faudra consoler JAURÈS). Alain BARRAU, has been et ex-maire (de Béziers) veut qu’une femme soit élue (ce serait la moindre des choses !) et donc, qu’elle se présente aux législatives dans la 5ème circonscription. La nôtre. D’où, la haine de notre Kléberou, qui veut se la garder pour encore sept générations.. L’idée, même si elle vient d’un ahuri, est (bien) bonne. Cela donnerait de l’air, même rose, dans les Hauts Cantons. Mais le rédacteur de l’article a commis une faute d’appréciation : “5eme circonscription  réputée imprenable par la droite.” T’as raison, mon neveu, mais c’est déjà la droite qui règne sur l’ouest de l’ouest. La droite dure, la populaire (en preuve ses copains-frangins : ABOUD à Béziers, CARAYON du Tarn ..), celle qui est pour les bienfaits de la colonisation, celle qui fait élire COUDERC sénateur, celle des MIL combattants. Encore un journaliste qui a été victime d’une publicité mensongère ou de l’habit qui fait le moine. Non, MESQUIDA, même s’il est encarté au PS, fait sur le terrain une politique de droite, brutale, triviale, bestiale. Cf. les derniers 198 numéros de cette gazette.  Et comme disait mon ami TIFFANEL : “On lui demande pas d’être communiste libertaire ; il serait socialiste, ce ne serait déjà pas si mal !P. B.

 

 

 

 

6 – Ne BOUDET pas l’hôpital !

 

 Le politburo de l’hôpital et de la maison de retraite a enfin fait couper les arbres qui étaient une menace réelle, en cas de feu, à moins de 10 mètres des premières chambres des anciens. BOUDET et sa coterie avaient pourtant juré qu’il n’y avait aucun lézard et qu’en aucun cas, ils “nettoieraient devant leur porte”. Mais malgré leur ego froissé, leur susceptibilité violentée, ils se sont platement exécutés, suite à un article dans ce même feuillet d’opinion. Leur responsabilité était engagée (personnellement) et ça, au tribunal, ça ne pardonne pas. Pour sauver la face, ils ont laissé en place une petite dizaine d’arbres (qu’il faudra bien débiter un jour) parmi tous les autres abattus. La petite baraque, prise dans la végétation, a elle aussi été dégagée. Les normes de sécurité sont maintenant (presque) respectées. En somme, que du bonheur ! Alors, merci qui ?

 

7 – Cumul de confiance, qu’il disait !

 

Que dalle, c’est tout ton barnum qui s’écroule, camarade député ! Midi Libre du 15/09/2011. Philippe VIDAL, conseiller général socialo de Cazouls et Elie ABOUD, député réactionnaire, ami de notre Kléber (qui se ressemble, s’assemble) sont allés main dans la main voir le ministère de l’Intérieur pour contrer un projet de MESQUIDA : implantation d’une gendarmerie à Nissan les Ensérune laquelle, en définitive, sera implantée à Cazouls. En clair, les jeux sont faits et rien ne va plus pour notre autocrate préféré. En outre, une histoire, le même jour, dans le même journal, à Magalas. Il y a des jours comme ça, où il vaudrait mieux qu’il reste couché, not’ bon maître !

 

8 – Lorsque le capital a rendez-vous avec le prolétariat.

 

 Quelques bourgeois du grand biterrois (les entrepreneurs en mouvement, dissidence du Medef), autistes et bouffis de leur égoïsme crasseux, avaient organisé une visite d’entreprise chez Carayon, le 15/09/2011 à 18 heures, avec glouche pour faire roucouler les pigeons saint-ponais. Cerise sur le gâteau, les deux intervenants qu devaient vanter l’économie locale étaient Robert TAILHADES (ci-devant maire de Riols) et Kléber MESQUIDA (que l’on ose plus présenter !) Pas les mieux placés pour cette tâche, loin s’en faut, quand on connaît l’historique perso des deux bonhommes. La troïka infernale CARAYON/TAILHADES/MESQUIDA rappelle de bien mauvais souvenirs aux plus anciens des militans : l’épopée (PA)TANARÈS et un de ses dommages collatéraux, l’affaire à la con du Corbeau. Donc, pour répondre à cette odieuse provocation, une poignée d’indignés alla a l’heure dite à l’entrée de la carrière faire des risettes aux invités et distribuer des tracts contre l’éolien industriel. Car notre combat, depuis 2002, est toujours le même : la défense du païs contre les cupides à poils durs et leurs valets locaux. MESQUIDA est arrivé en trombe en Mercedès noire et vitres fumées à 17 heures 30. Pas de bol pour sa pomme, nous étions déjà là. Quant à TAILHADES, il n’est pas venu. Aurait-il eu un accident de brouette dans son jardin ou avait-il le rouge de la honte au front et la paille ( de l’horticulteur) au c… ? -  P.B.

 

 

 

 

Le livre de la rentrée.

 

Le capitalisme, c’est le vol !  de Jacques LANGLOIS.

 

Manuel d’économie relatif à la réalité du capitalisme d’hier et d’aujourd’hui. Ed. Les Éditions Libertaires. – 15 €.

En paraphrasant JAURÈS, l’essai dit que le capitalisme porte la crise “comme l’orage la nuée” et prouve que le discours des hautes sphères des pouvoirs n’est qu’un mensonge.

 

 

 

Le journal mensuel qui va bien.

 

Le combat syndicaliste,

 

organe de presse de la Confédération Nationale du Travail (CNT 31 – 18, avenue de la Gloire – 31500 Toulouse) ou chez les bons marchands de journaux, au prix unitaire de 2 €.

Quelques titres sympathiques : Flambe, capitalisme ! Flambe ! – Nous ne paierons rien ! – L’heure est venue de bâtir un autre futur, un futur sans exploitation, un futur sans domination, un futur émancipé pour des hommes et des femmes libres et égaux. – L’augmentation du coût de nos vies, c’est l’augmentation de leurs profits. – Répartition égalitaire des richesses et du temps de travail.

 

 

 

 

Sécheresse et famines

 

 

Pendant que nous nous inquiétons ( à juste titre ) de la rareté des pluies dans nos contrées, la corne de l’Afrique subit la plus dure des sécheresses de ces soixante dernières années. Il semble évident que de graves famines vont s’abattre sur les populations les plus vulnérables de ces régions (d’autant que les marchés financiers ne manqueront pas de raffinement pour spéculer sur les denrées alimentaires).

http://latermondialiste.revolublog.com

 

 

 

 

La Révolution d’Octobre

 

Il faut d’abord remercier le camarade Sarkozy.

Avec ses mensonges et son arrogance, c’est lui qui a réussi à réveiller et à soulever profondément la France en octobre 2010. Voilà des décennies qu’on avait pas vécu un tel élan populaire contre la domination des riches.

Mais soyons juste, il n’est pas seul. Il n’est qu’un exécutant de l’oligarchie qui partout aujourd’hui, au nom de la crise, force les peuples à payer les orgies planétaires des banquiers et des rentiers. Destruction des services publics, de la Sécurité Sociale, des emplois, de la santé, de l’éducation…

Certes, Nicolas Sarkozy a réussi à faire passer en force sa réforme des retraites. Mais en force. C’est comme un joueur de foot qui marquerait un but avec un revolver à la main. Le mérite du mouvement d’octobre 2010, c’est d’avoir mis en évidence toute la violence de ce pouvoir. Violence du refus de tout dialogue, violence policière, violence de l’appareil médiatique.

Une victoire par la violence mais une défaite morale et une défaite politique. Au moins sept fois de suite, en moyenne 2 millions de Français sont descendus joyeusement dans la rue. Jusque dans les petites villes, on s’est mobilisé pour des raisons et des horizons bien plus vastes que l’âge de la retraite. Les manifs d’octobre en France annonçaient le mouvement du printemps en Espagne, en Grèce comme au Portugal.

Les salariés des dépôts pétroliers et des raffineries ont été en pointe. La lutte des salariés de Total, à Grandpuits, a été la proie de l’effervescence médiatique. Des millions de mots et d’images mais comme de la mousse aussitôt envolée. Rien de nouveau, les médias sont là pour faire oublier.

 

En octobre 2010, les Français sont remontés un instant sur la scène de leur histoire et ils ne sont pas prêts de l’oublier. Pas prêts d’oublier la jubilation de la lutte, pas prêts d’oublier le goût de la dignité retrouvée, pas prêts d’oublier les battements des cœurs solitaires.

Daniel MERMET – 20 juin 2011,

animateur de l’émission “Là-bas si j’y suis” sur France Inter, de 15h. à 16h. en semaine.

 

 

MOBILISATION INTERSYNDICALE LE 11 OCTOBRE 2011,

 

Se souvenir des paroles de Victor Hugo : “La populace ne peut faire que des émeutes. Pour faire une révolution, il faut le peuple.

 

http://la-commune.over-blog.com

contact : lacigale.stpons@gmail.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article

commentaires