Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 17:37

« Elections, pièges à cons », comme disait, à juste titre, un bouffon, petit-bourgeois de feu notre jeunesse.

 

                           REQUIEM POUR DEUX TROMPETTES

Arcas, du canton d’Olargues, réélu au premier tour avec la complicité de l’UMP qui n’a pas présenté de candidat contre lui. Retour d’ascenseur, car il avait, avec ses « copains/frangins », fait élire COUDERC sénateur…


Arcas réélu malgré ses projets désastreux pour le païs. Arcas réélu grâce à une forte abstention.
Arcas réélu en dépit d’attitudes agressives vis-à-vis des maires de la communauté de communes.
Arcas réélu grâce à la complicité d’Europe Ecologie (un accord de désistement systématique avait été signé, au cas où, au niveau départemental, sans en informer, comme de bien entendu, les électeurs…)
Arcas réélu, certes, mais plus fragile que jamais, car il ne pourra pas bouger une oreille sans que nous intervenions, lui qui va être président du Parc Naturel.

 

Quant à nous, « Tous ensemble à gauche citoyens », nous sommes fiers d’au moins une chose : d’avoir coiffé sur le poteau les forces réactionnaires du Front National. Car le cas est malheureusement suffisamment rare pour le signaler et en tirer gloire.


TROPEANO, du canton de Saint-Chinian, en ballottage, non pas face à un sarkozyste (là aussi, un accord éhonté avec COUDERC a été conclu), mais en duel avec un de ses camarades (genre Capes Noires), le bon AFFRE, maire de Cébazan, ami de quarante ans de Mesquida. Pour la petite histoire, les deux couples (Mesquida et Affre) passent leurs vacances ensemble. Ce qui leur droit le plus absolu, mais qui est révélateur…

Mesquida, officiellement, soutient Tropéano, comme la corde soutient le pendu, mais il n’est pas possible que le triste motard de Cébazan ait pu se présenter sans l’aval de Mesquida..
Tropéano sera réélu, mais ses « chers amis » lui auront collé un « carton jaune ». D’aucuns au sein du PS lui tiennent grief de s’être trop rapproché de Bourquin depuis le décès de Jojo 1er, et donc d’avoir pris des distances vis-à-vis de la majorité départementale…
De ce fait, le message qui lui est adressé (à lui et aux autres) est clair : tout dérapage sera sévèrement sanctionné ! Pas une tête ne doit dépasser des rangs… mesquidiens. Et comme disait un despote oriental : « Qu’ils me haïssent pourvu qu’ils me craignent. »
Au niveau national, le danger, la montée de la réaction sont plus qu’alarmants. Le PS n’est, ne sera en rien un rempart contre les UMP/FN/Verts de Gris. Groupons nous en un front rouge et demain, l’Internationale sera le genre humain !
Prolétariat, foule esclave, debout ! debout !


Pierre Blondeau


Et pour la route, deux rigolotes, pour enfin se désopiler dans ce monde d’enfoirés.


1) Le bon Jean-Pierre, maire baroque et navrant de Courniou-les-Grottes, à la fin de janvier, a cherché désespérément une étrave pour équiper un véhicule afin de déneiger les petites rues de son village. C’est sûr que s’il avait plutôt fourragé pour trouver une enclume, il n’aurait eu que l’embarras du choix dans son entourage.


2) Kléber Mesquida, dans le Midi Libre du 16 mars 2011, a réagi au classement des députés publié dans le magazine Lyon Capitale.
Sa place (présence à l’Assemblée) est lamentable, comme toutes les années depuis sa première élection en 2002. Pour 2010, c’est 441ème sur 577. D’ailleurs, comme il a disparu du Landernau Saint-Ponais et qu’il sèche le Palais Bourbon, nous souhaiterions savoir ce qu’il fait réellement… Car, malgré cela, il se gave toujours autant des indemnités attribuées par le peuple souverain et laborieux. Le bonhomme, sans vergogne, déclame : « Je suis pour un mandat de député avec un petit mandat local limité dans la taille. » Manque pas de souffle, notre autocrate à nous ! Se rappeler l’excellente pochade le représentant avec 18 casquettes. Même le journaliste du Midi Libre lui taille un costard sur le sujet. C’est dire que le gonze est (re)connu…

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article

commentaires