Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 11:04

 

 

 

Créer, c’est Résister ; Résister, c’est Créer – Stéphane HESSEL.

 

 

BOURREAUX STUPIDES !

VOTRE “ORDRE“ REPOSE SUR LE SABLE.

 

LA RÉVOLUTION

SE DRESSERA DEMAIN

DANS TOUTE SA PUISSANCE,

AVEC FRACAS, ET À VOTRE TERREUR,

ELLE ANNONCERA ET RÉSONNERA :

 

J’ÉTAIS, JE SUIS, JE SERAI !

Rosa Luxembourg

 

 

D’aucuns de nos camarades déconfits, voire résignés, suite aux évènements mondiaux se déroulant à une vitesse folle, se réfugient dans une certaine passivité et dans un nombrilisme protecteur. Mais nous vivons une époque certes instable, incertaine, imprévisible, mais pleine de promesses. L’avenir sera ce que nous en ferons. Haut les cœurs, le prolétariat doit prendre son destin en main ! La partie n’est pas jouée d’avance, mais nous disposons d’un atout formidable : le nombre. Groupons-nous et demain le capitalisme – comme une bête malfaisante, une tumeur maligne – sera éradiqué… Un autre monde est possible …

Pierre BLONDEAU.

 

 

 

Le saviez-vous ?

 

1 – Les risques du photovoltaïque et de l’éolien (industriels).

 

“Ils génèrent des risques nouveaux pour les pompiers appelés à intervenir en cas de sinistre“- Midi Libre du 20 avril 2011. Le capitaine CORREARD est spécialiste au service départemental d’incendie et de secours (34) sur la réglementation et la lutte contre les incendies sur le photovoltaïque et l’éolien. Le bonhomme met ses collègues en garde contre les émanations toujours possibles de phosphore et de bore… Dernièrement, lors d’une réunion, les sous-officiers et officiers du Grand Saint-Ponais ont été très attentifs aux propos de ce capitaine (dixit Midi Libre).

Nous avons la faiblesse de croire que le chef de corps des pompiers de Saint-Pons saura faire prendre conscience à son camarade, président de la Communauté de Communes, de sa connerie. Lui, qui est farouchement pour l’éolien industriel !

 

2 – Philippique prolétarienne.

 

“Un bon élu est celui qui garde sa capacité de révolte” – Henri CABANEL, vice-président du Conseil Général pour le canton de Servian. (Magazine de l’Hérault n° 201).. Eh bien, au risque de (lui) faire un procès d’intention, nous sommes persuadés que ce hardi Riton raconte des carabistouilles. Quelles révoltes ? Quelles résistances ? Sur quels dossiers ? Vis à vis de quoi, en général , peut-on se targuer d’insoumission, d’audace, lorsque l’on est sous la botte des MESQUIDA/VEZINHET ? Et copain-frangin avec ces deux autocrates, petits socialos d’opérette de facade et vert-de-gris de cœur ? C’est ce genre de posture qui écœure les citoyens et ne donne pas confiance en l’élu. Ce matamore gagnerait à retrouver la modestie , valeur cardinale de son milieu d’origine… : la campagne. 20 avril 2011. P.B.

 

 

 

3 – La caque sent toujours le hareng (maxime populaire).

 

Notre bon Hubert, et nonobstant maire de Prémian, a encore sévi, en donnant à ses administrés une grande leçon de démocratie. Lors du dernier conseil municipal, quatre conseillers ont voté “non” (fait exceptionnel, qu’il faut marquer d’une pierre blanche) à un point de l’ordre du jour, proposé par le bourgmestre local. La raison ne nous intéresse pas, c’est le geste qui nous réjouit. Les intéressés doivent vraiment en avoir ras la casquette de l’estimable BARTHÈS, pour se rebeller et se mettre debout (comme disait Lætitia, mère de celui qui avait la paille au nez …pourvu que ça dourre ..).

Le camarade Hubert, revigoré par la réélection (conseiller général) de son mentor, l’immobile Jean ARCAS, a eu le sang qui n’a fait qu’un tour. Il est allé voir les félons, chez eux, les a tancés, sermonnés, admonestés. Nom de Dieu, c’est qui le chef ? C’est pas la chienlit ici, comme à Saint-Pons ! Un conseiller municipal ne va quand même pas avoir un avis perso ? Attention aux têtes qui dépassent ! Un grand républicain, ce petit timonier de la rive gauche du Jaur ! Même dans nos délires les plus fous, on ne pensait pas que ce genre d’élu pouvait exister ! Il va finir par faire passer notre autocrate à nous, le charmant Kléber, pour un joueur au petit bras !

 

4 – Attention et vigilance.

 

Dernièrement, en conseil, l’équipe municipale de Riols a examiné un sujet ultra sensible : le gaz de schiste. Ce qui est curieux, c’est qu’il soit impossible de connaître la teneur des propos échangés. Motus et bouche cousue ! Même sur le procès-verbal, il est simplement, seulement et sèchement indiqué : Délibération gaz de schiste. Mais la ficelle est trop grosse. Le rombier TAILHADES, malin, pense entretenir le suspense, mais nous savons qu’il lui est impossible de se prononcer “pour”, même si, par cupidité latente, il en soit tout à fait capable. Mais s’il lui venait l’idée de prendre le risque de mettre son directeur de conscience, le bon Kléber, en difficulté juste avant la campagne des législatives, ce serait vraiment une grosse connerie politique. Car sans être grand clerc ou Madame Soleil, nous prédisons du ramdam,du charivari, ou de la jacquerie… Et après les projets avortés (grâce au peuple et contre les municipalités foireuses) du CSDU, des éoliennes, du ghetto pour riches, des spéculations foncières, il faut quand même être circonspect. Car tous ces beaux muscadins, pour une poignée de figues, un plat de lentilles, sont prêts à vendre le païs et leurs droits d’aînesse.

 

5 – Manifestation du 1er mai.

 

Le saint-ponais était (et brillamment) représenté au défilé de la fête du Travail de Montpellier. Un millier de militants, très motivés, une délégation du PS avec drapeaux – comme les colchiques dans les prés – ils fleurissent, fleurissent, non pas à la fin de l’été (quoique ce serait plutôt leur crépuscule), mais avant les prochaines présidentielles. Or nos caciques préférés (les NAVARRO, MESQUIDA, VEZINHET, ALLIÈS …) n’étaient pas là. Dommage, nous qui avions moult méditations à leur soumettre.

 

6 – Cause toujours, tu m’intéresses !

 

Jojo CÈBE, représentant la municipalité lors de la cérémonie de la Journée des Déportés 2011 : “Rester ferme dans la défense des valeurs de liberté, de démocratie, de tolérance, ne jamais oublier que le monde se construit par la force de l’espoir et par la générosité des hommes, et non par la force des dictatures”… Notre bon camarade a-t-il vraiment conscience du sens des idées fortes que véhicule ce message ? Nous l’invitons à relire posément la déclaration ci-dessus, à peser chaque mot de cette citation et à s’interroger sur l’application locale de ces nobles idéaux. Autrement, il n’est et ne sera toujours, comme beaucoup d’autres, qu’un perroquet écervelé. – P.B.

 

7 – La chute d’un (tout petit) dieu !

 

Élie ABOUD, prophète des pieds noirs – Midi Libre du 3 mai 2011. Purée de nous autres ! Cette fois-ci le (MIL) combattant ABOUD, pour mémoire d’origine levantine et non citoyen de la nation qui s’étendait en son temps de Dunkerque à Tamanrasset, a fini par définitivement éclipser MESQUIDA dans le cœur des rapatriés. Pauvre Kléber ! Il organise bien, pôvre, un méchoui le week-end du 1er mai, en compagnie de quelques nostalgiques du “Il est bon comme là-bas, dis !”, mais le ressort est cassé. Son drame, à Kléber – et c’est jubilatoire de dire cela – c’est qu’il n’est pas suffisamment affiché à droite. Même ses frères colons du Tell et d’ailleurs – en gros, ceux qui s’opposent farouchement (doux euphémisme) aux accords d’Evian – le classent dans la gauche molle. Alors que … Alors que ABOUD sent bon le sable chaud et le vert de gris. Et surtout lui, gonflé comme un têtard, il le revendique. – P.B.

 

8 - Procès-verbal du conseil municipal du 4 février 2011.

 

Idée à la noix, la vente du bâtiment d’Ardouane, appartenant à la Communauté de Communes du pays saint-ponais, pour la mise en œuvre d’un projet d’hébergement touristique, a été annoncé ce jour-là. Ghetto pour riches. Et la concertation prônée avec la population locale ? Et qui va enfin répondre aux questions précises et légitimes des habitants (provenance de l’eau).

Et Georges CÈBE qui se targuait (article 6) au monument aux Morts :“des valeurs de liberté, de démocratie, de tolérance …”. Mais comment font-ils pour se comporter d’une manière aussi vile ?

 

9 – Procès-verbal du conseil municipal du 24 mars 2011.

 

Demandes de subventions. Pour cela, ils sont forts, les bougres.

a / - Le maire demande au conseil général (c’est à dire à lui-même, le dossier ira plus vite !) la somme HT de 1 760 000 € (N’y a-t-il pas une coquille dans le chiffre annoncé ? Ne serait-ce pas plutôt 176 000 €, ce qui est déjà chaud !) pour reconstruire les chemins. Celui de l’arrière de la maison de retraite, par exemple ? Faute à imputer à ceux qui ont placé des bâtiments dans l’ancien lit d’un rû … Mais le bon peuple va encore raquer ; n’est-il pas d’ailleurs fait pour cela, camarades de la sociale-démocratie ?

b / - Une deuxième tranche de travaux va être lancée pour agrandir la maison de santé de Saint-Pons. Le montant est estimé à 346 000 € HT. Demande de financement (partiel, total, le compte-rendu est très abscons) faite au titre de la dotation d’équipement des territoires ruraux. Combien la municipalité devra-t-elle encore payer ? Lui faudra-t-il (encore) emprunter ? Mystère et boule de gomme ! Et à quoi ce bâtiment mal placé, mal adapté aux besoins locaux, dans lequel nombre de professionnels du cru ont refusé de s’installer, va-t-il vraiment servir ? À remplacer un jour l’actuel hôpital ? À faire vivre les entreprises affidées ?

c / - Élargissement de la RD 612. Des travaux sont programmés à la hauteur du Roc depuis un certain temps. Quand ceux-ci vont-ils être exécutés ? En juillet, août, en pleine saison estivale ? La route sera-t-elle coupée ? La besogne peut aussi se faire de nuit si l’on veut, bien sûr, que les commerçants (et l’économie locale) ne se fassent pas dauber.

 

10 – MESQUIDA tralala !

 

Il a interpellé le gouvernement pour que celui-ci “mette en place un véritable plan de relance de construction de logements” – Midi Libre du 6 mai 2011. Certes, certes, le besoin est réel, notable, surtout dans l’Hérault. Mais cette homélie politicienne, vaguement humaniste donc gauchisante, à 13 mois des législatives, nous paraît suspecte, empruntée de circonstance. Car notre gazier préféré est chafouin, en un mot, pas franc du collier.

 

11 – La phrase qui va bien.

 

“Les amis du président, ce sont les riches ; les amis de Dominique STRAUSS-KAHN, ce sont les socialistes”.Pierre MOSCOVICI, député PS. On peut rajouter : socialistes riches, les bourges, ceux qui sont pour les bienfaits de la colonisation, les parlementaires privilégiés, les bobos parigots, pas les vrais socialistes, ceux du peuple (mais en reste-t-il encore ?).

 

12 – Et c’est reparti comme en 40 !

 

Dans le Magazine de l’Hérault (le n° 202), notre député dépité (mais à priori il se soigne) repart en campagne des législatives. Page 27, il fait le point de toutes les aides que le vice-président (lui-même) a offert au maire de Saint-Pons (toujours lui !) :

108 500 € sur 217 000 pour le projet Enfance et Jeunesse,.

80 100 € sur 178 000 pour l’aménagement du Foiralet,

180 000 € sur 600 000 pour la Maison (?) de Santé,

soit en 6 ans, de 2004 à 2009, un cumul de subventions de 3,1 M€ (dixit le même feuillet de propagande).

Well, well, well, comme on dirait du côté des Prades Hautes, mais les citoyens(ennes) de la commune et de la communauté de communes ont dû payer la différence puisque FRÊCHE (la Région) était fâché avec notre Lumière de l’Ouest de l’Ouest et que l’Europe ne débourse pas bezef … Donc, à combien exactement se montent les remboursements des emprunts ? Pour combien d’années sommes-nous liés avec les banquiers ? C’est la question cruciale à laquelle nous n’avons jamais eu de réponse. Quant au cirage de pompes des commerçants “nous devons d’autant plus veiller à notre tissu de PME, d’artisans et de commerçants”, il est tout simplement choquant. Ceux-ci apprécieront et jugerons à l’aune de la réalité et de toutes les bassesses subies.

 

13 – Lutte des classes.

 

La droite sarkozienne looser, apeurée, affolée, se rapproche tous les jours du Front National, en vue de conclure une alliance, dite ou non dite, pour les présidentielles. Un troisième couteau, WAUQUIEZ, en mal de reconnaissance pour exister sur l’échiquier vert de gris, a dernièrement (re)déclaré la guerre aux pauvres. Il fait des propositions démagogiques, éhontées et stigmatise encore un peu plus les malheureux, en voulant baisser les minima sociaux. Qu’ils continuent (lui, petit arrogant précieux et ses frangins bourgeois) à semer le vent, ils récolteront la tempête !…

 

 

 

 

14 – La vérité est enfin rétablie.

 

“Actualité juive” condamné.

 

Onze ans après le reportage sur la mort d’un enfant palestinien à Gaza, le 30 septembre 2000, le tribunal de Grande Instance de Paris vient de condamner le patron d’Actualité juive, Serge BENATTAR, le journaliste Clément WEILL-RAYNAL et le chirurgien Yehuda DAVID, pour diffamation envers le père de l’enfant, Jamal AL-DURA. Dans un article du 4 septembre 2008, Actualité juive a publié un article dans lequel Yehuda DAVID mettait en cause la réalité des blessures subies par Jamal AL-DURA alors qu’il tentait, hélas en vain, de protéger son fils de tirs provenant d’une position israélienne. Les deux journalistes et le chirurgien devront verser 5000 euros au réfugié palestinien. Ce jugement important conforte indirectement la position du journaliste de France 2, Charles ENDERLIN et de son caméraman Tajal ABU RAMAH, accusés par les extrêmistes pro-israéliens d’avoir procédé à une mise en scène.

(Politis n° 1121 et 1151).

 

 

NOTA BENE.

 

À compter de juin 2011, tous les 2èmes mardis du mois (lieu à convenir, appeler au 04 67 97 17 88), la gauche radicale du Piémont héraultais prolétarien se réunira. Et ce, en vue de l’élaboration d’un programme politique que nous présenterons à la population, lors des prochaines élections législatives (qui auront lieu dans la foulée des présidentielles). Sont concernés tous les citoyens(nes) motivé(e)s de la nouvelle 5ème circonscription.

 

Notre chanson porte-drapeau

 

Sur l’air de “la semaine sanglante”

 

1er couplet modifié

Sauf les nantis du CAC 40 te,

On ne voit plus dans nos cités

Que licencié-es ou exploité-es,

Des sans-abri, des mal logés,

Le monde croule sous la misère.

Sarko nous déclare la guerre.

La mode est aux réquisitions

Et partout c’est la répression.

 

Refrain :

Oui, mais ça branle dans le manche,

Les mauvais jours finiront.

Et gare à la revan-anche

Quand tous les pauvres s’y mettront-ont,

Quand tous les pauvres s’y mettront.

 

Dernier couplet (reprise quasi de l’original)

Demain les gens de la police

Refleuriront sur le trottoir,

Fiers de leurs états de service,

Avec le flash-ball en sautoir.

Sans pain, sans travail et sans arme,

Nous allons être gouvernés

Par des mouchards et des gendarmes,

Des actionnaires et des rentiers.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article

commentaires