Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 12:59

“L’agresseur n’est pas celui qui se révolte, mais celui qui affirme.” Nanterre, 1968

Aux cons qui prônent les bienfaits de la colonisation !

De l’extermination à la « mise en valeur » des colonies françaises :

L’Algérie recensait 3 000 000 d’indigènes en 1830 ; en 1872, il n’en restait plus que 2 125 000. Tahiti recensait 80 000 habitants en 1774 ; en 1848, il n’en restait plus que 8032. La Nouvelle Calédonie recensait près de 70 000 kanaks en 1853 ; il n’en restait plus que 23 000 en 1895…

Sous prétexte de libérer les africains de l’esclavage, Léopold, roi des Belges, colonise le Congo (1895-1908) et met en place le travail forcé : sévices, prises d’otages, mains coupées et massacres en tous genres ont pour but de convaincre les plus récalcitrants. En quelques décennies, ce sont plusieurs millions de Congolais qui ont ainsi perdu la vie…

Sources : livret « De l’esclavage colonial (1635-1848) à la colonisation esclavagiste (1848- 1946) », l’esclavage républicain !

La section de la LDH St-Pons/Hauts Cantons demande l’abrogation de la loi « Y a bon banania » de février 2005 sur les bienfaits de la colonisation, signée et portée à l’époque par les sbires de feu Frè- che, soit les députés dits de gauche, Mesquida et Liberti.  

Le saviez-vous ?

1 Mais qui se souvient de ce comique ?

(guitariste, genre sœur Dominique, nique, nique…)

Christian Auzias pousse des cris d’orfraie lorsqu’on lui parle de la Cigale. Pauvre malheureux… Personne ne se souvient qu’il a fait l’intérim du maire. Désigné par son gourou et non élu par le peuple souverain, médiocre dans la fonction, il ne restera vraiment pas dans les mémoires. Chance pour lui : il sera quand même immortalisé dans le film « La Cigale, le Corbeau et les Poulets ».

2 Mesquida protège ses arrières (ML du 6 oct. 2016)

Le gonze entretient le suspens : il se représenterait, peut-être, aux législatives et abandonnerait le mandat de « président du département ». Qui peut croire cette fable ? lui qui préféra toujours être le caïd du département plutôt qu’être le 577ème député à Paris !* Non, son propos est fait pour décourager les prétendants trop pressés et garder la main. Par exemple, Pierre Polard, maire de Capestang et dauphin pré- sumé pour la 5ème circonscription, devait être un peu trop entreprenant à son goût.

Dans le même article, il prétend n’avoir jamais perdu une élection. Mais si, très cher camarade ! Souviens toi : aux dernières élections municipales, ta liste a été sévèrement blackboulée ! (Et pourtant, pour le second tour, c’est sur ton nom que la campagne a été menée). Les quatre premiers ont été élus et la porte s’est refermée sur ton blaze, à toi qui étais 5ème . Kléber n’aime pas Mélenchon. Pas étonnant au vu des programmes et des soutiens locaux de Méluche… P .B.

* Il a tant œuvré pour assassiner politiquement tant de ses camarades, pour arriver à cette place ! De surcroît, il sucrera les fraises quand on envisagera de supprimer les départements. En clair, sa nouvelle posture n’est qu’une daube politicienne destinée au P.S. Héraultais.

3 Guide pratique du département héraultais (non numéroté et distribué en oct. 2016)

« Ça marche pour les enfants » D’après le président du département, l’Hérault « se place aujourd’hui comme un département jeune ». Certes, mais ce n’est malheureusement pas le cas de nos élus. Propagande lénifiante à la veille d’élections… Comme l’année 2017 va être mortelle pour le parti socialiste, le département tire la couverture à lui. Manoeuvre politicienne classique…

4 Controverse Salvetoise frénétique

Un ami St-Ponais travaillant à La Salvetat est très inquiet du climat délétère qui règne dans ce village depuis que l’action fascisante et le prosélytisme aigü des « Brigandes » sont connus. On peut le déplorer, mais à qui la faute ? Au maire qui est complice de cette secte ? Certes, mais aussi aux autorités (1) laxistes, qui ne font rien pour réprimer leurs actes délictueux (2). A croire que d’être d’ultra-droite est mieux considéré en France aujourd’hui que d’être de la gauche radicale. Nous, pour moins que cela, nous avons eu sur le râble, pendant des mois, des policiers qui guettaient (heureusement que le ridicule ne tue pas) nos faits et gestes, nos prétendus actes, qui n’étaient nullement fondés (et pour cause)… P.B.

(1) sous -préfecture, gendarmerie, rectorat, député…

(2) lever la main tendue, proclamer son racisme, son homophobie, c’est interdit dans notre république. Les délits sont massifs et constitués.

Qu’attend « la police » pour intervenir ? Un clash entre habitants ? Cela se produira fatalement si ceux ceux qui doivent faire régner l’ordre et appliquer la loi continuent à faire l’autruche et à avoir une attitude permissive.

5 Le bon mot de Cazeneuve : « Les français aiment les policiers »

Les bourgeois et le capital, certainement, mais pas les masses populaires. La police de toutes les époques n’a jamais été chérie par le prolétariat et a durement réprimé, moult fois dans l’histoire, les mouvements sociaux. Alors, si les bleus en ont marre et/ou ont peur, qu’ils prennent la quille, bordel ! Des milliers de citoyens aimeraient bien avoir leur place. L’attitude actuelle des poulets est indigne…

6 Respect des œuvres des anciens !

Dans certaines régions, les collectivités, en association avec les asssociations locales, se battent farouchement pour défendre leur patrimoine, car elles connaissent la valeur architecturale et touristique de ces trésors. A Olargues, par exemple, le maire a fait rénover magnifiquement l’espace de l’ancien château dont la tour a été transformée en clocher il ya moult lunes. A St-Pons, nous avons affaire à une bande de bourricots. Après les ères destructrices de Georgette Tailhades et de Kléber Mesquida (cf. les anciennes « La Commune »), la nouvelle équipe municipale n’est pas plus éclairée. On dirait même que l’ampoule du plafonnier est grillée.

Après avoir détruit un banc de pierre (lauze d’un seul tenant) le 11 octobre 2016, l’adjoint au maire, délégué à l’équipement, a signé un permis de démolir et de (re)construire, et ce au profit de la maison mère d’Intermarché, place du Foirail. L’infamie est que les bâtiments arrière de la zone doivent être aussi détruits. Or ce sont ceux de l’ancienne manufacture royale de St-Pons, érigée en 1740 et « labellisée » en 1754 par Colbert. Même s’ils ne sont pas classés (Et d’ailleurs pourquoi ne le sont-ils pas ? à moins de 100 m de la cathédrale ?), il faut sauver ces bâtiments chargés d’histoire (et de la peine des ouvriers de ces temps obscurs). Le scandale est aussi que nos chers édiles, natifs du païs, ignoraient l’existence de ce capital. Bravo pour la culture de son village !

Deux associations ont contesté le permis de construire, en défense de la richesse architecturale et du bien culturel commun : Attac Jaur-Somail et Le Saint-Ponais dans l’histoire. Le dossier est en cours auprès des services compétents de la Préfecture. Ceusses qui voudraient de plus amples renseignements sont invités à venir à la Cigale.

Des fouilles archéologiques préventives ont été aussi demandées, comme la législation en vigueur le prévoit… C’est l’emplacement du Saint-Pons des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles.

L’action ne doit pas être une réaction, mais une création !

(slogan de mai 1968) 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article

commentaires