Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 12:49

« L’action permet de surmonter les divisions et de trouver des solutions. L’action est dans la rue. » Slogan de Sciences-Po., en mai 1968

« Résistance se conjugue au présent »

Lucie Aubrac

Le film des Mutins de Pangée, « La Cigale, le Corbeau et les Poulets », est complémentaire du livre « Garde à vue » (l’affaire du Corbeau de Saint-Pons) qui expliquait pourquoi et comment nous en étions arrivés à cette triste histoire.

L’arrestation et la garde à vue des membres de la cellule communiste libertaire, rurale et altermondialiste et d’autres citoyens démocrates, est le point de départ du film.

La suite est le récit du combat quotidien que livre ce groupe contre l’Autorité au service du Capital. Autorité (localement) personnifiée par le député césariste et cumulard, ancien maire de Saint-Pons et aujourd’hui président du Conseil départemental de l’Hérault, et toujours député (plus moult autres hochets), le « bon » Kléber Mesquida, qui est le seul à se croire socialiste.

« Je suis arrivé à Saint-Pons en avril 1999, comme commerçant : la « Cigale » est une librairie ré- gionaliste, est également « tabac », diffuse la presse (gauchiste),vend papeterie et carterie. Je fais aussi, depuis cette date, office d’écrivain pubic rural (lecture de lettres, courrier aux administrations, demande de retraite du combattant…) » Pierre Blondeau

La Cigale, c’est aussi le siège :

• du groupe Attac Jaur Somail, de tous les combats anti-capitalistes depuis 2001, appliquant avec délectation la devise « Penser global, agir local ! »

• de l’antenne du Secours Populaire, ouverte en 2005 suite à l’interruption de la Banque Alimentaire locale et municipale, l’adjointe de la mairie de l’époque ayant craché l’anathème : « Les pauvres sont des tricheurs. »

• de la section des Hauts Cantons B.D.S. (boycott, désinvestissement, sanction) : soutien au peuple palestinien, et ce contre la colonisation de Tsahal et de son appartheid ignoble.

• de la section de la Ligue des Droits de l’Homme de Saint-Pons et des Hauts-Cantons, créée en décembre 2009, puis mise en sommeil en 2013, et ré-activée, avec une autre équipe, courant 2015.

*Projets actuels : soutenir l’implantation locale de 8 à 10 familles de migrants dans une ex-colonie de vacances et/ou de 15 individuels, au sein de Saint-Pons de Thomières, dans des appartements vides et rénovés du Conseil départemental. Et ce, de concert avec le groupe local du Secours Populaire.

• Nuit Debout St-Pons (groupe flexible). Objectif : développer la démocratie participative, plantation dans le village de légumes pour tous… ………….

• et aussi, nous défendons d’autres causes, ce qui nous a fait accueillir occasionnellement d’autres comités de soutien divers et composites :

les jeunes de Tarnac, par exemple, injustement poursuivis par la police (depuis 2008),

Hubert Van den Torren, bitterrois en guerre contre des magistrats, segments de la pieuvre maçonnique régionale,

tous ceux qui ont soutenu le Fort de Sivens, et pourvu au ravitaillement nuit et jour jusqu’à la dernière semaine… et qui ont gagné le surnom, par les zadistes, des « pays de l’Hérault »,

ceux qui se sont battus pour Notre Dame des Landes (depuis 2010). Dernière action en juillet 2016 : nous avons « escorté » le chanteur Hugues Auffrey (nous avions un ami commun) pour chanter au festival de la ZAD NDDL du 11 du même mois. Ce glorieux compagnon doit se produire, au printemps, dans un grand concert au bénéfice de toutes les ZAD de l’hexagone, à Saint-Pons de Thomières,

les défenseurs de Jean-Marc Rouillan : il a purgé sa peine et a, comme tous, droit à la liberté d’expression. Il subit de la part des gouvernements (réactionnaires et socialos) un harcèlement politique éhonté et une volonté de vengeance (pour les avoir fait trembler dans leurs brailles),

les soutiens de la ZAD (anti-éoliennes industrielles) de (11) Bourrières, au sud de Limoux : ravitaillement, logistique depuis son implantation en février 2016,

la ZAD anti-éoliennes industrielles de (81) Albine, à 11 km de Saint-Pons : ravitaillement, logistique depuis son ancrage en juin 2016,

les camarades du Minervois en lutte contre le gaz de schiste,

les défenseurs du riche patrimoine bâti du Saint-Ponais, en réel danger, convoité par des spéculateurs… et cupides, vendu par des élus sans vergogne,

les soutiens de l’Amassada de Saint-Victor et Melvieu ( ) où devait se construire un super transformateur pouvant accueillir le courant de 1000 (nouvelles)éoliennes industrielles du Tarn, de l’Aveyron et de l’Hérault,

le DAL (Droit au Logement d’Amara), section toulousaine depuis 2001,

les soutiens au peuple grec, contre les vautours de la Finance,

les défenseurs de la ligne SNCF Béziers-Neussargues (ligne Clermont-Ferrand), …

Ces comités sont plus ou moins actifs et réactifs, selon les circonstances, mais à ce jour, sont cependant, malheureusement, toujours d’actualité. Et la Commune est l’organe d’expression et de propagande de tous ces comités. Pierre Blondeau, animateur _________________________________________________________________________ Post-scriptum :

1 La Cigale ne s’est jamais revendiquée comme étant le centre de la « Révolution Sudiste », ni n’a même eu la prétention d’être un acteur politique notable. Sa modeste renommée est due au sieur Kléber Mesquida, petit autocrate local infatué de sa personne,… socialo de pacotille. La Cigale est juste une bande de copains/canailles, républicains farouches anti-capitalistes, ayant beaucoup de convictions, de foi dans le genre humain et très peu de certitudes.

2 La réaction du boucher dans le film peut paraître courtelinesque, mais il faut se remettre dans le contexte de l’époque : le toit de sa maison avait été la cible de coups de fusil de chasse. Celui de la demeure de l’assureur (autre opposant notoire de Mesquida) avait essuyé par deux fois l’explosion de bâtons de dynamite de fabrication artisanale et le buraliste avait subi maintes fois des désagréments divers (pneus crevés, inscriptions ordurières sur la façade du commerce, étrons déposés à l’intérieur de la voiture, traque par quatre abrutis au petit matin blême…) Vive la Sociale ! Collectif éditorial

« Laissons la peur du rouge aux bêtes à cornes »

Les Beaux-Arts en mai 1968 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article

commentaires