Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 février 2016 3 10 /02 /février /2016 09:53

« On n’affirme pas l’absolutisme de l’Etat sans créer un despote. » De la justice / Proudhon

NON à un état policier !

Le Pen en bave, Sarkozy y rêvait, et Valls va le faire. Ce dernier, socialo (il faudra vraiment consoler Jaurès !) veut imposer de mesures d’exception dans le code pénal, avant de lever l’état d’urgence : journal Le Monde du 5 janvier 2016 :

- Pouvoirs supplémentaires aux procureurs et à la police,

- Perquisitions de nuit ou pose de micros lors des enquêtes préliminaires, secrètes et non contradictoires,

- Ces préfets pourront, eux-mêmes, ordonner des fouilles ou assigner à résidence des suspects, dans une sorte de contrôle judiciaire sans juge…

Ce projet liberticide contribue à marginaliser la justice et à marginaliser les bleus. Que se passera-t-il lorsque ceux-ci feront des bavures ? Débridés, ils en feront encore plus. Localement, se souvenir des erreurs graves des flics : Tarnac, le Corbeau à St-Pons, les Kurdes du Larzac…

Comment les présumés coupables pourront-ils se défendre ? Et que disent les pseudo députés socialos rebelles ? Vont-ils voter cette infamie ? Soit les pleins pouvoirs à la force publique ?* Car si la constitution est changée et que par malheur, les fachos arrivaient au pouvoir en 2017, eux n’hésiteraient pas à s’en servir de cette institution, dans moult occasions non démocratiques…

Alors, en masse, disons NON à Valls qui fait le lit de Le Pen ! Pierre Blondeau

* Valls prévoit même de faire passer cette bestialité par ordonnances et Hollande veut prolonger l’état d’urgence continûment…

Le saviez-vous ?

1 Charité chrétienne (commence toujours par ma pomme)

Lorsque la Compagnie de la Source (au demeurant assez brillante) organise un spectacle à Riols, dans l’église, elle réclame le denier du culte (soit 4 € par personne). Privatisation d’un espace public et confessionnel. Peu banal comme pratique. Y avait-il une location du bâtiment par le curé ? Ou est-ce la dite compagnie qui a tout moissonné ?

2 Carabistouilles et sornettes (vœux de Saint-Pons)

▪ En premier, le maire, Georges Cèbe : compte-rendu des activités de la mairie de Saint-Pons. Globalement intéressant.

▪ En deuxième, le président de la Com’com, Josian Cabrol. Comme point positif de l’an passé, il met en tête l’élection de Mesquida au canton. Nous, nous l’aurions plutôt mis dans les mauvais points. M’enfin… Mais comme cireur de pompes, notre bon Josian fait du bel ouvrage. Les bottes de KM doivent étinceler.

▪ Finalement, notre cumulard préféré, le sieur Mesquida. Des trémolos dans la voix (à faire pleurer une pierre) pour parler des migrants. Non pas des malheureux morts, noyés en Méditerranée, mais de lui en 1962. Il décline aussi : « L’absolutisme n’est pas démocratie, mais un égoïsme. » Très juste, et le bougre sait de quoi il cause. Il excelle dans cet usage. Pas un mot de la COP 21. S’en fout du réchauffement climatique ( ?) Et finalement, d’une posture péremptoire, il annonce que malgré tout, la République est et restera debout. Sûr, et plus que lui-même, qui a le bas du dos bloqué…

Il serait quand même judicieux, un jour, de séparer les vœux du maire de ceux des Solfériniens du Piémont héraultais, politiciens mal léchés…

3 Calembredaines et fantaisies

▪ Jeannot Arcas, aux vœux de son village, Olargues, citant Lutuer King : »Je fais le rêve que les hommes, un jour, se lèveront et comprendront enfin qu’ils sont faits pour vivre ensemble comme des frères. ». C’est très beau, à sangloter, mais le bonhomme est très mal placé pour reprendre à son compte cette belle homélie…

Pour être frères, il faut respecter les autres et non se comporter en petit monarque hargneux et en oiseau réac.

▪ Le Baous est le terrain de camping d’Olargues. Il a été aménagé en dépit de la législation en vigueur et contre toutes les mesures de sécurité adéquates, ce qui est scandaleux. Mais ce qui est encore plus formidable, est qu’Arcas se vante de la chose effrontément (toujours lors des vœux), devant la population et les forces de l’ordre. Au moins, si un gros pépin survient, genre inondation, il ne pourra pas dire qu’il n’était pas au courant…

Sa responsabilité étant pleine et entière, il sera directement muté de La Fontésié au centre pénitentiaire de Béziers…

4 Les galons neufs, ça s’arrose !

Cela rapporte d’être un bon petit soldat mesquidien : la preuve par l’œuf : Vialelle, président du PNRHL depuis moult mandats, va prendre en compte la « direction » des six parcs régionaux de la nouvelle grande région. Cela s’appelle décrocher son bâton de maréchal. Mais à quel prix, camarade ? Quant aux vergers de la Sauvegarde (espèces de pommiers à préserver) implantés en zone inondable et sur des terrains privés (?) à Riols, Saint-Amans-Soult et St-Amans-Valtoret, l’idée par elle-même, est séduisante : le blason avec 3 pommes sur champ lie de vin et comme pièces, deux éoliennes, sied parfaitement au PNRHL

5 Conte du temps passé

Lors des vœux départementaux à Béziers, le 11 janvier 2016, en plein discours qui se voulait lyrique, Mesquida s’est prétendu laboureur. Cela nous rappelle les fables de notre tendre enfance que nous apprenions par cœur : « Un vieux laboureur, sentant sa fin prochaine, a réuni ses (500) enfants…

Où se cache le (notre) trésor ? » Un Saint-Ponais atttentif à la parole mesquidienne.

6 Prendre sa vessie pour une lanterne

Un certain quartier des faubourgs de Thomières se gausse en se déclarant « commune libre ». Libre, que nenni ! « Paroisse de l’ancien régime » serait plus appropriée comme définition du fief de ces cidevant…

7 La lutte des classes, c’est classe !

Un petit bourge, sombre provocateur, malhonnête intellectuellement comme tous les nantis, Nicolas Dufourcq, président de la Banque Publique d’investissement, méprisant, ose déclarer : « Les entrepreneurs ont des vies beaucoup plus difficiles que la plupart des salariés. » Pauvre pomme, il suffit de regarder le parking de ta banque et de voir qui de toi ou du prolétaire, a la plus grosse voiture ! Premier signe extérieur de richesse…

8 A chacun selon ses moyens !

Les pauvres offrent le soir de Noël à leurs compagnes une orange à 1 €, les prolétaires une rose rouge à 10 €, et les millionnaires (on en connaît…) une Captur neuve à 22000 €, et tous avec l’espoir de mettre le petit Jésus dans la crèche. Masculinité, quand tu nous tiens ! NB : on espère seulement que ce moteur déficient ne polluera pas trop St-Pons.

Halte à l’Etat d’urgence !

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article

commentaires