Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 décembre 2015 5 18 /12 /décembre /2015 19:12
« Le droit politique fait vraiment le citoyen et constitue son seul moyen de défense et de conquête de tous les autres droits et de toutes les libertés publiques » Edouard Vaillant

Non à l'étau d'urgence !

L'état d'urgence donne l'autorisation aux préfets d'instituer des zones de sécurité (couvre-feu), d'infliger des assignations à résidence, et de pratiquer des perquisitions administratives (sans autorisation judiciaire). Ils peuvent aussi ordonner la dissolution des associations et groupements « portant une atteinte grave à l'ordre public », la chasse aux contestataires est ouverte !Cela devient une société où la vie politique devient de fait impossible et où il ne s'agit que de gérer l'économie de la vie reproductive et/ou un état policier. Très grave dérive des institutions que nous redoutions lorsque Sarkozy était au pouvoir, et, de fait, ce sont les pseudo-socialos qui auront franchi le Rubicon... Il faudra consoler Jaurès ! L'état d'urgence de douze jours était concevable, le temps de laisser les forces de l'ordre se retourner, mais parler aujourd'hui de le laisser en place pendant des mois, voire jusqu'aux prochaines présidentielles, c'est démocratiquement criminel, la fin de la notion du « peuple souverain » qui certes, n'était pas dans les faits, mais qui figurait au moins dans la constitution. En somme, ils ont pondu le concept de la révolution totalitariste permanente ! Alors, allons nous être dirigés par des bourges, fils de roys et d'empereurs, des gendarmes et des curés ? (Mais attention) ça branle dans le manche et gare à la revanche lorsque tous les pauvres s'y mettront...

Pierre Blondeau, d'après les références de CQFD n° 138 et le refrain de « La semaine sanglante » de Clément.

1 les « barbus » ne sont que partiellement visés. Fin novembre 2015, en Dordogne, des maraîchers ont été perquisitionnés pour avoir participé, il y a trois ans, à une manifestation de soutien à NDDL,,,

2 Après avoir sévèrement failli. Une fois de plus, ils n'ont rien vu venir, Comment se fait-il que le ministre n'ait pas été remercié, ainsi que quelques chefs de grands services incompétents? D'ailleurs, même pour la chasse aux corbeaux, ils ont été minables. Ce doit être génétique chez eux et c'est fort dommage qu'ils nous coûtent si cher.

3 Le prétexte de la Coupe d'Europe de football de 2016 n'est qu'un leurre

Le saviez vous ?

1 Une larme à l’œil (de Moscou)

Les bonhétaïres dal Somal en pénitence (cf. les anciennes La Commune) ont besoin de chaleur et d’amour. Ils reviennenet à saint-Pons, pieds nus, la corde au cou, en chemise de nuit, et ce par la fenêtre, lorsque l’on le leur permet. Pauvres malheureux ! Quelle punition ne se sont-ils pas infligée à eux-euxmêmes ? Quelle garce de vie d’aller d’errance en errance ! Dernièrement, ils ont humblement fait partie de l’organisation du Téléthon avant de reparti dans la nuit et le froid de la montagne, l’âme lourde. Mais combien de temps encore durera leur résipiscence ? Toute malédiction n’est pas éternelle. Quoique…

2 Mesquida ému* (Midi Libre du 24 novembre 2015)

La voix chancelante, il a prononcé : « J’ai connu le terrorisme aveugle ! » • Il était moins ému lorsqu’il a fait voter l’article 4 de la loi du 23 février 2005 imposant les « bienfaits de la colonisation », et voulant dans la foulée faire déclarer « morts pour la France » des rebelles à la loi républicaine. Ces insurgés (aujourd’hui, on dirait : terroristes), à lappel de l’OAS, rue d’Isly à Alger, en mars 1962, ont tiré sur les gendarmes, et ce pour défendre une vieille lune mortifère, l’Algérie française. Un ancien combattant de la vallée du Jaur • Il était moins ému lorsque dernièrement, il a sucré les subventions du conseil départemental, premiè- rement à ceux de la CIMADE à Béziers – nuits d’hôtel fournies à des indigents ne pouvant être logés dans les lieux proprement dits de la CIMADE, et secundo celles de l’A.B.C.R. (des 9000 € habituels à 3000 €). Ce sont deux associations bitteroises qui luttent âprement pour aider les migrants. Nos frères et sœurs de misère ! K.M. préfère, comme d’autres, une garde prolétarienne, financer des ronds-points et autres centres socio-culturels (à Verreries de Moussans par exemple) qui feront des prestataires et des bénéficiaires ses obligés. Clientélisme, quand tu nous tiens ! Un militant altermondialiste de l’arrondissement. Note du plumitif : « Vive Z’ému ! »

3 Fusion des 3 Com’com, soit : Olonzac/St-Pons/Olargues

Les élus de chaque municipalité de ce nouveau territoire, couteau sous la gorge, doivent entériner le plan de fusion du préfet et, accessoirement, celui aussi de K. M. Mais cela ne se passe pas aussi bien que prévu. Ont voté contre la fusion avec Olonzac : St-Pons, Mons, Colombières, Courniou, Vélieux, St-Julien, Prémian…, le conseil communautaire Orb-Jaur. La vertu républicaine de ces élus que l’on prend pour des larbins, juste bons à servir de caisse de résonnance, est sauve… Et comme disait François (celui de Marignan), à Pavie, en 1525 : « Tout est perdu, fors l’honneur. » La fusion (déni de démocratie) servira au moins les plans du Minervois, malgré les minauderies de Marcouïre (président actuel de la Com’com d’Olonzac) : « Je suis contre, je suis pour… » Et au final, je reviens sur ma première impression… (ou : tu avances, tu recules, comment…). A savoir aussi que le oui de la Com’com de St-Pons à la fusion n’est due qu’aux communes du Sud St-Ponais estampillées Minervois et de tout cœur avec cet autre païs. Le Minervois a beaucoup investi dans des infrastructures lourdes et onéreuses et par conséquent, a une dette assez conséquente. Donc ils garderont leurs œuvres et les deux autres Com’com épongeront la dette, ce qui bloquera les projets d’Olargues et de St-Pons, par manque de flouze. Il y aura bien l’argent des éoliennes, mais il va falloir ramer dur pour que les projets aboutissent. Joli coup de maître, Gérard Marcouïre ! Etait-ce bien la peine de se plaindre des pressions de Mesquida ? Et comme dans la nouvelle Grand’Com’com, les minervois et leurs supplétifs seront majoritaires, la soupe salée sera servie froide…

4 Elections = piège à cons, ou : l’impudence de Mesquida cravaté de rouge (Que cherchait-il sur le plateau de FR3 Montpellier, accompagnant Delga victorieuse ?)

Les socialistes et leurs larbins (ils sont encore nombreux au sein du Front de gauche) ont joué de leur partition préférée – qui dure depuis 35 ans – soit le terrorisme intellectuel doublé d’une démarche de culpabilisation éhontée : « Vote pour nous, petit gland, ou ce sera de ta faute si la bête immonde revient. » Et ce pour ne pas avoir à se remettre en question et garder son fromage coulant. Cette vile manœuvre étant doublée d’une manœuvre machiavélique des médias : « Alerte à la peste brune ! » Et on boursoufle pour le premier tour les sondages en faveur du FN et on les dégonfle au deuxième tour, une fois la peur bien distillée… Fa- çon de faire peu ragoûtante… Au lieu de perdre leur âme dans des combines pourries (il fallait se maintenir au 2ème tour ou voter blanc en Languedoc Roussillon), ces cons de Solfériniens et leurs vassaux collaborateurs feraient mieux de faire leur autocritique, car qui est responsable ?

• des attaques contre le droit des travailleurs contenues dans les lois Macron et Rebsamen ?

• de la répression très violente contre les zadistes ?

• des procédures engagées contre des personnes hébergeantes de réfugiés sans papiers ? du traitement indigne des migrants ?

• de la criminalisation des mouvements syndicaux ? de la répression contre le moindre mouvement populaire réclamant plus d’égalité, de justice sociale et d’écologie ?

• des assignations à résidence, des moult arrestations et G.A.V. « pour association de malfaiteurs en vue d’action terroriste ? et de l’état d’urgence perpétuel ?… …si ce n’est le Parti Socialiste ? Cette fois-ci encore, son cynisme mitterandien a œuvré, mais qu’en sera-t-il à la prochaine présidentielle ? Car les français sont peut-être des veaux, mais le mécontement est exacerbé. Alors, les Valls, Macron et autres Pinocchio, si vous ne pratiquez pas enfin une politique de gauche, au profit du prolétariat (et non contre lui comme aujourd’hui), vous verrez ce qu’il adviendra ! Et vous pourrez toujours couiner en disant comme en 2002 que c’est de la faute de vos laquais (Front de gauche/EELV), mais votre responsabilité devant l’Histoire sera pleine et entière. Quant au FN (qui n’est pas un parti républicain), il suffit de le dissoudre –la loi l’autorise- Dans ce cas il ne vous servira plus d’épouvantail pour justifier vos petites magouilles… P.B.

La Commune a onze ans ce mois-ci.

Meilleurs vœux à ses électeurs(trices) !

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article

commentaires