Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2015 6 07 /11 /novembre /2015 16:25

« Prends garde, foule moutonnière, acclameuse de sabres, de drapeaux, de politiciens !... Ayant vécu en esclave, tu crèveras en esclave ! »

Germinal, Editorial, avril 1905

Construisons ensemble l’avenir de notre région *

Le chef de file de la liste Front de gauche/Verts, le bon Onesta, envisage déjà (ML du 11 septembre 2015) de se désister au second tour des prochaines élections en faveur de la candidate du Parti socialiste. Au cas où le score du PS serait inférieur, nous n’avons point entendu la réciproque… Mais cette « camarade » Delga cumule trois handicaps sérieux pour que les masses populaires du Piémont Héraultais prolétarien, qui honnissent globalement le parti de la rose fanée, suivent les consignes de vote de leur lider maximo urbain :

• Le gouvernement actuel a trahi toutes ses promesses de 2012 et s’est comporté dans l’affaire de Sivens de forte méchante manière.

• Alary, président actuel de la région L.R., ne pense qu’à sauver sa gamelle.

• Les satrapes locaux comme les Mesquida, Arcas, Cros, Vidal, Falip, Tropéano…, qui se comportent depuis 20 ans comme des colons faisant suer le burnous aux indigènes traités comme des sujets et non comme des citoyens, sont de son parti, et même, pour certains, sur sa présente liste.

Donc, le sempiternel épouvantail de la droite brune ne suffira (peut-être) pas à nous décider de voter PS-PRG au second tour. Il faudra l’acceptation de beaucoup de nos exigences pour nous convaincre de passer encore une fois sous les fourches caudines.

Vive la sociale ! Pierre Blondeau

* slogan de Carole Delga, candidate PS à la présidence de la région Languedoc-Roussillon/Midi Pyrénées aux élections ré- gionales des 6 et 13 décembre 2015. 

Il aurait été bienvenu que cette sympathique candidate fasse respecter la charte du PS sur le cumul des mandats et n’embarque pas avec elle des récidivistes en la matière. Et comme le proclame Onesta, le PS est un canard sans tête. Coin, coin !

Le saviez vous ?

1 Quelques brèves de comptoir

▪ A la mairie de Courniou, hier, il y avait J.P.R. (J’y peux rien). Aujourd’hui, à la mairie de Saint-Pons, nous avons J.P.P. (J’en peux plus). Pauvres malheureux…

▪ Kléber Mesquida (ML du 12 septembre 2015) : « J’ai souffert de la situation de la viticulture. » Nous, à voir la photo jointe, nous penserions plutôt qu’il souffre du bas du dos…

▪ Article du correspondant du ML de Saint-Pons : Une envie générale de bien vieillir… L’objectif est de prévenir les effets du vieillissement chez les personnes de plus de 55 ans. Y a du boulot ! Des inscriptions pour y remédier peuvent être prises d’ores et déjà. Il paraîtrait que Boudet (directeur de l’hôpital rural), les frères Soulignac sont en tête de liste ( ?), Christian Auzias, notre ancien maire, certainement aussi …

▪ Josian Cabrol, président de la Com’com, lors d’une remise de médaille (une légion d’honneur, excusez du peu) a déclaré qu’il était là parce qu’obligé et que les médailles, en gros, n’étaient pas trop son truc. Etonnant, nous ne le percevions pas trop comme libertaire. Etait-ce la vraie raison de sa phobie ?

2 Ce qui devait arriver, arriva

Le syndicat des forestiers privés de l’Hérault vient d’envoyer une lettre recommandée au maire de SaintPons afin que celui-ci :

▪ remédie au mauvais état des chemins communaux qui sont parcelles communales et qui desservent les propriétés privées,

▪ ne mette pas à disposition ce bien public à une seule association, qui peut, dès lors, en interdire les accès…

Ce que le président de ce syndicat (le trublion Alain Baret) ne précise pas dans son courrier, c’est que si la mairie se décharge sur un ou plusieurs propriétaires, ceux-ci pourront déduire la somme déboursée –pour la remise en état des chemins- sur les impôts impactant les parcelles desservies. C’est une loi séculaire ! Mais à quoi sert Alain Daumur, secrétaire général de la mairie ? N’est-ce pas à lui de connaître toutes ces ficelles, et de déjouer les pièges administratifs dans lesquels les conseillers municipaux peuvent tomber lorsqu’ils votent en conseil ? …

3 Droit de réponse (de J.L.G. Combeliaubert) à l’article n° 6 de la Commune n° 275 :

« Ils rament à contre-courant » « Ramer à contre-courant, c’est parfois nécessaire, voire obligatoire lorsqu’on n’est pas d’accord avec la pensée commune et, pourquoi pas aussi ?, parfois révolutionnaire. Les avancées de notre société sont le résultat de l’action de celles et ceux qui ont su dire Non. Je suis donc un ardent défenseur de la chasse du dimanche. On ne saurait accepter le fait que seuls les randonneurs et les champignonneurs seraient bénéficiaires de cette journée (1). La nature est à tout le monde et personne ne doit en être exclu, et il n’y a jamais eu de problème de partage. Bien sûr, certains ont peur parce qu’ils voient des hommes, et parfois des femmes, vêtus d’orange, chasser en battue. Et pourtant il y a de la place pour tous. Faisons confiance (2). Soyons positif et ouvert. Oui, chasseurs, randonneurs, vététistes et autres quadistes peuvent cohabiter, et chez nous, ils le font déjà…. Lors d’une rave-party, j’ai vu des chasseurs (j’y étais) indiquer aux jeunes la piste par laquelle ils échapperaient aux contrôles de la gendarmerie ! Des vététistes venant du Jura, perdus, ont partagé le repas avec notre diane. Les exemples de solidarité sont nombreux, mais bien sûr, on n’en parle pas. Il est plus facile de vilipender les chasseurs et notamment les chasseurs de sangliers qui seraient le mal incarné face à de gentils randonneurs, les rustres face à la finesse (Stop ! N’en jetons plus…) La mairie de Saint-Pons, et je l’en félicite (3), ne donne pas un droit à une catégorie, mais n’en exclut aucune. Et quant au coup de bâton (4), on pourra compter sur nous. » J.L.G. Combeliaubert, ami. Suite à cette ode à la chasse, quelques humbles annotations du plumitif de service : (1) depuis plus de deux siècles, ce privilège était réservé aux chasseurs. La roue tourne. (2) sauf ceux qui ont pris une prune au détour d’un fourré. Et lorsque tu as une balle Blondeau dans le ventre, c’est plus difficile pour courir. (3) C’est mal poli de parler la bouche pleine… (4) Est-ce le plus gros fusil qui gagne ? Vision dépassée de la ruralité. Bientôt, avec la réintroduction forcenée du loup dans nos contrées, les chasseurs n’auront plus de sangliers à tuer et retrouveront le plaisir de cueillir des champignons. Mais ils pourront, bien sûr, garder en souvenir leurs casquettes fluos. Que voilà une vision bucolique de la ruralité des prochaines années !

4 Complément à l’article n° 7 de la Commune n° 275

Suite à notre lettre adressée au sous-préfet (qui est intervenu dans ce sac de nœuds), la Com’com a enfin présenté et fait voter l’achat d’une maison, Place du Foirail, pour son nouveau siège. Cela se justifierait par le fait que la Com’com d’Olonzac et la nôtre doivent fusionner. Dans l’esprit de notre formidable président, Josian Cabrol, Olonzac serait avalée et lui deviendrait le caïd des deux territoires. C’est encore le coup de la grenouille qui se voulait plus grosse que le bœuf. Rien n’est fait : le président de cette Com’com, et maire d’Olonzac, s’est engagé avec ses électeurs à faire un référendum sur ce sujet : pour une alliance soit avec le Pays Saint-Ponais, soit avec la Com’com limitrophe audoise. Et ce principe de vote a été accepté par le Préfet. A suivre…

Gloire à Rémi Fraïsse ! Le PS nous expulse de Sivens, de NDDL ( ?). Expulsons le PS !

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article

commentaires