Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2015 7 26 /07 /juillet /2015 18:13

Aménagement du territoire et management des activités

Le système étatique et capitaliste s’attaque à nos formes de vie et le plus souvent dans les territoires ruraux qui, depuis les années 1970, sont devenus le refuge de personnes qui s’opposent aux modes de vie urbains basés sur la consommation de masse et le salariat, et ont essayé de trouver des refuges dans les interstices des grandes métropoles. Il y a un nouveau front qui s’ouvre à cet endroit-là et qui se traduit par des oppositions à des projets tous plus absurdes les uns que les autres : aéroports, fermes-usines de mille vaches, barrages, parcs d’éoliennes industrielles… Il s’agit de résister contre un capitalisme qui ne consiste pas seulement dans l’exploitation des travailleurs, mais aussi dans « l’aménagement du territoire », sa destruction sur l’autel du progrès. L’occupation physique et l’organisation sur place répondent au ras le bol d’une génération qui recherche, parfois hors des villes, un espace libéré de l’argent et de la police, des syndicats et des partis, de l’esprit d’entreprise et de la passion gestionnaire des étatistes. « Le principe ZAD » a enfin le mérite de dépasser l’alternative stérilisante entre la volonté de dé- truire le système et celle de construire un autre monde. La ZAD permet au contraire, tout en s’opposant concrètement au système, d’inventer de nouvelles formes de vie fondés sur l’entraide, le partage, la discussion collective et l’horizontalité.

Pierre Blondeau, d’après un article du livre « Sivens sans retenue » aux édit. La Lenteur

Le saviez-vous ?

1 La fin de l’invasion des pubs à l’entrée des villes

Depuis le 13 juillet 2015, les panneaux publicitaires qui envahissent l’entrée des villes doivent être déboulonnés. A quand l’application de la loi (votée en 2010 dans le Saint-Ponais ? Devrons nous porter plainte contre les élus hors-la-loi, et serons nous obligés de faire le travail nous-mêmes ?

2 N’est-il pas beau l’amour du pays ?

1 Bon point. Kléber Mesquida, qui a gardé la délégation Pompiers 34 au conseil départemental, aurait pu, aurait dû défiler, ou présider, le 14 juillet dernier à Montpellier. Mais il a préféré être dans la première voiture rouge à Saint-Pons, nuque bloquée et fier comme un bar-tabac. Par contre personne n’a reconnu son chauffeur. Etait-ce un pompier biterrois ?

2 Mauvais point. Le même apôtre a remis, au titre du conseil départemental, une coupe à l’équipe de rugby locale, championne 2015, à la salle polyvalente de Courniou. Pourquoi ne l’a-t-il pas fait le 10 juillet à Saint-Pons lors de la cérémonie (pour le même motif) de la municipalité saint-ponaise ? La rancœur est toujours stérile, camarade… Il faut aussi noter que les joueurs ont peu de week-ends libres entre les deux saisons, et si l’on s’amuse à les bloquer chaque fin de semaine pour panser son petit ego blessé, cela n’est vraiment pas correct. Et nous ne parlerons pas du coût financier supplémentaire de cette dite cérémonie. Quoique…, lorsqu’on est le chef du seul conseil départemental de France et de Navarre à s’être, en 2015, grassement auto-augmenté (rémunération des élus), on comprend que le gonze n’est pas là pour faire des économies : c’est le cochon de contribuable qui rince.

3 A force de chercher la petite bête, on trouve la grosse

Depuis la nuit des temps, une rôtissoire est en place dans l’entrée de la boulangerie « Le croustillant », Grand-Rue à Saint-Pons. Elle est bien calée dans une encoignure et on peut humer le fumet des poulets cuisant, et voir les bestioles mitonner. Ce qui est fort plaisant pour un gourmet. De surcroît, ce commerce, comme tous les autres, a une assurance en responsabilité civile, si par malheur un pépin arrivait. Dernièrement, la première adjointe de la municipalité, toujours plus zélée (pour mémoire, sa brillante prestation, route de Castres, lors de la dernière fête de la châtaigne), a sévi et a donné l’injonction au Croustillant de retirer cette rôtissoire. Elle présenterait pour cette édile un danger potentiel. Que ne feraiton pas faire au peuple sous couvert de sécurité ! (Cf. la prochaine loi de surveillance générale de la population du gouvernement liberticide Valls). A cette saint-ponaise, nous dirons, humblement, qu’elle a certainement autre chose à faire de plus urgent et de plus crucial, dans le village, si elle veut vraiment œuvrer. Si besoin, nous tenons une liste de problèmes à traiter à sa disposition. P.B.

4 « Nul n’est prophète en son pays » (Bulletin n°1 des Bonhétaïres)

Quelques réflexions au sujet de ce libelle pour une fois signé. Son titre est trivial. Les gonzes qui ont pondu ce papier sont coincés, plein d’aigreur et dans la justification permanente (Cela, c’est l’arme des faibles, les durs attaquent encore et toujours, sabre au clair et clairon sonnant). Un relent xénophobe fleure mauvais dans leurs lignes, comme toujours chez les beaufs ruraux (« trublions négatifs qui viennent on ne sait d’où...»). De surcroît, ces Bonhétaïres pètent de prétention : brèves de comptoir colportées par des personnes dont le quotient intellectuel peut être mis en doute. C’est vrai que le leur doit dépasser la moyenne… Pour en convaincre la population, c’est pas gagné…) Et pour clore ce débat stérile, nous emploierons un proverbe arabe : « Lorsque les chiens aboient, la caravane passe. », et ce depuis 13 ans, chers amis. Malgré les insultes (inscrites sur les murs et sur les routes), les intimidations, les menaces, les voies de fait (cf. :l’affaire du corbeau) et la dénonciation scélérate de KM à la police politique de Sarkozy NB : les Bonhétaïres sont comme la grenouille de la fable qui se voulait grosse comme le bœuf. Ils prétendaient un effectif de dizaines de personnes et réellement, ils ne sont que onze (cf. signatures) Et un bon anniversaire à leur guide suprême qui attrape cette année, aux prunes, 70 balais. Lui, comme la confrérie des Bonhétaïres, œuvrent depuis 50 ans (cf. le sus-dit bulletin n° 1). Ces anciens devraient savoir prendre une retraite bien méritée ( ?) et laisser la place aux jeunes qui n’ont plus besoin de personne pour animer notre bonne ville. P.B.

5 L’union fait la force et l’oignon fait la soupe

Les six parcs naturels de la nouvelle région Midi-Pyrénées et Languedoc Roussillon veulent créer un réseau pour être des interlocuteurs privilégiés de la nouvelle région (Midi Libre du 22 juillet 2015, p. 15) « Ces parcs naturels (20 % du territoire global de la nouvelle région) représentent un poids non négligeable sur la balance des atouts touristiques. » Certes, mais quid de l’implantation forcenée des éoliennes et des « fermes » solaires sur des terres arables ? Quid du déni de démocratie ? La population n’est jamais associée aux décisions, parfois mortifères, des élus. La preuve : même pour se réunir, dernièrement, à Saint-Pons, nos édiles se sont cachés honteusement, afin de point avoir à rendre compte au peuple souverain de leurs tractations qui engagent l’avenir de tous. A suivre…

6 A pleurer

Le défenseur des droits (poste étatique), Jacques Toubon, gaulliste historique, prône l’arrêt de l’utilisation du flash-ball par les forces de l’ordre. Cette arme a déjà, malheureusement, éborgné et violenté de nombreux manifestants. Le ministre de l’Intérieur –se prétendant de gauche- a répondu immédiatement qu’il n’était pas question d’interdire cet objet de carnage. Et la liste des « bavures » va pouvoir s’allonger en toute impunité. Honte et réprobation à ce gouvernement malfaisant.

Dernière minute

Scoop d’un familier des Bonhétaïres. Lorsque Marco, le grand maî- tre, prend une douche, c’est nippé d’un imperméable, et ce, pour ne pas trop se mouiller…

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article

commentaires