Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 19:42

Les murs ont des oreilles. Vos oreilles ont des murs. » Slogan de Sciences Po en 1968

« Vous ne pouvez pas faire la révolution en gants « blancs ». Lénine

Citoyens vigilants

Surveillons les banques ! Surveillons les patrons ! Surveillons la police ! Surveillons les parlementaires !

Le collectif est la seule solution digne, efficace, face à l’arbitraire, à la primauté du fric sur l’hu- main. Il est un facteur indispensable à l’émancipation individuelle et collective.

Le saviez vous ?

1. Ineptie pour une exagération

« Chaque village a son dieu, Louis Nicollin était le nôtre. » Guy Sarde de Marsillargues (M.L. du 01.07.2017).

Nous, à Saint-Pons, nous n’avons pas de dieu, puisqu’il est mort (Nietsche). Quant à Mesquida qui caressait l’espoir d’en être un, il ira croupir en géhenne...

2.  « Il est concon ... Il est content ! »

Fin juin, au domaine de Bessilles environs de Mèze, bonjour les moules !- le président du département (K.M., pour les rachitiques du bulbe) a invité tout le personnel du département à une grande bamboula. 1800* personnes ont participé à cette fantasia, sur un effectif d’environ 5000.
*chiffre, a priori, largement surestimé par Mesquida (sur Facebook)

3. Richard Boyé, le délictueux

Président de l’association de la pêche de 2002 à 2016, ce bougre n’a jamais organisé ou voulu organiser d’assemblée générale annuelle (pourtant obligatoire). Et pour constituer, à l’automne 2016, le nouveau bureau (cf. les anciennes La Commune), il a agi de même et foin de la législation ! Il se tire la bourre avec Jacques Soulignac, autre graine d’autocrate qui lui, en tant que président de l’ancienne association des commerçants, a détruit toutes les archives pour ne pas avoir à se justifier auprès la nouvelle association (Quitus lui a été refusé, bien sûr). Mais comme les deux faisans sont impunis, ils continuent à se pavaner, sans vergogne. Quoique, la roue (du paon) tourne !

4. Plaquette de Saint-Pons de Thomières en fête !

Le mot du maire : « Le comité des fêtes a renouvelé son bureau et rajeuni ses membres. » Bien sûr, c’est très bien, mais il serait souhaitable qu’il s’en inspire lui aussi pour renouveler l’équipe des adjoints (cf. par exemple l’article n°3 de ce même numéro), car comme perdreaux de l’année, on peut mieux faire... Ainsi, les employés municipaux, dont le taux d’absentéisme est quand même alarmant, se sentiraient certainement plus motivés et soutenus. Donc la municipalité n’aurait plus besoin de faire appel à une société privée pour couper l’herbe du golf de la piscine, ce qui va nous coûter, alors que c’est de la compétence des employés municipaux...

5. Rien de nouveau sous le soleil de Saint-Pons

٠Le haut de la porte Nostre Senhe est toujours saccagée par le béton saccagé à gogo (cf. les anciennes La Commune)

٠Le chemin/canal qui court derrière le presbytère jusquau garage Chibaudel est toujours aussi dangereux. Rien na bougé et ce, malgré la promesse de la mairie.

٠Le bâtiment dIntermarché est particulièrement incongru au milieu de lensemble architectural de la place (classéfaut-il le rappeler, ainsi que la cathédrale), mais le patrimoine local, peu chaut aux élus.

٠Seule, la connerie, chez nous, progresse : à larrière du bâtiment dIntermarché a été construit un mur, mais derrière ce rempart, a été abandonnée une nacelle. Dà jute titre, une colère noire de notre bon J.P. Delpapa (patron formidable de Marcory, dont Mesquida est le parrain). Et cest Bernard, de Saint- Chinian, qui va se gaver sur le dos du chef de chantier encore une flèche... -après avoir récupéré avec sa grande grue, lengin esseulé (13/07/2017)

Quand à la Comcom, cela ne remue guère non plus
٠Pas de nouvelles du nouveau bâtiment, place du Foirail, pour cette nouvelle entité (ou peut-être nos élus ont-ils donné la priorité aux travaux dIntermarchémultinationale privée, par rapport à un bâtiment du peuple souverain?
٠
Ardouane est toujours debout, malgré la fervente prière de Josian Cabrol de décembre 2016 et son plan de rachat foireux.
٠Le contenu des poubelles grises est toujours intolérable, et de surcroît, hors la loi. Vialelle, maire, président du PNRHL, conseiller départemental, cumulard dans lâme, prend aussi la tête de Tryfil. Arrivera-t-il à faire bouger les choses (ou les camions-poubelles) ? On le souhaite, mais on en doute fortement.

6. Soutien au comité des fêtes saint-ponais

Quelques boutiquiers de lUnion professionnelle des commerçants du pays saint-ponais ont critiqué hargneusement, sur leur page facebook, le comité des fêtes qui a bloqué le parking de la cathédrale pour les fêtes de saint-Pons. Arguments spécieux de la part de grincheux intolérants, qui vivent eux-mêmes grassement de ces trois jours de fête. Mais lexplication de cette attaque miteuse est dans la signature de ces acariâtres. Encore et toujours ce clan rancunier et faisandé des blackboulés des dernières municipales.

7. 14 juillet 2017 à St-Pons

Magnifique feu dartifice. Enigme pour le défilé des pompiers : un monsieur dun certain âge, crispéétait le chef de bord de la première voiture du convoi défilant. Il nous semble lavoir déjà vu quelque part, mais les apparences ne seraient-elles pas trompeuses ...? Dans notre prime jeunesse, il se disait que cétait un honneur dêtre porte-drapeau, mais lorsquon a vu celui de la mairie lors de la retraite aux flambeaux, on peut légitimement se poser des questions...

8. Cest le petit Patural qui se décarcasse

Lors de la fête de Riols, le 13 juillet 2017, les élu-e-s servaient les clients du raoût. Gloire à ces braves ! Comme il manque a priori des bras pour notre prochaine fête de la châtaigne, nous aspirons à ce que les nôtres, délus, soient aussi courageux. Jojo à la friteuse et Riton à tourner à la manivelle...

9. La quille, bordel  ! (M.L. du 21/07/17)

Une compagnie de pompiers du Haut Languedoc est créée, placée sous la direction (sic !) de Josian Cabrol, président de la Comcom, et accessoirement commandant du corps des pompiersMais, pour mémoire, ceci nest pas compatible avec la présidence dune collectivité localedoù certainement la confusion entretenue par lauteur de larticle. Josian aura eu son bâton de maréchal (merci, patron ! (K.M.)) avant de prendre la retraite des pompiers au mois de décembre (limite dâge oblige), et foin de la législation en vigueur, puisquil sagit de satisfaire un petit ego !

Nouveauté : La Commune sur Facebook http:://wwfacebook.com/la CommuneSaintPons

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale
commenter cet article
30 juin 2017 5 30 /06 /juin /2017 20:22

On ne revendiquera Rien : on prendra !

On ne demandera Rien : on occupera !

 

Mascarade et fumisterie !

Macron, le banquier, qui va faire cracher du sang au prolétariat, a 341 députés à sa botte sur 577, et ce avec une abstention record de 67 %. Ce même parlement a été élu par à peine 16 % du peuple souverain. Comment Macron peut-il prétendre que les citoyen-ne-s ont choisi sa politique scélérate, politique de casse sociale et en faveur du capital le plus immonde ?

Allons-nous nous laisser faire ? Allons nous baisser la tête devant ce nouveau petit César et ses sbires méphitiques ?

Haut les cœurs ! Unis, nous vaincrons !
(Dans les faits), la 5ème république est morte, ce 18 juin. Vive la 6ème république !

                                                                                                                                                   Pierre Blondeau

Le saviez-vous ?

1. Mise au point

D’aucuns, toujours bienveillants avec les nantis et intraitables avec les masses populaires, suite à l’article n°3 de la Commune n° 305, proclament que le piteux Josian Cabrol n’a pas toutes les cartes dans son jeu pour régler un ramassage correct de nos poubelles grises... Qu’attend-il pour nous en informer ? ce qui est de son devoir (ce n’est pas un gros mot, Christian), au lieu de fanfaronner sur un podium en short, le jour de l’arrivée d’un course cycliste, à côté du caudillo départemental dont on voyait la rayure. Rude spectacle !
Quant au correspondant du Midi Libre pour la même course, il n’a point vu la douzaine de militants anti- éolien brandissant des pancartes et des banderoles au passage des coureurs et/ou à l’arrivée de l’étape. Grave myopie précoce ? C’est grave pour lui.

2. Où est passé « l’héritage » ?

Depuis moult lunes, de l’ouverture en juin jusqu’au 1er juillet, l‘entrée de la piscine de Ponderach était gratuite pour les minots de St-Pons. Cette année-ci, la mairie a récupéré la charge de cette piscine qui était une « compétence » de l’ancienne com’com. Le prix d’entrée est depuis le premier jour de 2,50 € pour tous. Restrictions, augmentations mesquines. A pleurer !

3. Un exemple à suivre : La Ricamarie (42)

Patelin de 8000 habitants, géré par une mairie communiste, dont le budget de la culture est de 12 % du budget global annuel. Un quart réel de la population est inscrite dans diverses associations culturelles, caritatives, sportives... communales. Un seul policier municipal, non armé, fait régner la paix sociale et, par souci d’économie, cette ville éteint toutes les lumières de la municipalité à compter de minuit, et ce après un essai de 6 mois, concluant pour les administrés...

4. 2006-2017 : Affaire Rémi Fraïsse : le parquet requiert un non-lieu

Honteuse demande !

Et après, on s’étonnera que les politiques et les sbires à leur solde, les forces de l’ordre, soient honnis par le peuple souverain... Le lanceur de grenade, maréchal des logis chef, qui a tué Rémi Fraïsse, n’est certes pas le plus responsable dans cette triste histoire. Mais son officier supérieur, donneur de l’ordre, lui, est responsable du fait... ainsi que le préfet Gentilhomme (Qu’il porte mal son nom, celui-là !), qui s’était engagé à retirer les troupes pour la nuit du site Sivens, et n’a pas respecté sa parole (coutumier du fait : cf. les anciennes « La Commune »), ce qui a entraîné le malheur.

Quant au ministre de l’Intérieur, le triste sire Cazeneuve, au lieu, par honneur, de démissionner, il a couvert sans vergogne tous ces fautifs.

Qu’il est loin le temps où d’aucuns (glandus de chez glandus) voulaient faire des bisous aux flics !

5.  L’auguste Soulignac n’est plus *  (président de l’Office du tourisme St-Ponais)

L’office du tourisme St-Ponais est devenu l’office du tourisme intercommunal de la nouvelle com’- com (pour mémoire, résultat de la fusion de celles d’Olargues, St-Pons et Olonzac).
Et les nouveaux électeurs ont mis à pied Jacques Soulignac. Bienvenue à la nouvelle présidente Gaëlle Poirion, et surtout bonne chance dans cette fonction essentielle qui est un des pilers du développement touristique et économique de notre mini-région.

Quelques réflexions de locaux (Ardouanais et autres) apprenant la nouvelle : « L’équipe Mesquida est vraiment sur une pente descendante », « De toutes façons, il ne pourra en être pire », « Finis les rassemblements louches du clan, tard le soir, dans l’office du tourisme ». et celle que je préfère : « Le coyote ne pourra plus jouer au Jacques !»  De profondis ! Morpionibus !

*ni son compère , le risible Auzias.


6. Inventaire du dernier quinquennat

François Hollande a trahi ses promesses de socialiste. Il a été d’une nullité crasse et a fait le lit du Front National. Ce valet obséquieux du capitalisme va nous coûter un bras, jusqu’à son décès, avec ses privilèges honteux d’ancien président de la république. Ce tartuffe mériterait la déchéance de nationalité qu’il a voulu imposer à d’autres qui, eux, n’avaient pas le devoir d’exemplarité. Bilan catastrophique du point de vue économique et tragique pour les idéaux de la (vraie) gauche...

7. Une petite louche pour la route du cimetière

Notre adjoint préféré, le bon Richard Boyé qui caresse l’espoir d’être un jour calife à la place du calife, a vraiment toutes les qualités (cf. les « Communes » antérieures). Pendant la messe d’un enterrement, il a mis la zone en la cathédrale et il a fallu qu’un citoyen le rappelle à l’ordre. Lamentable attitude !

8. Mais que fait la gendarmerie pour faire respecter la loi ?

La législation en vigueur prévoit, que lorsque des caméras sont mises en place en extérieur, il est obligatoire de les signaler (par des autocollants ou autres placards), ce qui n’est pas le cas aujourd’hui dans les stations Galien (celle de Faugères comprise). A quand le respect de la loi et surtout des citoyens ? Faudra-t-il porter plainte auprès du procureur ?

A Saint-Pons, les caméras seraient en bout de champ de vision de celles de la gendarmerie. Serait- ce pour cela que cette dernière reste bouche cousue sur le sujet ? Cela daterait, paraît-il, de plusieurs années, mais nous, ne nous en sommes aperçus que début juin.

 

Le 6 juillet et le 10 août 2017, à l’espace de la Source à Saint-Pons,

à partir de 19 heures, Restauration rapide

Festivités, Maax en concert,
A la tombée de la nuit, projection du film
La Cigale, le Corbeau et les Poulets

 

 

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale
commenter cet article
12 juin 2017 1 12 /06 /juin /2017 19:53

"Par rapport au con absolu, il faut choisir le relatif »  La sagesse populaire

Le crépuscule des vautours (1)

Et une claque (celle de la mairie de Saint-Pons), et deux mandales (les législatives d’hier), et trois torgnoles (on attend les prochaines cantonales). Le Mesquida n’a plus cours. Il a beau gesticuler, tempêter, menacer, lors des campagnes électorales, et pondre des tracts choquants, cela ne prend pus : les élec- teurs-trices lui disent d’aller se rhabiller (doux euphémisme), lui et son P.S., pernicieux et perfide, qui ont fait le lit du FN par leur politique de casse sociale, de trahison des promesses (2)... Et d’avoir porté sur les fonts baptismaux le banquier Macron qui va faire cracher du sang au prolétariat.

Donc restent en lice le Macron et le FHaine : la peste et le choléra. Allons voter massivement blanc ou abstenons nous. Réservons nous pour descendre dans la rue afin de défendre nos acquis sociaux que la classe dominante, celle de la bourgeoisie, des patrons et du capital, veut nous reprendre. Haut les cœurs ! Unis, nous vaincrons !

Pierre Blondeau

(1) Milles excuses aux vautours, animaux utiles, eux, de les comparer aux Mesquidiens
(2) Quant au petit bouffon PCF de la 5
ème circonscription, délateur, et un chouïa parano, il aura quand même rempli son rôle d’affaiblir France Insoumise et de salir ses militants. Kléber lui en sera, n’en doutons pas, reconnaissant...

Le saviez-vous ?

 

1. Projet de loi de moralisation des politiciens

Un peu molle du genou, mais c’est quand même une avancée. Donc les parlementaires ne pourront plus employer des membres de leurs familles (fini de jouer aux Thénardier comme les Fillon). Mais à quand la même volonté vertueuse à l’échelon communal, cantonal, départemental ?

En clair, à quand la fin du piston pour les enfants, les frangins des élus locaux ? Ce serait le moment de faire un grand ménage des pratiques honteuses en usage chez nos chers édiles de proximité qui se comportent sans vergogne...

 

2. L’homme qui transformait le plomb en estron !

Vice-président de la pêche, Richard Boyé, Pour mémoire, maire-adjoint de Saint-Pons, a sévi une fois de plus. Cette fois-ci, c’est la réserve de pêche de l’Aguze qui pâtit de son action. Ayant écoeuré tous les bénévoles Saint-Ponais, dont un hardi ancien de la route de Castres (gloire à lui de s’être occupé aussi longtemps de la pêche), Boyé a reformé une équipe de copains Azématants, à têtes plates...

Le résultat est probant : ce qui était une attraction touristique est devenu un petit cours d’eau vaseux et caillouteux dans lequel trois truites se battent en duel.

Belle manœuvre ! Autre incompétence notoire : lorsqu’on fait laver la piscine à l’acide, on évite que l’eau contaminée s’écoule dans la rivière, car cela fait crever les truites du coin, ce qui n’a pas manqué. Plus incapable, tu meurs. Mais qui saura le convaincre de rester chez lui, tranquille Nénesse, sans toucher à rien ?

On demande la révocation de son mandat !

 

4. Le très mauvais bilan de Josian

Josian Cabrol est le président de la nouvelle com’com, après avoir été celui de la com’com st- ponaise. En tant que tel, n’en déplaise à son groupie, le comique Mouly, il a comme charge le ramassage des déchets ménagers. Et c’est, depuis longtemps, une catastrophe (1). Il devait s’occuper du problème et n’a rien fait, tout simplement parce qu’il n’a pas les épaules d’un patron de com’com (2)

A quand un élu compétent qui s’occupe vraiment de ce problème de salubrité publique ?

(1) Pour les sceptiques qui ne sortent pas de leur bulle (genre : équipe mesquidienne), faire une tournée des poubelles gri- ses au petit matin dans Saint-Pons et/ou discuter avec les éboueurs.
(2 ) Même certains vices-présidents osent le dire ouvertement.

 

5. A quand le respect des promesses ?


Notre maire s’est engagé à faire restaurer correctement la porte Nostre Ségné, qui fut pétassée lamentablement dernièrement. Et comme Sœur Anne, nous ne voyons rien venir.

 

6. Tract de la honte !

Dernière action désespérée pour sauver la soldate Passieux à l’agonie :

Distribué à la population début de semaine 23, ils l’ont tous signé (comme d’hab.), sauf quelques maires burnés dont ceux de St-Pons et d’Olonzac. Et là, les masques sont tombés : un cheval de Troie et/ou une taupe s’est infiltrée dans l’équipe de Georges Cèbe : la première adjointe, Valette.

Chère Florence, les électeurs-trices ne t’ont pas élue sur la liste de Jojo (qui a blackboulé celle de Josian Cabrol) pour que tu serves la soupe à feu notre bon député. Même Boyé n’a pas osé cette vilenie, c’est dire !

Quand au bilan de Kléber depuis 15 ans, c’est vrai qu’il est formidable : services disparus, tourisme en chute, l’éolien industriel... Et pour ce qui est de se pencher sur les préoccupations des associatifs, il l’a fait, le bougre... en les dénonçant aux bleus (T’as le bonjour du Corbeau !).

Et par reconnaissance, un tantinet paternaliste ( ?), le bon Kléber a fait la bise dans le bureau de vote à Florence Valette, le jour des législatives. N’est-ce point le baiser qui tue ? pour finir de la griller

Manipulation, quand tu nous tiens !


7. Cazeneuve et Cambadélis : une paire de guignols !

Le premier a craché sur « Mélenchon et... ceux qui le suivent ou tergiversent... » Et le second : « Il faut à un moment donné que Mélenchon redescende sur terre. » Ces deux tristes comiques malveillants vomissent leur aigreur de ne plus être le premier parti de gauche qui imposait son diktat aux autre composantes socialistes.

Cazeneuve a sa responsabilité dans la mort de Rémi Fraïsse, rien que d’avoir couvert le préfet Gentilhomme (qui porte mal son nom d’ailleurs). Quant à Cambadélis, après sa déroute au premier tour des présidentielles, il aurait dû démissionner et se rendre compte qu’il n’est plus qu’une marionnette cassée.

La réaction ne passera pas !

 

 

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale
commenter cet article
30 mai 2017 2 30 /05 /mai /2017 19:49

Etre député ; c’est proposer, débattre, et voter les lois de la République (et non ronfler dans son bureau du conseil départemental.

 

Soutien au candidat de la France Insoumise sur la 5ème/34 Pierre Polard

Les 19, 20 et 21 mai 2017, les insoumis de Saint-Pons étaient invités au rassemblement 2017 des Glières (Haute Savoie). Au programme, conférences-films (dont « La Cigale, le Corbeau et les Poulets ») et Paroles de Résistances d’hier et d’aujourd’hui. Témoignages émouvants, comme celui comme celui d’un inspecteur de l’URSSAF d’Avignon, en lutte avec sa hiérarchie et les politiques de P.A.C.A. Qui veulent le contraindre à se taire et fermer les yeux sur leurs pratiques délictueuses, voire l’éliminer.

Ce qui nous a conforté dans notre choix local : soutien à Pierre Polard, seul en mesure de gagner la circonscription à notre cause. Il faut renouveler cette classe politique corrompue, et cela ne pourra se faire que par une union des (vraies) gauches. Ce qui n’a malheureusement pu se faire aux élections prési- dentielles, nous, nous pouvons le faire localement en votant pour lui.

Front rouge et vive la Sociale !                                                          Pierre Blondeau

 

Le saviez-vous ?

Mesquida la honte !

Les derniers écrits de Mesquida sur Pierre Polard sont de la même nature que le rire d’une hyène ricanante : jaune. Il vomit les barbus (Polard l’est) et le fait passer pour un traître, un opportuniste (on di- rait qu’il parle de lui-même : l’histoire de la paille et la poutre dans l’œil...) Et cerise sur le gâteau, il dit le plus grand bien du P.C.F.(1) (baiser de la mort). Nom d’une bougnette ! Cela n’a pas toujours été le cas : pour mémoire, il a dénoncé hargneusement la cellule Jacques Roux, en 2009, à la police anti-terroriste et politique.

Mesquida a tout simplement peur de Polard(2), jeune, rassembleur, compétent, et de la (vraie) gau- che, et non « peau de lapin » comme lui. Traitre ! Judas et traître : pour accéder au pouvoir, il a trahi suc- cessivement les Saumade, Nayral et autres Vézinhet, qui ont, inscrit sur le front, « Mesquida m’a tuer ! »

Et aujourd’hui, pour éviter la déroute qui vise beaucoup de candidats socialistes, sa candidate fanto- che(3), Marie Passieux, qui sera à sa botte, ose se prétendre de la majorité présidentielle (alors qu’il y a un candidat officiel d’En Marche). Plus faux-cul tu meurs ! Quelle honte ! Les électeurs vont-ils se laisser piè- ger ?

Alors, en bouquet final, la France Insoumise, et surtout le groupe d’appui de Saint-Pons, crache en pleine face de Mesquida le mot de Cambronne et lui rappelle qu’avant de donner des leçons, il ferait mieux, pour être crédible, de régler au P.S. ses 17 000 € de cotisations de retard.

(1)Le jeune Capron, candidat communiste, critique plus que de raison la France Insoumise, et dans le même temps, ce matamore dit le pus grand bien de Marie Passieux. Il déclare déjà qu’au second tour, il se désistera en sa faveur ! Et lorsqu’on sait qu’il a un lien de subordination avec la mairie de Clermont l’Hérault, on comprend que son rôle est d’affaiblir la France Insoumise au profit de la Social-démocratie crasseuse...

(2)Son réseau de maires, sur lequel il régnait par la terreur (chantage aux subventions) est en train de prendre l’eau. C’est son chant du cygne.

(3)Kléber ne peut plus se représenter : loi du cumul des mandats oblige. Et il veut, comme toujours tout manœuvrer et commander. C’est, chez lui, une pathologie obsédante.

 

Et comme disait Mère Grand, « quand on grimpe au châtaignier, il faut avoir les fesses propres !»

 

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale
commenter cet article
15 mai 2017 1 15 /05 /mai /2017 19:29

« La barricade ferme la rue, mais ouvre la voie ! »  Slogan mai 1968

La macronite est une infection sévère de la pensée

La messe est dite : Macron, le banquier, est président de la République. Elu, comme le voulait le Capital, face à un épouvantail (ce n’était pas la peine de nous gonfler et de sonner le tocsin), il va gou- verner en despote, par ordonnances.

Maintenant, il faut descendre dans la rue et s’opposer à son (leur) programme qui va faire cra- cher du sang aux masses populaires. Tous ensemble, décrétons la grève générale et repoussons l’ultrali- béralisme, mortifère pour notre classe sociale, le prolétariat. Contre l’Etat et le Capital, plantons les graines de l’Autogestion.           Pierre Blondeau

Le saviez-vous ?

1. Sauvegarde du patrimoine

Derrière le presbytère de Saint-Pons, court un chemin communal, de l’ancien jardin de l’Evêché au garage Chibaudel. Cette « pistouille » est fréquentée, entre autres, par les jardiniers et ceusses qui retournent vers la route de La Salvetat. De surcroît, un béal historique (ce n’est pas un gros mot, cher Richard !), coule en parallèle de ce sentier. Le muret mitoyen d’un propriétaire privé, sur 75 m, va s’ef- fondrer et constitue à ce jour un grave danger potentiel. D’où la fermeture (provisoire ?) de ce chemin par la mairie. Le premier magistrat de la commune, Georges Cèbe, himself, s’est engagé à imposer au propriétaire la réparation du dit mur et a décrété qu’il était hors de question d’obturer définitivement ce chemin. Comme, malheureusement celui qui sillonnait entre le Point P et le domaine Gallien et qui dé- bouchait au col au-dessus du Roc. Maintenant nous attendons des actes.

 

2. Espace de détente

La mairie a installé une aire de repos au fond du foirail. Très belle initiative. Il manque juste un barbecue maçonné. A cet endroit, il n’y a aucun danger de propagation de feu.

 

3 .« L’héritage » en question

En définitive, la municipalité de St-Pons a encaissé sans vergogne la manne céleste de Mme Tailhades (800 000 € quand même...) dans le budget du service courant. Le legs ne servira surtout pas au social, ce que l’on aurait pu légitimement concevoir. Ce n’était pas la peine de prétendre faire une consultation populaire pour s’asseoir dessus.

Pour mémoire, le Secours catholique, le Secours populaire, la L.D.H. des Hauts-Cantons et beaucoup de citoyen-ne-s en leur nom propre avait demandé : une mutuelle communale, une épicerie sociale (promise par Mesquida aux élections municipales de 2008) et un refuge de nuit pour les rou- tards de passage.

Mais à l’instar de l’ancienne municipalité, le social, voire la solidarité, sont le cadet des soucis de ce conseil municipal. Opprobre à ces graines de nanti-e-s !

 

4. Manque de reconnaissance, élu-e-s malavisé-e-s !

Le 7 mai 20177, avait lieu la finale de rugby de Midi-Pyrénées entre Haut-Salact et Montagne Haut-Languedoc XV (notre club). Le résultat, de 30 à 20, en notre défaveur, est quand même un formi- dable score, et...chaudes félicitations à notre équipe... La 3ème mi-temps a eu lieu dans un bistrot de Saint-Pons. Aucun membre du conseil municipal n’a daigné venir partager le verre de l’amitié avec les joueurs. Vraiment dommage. On peut penser par ailleurs tout ce qu’on veut de Mesquida, mais il serait venu, lui.

Pierre Blondeau

 

5. L’affaire n’est pas claire ! 5

D’aucuns, langues de peilhe, prétendent qu’il y a un risque de « conflit d’intérêt » (un délit), lors- qu’un adjoint –à la voirie- qui a le pouvoir de signer les permis de construire et, dans le même temps, en tant qu’agent immobilier, propose des terrains constructibles à la vente. Ne peut-il pas utiliser à des fins mercantiles et donc d’enrichissement personnel des informations qui ne sont point connues des autres agences ? Nous n’en savons rien et on s’en contrefiche. Mais comme nous sommes respectueux de la législation en vigueur, et gardiens de la moralité de nos élu-e-s, nous proposons, pour éviter toute équi- voque, que le sieur Richard Boyé quitte une de ses deux fonctions *. Cela permettrait d’éviter un procès d’intention et une sévère cabale contre l’équipe municipale en place, voire un procès tout court.

*mandat d’élu ou activité d’agent immobilier


6. Intercommunalité tentaculaire (cf. article ML du 9 mai 2017, p. 23)

Une mairesse explique que cette nouvelle structure administrative est une usine à gaz, et qui va dessaisir les communes de toutes leurs compétences. De surcroît, au lieu de faire des économies (en ayant regroupé trois com’com) comme annoncé, ce machin va au contraire provoquer des dépenses plus importantes. Belle manœuvre !

Mais la vraie question n’est point abordée : le président, le gazier de cette nocive boutique, le bon Josian Cabrol*, fait-il le poids ? Certain-e-s élu-e-s ou citoyen-ne-s en doutent fort. Des frondeurs, mê- me parmi les vice-présidents, sont en lice. Josian, en marche, devra être dos au mur en permanence.

*pour mémoire, élu par ses pairs et non par le peuple souverain (qui l’a blackboulé de la mairie de Saint-Pons)

 

7. Des élus favorables à l’éolien industriel ? De moins en moins

Dans le temps de l’enquête publique du projet éolien Riols 2, une dizaine de conseils municipaux avaient à se prononcer pour ou contre. Sur les dix, deux n’ont pas délibéré sur le sujet (dans ce cas, la commune est « réputée » favorable), deux ont émis un vote massivement « abstentionniste » (dans un des deux cas, le conseil qui avait la fois précédente été très majoritairement favorable à l’éolien a donné un avis favorable par trois voix contre 6 abstentions !). Trois communes ont voté contre le projet, trois pour, dont Riols, bien sûr (mais dans des conditions pas très claires*) et Saint-Pons. Dans ce dernier cas, le vote a été acquis par 7 pour, 6 contre et 5 abstentions. (Une personne absente réputée défavorable au- rait provoqué, si elle avait été présente, un vote à égalité !).

Le vote est favorable, d’accord, mais pas très convaincant. Pour permettre une meilleure infor- mation des conseillers, le maire avait permis, hors séance, aux associatifs d’intervenir. D’autres munici- palités avaient aussi permis aux associatifs d’intervenir)

Il y a donc du progrès chez nos élus qui admettent une expression démocratique. Malheureuse- ment, il en reste un peu trop qui suivent les conseils de leurs caciques. Car en effet, comment admettre qu’il en reste une toute petite majorité d’entre eux qui restent insensibles aux nuisances de ces effroya- bles machines et aux dégâts qu’elles provoqueront sur la nature et l’environnement ?

*A Riols, le vote a été acquis par 8 voix contre 7 ! Et avec condition suspensive : sous réserve que la décision de la com’- com de décembre 2015 de rétrocéder le produit de certaines taxes (venant des éventuelles éoliennes) à la commune, ne soit pas entachée d’illégalité. Justement, le fameux Josian (président de la Com’com), qui était présent au conseil munici- pal de St-Pons, a indiqué ce soir-là que ce problème n’était pas réglé. M.C.

Non aux éoliennes de Riols 2 !

  • 115 riverains menacés de troubles de voisinage et de santé importants

  • Chauves-souris et oiseaux (espèces protégées nombreuses) massacrés par milliers

  • Paysages emblématiques défigurés, recettes de tourisme en chute libre.....

  • ...

 

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale
commenter cet article
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 19:22

« Notre espoir ne peut venir que des sans-espoir »  Slogan de Sciences Po 1968

Patronat, blanc bonnet et vert de gris, bonnet blanc !

La finance et la bourgeoisie, soutenant Macron, cherchent une fois de plus à culpabiliser le prolétariat (France Insoumise et autres) qui ne veut pas aller voter le 7 mai et choisir entre la peste et le choléra. En quête de légitimité pour leur poulain de luxe, ils nous refont le coup de 2002. Si on vote à 70 ou 75 % pour Macron, ils pour- ront d’autant mieux appliquer leur programme qui fera cracher du sang aux masses populaires. Macron ne fait non plus aucune annonce sociale sérieuse en direction des sans-dents pour se rallier leurs votes. Il faut se ranger derrière lui en fermant sa gueule et en lui donnant carte blanche.

Malgré tout cela l’urgence, l’hyper urgence est de faire barrage au Front National le 7 mai, à la bête im- monde qui, avec les pouvoirs d’un président de la 5ème république, nous mènera au chaos et à la guerre civile. Pré- parons nous, quel que soit l’élu-e de la nation, à descendre dans la rue et ce, le plus rapidement possible. Seule la grève générale leur fait peur et les fera reculer.

Haut les cœurs ! La réaction ne passera pas !                      Collectif éditorial

Le saviez vous ?

1. Cupidité et sidération

Le site « Le bon coin » nous en réserve parfois de bien bonnes. Un terrain constructible de 600 m2, situé entre le cimetière et les pompiers de Saint-Pons, est mis en vente au prix de 250 000 € ! Et ce par l’agence de... ? Richard Boyé ! Le coquin y va quand même un peu fort... (Annonce sur le site le 24 avril 2017 à 14 H 30)

2. Patrimoine en danger

a) Ils ont réussi à démolir l’ancienne manufacture royale de Saint-Pons (cf. les anciennes « La Commune » sur la question ainsi que les lettres ouvertes aux Saint-Ponais) ainsi que, avec frénésie et rage, le distributeur de billets du Crédit Agricole voisin. Aucun respect du labeur des anciens et aucune notion de la richesse du patrimoine...
b) La porte Nostre Seigné, pétassée dernièrement, devrait être restaurée correctement (paroles du maire). Un col- lectif de défense de cette ancienne entrée Nord de Saint-Pons s’est constitué.

c) Le château de Cabannes (Courniou-les-grottes), celui que l’on voit dans le film « Le corbeau, la Cigale et les Poulets », vient d’être racheté. Un projet d’ASEI pour anciens devrait voir le jour. La mairie de Courniou a assuré que le château ne serait point détruit, mais rénové (parole donnée lors du conseil municipal du 29 mars 2017). Enfin une bonne nouvelle.

3. Députation en danger

Kléber Mesquida qui se présente comme suppléant (loi du cumul oblige) de Passieux, mairesse de Cler- mont-l’Hérault, vient de prendre une grosse gamelle aux élections présidentielles dans les Hauts-Cantons et la 5ème circonscription, son fief traditionnel : Partout, Mélenchon est arrivé en tête et son candidat Hamon à la 4ème ou à la 5ème place ! Et pourtant, les sections socialos locales ont fait le boulot (tractage...). Ce qui veut dire que les consi- gnes de feu « le comte des Hautes terres » (ainsi l’appelait Laudinas, Midi Libre, 2003) ne passent plus. Il a donc du souci à se faire pour les législatives et, patraque comme il est, la campagne sera pour lui un long chemin de croix. Et qu’il compte sur nous pour lui mettre des cailloux dans sa chaussure. P.B.

Ni Patrie, ni Patron ! Ni Marine, ni Macron !!

 

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale
commenter cet article
3 avril 2017 1 03 /04 /avril /2017 19:05

« L’avenir en commun », c’est protéger et partager.

De la bolchevique la Mélenchonite

L’avenir en commun est le programme de Jean-Luc Mélenchon. Il répond aux enjeux de notre temps et aux quatre urgences que nous rencontrons : Face à l’urgence démocratique, il redonne le pouvoir au peuple. Face à l’urgence sociale, il protège notre économie et partage les richesses. Face à l’urgence cli- matique, il organise la transition écologique. Face aux guerres, il choisit l’indépendance de la France au service de la Paix (Programme de la France insoumise).

Même si nous souhaiterions un programme anticapitaliste plus radical, le seul candidat solide et pouvant porter nos espoirs, nos convictions et nos exigences prolétariennes, c’est le bonhomme Méluche. Aux prochaines élections présidentielles, votons utile, pour notre classe sociale exploitée par la bourgeoisie. Votons Mélenchon !

Pierre Blondeau

Carnet de campagne

Vu sur BFM TV : conférence de presse de Benoît Hamon, le 30 mars à Montpellier, notre bon Klé- ber Mesquida à sa droite (à gauche, il n’aurait pas pu) et submergé par l’angoisse (il a encore parié sur le mauvais canasson). Il a yoyoté de la touffe, parlant seul, comme un psychotique. Mais quel malheur de finir ainsi ! Comme le disait le grand Charles, le vieillesse est vraiment un naufrage.

Le saviez-vous ?

*Mise à jour des agendas :

Le film « La cigale, le corbeau et les poulets » fait un tabac dans toutes les salles de cinéma de l’hexago- ne (cf. lacigale-lefilm.fr, pour consulter la programmation).
Le
6 juillet et le 10 août, dans l’espace de la Source à Saint-Pons, aura lieu une projection du film, sui- vie d’un débat, à la nuit tombée, accompagnée de plusieurs festivités, dont le talentueux barde Maax.

Le 2 septembre au soir, Fête des poulets à la Cigale (hébergement possible au Campotel, à un terrain de camping... à proximité).
Et le lendemain, 3 septembre, participation active à la Fête de la Plantade à Béziers. Sortie aussi du DVD tant attendu. Quinze jours après, l’équipe du film se retrouvera en première ligne à la Fête de l’Hu- manité de Paris.

D’ici là, le cinéma Star de Saint-Pons repassera le film à raison d’une ou deux séances par mois (voir son propre programme).
Nous participerons aussi au
forum « Paroles de résistances » le week-end 20 et 21 mai
2017, au plateau des Glières (Haute Savoie). Ce sera, certainement, un grand moment d’émotion sur cette terre sacrée...

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale
commenter cet article
31 décembre 2016 6 31 /12 /décembre /2016 11:33

Il ne suffit pas de s’indigner, il faut s’engager”

Georges Séguy 2013 / Congrès de la CGT à Toulouse

Contre tout fascisme : l’action directe !

La Commune est, pour mémoire, une modeste feuille de chou locale. Sa seule prétention est de dénoncer les turpitudes de nos élus, des représentants de la Nation et les cagades qui compromettent l’avenir de notre païs, que nous aimons et défendons bec et ongles, contrairement à beaucoup de natifs de la vallée. Ce mois, la « Commune » fête son 300ème anniversaire et douze ans –pile-poil- d’existence. Qui aurait pu le croire ? Surtout pas Mesquida qui nous prédisait 6 mois de présence. Douze ans de bons, et moins bons, articles, mais qui sont toujours le cauchemar de la bande mesquidienne et d’autres du même acabit. La Commune s’est toujours réservé le droit de dévoiler les magouilles en cours et de défendre la valeur cardinale de la République : l’Egalité. Et celle qui va de pair : la Fraternité. Ces deux qualités sont le socle réel de la vraie gauche. Tous ceusses qui ne les appliquent pas sur le terrain ne sont que des petits bourges, graines de réactionnaires à la Valls, Macron ou Fillon. Seule la lutte des classes que nous pouvons gagner, unis, parce que les plus nombreux, pourra faire parvenir le prolétariat au pouvoir… Le Capital est mort, tuons son cadavre !

Pierre Blondeau

 

Le saviez-vous ?

1.  « Ce n’est pas la girouette qui tourne, mais le vent » Edgar Faure

Maintenant, Mesquida roule pour Valls. Après Aubry, Fabius, Hollande… Après avoir voulu se faire passer pour un frondeur –mais sur le coup, personne ne l’a cru-, après avoir dit qu’il se posait des questions sur l’opportunité de rester au P.S. (Valls était le chef du gouvernement socialiste), il rejoint ce même candidat réactionnaire, qui a du plomb dans l’aile. Mauvaise pioche ! Mais pour Mesquida, Valls/ Brutus est encore beaucoup trop à gauche. Notre bon Kléber devrait trouver son héros entre Fillon et Dupont- Aignan, Philippot devant lui paraître trop social…

2. Magazine du département de l’Hérault, déc. 2016

En page 22, article intéressant(1) sur l’importance de l’industrie textile dans la région et ce au fil du temps. C’est l’historique d’un de ses fleurons : la manufacture royale de Villeneuve-lez-Clermont. Mais de celle de St-Pons dans ce chapitre, que dalle, nada ! Inconnue au bataillon. Ce qui veut dire que le gonze qui a été maire, conseiller général, député de notre ville ne connaissait même pas son existence(2) et que le rédacteur de cet article cité n’a fait aucune recherche sérieuse sur le sujet. Ou alors, il a eu pour consigne de « gommer » notre manufacture St-Ponaise (L’affaire d’Intermarché date d’avant la sortie de ce numéro de décembre). A faire chialer tous les clapas du Lauzet !

Aujourd’hui, Mesquida pourrait défendre le dossier de l’association « St-Pons dans l’histoire » et sauver ainsi des bâtiments historiques qu’il aurait dû faire classer pendant ses mandats. Mais comme seule sa petite carrière le préoccupe, et que l’étouffe une haine perverse vis-à-vis de certains allogènes amoureux du bien commun et du patrimoine, la richesse architecturale locale peut aller se brosser. La devise de la manufacture royale de Villeneuve était « Honneur au travail », celle de St-Pons aurait dû être : « Merde à qui déchoit ! »

P.B.

(1) Même si ce n’est pas prouvé que Saint-Pons fabriquait du gros drap pour l’exporter dès le XIIème siècle. Au mieux, ce ne serait qu’à partir du XIIIème siècle (cf. les annales du Midi, année 1982,, vol. 94, n° 156) (2) le même pèlerin qui disait : « Dans ce territoire, j’y ai construit, j’y habite. Je l’aime autant que vous et je le défendrai avec l’ardeur que vous me connaissez. » (11 janv. 2003). Plus impudent, tu meurs ! Et comme disait Carlo Collodi : « Pinocchio un jour, Pinocchio toujours ! »

 

3. L’agglo de Béziers rêve d’un territoire vert (M.L. du 12 déc. 2016)

Eolien, photovoltaïque et tutti quanti, et ce en partenariat, bien sûr, avec des multinationales cupides. Grand bien leur fasse ! Mais il manque dans cet article l’esssentiel : à quelle époque du déroulement des dossiers, la population (le peuple souverain) sera-t-elle consultée ? Ou l’agglo de Béziers réalisera-t-elle une tromperie organisée, méprisant les citoyen.ne.s, à l’instar des élus du PRNHL ?

4. Intermarché, les mousquetaires à la plume affadie

A ceusses qui s’angoissent et qui crachent dans le dos des défenseurs du (de leur) patrimoine, à propos de fermeture temporaire d’Intermarché Saint-Pons et dont le gérant partirait sous d’autres cieux si son diktat n’était pas pris en compte*, ne pleurnichez pas, LIDL est prêt à venir dans les plus brefs délais, même dans les locaux actuels d’Intermarché.

*Cf. La Commune n° 299, article 3

Dernière minute : Michel Roudière, dont la propriété touche celle d’Intermarché, aurait aussi fait un recours contre le permis de construire de ce magasin.

 

5. L’Occitanie (serait) une terre pionnière en éoliennes (industrielles) terrestres (M.L. du 14 déc.)

2016 David Augeix, directeur d’EDF EN, se proclame leader en région pour ce type d’énergie et annonce, sans vergogne : « Les recours (contre ses projets) sont souvent le fait de groupes isolés, pas représentatifs. » Il peut penser ce qu’il veut de TNE*, par exemple. Pour nous, ce triste sire n’est qu’un pantin provocateur et cupide du Capital, qui se moque des indigènes et magouille avec certains de nos élus. Nous attendons ce matamore de pied ferme dans le Saint-Ponais.

Attac Jaur-Somail

*Toutes nos Energies Occitanie, qui regroupe une centaine d’associations en Occitanie.

6. Poulet sauré !

Bruno Leroux (nouveau ministre de l’Intérieur) demande aux gens d’adresser un sourire aux forces de l’ordre. Et puis quoi encore ? Pourquoi pas leur porter des oignons et des courges à la brigade ? Il faut les croiser, le poing levé, en chantant : « Non, Nicolas (ou Ruddy), la Commune n’est pas morte ! »

7. La der des der

Le 10 décembre 2016, avait lieu la dernière réunion de la Com’com St-Ponaise.Une jolie petite bouteille de muscat était offerte à chaque membre de la Com’com, et il y avait même un maire (délégué au tri, qui a failli gravement dans cette fonction) qui en avait stocké deux devant lui. Josian Cabrol n’a pas fait son bilan comme président, mais a annoncé sa candidature à la présidence de la nouvelle Com’com. S’en est suivi le renouvellement du serment de tous les féaux à leur seigneur (Josian) qui s’était déclaré le meilleur d’entre eux. Litanie obséquieuse qui n’avait aucune raison d’être ce soir-là… Seul, le maire de St- Pons est resté muet et n’a pas été ridicule sur ce coup-là. Josian a annoncé aussi qu’il prenait la quille chez les pompiers fin 2017 et que donc, il lui fallait un job (pour s’occuper et gagner un peu de thune ?). Arcas et Marcouire sont aussi candidats (comme outsiders ?) La réunion pour élire le président et le bureau de la nouvelle Com’com aura lieu le 11 janvier 2017 à 18 h 30, salle de Ponderach, ouverte à tous publics.

Rappel : Trois projections du film La Cigale, le Corbeau et les Poulets auront lieu les 06, 07 et 08 janvier 2017 en avant-première au cinéma de Saint-Pons

(D’aucuns ont déjà réservé leurs places…) Philosophie du film : Même un quidam (au moins dans notre république) n’est pas obligé de baisser la tête et de courber l’échine devant un autocrate local, nervi du système capitaliste et bouffi d’orgueil…

 

On ne lâche rien, surtout en cette nouvelle année qui porte les espoirs d’un monde meilleur pour les masses populaires

P.B.

 

 

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale
commenter cet article
10 décembre 2016 6 10 /12 /décembre /2016 10:40

“Nous ne sommes ni idéalistes, ni utopistes . Nous vivons les idées. » Slogan de Médecine en mai 1968  

 

Il y a un os dans la bougnette !

Le 11 novembre dernier, des tags ont fleuri autour du monument aux morts de Saint-Pons: « Non à la guerre… » Les autorités (mairie, gendarmes, Midi Libre…) s’en sont émues et ont immédiatement cherché quel était le « gaucho » coupable. Quelques jours après, d’autres barbouillages, racistes, haineux, anti-musulmans (genre : Islam dehors !) étaient peints sur les piles du pont de l’ex-gare ainsi que sur l’abri-bus des Marbrières. Là, contre toute attente, pas de réaction de quiconque*… Que dalle ! Il a fallu attendre 8 jours, et après que la section LDH locale ait « toussé », pour que le problème soit enfin pris en compte par l’agence du conseil départemental. Non seulement ce genre de propos est prohibé selon la législation en vigueur, mais de surcroît il blesse un quart des Saint-Ponais dont la religion est l’Islam. Mais là, les autorités s’en battent –a priori- le coquillard.

Triste époque ! J’ai mal à mon village, à mon païs, à ma République, et j’ai honte de mes élu.e.s et des représentants de la Nation… Pierre Blondeau *Déjà, dans « La Commune 296 », on pressentait que les idées de l’extrême-droite étaient plus en cours que celles de la gauche égalitaire et fraternelle, dans le voisinage, au moins chez nos édiles… Opprobre à ceux-ci… 

 

Le saviez-vous ?

1 C’est la faute à pas de bol !

Suite à la mini-tempête du 22 novembre 2016,un superbe tilleul devant l’entrée des cuisines de l’hôpital de Frescatis est tombé. Il n’était pas malade et, s’il avait été élagué de temps en temps (comme c’est la coutume), il aurait survécu. Mais qui se soucie de l’environnement de l’hôpital de St-Pons ?

 

2 Les méfaits d’Elie Aboud, député des Républicains ! (les relire dans le livre « L’affaire du Corbeau de St-Pons »)

Le triste pèlerin déclare : « François Fillon s’est surclassé, car il a coché toutes les cases. » Il a peut-etre coché toutes les cases, mais il a le programme le plus réactionnaire depuis la fin de la seconde guerre mondiale : casse de tous les acquis de la classe ouvrière, du prolétariat depuis un siècle, et mépris intégral du peuple qui souffre. Il peut copiner avec le MEDEF incarné par l’ignominieux Gattaz. Celuici lui en sera peut-être reconnaissant s’il arrive à mettre en place les intentions de Fillon (quoique… ce n’est pas encore fait…)

Même Le Pen s’est insurgée contre ce projet, c’est dire ! Mais si Fillon peut se permettre aujourd’hui un tel programme ultra-libéral de la société fran- çaise, c’est « grâce » au quinquennat de l’incompétent et minable Hollande (et de ses nervis Valls, Macron, Ayrault…) qui lui a préparé le terrain.

Il faudra s’en souvenir lors des prochaines élections. Faute majeure de ce parti socialiste dégénéré. Quant à Elie, qu’il surveille ses poumons, car il sera bientôt à bout de souffle à force de courbettes et d’obséquiosité pour être ministrable, comme il en caresse l’espoir… Un jour Coppé, un autre Sarkozy, et pour finir Fillon… opportuniste…, du même tonneau que Mesquida. P.B.

 

3 Dossier Intermarché de St-Pons (cf. les anciennes La Commune)

L’attitude du gérant de magasin, dans l’incertitude de la réalisation de son projet, est classique : au lieu de discuter avec les deux associations (qui sont contre la démolition de l’ancienne manufacture royale de St-Pons) et ce sous l’égide par exemple de la mairie, il sort l’artillerie en faisant du chantage à l’emploi. Si le magasin n’ouvre pas cet été, il licenciera des employés et ira (peut-être) ailleurs. Compor- tement pitoyable.

Encore une graine de fossoyeur du païs. Mais lui, n’étant pas originaire de la vallée, pourquoi, après tout, serait-il plus défenseur du patrimoine St-Ponais que le citoyen local indifférent au devenir touristique du village, de son village ?

 

4 Comité des fêtes : les Tamarous

Changement des membres du bureau de cette association : le président a démissionné et a été remplacé. La secrétaire reste à son poste et de nouveaux vice-présidents se sont révélés. Pour mèmoire, en 2016, lors de la prise de fonction de la nouvelle équipe, post-mesquidienne, nous avions en caisse 500 €. Aujourd’hui, 1er décembre 2016 (date de l’A.G. qui a donné quitus à l’unanimité au bilan financier), nous détenons plus de 18 000 €. Moi aussi, pour retrouver ma liberté complète de parole et d’action politique et donc ne pas nuire au comité des fêtes, j’ai décidé de ne point me représenter au poste de trésorier de cette association (qui d’ailleurs, pour moi, est de plus en plus prise pour des larbins par la mairie…). Je garderai un excellent souvenir de cette équipe jeune, besogneuse et chaleureuse. Longue vie au Comité des Fêtes ! P.B.

 

5 « L’énergie renouvelable : une manne sous contrôle » (M.L. du 4 déc. 2016)

Le préfet en visite chez EDF Energies Nouvelles (à Colombiers). Certains secteurs sensibles pour l’implantation d’éoliennes industrielles arrivent à saturation, celui du PNRHL en particulier,dont le plafond de 300 éoliennes est en passe d’être atteint. Dixit le préfet. « Effectivement, la Charte du Parc a fixé ce plafond. On s’en approche et en ce qui nous concerne, nous avons toujours été clair là-dessus, nous ne dépasserons pas ce chiffre. » La messe est dite ! Et dire qu’il y a encore des godiches de maires qui veulent toujours imposer de force leur projet, bien entendu sans avoir consulté la population. Un exemple : celui des Verreries de Moussans : le projet du maire n’aboutira jamais, de l’argent est gaspillé et un grand trouble à l’ordre public risque de se produire dans ce village. Que fait le Parc ? C’est de son devoir de calmer ces irresponsables.

 

6 Trifyl a présenté son dispositif (M.L du 4 déc. 2016)

Pour mémoire, Trifyl est le syndicat mixte départemental (du Tarn) de valorisation des déchets ménagers et assimilés. Leur baratin est intéressant, voire prometteur, mais dans les faits, c’est de la grosse daube. Nos élus assis en rangs d’oignons sur la photo de cet article ont une très lourde responsabilité. Ils n’ont rien fait pour que le tri sélectif des poubelles grises soit effectivement effectué : au petit matin, le lundi par exemple, on trouve vraiment de tout dans ces boîtes à ordures : du verre, du métal, du plastique recyclable qui devraient être déposés dans les conteneurs du tri sélectif, voire des gravats qui devraient être portés à la déchetterie. Ce sera une des plus grosses faillites de la mission de la moribonde Com’com actuelle, avec celui de la piscine de Ponderach. Il faut attaquer le problème à sa racine : éducation de la population, avertissements… remettre des conteneurs de tri sélectif au centre du village et pourquoi pas « flicage » des poubelles grises…

 

7 Puylaurens

Ils manifestent contre la réalisation d’une autoroute « La question de l’utilité publique du projet autoroutier à péage relève aujourd’hui plus de l’absurde que de l’intérêt général », souligne le Collectif. « Pas d’autoroute Castres-Toulouse ! » Encore un grand projet inutile et coûteux ! Une délégation St-Ponaise était présente lors de cette manif.  

 

Prenons la révolution au sérieux ! Mais ne nous prenons pas au sérieux. Odéon, mai 1968  

 

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale
commenter cet article
27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 11:57

“L’aboutissement de toute pensée, c’est le pavé.” Sorbonne, mai 1968

 

 Le combat continue

 Les juges de la Cour Administrative de Nantes ont validé, le 14 novembre 2016, les arrêtés autorisant les travaux du (futur ?) aéroport de Notre Dame des Landes. Et ce contrairement aux préconisations du rapporteur public (pour mémoire, les conclusions de ce dernier sont généralement suivies, dans 90 % des cas), ce qui prouve que c’est bien une décision dogmatique et un règlement de compte entre Royal, Hollande (contre le projet) et Valls, Ayrault (pour le projet). Maintenant, la Z.A.D. peut être évacuée, malgré le pourvoi devant le Conseil d’Etat demandé par les opposants au projet, pourvoi qui n’est pas suspensif. Mais nous souhaitons bien du plaisir aux forces de l’ordre et aussi aux locataires de toutes les permanences et représentations du P.S. de l’hexagone… NDDL n’est pas Sivens ! C’est immensé- ment plus grand et les mairies et agriculteurs locaux sont contre le projet, contrairement à Lisle sur Tarn. Et une bavure de plus serait suicidaire pour le candidat P.S. aux élections présidentielles. Et puis l’opération César de 2016 a échoué à NDDL faute de troupes (2600 moblos quand même !). 
Donc on résistera jusqu’à notre victoire finale. Non par orgueil comme les politiciens du Grand Ouest, mais pour défendre (ce qui est la loi, nom de Dieu !) les zones humides, les espèces protégées, la bio-diversité, notre vision d’un autre monde. Et pouvoir, en tant que peuple souverain, dire merde aux crapules, genre Vinci, qui veulent nous exploiter et nous imposer les intérêts de leurs actionnaires… 
Pierre Blondeau
 
Le saviez vous ?
 
1 Les policiers exaspérés par la nouvelle réforme (M.L. du 11 nov. 2016)
« L’enquêteur devra désormais, et sous certaines conditions, permettre au mis en cause de s’entretenir physiquement ou téléphoniquement jusqu’à 30 minutes, sous surveillance constante d’un policier… » Comme chaque citoyen attaché aux valeurs de la République (entre autres la présomption d’innocence pour toutes et tous, définie par la Charte des Droits de l’Homme), les policiers devraient se réjouir de cette nouvelle loi. Mais non ! Prétextant une surcharge de travail (motif spécieux), les bleus coincent. Pour eux (la plupart au moins, qui rêvent d’un état policier), le gardé à vue est présumé coupable et on doit le conditionner (isolement, humiliation, chantage, pression psychologique…) afin qu’il craque et avoue (même s’il n’a rien à avouer). Et s’ils font une bavure, cela passe aux pertes et profits. Et vous pourrez vous brosser pour obtenir explications et excuses. Pauvre police. Honte à cette institution ! Javert, qui avait de la morale et de l’honneur, ne pouvant plus accomplir sa mission –arrêter Jean Valjean-, préfèra se noyer (relire les Misérables).
 
2 Hérault juridique et économique (du 3 nov. 2016)
Une photo des jeunes au mileu desquels trône notre bon Kléber. Et ce au profit de « Parlementre prise. Soit la rencontre entre politiques, entreprises et jeunesse engagée. » Engagée dans quoi ? Le mépris des masses populaires à la vue de leur look ? On pourrait aussi envisager le mariage de la peste et du choléra. Bref, c’est de la daube pour petits bourges dont les dents rayent le parquet.
 
3 Amour du patrimoine
a) A Marso (hameau de Riols), l’association Terre Riolaise et la dernière habitante du lieu-dit sont fiers, et à juste titre, de pouvoir restaurer le four à pain. Très heureuse initiative… A Saint-Pons, l’ancienne Manufacture Royale construite au XVIIe siècle sous l’impulsion de Colbert, agrandie en 1740 et labellisée en 1754, n’intéresse personne. Pas même le Midi Libre dans lequel pour- tant on trouve parfois des articles sur des faits ou des bâtiments historiques. Le seul commentaire, c’est qu’il faut traverser le village pour faire ses courses, mais de la destruction des bâtiments, que dalle ! Le patrimoine, la beauté de la cité, le « trésor » St-Ponais, l’héritage pour les générations futures, on s’en tamponne le coquillard. Triste mentralité ! Simples d’esprit (qui n’iront même pas aux cieux). Jean Roudière, reviens !
 
b) La Com’com Pays St-Ponais a signé (début 2016 ?) une convention patrimoine –encore une daube- avec le département. Bravissimo ! Mais elle n’a même pas la correction de répondre à notre requête, de nous soutenir, nous Attac Jaur-Somail, dans notre combat contre la démolition de la Manufacture Royale (cf. ci-dessus). On peut donc douter de nos élus communautaires sur leur désir de défendre le patrimoine. Idem d’ailleurs pour les élus municipaux. Quant au Parc Régional, dit naturel, sait-il ce qu’est une manufacture royale ?
 
4 Le mot du président du conseil d’administration des pompiers de St-Pons, …
soit notre bon Kléber, qui cite Boris Vian : « Ce qui m’intéresse, ce n’est pas le bonheur de tous les hommes, c’est celui de chacun. ». Propos incongru dans la bouche de K.M. Non, la seule pensée de Vian que le bonhomme pourrait reprendre à son compte, c’est : « J’irai cracher sur vos tombes »…
 
5 Spectacle « Un pays pour Laura » (19 nov. 2016, salle de Ponderach, S-Pons)
Très bel exercice, en présence d’un public nombreux. L’orchestre et le chœur sont remarquables et les deux comédiens accomplis. Une motion spéciale à Marco
(1) (Soulignac) grandiose dans sa composition. Il fait juste une petite allergie aux hémiptères locaux. Petite preuve d’allégeance au « Comte des Hautes Terres (2). Mais cela sera de courte durée… Notre Marco n’a pas raté son retour à St-Pons et c’est l’essentiel. Preuve que la soirée était formidable, le gonze Mesquida a daigné tapoter par deux fois ses menottes et a consenti à sortir son appareil photo pour immortaliser la scène.
(1) Norbert Estienne, pourtant encore maire de Murviel, s’est recyclé comme le Monsieur Loyal de cette troupe. Il a l’air d’être meilleur dans cette tâche que comme camarade, frère et conseiller général. Ce qui n’est d’ailleurs point difficile.
(2) Cf. le brillant article pondu en 2003 par le regretté Laudinas. A l’époque rédacteur en chef de l’agence Midi Libre de Béziers, ce journaliste, après une bombance, avait composé un article élogieux, voire un tantinet servile, et avait affublé notre Kléber préféré de ce titre…
 
6 Nullité et incompétence François Hollande, en visite dans la région :
« J’ai confiance en la France. » Le problème, c’est que la France n’a plus confiance en lui…
 
7 Leur blason est le tétard (ou : plus gonflé qu’un socialo, tu meurs !)
Les sections de la rose fanée, qui se dit sociale (voir la nouvelle loi sur le travail) et écologiste (merci pour Sivens, Bure, NDDL, éoliennes industrielles…) distribuent un tract : « Attention, danger pour 2017 ! La droite porte un projet inégalitaire et autoritaire. » Ce qui est, bien sûr, la vérité, mais ces couillons seront très mal placés pour la dire. Au lieu de faire un semblant d’autocritique, de faire un geste (NDDL, par exemple), ils se mettent dans la position d’opposants, alors que le P.S. est au pouvoir depuis 2012 et est encore là pour six mois. Son programme (ce n’était pas celui celui des promesses de campagne, d’où le sentiment de trahison chez les prolétaires) a été inégalitaire et autoritaire. Les masses populaires, percevant l’arnaque intellectuelle, choisiront les partis dits d’extrême gauche si elles veulent (vraiment) voter à gauche et non pour un social libéralisme perfide (à la Valls ou à la Macron).  
 

Debout les gars ! Réveillez vous ! Il va falloir en mettre un coup( …)

Repost 0
Published by Pierre Blondeau et les camarades de La Cigale - dans La commune
commenter cet article